En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Pixabay
La vague que Nicolas Sarkozy croyait sentir monter en sa faveur l'a en fait emporté sur son passage, et avec lui la plupart des concurrents de la primaire. Une vague d'une violence inouïe.
Onde de choc
L'incroyable ménage politique que va provoquer la performance surprise de François Fillon
Publié le 25 novembre 2016
Les électeurs de la primaire ont tranché. Ils ont ainsi bouleversé le paysage politique national, faisant en quelque sorte place nette pour la campagne présidentielle. Ils ont voté à 44,1% des suffrages pour celui que Nicolas Sarkozy qualifiait de "collaborateur" lorsqu'il était à l'Elysée et qui, depuis le retour de l'ancien Président à tête des Républicains, se tenait à l'écart de la vie interne du parti en traçant son propre chemin.
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les électeurs de la primaire ont tranché. Ils ont ainsi bouleversé le paysage politique national, faisant en quelque sorte place nette pour la campagne présidentielle. Ils ont voté à 44,1% des suffrages pour celui que Nicolas Sarkozy qualifiait de "collaborateur" lorsqu'il était à l'Elysée et qui, depuis le retour de l'ancien Président à tête des Républicains, se tenait à l'écart de la vie interne du parti en traçant son propre chemin.

Une vague .Une de plus, plus forte encore que celle des régionales et des départementales. Celle que Nicolas Sarkozy croyait sentir monter en sa faveur l'a en fait emporté sur son passage, et avec lui la plupart des concurrents de la primaire. Une vague d'une violence inouïe. Les électeurs du premier tour n'ont pas fait de saupoudrage comme ceux de la primaire de la gauche en 2011, qui avaient alors le choix entre une palette de nuances de rose. A droite, il n'y avait que deux options: la ligne conservatrice incarnée par François Fillon, Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire, Jean-François Copé et Jean-Frédéric Poisson, et une ligne plus "soft", mâtinée de centrisme portée par Alain Juppé et Nathalie Kosciusko-Morizet. Les électeurs de la primaire ont tranché, et éliminé dès le premier tour. Ce faisant, ils ont bouleversé le paysage politique national, faisant en quelque sorte place nette pour la campagne présidentielle. Ils ont voté à 44,1% des suffrages pour celui que Nicolas Sarkozy qualifiait de "collaborateur" lorsqu'il était à l'Elysée et qui, depuis le retour de l'ancien président à tête de l'UMP, se tenait à l'écart de la vie interne du Parti en traçant son propre chemin. Parti en campagne depuis trois ans il a préparé un programme de rupture dont la mise en œuvre s'avère rude s'il accède à l'Elysée en mai prochain. Mais il l'assume et a promis de "casser la baraque". Les électeurs de la primaire ont apprécié son calme et son sérieux qui tranchent avec l'excitation et les discours aux accents populistes de Nicolas Sarkozy. L'ancien Président a raté sa tentative de reconquête des Français. Il n'a pas su trouver le ton juste pendant cette campagne qui élargit certes la base électorale d'un parti politique mais ne concerne qu'une frange de l'électorat, celle des CSP+, (l'électorat plutôt aisé, et dans le cas présent âgé... de plus de 35 ans). Un électorat poli et plus policé que l'électorat de base auquel il s'adressait comme s'il menait une campagne présidentielle. Distancé par François Fillon et Alain Juppé, sa troisième place avec 20,6% des suffrages, n'est pas contestable. Il l'a parfaitement compris et annoncé que le temps était venu pour lui "d'aborder une vie avec plus de passion privée et moins de passion publique", autrement dit de s'éloigner de la vie politique pour de bon, cette fois. Rude moment également pour Bruno Le Maire qui a cru faire du seul Renouveau un instrument de victoire sur les caciques. Celui qui a longtemps été le troisième homme de cette campagne, se retrouve relégué à la cinquième place, devancé par Nathalie Kosciusko-Morizet. Lui qui ne partage pas les options de François Fillon, notamment sur les questions de société, n'a eu d'autre choix que se ranger derrière le favori. Comble de l'ironie, dans son département d'élection de l'Eure, Le Maire est très proche des centristes et il a activement soutenu la candidature (victorieuse) d'Hervé Morin à la présidence de la région Normandie.

Moment plus que difficile pour Alain Juppé ; à l'écouter, lui et ses soutiens, cette élection devait être imperdable. N'incarne-t-il pas la synthèse entre la droite et le Centre? Ne promet-il pas une majorité diverse, à l'inverse de Nicolas Sarkozy qui voulait que tout le monde se range sous le même drapeau? Longtemps favori des sondages, il a bénéficié du soutien actif de l'ancien premier Ministre Jean-Pierre Raffarin, de la plupart des chiraquiens, (à l'exception de François Baroin et du président du groupe LR à l'Assemblée Nationale, Christian Jacob), des centristes de l'UDI et du Modem de François Bayrou. Tenu pour responsable de la défaite de Nicolas Sarkozy en 2012, le patron du Modem fait figure d'épouvantail auprès de Nicolas Sarkozy et des militants L.R.

