En direct
Best of
Best of du 2 au 8 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

07.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

06.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 heure 23 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 heures 16 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 heures 13 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 heures 45 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 5 heures 20 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 6 heures 2 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 7 heures 10 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 7 heures 19 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 7 heures 41 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 3 heures 2 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 heures 51 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 heures 28 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 5 heures 6 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 5 heures 43 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 6 heures 12 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 6 heures 52 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 7 heures 13 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Politique
Stratégie du gouvernement

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

il y a 7 heures 56 min
EDITORIAL

Petit mode d'emploi à l'usage des Présidents souhaitant être réélus

Publié le 14 février 2012
Nicolas Sarkozy annoncera mercredi soir sa candidature à la présidentielle 2012. S'inscrira-t-il dans les pas de François Mitterrand et Jacques Chirac qui furent réélus ou dans ceux de Valéry Giscard d'Estaing qui échoua en 1981 ?
Alain Renaudin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Renaudin dirige le cabinet "NewCorp Conseil" qu'il a créé, sur la base d'une double expérience en tant que dirigeant d’institut de sondage, l’Ifop, et d’agence de communication au sein de DDB Groupe.web : www.newcorpconseil.comSuivre ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy annoncera mercredi soir sa candidature à la présidentielle 2012. S'inscrira-t-il dans les pas de François Mitterrand et Jacques Chirac qui furent réélus ou dans ceux de Valéry Giscard d'Estaing qui échoua en 1981 ?

D’abord, il faut rappeler que les présidents sortants se sont toujours représentés tardivement, Nicolas Sarkozy ne fait pas du tout exception à la règle, il est même pour l’instant parfaitement « dans la moyenne » : Valéry Giscard d'Estaing annonce sa nouvelle candidature le 2 mars 1981 (J-56) ; François Mitterrand le 22 mars 1988 (J-33) ; Jacques Chirac le 11 février 2002 (J-69).

La forme quant à elle a été pour l’instant très variable. En mars 1981, Valéry Giscard d'Estaing se déclare dans un cadre assez officiel ; derrière un bureau, avec au début un plan large intégrant son épouse Anne Aymone, réitérant ainsi l’épisode pourtant raté des vœux du 31 décembre 1975. Le cadre est assez strict mais sans aucun symbole de la présidence de la République. Il expliquera d’ailleurs au cours de son allocution « je ne serai pas un président-candidat, mais un citoyen-candidat ».

François Mitterrand se contentera en mars 1988 d’un simple « oui » en réponse à la question d’Henri Sannier lors d’un journal télévisé. Il l’étoffera quelque peu dans la foulée mais restera très sobre, il est encore dans « la force tranquille » de 1981, qui deviendra « la France unie » en 1988 (François Bayrou parle aujourdhui d’un « pays uni » … à qui « rien ne résiste », l’esprit de synthèse !).

Jacques Chirac enfin, en 2002, se déclarera assez spontanément lors d’un déplacement à Avignon, répondant à Marie-Josée Roig, Maire de la ville. S’exprimant en public, la séquence filmée permettra pour la première fois pour un président sortant d’associer une seconde candidature à l’expression d’un soutien populaire. C’était, du point de vue de la forme, sans doute la seconde candidature la plus chaleureuse et « sympathique ».

Au delà des dates et des formes, un mot pour comparer les contextes strictement politiques : Nicolas Sarkozy, en tant que probable futur quatrième président-candidat, est celui qui souffre du plus faible soutien populaire. Pour garder une base comparable, celle des cotes de popularité TNS Sofres-Figaro Magazine, Nicolas Sarkozy ne dispose que de 29% de confiance en janvier 2012, pour 68% d’avis négatifs. Le solde était également négatif pour Valéry Giscard d'Estaing et Chirac, mais beaucoup moins sévère (lorsqu’ils se déclarent, 41% d’avis favorables pour Valéry Giscard d'Estaing en mars 1981 et 46% pour Chirac en février 2002). Mitterrand quant à lui est le seul à avoir bénéficié d’une situation positive, et nettement, avec 61% de confiance en mars 1988 quand il se relance dans une campagne qui sera sans véritable suspense. La réélection de François Mitterrand en 1988 faisait aussi peu de doute que, pour certains, la défaite de Nicolas Sarkozy aujourd’hui.

