En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

03.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

07.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 8 min 17 sec
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 41 min 42 sec
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 1 heure 1 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 1 heure 17 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 1 heure 55 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 2 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 17 heures 47 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 19 heures 36 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 21 heures 22 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 21 heures 58 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 26 min 33 sec
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 50 min 51 sec
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 1 heure 34 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 2 heures 42 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 17 heures 46 sec
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 19 heures 4 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 20 heures 1 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 21 heures 44 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 23 heures 1 min
Et Si Trump faisait tout annuler ?

COP22 : Panique chez les Fluffies

Publié le 21 novembre 2016
Avec H16
Contrairement aux affirmations de Ségolène Royal, Donald Trump peut "dénoncer" l'accord de Paris compte tenu notamment du fait que celui-ci n'est pas passé par le Congrès.
H16
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Contrairement aux affirmations de Ségolène Royal, Donald Trump peut "dénoncer" l'accord de Paris compte tenu notamment du fait que celui-ci n'est pas passé par le Congrès.
Avec H16

Si l’élection de Donald Trump ouvre, comme le dit Hollande, "une période d’incertitude" (surtout pour lui), elle provoque aussi un enchaînement de petits cataclysmes rigolos dans le Camp du Bien dont il serait idiot de ne pas se réjouir. Parmi ces rebondissements goutus, l’impact de cette élection sur la lutte contre le réchauffement climatique est à noter.

Avec Trump élu, c’est toute la clique verte qui vient de se prendre une claque : ce qui était devenu facile en huit ans d’administration Obama, entièrement, tendrement, amoureusement, et intégralement acquise à la cause réchauffiste, devient soudainement compromis par l’arrivée d’un Poil de Carotte irritant, et surtout résolument climato-sceptique.

Pire encore : outre l’aspect totalement inattendu (ou presque) de son élection, l’embarrassant homme d’affaires débarque dans le paysage politico-écologique en pleine COP22 !

 

Pourtant, tout avait bien commencé. La conscientisation des esprits ronronnait tranquillement, de petits articles orientés en calculs consternants, montrant avec luxe détails ridicules qu’un Paris -New York en avion équivaut à la fonte de 3 mètres cube de glace en Arctique (les pingouins ne vont plus pouvoir se blottir les uns contre les autres, c’est troporribl).

Malheureusement, l’accession de Trump au pouvoir lève pour les participants à la réunion "Petits Fours & Discours Grandiloquents" COP22 le spectre d’un gros changement dans la politique américaine, d’une baisse drastique des juteux financements qui ont jusqu’à présent permis à la propagande carbono-réchauffiste de se répandre dans toutes les oreilles et devant tous les yeux.

En effet, comme l’explique assez bien un récent article de Contrepoints, le nouveau président américain a clairement fait figurer l’abandon des agitations onusiennes financées par le contribuable américain pour lutter contre le réchauffement climatique, que Trump qualifie de canular, et il a même été jusqu’à placer cet abandon dans les mesures à prendre d’urgence, dans les cent premiers jours de sa présidence (et donc, entre janvier et avril 2017). On n’a pas de mal à imaginer quelques difficultés de déglutitions de nos éco-conscients, entre deux petits fours, lorsqu’ils ont appris l’improbable élection…

Qu’à cela ne tienne, cependant : après tout, ce n’est que le président des États-Unis, et même si ses promesses en matière de climat sont particulièrement limpides et sans la moindre ambiguïté, moyennant le bon battage médiatique, certains ne désespèrent pas le faire revenir à la raison, c’est-à-dire les bonnes conclusions imposées par tous sur le sujet :

"Il verra les réalités, il verra les catastrophes. (…) Il aura le temps de remettre les bonnes idées [sur la table] et n’appliquera pas ce qui a été dit dans la campagne."

On ne s’embarrassera pas de notions comme celle de la démocratie qui met des gens au pouvoir sur un programme donné, puisqu’au final, tout le monde sait qu’on va remettre les bonnes idées sur la table et oublier celles du programme.

