En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Le but de la Deutsche Bank : gonfler les chiffres pour faire croire aux agences de notation que les investissements réalisés rapporte plus que prévu.
Magouille

L'Allemagne, côté sombre : un jeune analyste dévoile les pratiques douteuses de la Deutsche Bank

Publié le 22 février 2012
Le scandale a éclaté parce que le jeune salarié refusait de trafiquer les chiffres de la banque allemande pour qu'ils soient davantage conformes aux exigences des agences de notation.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le scandale a éclaté parce que le jeune salarié refusait de trafiquer les chiffres de la banque allemande pour qu'ils soient davantage conformes aux exigences des agences de notation.

L'histoire débute en 2007. A l'époque, les titres boursiers adossés à des hypothèques sont littéralement en train d'exploser. Dans le même temps, les clients des banques d'investissements fuient comme des rats quittent le navire. A cette même époque, un jeune analyste de la Deutsche Bank refuse de modifier les résultats des placement et des actions gérés ou émis par sa banque.

Le but : gonfler les chiffres pour faire croire aux agences de notation que les investissements réalisés rapporte plus que prévu. Par cette manipulation, la banque espérait surtout obtenir une meilleure note. A ce moment là, les banques les plus importantes du monde entier, faisaient des pieds et des mains pour persuader les agences de notation que leurs titres hypothécaires méritaient le sceau tant convoité du "AAA".

Cette magouille orchestrée par des cadres de la Deutsche Bank aurait pu passer comme une lettre à la poste. C'était sans compter le refus d’obtempérer du jeune analyste... 

Les protestation du jeune homme ont ainsi donné lieu à une enquête interne, menée par un cabinet d'avocats, selon le témoignage concordant de cinq employés (et ex-employés) de la Deutsche Bank. Mais beaucoup de détails restent flous sur cet "incident". Au final, impossible de savoir si de fausses informations ont été envoyées aux agences de notation. On ne sait pas non plus si l’enquête interne a pris en compte, ou pas, la version de l’analyste, rapporte le Huffington Post. 

Deux employés qui travaillaient dans l'équipe du jeune analyste ont affirmé au site ProPublica qu'ils étaient au courant du méfait. La Deutsche Bank, de son côté, nie en bloc : "Toute insinuation selon laquelle nous aurions trompé les agences de notation est infondée et totalement fausse." Rien de surprenant à ce que la célèbre banque protège sa réputation.

Plus étonnant en revanche : quatre ans après cette supposée magouille, personne n'est venue interroger l'analyste en question, rapporte ProPublica. Ni la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme de la bourse américaine, ni aucun autre organisme de régulation gouvernemental... 

Cette affaire a finalement mis à jour une autre zone d'ombre des banques. Celle de la "modélisation". Les personnes en charge de la modélisation créent des feuilles de calcul qui évaluent la valeur des titres (actions, obligations, fonds de placement, SICAV, etc.) ainsi que les dates de paiement. Ces employés subissent souvent une forte pression, car ces chiffres sont très surveillés par les agences de notation. C'était particulièrement le cas au sein du groupe CDO, une branche de la Deutsche Bank, rapporte le Huffington Post. " Les employés travaillent souvent jusqu’à 1h du matin", explique une source sous couvert d'anonymat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
caod4444
- 22/02/2012 - 17:29
Pas mal mais ....
cet article à le mérite de poser des questions mais semble ne pas aller jusqu'au bout par manque de documentation. Les faits relatés semblent crédibles mais il n'y a pas assez de matière...
perisino62
- 22/02/2012 - 13:15
C'est un article de presse diffamatoire !
Votre article n'a aucun intérêt puisque vous ne savez rien ; vous transmettez des rumeurs ; et dites des évidences !

Lorsque quelqu'un rempli sa feuille d'ISF, il diminue légèrement la valeur de ses actifs... c'est naturel !
Lorsque quelqu'un donne un rapport de gestion à quelques agences de notation il augmente légèrement la valeur des actifs si ça l'arrange : car cependant cette méthode augmente l’assiette fiscale !
Gagnez d'un côté ce qu'on perd de l'autre ... où est l'intérêt ??
Evitez de diffamer tous azimuts !

La Deutsche Bank, banque d'investissement qui participe partout dans le monde au développement économique n'est pas moins fiable que d'autres !

Cet employé "analyste" était peut-être "un infantile"... qui aura eu des problèmes internes, ce sera vu relever les bretelles, et aura tenté de se venger ou de faire chanter la banque !
Ravidelacreche
- 22/02/2012 - 11:26
Huffington Post.
Au final, impossible de savoir si de fausses informations ont été envoyées aux agences de notation. On ne sait pas non plus si l’enquête interne a pris en compte, ou pas, la version de l’analyste, rapporte le Huffington Post.
C'est comme pour Riri la Quiquette, on sait pas!