En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 6 heures 1 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 6 heures 52 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 13 heures 43 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 15 heures 37 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 16 heures 50 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 17 heures 32 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 9 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 10 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 12 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 6 heures 28 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 13 heures 13 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 16 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 17 heures 47 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 10 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 12 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 12 heures
© John MACDOUGALL / AFP
Lorsqu’on discute avec des membres de l’establishment républicain, on constate qu’ils condamnent fermement la politique économique d’Angela Merkel même s’ils sont anti-Trump.
© John MACDOUGALL / AFP
Lorsqu’on discute avec des membres de l’establishment républicain, on constate qu’ils condamnent fermement la politique économique d’Angela Merkel même s’ils sont anti-Trump.
Pas si vite...!

L'Allemagne d'Angela Merkel porte-flambeau de la démocratie face au reste d'un Occident ravagé par le populisme ou l'impuissance ? Euh... non (sorry Mister Obama)

Publié le 25 novembre 2016
Lors de sa réaction à l'élection de Donald Trump, Angela Merkel s'est livrée à un vibrant plaidoyer pour les valeurs démocratiques occidentales. Un message tout sauf anodin, qui s'inscrit dans la realpolitik chère à la dirigeante allemande.
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de sa réaction à l'élection de Donald Trump, Angela Merkel s'est livrée à un vibrant plaidoyer pour les valeurs démocratiques occidentales. Un message tout sauf anodin, qui s'inscrit dans la realpolitik chère à la dirigeante allemande.

Atlantico : Dans sa réaction officielle à l'élection de Donald Trump aux États-Unis, Angela Merkel a nettement insisté sur les valeurs démocratiques et "le respect de la dignité de chacun quels que soient son origine, sa couleur de peau, son genre, son orientation sexuelle et ses opinions politiques". Doit-on voir dans ce que le Financial Times (lire ici) appelle une "leçon" de démocratie une volonté de la chancelière allemande de prendre le leadership moral des démocraties occidentales suite à l'élection de Donald Trump et à la poussée des populismes en Europe (Brexit, Pologne, etc.) ?

Rémi Bourgeot : Un certain nombre de thèmes, notamment xénophobes, utilisés par Donald Trump au cours de la campagne sont en contradiction avec la synthèse d’inspiration libérale sur laquelle s’est bâtie l’Allemagne fédérale dans l’après-guerre. Mais au-delà de cette lecture, l’élection de Donald Trump constitue avant tout un défi de nature politico-économique pour l’Allemagne.

D’un côté, Trump s’en est directement pris à la politique migratoire d’Angela Merkel au cours de la campagne, mais une fois passée l’élection, cela n’est pas central sur le plan bilatéral. Le rapprochement russo-américain est déjà plus problématique pour l’Allemagne en ce qu’il déstabilise l’influence du pays en Europe de l’Est. Mais de façon encore plus importante, la focalisation de Trump sur les questions commerciales tétanise l’establishment allemand et révèle une divergence beaucoup plus profonde. L’élite américaine, par-delà ses divisions idéologiques, rejette la politique économique allemande qu’elle tend à voir non seulement comme un exemple de manipulation monétaire et commerciale mais aussi comme dénuée de pragmatisme, vis-à-vis de la zone euro notamment. Lorsqu’on discute avec des membres de l’establishment républicain, on constate qu’ils condamnent fermement la politique économique d’Angela Merkel même s’ils sont anti-Trump.

La "leçon" de la chancelière relève d’une réaction stratégique tout à fait compréhensible. La meilleure défense, c’est l’attaque.

L'Allemagne - et Angela Merkel plus particulièrement - est-elle la mieux placée pour revendiquer ce rôle de leader moral des démocraties occidentales ?

Si l’on est à la fois proche de la culture allemande et ouvert aux diverses perspectives mondiales, on se rend compte que très peu de pays sont prêts à considérer l’Allemagne comme libérale. Le "couple" franco-allemand sous sa forme actuelle et la zone euro sont donc des constructions aussi fascinantes qu’improbables. Si beaucoup de responsables mondiaux reconnaissent le leadership de Merkel, l’opinion la plus répandue dans ces cercles est que sa gestion de l’économie européenne est désastreuse et contraire à l’esprit du libéralisme, sans même évoquer les éructations de Wolfgang Schäuble contre les démocraties nationales dans le cadre de la zone euro.