L’un des pompons de démocrates en peau de lapin reste bien évidemment détenu par une Française, et nulle autre que notre ministre de la verdure et des petits oiseaux qui gazouillent, Ségolène Royal. Si, pour d’autres, il va falloir convaincre Trump de ne pas appliquer ce pourquoi il s’est engagé, ce pourquoi des gens ont voté pour lui, et ce pourquoi il a été élu, pour Royal, en revanche, la question n’est même pas là : "il ne pourra pas, contrairement à ce qu’il a dit, dénoncer l’accord de Paris", scrogneugneu et non mais et puis quoi encore. En somme, il pourra bien gesticuler comme il veut, l’accord de Paris rentrera en vigueur, un point c’est tout.

Ah, qu’il est simple, le monde des Bisounours Autoritaires Qui Syntonisent Grave Avec Gaïa ! Si vous êtes d’accord avec eux, tout va bien et vous pourrez même reprendre des petits fours. En revanche, si vous vous opposez à la marche cadencée qui doit tout tendrement écraser sur son chemin, vous serez (aimablement) écrabouillé. Ou, si vous n’êtes que le président des États-Unis, on se contentera de vous ignorer superbement. Dans le respect démocratique et du vivrensemble, bien entendu.


 

Pourtant, ma pauvre Ségolène, si, si, Donald a bien le pouvoir de mettre ton bel accord à la poubelle. D’une part, il lui suffit de défaire ce que Barack a fait, et c’est d’autant plus facile que le président sortant n’a pas fait passer ce traité devant le Congrès. Et pour cause, ce Congrès, républicain, y est majoritairement opposé. Et d’autre part, Barack n’ayant utilisé qu’un décret, Trump n’aura aucune difficulté à l’annuler, d’autant qu’il est lié a une agence (l’EPA) que le nouvel arrivant entend bien sinon dissoudre, au moins affaiblir grandement.

Évidemment, à ce stade de la politique américaine, la question reste posée de savoir si Donald Trump le fera effectivement. Il faut comprendre qu’il a en face de lui tous les lobbyistes du réchauffement climatique anthropique, tous les médias largement acquis à cette cause et une partie non négligeable des scientifiques dont les subventions de recherches dépendent ultimement de leur soutien au dogme officiel.

Trump devra aussi composer avec l’opinion publique. Si, au niveau des États-Unis, une majorité des Américains rejette à présent l’idée qu’il y aurait un consensus scientifique, il en va en revanche un peu différemment en Europe dont la population semble absolument vouloir reléguer toujours plus de ses libertés aux institutions politiques diverses et variées, locales, nationales ou transnationales, pour éviter que le ciel ne leur tombe sur la tête. L’émotivité des uns et des autres reste de toute façon grande qui confondent allègrement climat et lutte contre la pollution, CO2 et polluants.

Difficile dans ce contexte de savoir si le nouveau président américain aura le courage de tenir l’une de ses promesses de campagne. En revanche, on peut estimer bien plus modeste celui qu’il faudra rassembler pour envoyer paître les accords de Paris, et mortifier la pauvre Ségolène.

Ce serait une excellente chose (mortifier Ségolène et laisser tomber les accords de Paris) : ces idioties coûtent cher et n’ont que trop duré.

 

Cet article est également consultable sur Hashtable, le blog de H16. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 21/11/2016 - 10:33
Oui, ce canular écologiste doit finir, et vite!
La théorie rechauffiste, fondée sur des axiomes faux (le gaz carbonique est indispensable à la vie végétale), et invalidée par la réalité (baisse de 0,4 degrés de la température globale lors des deux dernières décennies) constitue une pollution grave des esprits les plus vulnérables. Le danger est de voir les esprits faibles fondre comme des glaçons dans un verre de whisky, ces mêmes esprits faibles ayant déjà été rendus vulnérables par l'abus de propagande gauchiste, très souvent contradictoire avec les diktats écologistes...imposer aux villes qui en ont peu, de construire des pistes cyclables inutiles, et 40% de logements sociaux pour coller au gosplan Dufflot, revient à gaspiller des ressources qui auraient pu servir utilement aux investissements en vraies infrastructures utiles et d'avenir, abandonnées par trente années de gouvernements UMPSECOLOCOCOs, par soumission à la décroissance vert-caca-d'oie obligée...