En matière de forces en présence, Valéry Giscard d'Estaing à l’époque reste donné vainqueur, même si son avance s’érode nettement, face à Mitterrand et Marchais qui tournent longtemps autour de 20% d’intentions de vote … comme Chirac (ancien premier ministre de Valéry Giscard d'Estaing, qui se déclare tardivement aussi, le 3 février 1981). Face à Mitterrand en 1988, la droite est encore multiple, pour ne pas dire plurielle, à travers Chirac et Barre, qui ne colleront jamais le président sortant dans les intentions de vote (autour de 35%), restant dans les 20%, à l’avantage de Barre jusqu’au début 88, puis de Chirac. En 2002 enfin, les choses sont beaucoup plus équilibrées entre Chirac et Jospin, autour de 20% d’intentions de vote, ce qui est faible pour un président sortant. On connaît la suite avec Le Pen qui passera tout juste devant le candidat socialiste (16,9% contre 16,2%).

L’histoire des précédents présidents candidats de la Vème République est donc faite à la fois de similitudes et de spécificités. 2012 n’est certes ni 81, ni 88 ni 2002, mais Nicolas Sarkozy s’en inspirera peut-être, lui qui est tant critiqué pour être un président-candidat non déclaré. De ce point de vue, au delà de la période récente, et même en l’élargissant à la deuxième période de son quinquennat, le président actuel est peut-être celui qui a eu le plus de mal, non pas tant à se présidentialiser comme cela a été beaucoup dit, qu’à sortir de son statut de candidat, il l’était encore après avoir été élu. Et c’est peut-être parce qu’il a eu du mal à « tuer le candidat », qu’il a quelques difficultés aujourd’hui à le réanimer et à l’assumer ? Il a pourtant dans ce rôle une qualité de conviction assez hors norme, et il a déjà réussi en 2005 à proposer une alternance, un « changement » en étant déjà « sortant » à l’époque, de la majorité présidentielle et des responsabilités. Entre Valéry Giscard d'Estaing qui ne devait pas perdre en 81, Mitterrand déjà gagnant en 88 et Chirac heureux en 2002, Nicolas Sarkozy devra sortir le grand jeu pour ne pas être le premier président sortant battu avant d’être candidat, et déjouer pronostics et conjoncture. Un défi comme les affectionne l’éternel candidat qui sommeille en lui.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
titine
- 15/02/2012 - 15:58
OK, mais vous semblez oublié
qu'en 1981, Mitterand a été élu grâce aux voix du RPR qui voulait abattre Giscard... et qu'en 1988, notre mite errante s'est démerdée à coller Jean Marie Le Pen pour contrer la droite !!! Donc, ce furent des élections par défaut.
Le cas de figure est différent aujourd'hui... à moins que Bayrou ne rejoue le film de 81 car ses "convictions" sont de l'opportunisme, rien à fiche du pays.
chateleine
- 15/02/2012 - 09:51
??????????
la gauche n,a pas de candidat credible,regardez ce qui s,est passe hier,que les medias en france ne releve pas normal,ils boivent du hollande,pourquoi?pour les cadeaux,j,en revient a hier,dans un journal anglais hollande dit a la city(n,ayez pas peur les comunistes sont morts?)c,est quand meme un paradoxe quand on sait qu,l envisage de gouverner avec melenchon et les autres fachos,le soir meme il dit qu,il n,a pas dit ca,on appelle ca comment??du retro-pedalage,comme il a l,habitude de le faire,un pas en avant=deux en arriere,alors vivement nicolas sarkozy
castres81
- 15/02/2012 - 00:24
Sarkozy a deux atouts à ne pas négliger
Il n'a pas d'adversaire à son niveau et son principal adversaire qui existe plus par opposition à sa personne qu'en adhésion à lui et à ses idées.
60 % des français ne sont pas de gauche et voteraient contre leurs convictions essentielles en faisant ce qu'ils répondent actuellement aux sondeurs.

Tout dépend de la campagne que Sarkozy va mener et des incidents de parcours mais avec 20 % d'électeurs opposés qui se reporteraient sur lui et parmi ses voix de gauche une adhésion toute de raison la position de Hollande qui de plus est en porte-à-faux avec la réalité est fragile.