Avec 28,6% des voix, Alain Juppé peut-il encore espérer créer une dynamique et virer en tête au deuxième tour? L'hypothèse est si peu vraisemblable que la question s'est posée dimanche soir de savoir s'il n'allait pas retirer sa candidature et offrir la victoire sans deuxième tour à François Fillon, mais tant que le scrutin n'est pas clos... Le candidat a mis fin au suspense dans la soirée en assurant qu'il "continuerait le combat... projet contre projet". En fait l'hypothèse d'un retrait pur et simple était inenvisageable au regard de ce qu'est la droite française, qui a toujours été partagée entre bonapartistes et légitimistes, entre girondins et jacobins, aujourd'hui entre tenants d'une droite conservatrice sur le plan sociétal et une droite plus libérale. François Fillon, tout en revendiquant l'héritage séguiniste, incarne la première; il est d'ailleurs soutenu par Sens Commun, le mouvement anti-mariage pour tous. Alain Juppé incarne une droite plus libérale au plan sociétal, peu en cours dans l'électorat à l'heure actuelle, mais qui n'a pas totalement disparu. Il est important pour elle de se compter pour évaluer le futur rapport de forces au sein de l'Assemblée Nationale, car les législatives suivent de peu la Présidentielle. Même si Nicolas Sarkozy s'engage à titre personnel à voter pour François Fillon au deuxième tour, parce que d'après lui "François Fillon est celui a le mieux compris les choix qui s'imposent à la France", tous ses électeurs ne vont pas suivre ce choix .La campagne reprend aujourd'hui et le débat entre les deux hommes programmé pour jeudi soir sera déterminant pour l'issue du scrutin. Et puis, ce deuxième tour sera également déterminant pour la redistribution des cartes au sein du parti Les Républicains qui est entièrement à la main de l'ancien président. Là aussi le rapport de forces au deuxième tour va compter. Au nom du rassemblement, François Fillon sera amené à faire des concessions, à mettre de l'eau dans le vin de son programme économique radical, voire à passer l'éponge sur quelques "transferts" de ses soutiens vers Nicolas Sarkozy, à l'instar d'Eric Ciotti, Eric Woerth et de Laurent Wauquiez qui se sont déjà empressés de le rallier en attendant beaucoup d'autres.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
02.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
03.
Les médecins de Britney Spears dévoilent la vérité sur son hospitalisation
04.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
05.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
07.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
05.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
02.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 22/11/2016 - 18:16
Les Français veulent séparer la politique de la Fonction Publiqu
En effet nous sommes le seul pays je dis bien le seul pays ou Les élus Députés Sénateurs, ceux qui dirigent les commissions, les Régions, les Départements les Grandes Villes les Villes moyennes etc.. sont majoritairement des Fonctionnaires. Pour être élu et bien ils vous promettent de vous redonner des sous qu'ils vous ont allègrement pompé en prenant un bon salaire et prime au passage. Car bien évidemment ils le décident eux mêmes. Le contrôle de l’État est fait par les mêmes Fonctionnaires. Cerise sur le gâteau et bien les Syndicats du secteur Public commandent bien évidemment le privé. Ainsi la boucle est bouclé ils ont tous les pouvoirs et le privé qui remonte 90% de l'argent et bien lui il doit fermer sa gueule car bien évidemment il ne sait pas y faire pour diriger le pays. Vous allez en UK, Allemagne, Autriche, Pologne ancien pays Communisme etc..et bien tout cela est parfaitement interdit car bien sûr ils veulent éviter les ententes les Corruptions,etc.. Bilan ces pays bougent se transforment et la France végète recule car aucune transformation n'est acceptée par nos élus de la Fonction Publique. Donc c'est à la société civile de reprendre la main sur l’État comme en 1789
ClauZ
- 22/11/2016 - 13:31
Elections
Dimanche, les électeurs ont choisi le candidat qu'ils considéraient le plus présidentiable. D'où un regroupement des voix sur trois candidats, les autres recueillant des miettes.
Maintenant l'un aura 72 balais au début du quinquennat l'autre 63 .
Ça peut aussi jouer .
vangog
- 22/11/2016 - 00:19
@assougoudrel Tout vient à point à qui sait attendre...
Il est vrai que le FN a peu d'alliés, excepté ceux qui se rallieront au second tour de la Présidentielle 2017...et il a beaucoup d'ennemis! Je me réjouis d'avance de voir la gauche et l'extrême-gauche tenter misérablement de soutenir Fillon, qui n'en aura probablement cure, au 2D tour 2017. Ce premier tour sonne le glas de la gauche française....voilà qui est déjà pris! Quant au FN, avoir peu d'alliés est un handicap et une chance. Un handicap, car les seconds tours sont des épreuves de force contre lui, des épreuves de force de plus en plus faibles...mais une chance, car aucun allié indésirable n'empêchera le FN de réaliser son programme, une fois le pouvoir rendu au peuple. Les alliés centristes et gauchistes de 2D tour de Fillon ne manqueront pas de se rappeler à son bon souvenir, s'il le faut dans la rue, avec syndicats et associations d'ultra-gauche, dès qu'il tentera la moindre réforme...sans parler de l'OTAN et de l'UE qui ne cesseront de lui mettre des bâtons dans les roues!