En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Flickr
Diplomatie du climat

COP 22 à Marrakech : pourquoi l'environnement est désormais la bouée de sauvetage d'une diplomatie française déconsidérée sur les autres fronts

Publié le 18 novembre 2016
Alors que sur de nombreux dossiers internationaux la diplomatie française est de moins en moins influente, le succès de la COP 21 pourrait permettre à la France de jouer le rôle de leader en matière de lutte contre le réchauffement climatique.
Henri Landes est Directeur général de la Fondation GoodPlanet. Il enseigne aussi la politique de l’environnement à SciencesPo Paris depuis 2013 et est le cofondateur de CliMates, un think et do tank sur le changement climatique. Il a également cofondé...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Landes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Landes est Directeur général de la Fondation GoodPlanet. Il enseigne aussi la politique de l’environnement à SciencesPo Paris depuis 2013 et est le cofondateur de CliMates, un think et do tank sur le changement climatique. Il a également cofondé...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que sur de nombreux dossiers internationaux la diplomatie française est de moins en moins influente, le succès de la COP 21 pourrait permettre à la France de jouer le rôle de leader en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

Atlantico : Au cours des mois qui ont précédé la COP 22 de Marrakech, François Hollande avait manifesté sa volonté d'être un partenaire privilégié du Maroc dans l'organisation de cette nouvelle conférence sur le climat. Dans quelle mesure la France essaie-t-elle de se positionner en leader de la lutte contre le réchauffement climatique ? Au regard de la lenteur du processus de ratification de la COP 21, comment peut-on évaluer l'influence et le poids de la France dans ce domaine ? 

Henri Landes : La France est un leader sur le climat d'un point de vue diplomatique. Depuis deux ans, elle a réussi à mobiliser la communauté internationale en faveur de la signature de l'accord de Paris. Elle montre une bonne volonté dans l'arène international et les pays participants à la COP voient la France d'un très bon oeil aujourd'hui. Barack Obama a joué un rôle important également dans l'obtention de l'accord historique, en renversant la position auparavant réticente des Etats-Unis et en créant une alliance climatique avec la Chine.   

Cependant, il y a plusieurs autres actions nécessaires pour être leader dans la lutte contre le changement climatique : développer massivement les énergies renouvelables, lancer des grands programmes de rénovation énergétique des infrastructures, privilégier l'agro-écologie et mettre fin à l'agriculture intensive et industrielle, ou encore transformer l'économie en une économie circulaire qui produit de moins en moins et qui valorise les déchets. 

La France avance sur ces différents pans de la transition écologique, mais sans être un leader. Dans chaque domaine il y a de fortes résistances au changement dues à la structure très centralisée de l'économie et des pouvoirs publics. Elle ne favorise pas encore l'accélération des initiatives vertueuses, souvent portées par des collectivités, des PME et des entrepreneurs. 

Par ailleurs, la France ne montre pas une grande exemplarité sur quelques dossiers internes tels que le projet de Notre-Dame-des-Landes. Si l'aéroport est construit, il contribuera à une forte hausse des émissions de gaz à effet de serre dans l'aviation et détruira la biodiversité et les terres agricoles dans la région. L'avenir consiste beaucoup moins en de nouveaux grands projets d'infrastructures que des petits projets qui marie dès leur conception développement économique local, emplois et préservation du vivant.

Dans quelle mesure une position de premier plan dans le domaine de la lutte contre le réchauffement climatique permettrait-elle de redorer le blason de la diplomatie française dans un contexte d'effacement de la France sur de nombreux dossiers internationaux et de difficultés économiques ? 

Historiquement, la lutte contre le changement climatique n'est pas le sujet le plus déterminant dans les relations internationales. Les négociations commerciales et sur la sécurité prédominent. Cependant, le climat devient de plus en plus perçu comme un sujet transversal qui doit être pris en compte dans les politiques migratoires, les partenariats économiques et les stratégies militaires. 

La lutte contre le changement climatique est aussi une opportunité d'être plus créatif dans la coopération internationale. Il serait intéressant de bâtir des coalitions dédiées précisément à la transition écologique. Nous pouvons imaginer des partenariats avec d'autres pays qui consistent à accélérer le développement de l'agro-écologie, par exemple. Deux pays se mettraient d'accord sur un soutien mutuel et des objectifs communs en matière de production agricole biologique et non industrielle, et de faire un échange de bonnes pratiques. 

Ce type de coalitions existe entre les collectivités, tels que le C40 ou Energy Cities. Nous pouvons imaginer cela entre des pays. S'il s'agit de deux pays européens, des coalitions vertes pourraient servir à reconstruire petit à petit l'image et la cohésion de l'Union européenne.  

Les difficultés autour de la ratification de l'accord de Paris étaient-elles prévisibles ? Que pourrait faire la France au cours de la COP 22 pour accélérer le processus ? 

Chaque pays a une procédure de ratification différente en fonction de ses propres institutions politiques et administratives. Ainsi, il est difficile de prévoir la vitesse de la ratification par l'ensemble des pays signataires. La France peut faire pression sur certains pays et leur apporter de l'assistance technique. Ceci est le cas surtout pour les pays en voie de développement. 
 
La plupart des grands pays ont ratifié l'accord, permettant son entrée en vigueur. Sa mise en oeuvre peut désormais avancer et les autres pays devraient s'aligner dans l'année qui vient.
 
Cependant, la question est de savoir si les Etats-Unis remettront en cause leur position sur le climat, suite à l'élection du climato-sceptique Donald Trump. Tout ne se joue pas avec le comportement du Président Trump, mais les Etats-Unis auront un grand impact sur la crédibilité de l'accord de Paris et sur l'élan de la lutte contre le changement climatique. Il a été très difficile de sortir de l'impasse climatique pré-2015, il est primordial de ne pas revenir en arrière. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 15/11/2016 - 21:14
Le canular climatique!
Eh oui, refroidissement climatique, car, contrairement aux prévisions alarmistes du GIEC, qui ressemblent à celles des sondeurs des élections américaines, la température globale a baissé de 0,6 degrés, depuis1996, début des mesures de températures globales... Trump se moque de ce refroidissement climatique, comme de son premier électeur! Et les deux chambres américaines ne ratifieront jamais ce qu'elles ont toujours considéré commun canular grotesque. La Chine a ratifié l'accord de la COP21, uniquement pour ne pas perdre la face vis à vis d'Obama, qui s'est associé à l'accord. Mais les Chinois s'en foutent royalement et continueront à être le 2D pollueur de la planète...Marrakech ressemble au même enfumage pour bobos déconnectés, petites filles crédules sans expérience, et petits garçons mal rasés pour se donner l'illusion d'être des hommes...
Deudeuche
- 15/11/2016 - 10:01
Les cultureux invertis du quai d'Orsay
ont atteint leur seuil d'incompétence.
Solution recruter des diplomates hors du bouillon de culture (miasmes) parisien.