Quels sont les obstacles qui pourraient se mettre en travers de la route d'Angela Merkel dans cet objectif ? Quelle pourrait être la réaction des partenaires européens de l'Allemagne, et notamment la France, ainsi que de Donald Trump et des États-Unis eux-mêmes ?

Tout dépendra des initiatives de l’administration Trump. Si les Américains, dans leur tentative de relance de l’économie, haussent le ton face à la politique économique allemande, Angela Merkel entonnera à nouveau son refrain du "No pasaran", prétendument libéral. Si Trump se focalise plutôt sur la Chine, cela pourrait être plutôt bien vu par le gouvernement allemand étant donnée la confrontation actuelle entre Berlin et Pékin sur la question du dumping et des investissements industriels. L’establishment français semble, pour sa part, prendre le parti d’ignorer l’effort de remise en cause économique anglo-américain, qui va pourtant bien au-delà de Trump et des partisans du Brexit. Il continue à suivre le leadership allemand sur un mode somnambule en attendant que la situation politique européenne devienne hors contrôle.

Politiquement, qu'aurait à gagner Angela Merkel à s'installer dans ce "fauteuil" de leader démocratique du monde occidental ? Ses relatives difficultés sur le plan intérieur pourraient-elles être surmontées ? Quelle est l'opinion de la population allemande sur ce sujet ? Est-elle vraiment attentive à ce genre de discours ?

Angela Merkel est lucide. Elle sait que la réaction mesurée des commentateurs et des marchés à la victoire de Trump met à mal sa stratégie sur le plan international. Néanmoins, elle garde évidemment à l’esprit le jeu politique national. A cet égard, son discours sur les valeurs, même s’il est peu crédible à l’étranger, vise à limiter l’encouragement que la victoire de Trump peut représenter pour l’AfD, bien que ce dernier se révèle de plus en plus comme un parti non seulement populiste mais surtout d’inspiration néo-nazie.

Les relatives difficultés de Merkel proviennent notamment d’un certain rejet populaire de sa politique migratoire. En même temps, elle surfe depuis le scandale de la NSA sur une profonde et ancienne vague d’anti-américanisme au sein de la population allemande. Merkel peut ainsi être tentée d’inscrire, a posteriori, sa politique migratoire dans le cadre d’un clash moral avec l’Amérique de Trump afin de galvaniser son électorat.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JonSnow
- 21/11/2016 - 22:07
Les élites en perdition
Les élites qui ne comprennent plus le vote des peuples croient représenter la démocratie! Quelle ironie! Merkel a donné le coup de grâce à l'Europe avec sa décision irréfléchie d''ouvrir les frontières de l'Allemagne, imposant à l'Europe entière un flux migratoire énorme. J'espère pour l'Europe que Merkel sera battue. Quant au couple franco-Allemand, sous Hollande, il s'est désintégré.
hermet
- 20/11/2016 - 17:13
Merckel à bannir
Merckel est une catastrophe pour l'europe et l'allemagne, sa politique est à très coutre vue et populiste, comme on l'a vu avec le nucléaire, la Grèce et la crise migratoire, elle a tout faux. Elle n'a fait que bénéficier des réformes de Schroeder et pilote la politique Européenne dans le seul intérêt des grosses firmes allemandes au mépris de sa propre population et du reste de l'Europe. Si elle continue pas de doute l'UE explosera sous son prochain mandat.
MIMINE 95
- 20/11/2016 - 16:13
et vlan , t'es foutu .....et pour pas un rond !!!
".... l’AfD, bien que ce dernier se révèle de plus en plus comme un parti non seulement populiste mais surtout d’inspiration néo-nazie"]. Néo nazis et populistes, deux affirmations gratuites et parfaitement ridicules pour qui s'intéresse aux mouvements politiques Allemands
Le "néo nazisme" , "le "populisme", l' "extrême -droite" etc etc deviennent une obsession compulsive chez certains rédacteurs d'Atlantico ces derniers temps. Est ce parce ces mots évitent d'avoir à fournir une argumentation , mais peut-être n'est ce qu'une simple pathologie hivernale, ou alors un mantra pour effrayer le prospect béat ?