En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 32 min 1 sec
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 1 heure 10 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 1 heure 28 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 38 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 15 heures 41 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 17 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 18 heures 55 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 20 heures 53 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 21 heures 17 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 21 heures 49 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 1 heure 12 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 11 heures 26 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 12 heures 25 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 17 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 18 heures 34 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 19 heures 56 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 21 heures 4 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 21 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 22 heures 10 min
© Reuters
© Reuters
Edito

Pourquoi le choc de l’élection de Donald Trump peut réveiller l’Amérique

Publié le 11 novembre 2016
Avec l’élection surprise de Donald Trump, l’Amérique est entrée dans une nouvelle ère avec une sorte de saut dans l’inconnu, comportant de grands risques, mais qui peut se révéler à terme comme une chance pour la première puissance mondiale soumise à des craquements de grande ampleur, ressemblant à une vraie faille tectonique.
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec l’élection surprise de Donald Trump, l’Amérique est entrée dans une nouvelle ère avec une sorte de saut dans l’inconnu, comportant de grands risques, mais qui peut se révéler à terme comme une chance pour la première puissance mondiale soumise à des craquements de grande ampleur, ressemblant à une vraie faille tectonique.

Au lendemain du verdict des urnes, rien ne se déroule comme prévu. La campagne électorale a été l’une  des plus féroces que le pays ait connu, où les invectives, les injures ont atteint des sommets, en grande partie en raison du comportement provocateur de celui qui devait l’emporter et qui ne respectait pas les usages traditionnels. On pouvait donc craindre le pire : une élection contestée en raison du faible écart de voix entre  les deux protagonistes, Hillary Clinton ayant même remporté davantage de suffrages que son adversaire, mais  ayant perdu en nombre de grands électeurs en raison de la particularité du système  électoral. Et là encore, tout s’est déroulé autrement, comme si toutes les rancœurs,  les haines  accumulées pendant  des  mois disparaissaient comme  par enchantement.  Pour son premier discours d’élu, Donald Trump chantait l’air de la grande réconciliation, encensant même sa rivale  qu’il  avait  littéralement traîné  dans la boue, mais qui reconnaissait sa défaite. De son côté, Barack Obama réservait un accueil cordial à celui qui  lui succédera le 20 janvier prochain, en l’assurant qu’il ferait tout pour faciliter la transition et en lui souhaitant  le succès.  Les milieux d’affaires ont embrayé aussitôt dans une version optimiste, en ne  voulant voir que certains  aspects positifs du personnage qui avait pu être masqués pendant  la campagne. Wall Street saluait par une hausse spectaculaire la naissance du quarante-cinquième  président  des Etats-Unis, le  Dow Jones établissant un nouveau record absolu.

Il est vrai que le personnage de Donald Trump fascine autant qu’il peut apparaître détestable  par certains traits. Il représente  le rêve américain, celui de l’homme  qui n’appartenait pas à l’establishment et qui s’est fait tout seul, à l’instar de Ronald Reagan, qui a gardé l’image d’un  grand président, alors qu’il était au départ maitre nageur, devenu acteur de films de série B, avant de parvenir à la magistrature suprême. Trump a connu des débuts moins difficiles, puisque son père lui avait fourni son premier million de dollars, mais il a fait prospérer cette somme en milliards, grâce à un flair  exceptionnel, trop longtemps camouflé  par ses extravagances. Mais  ses outrances  lui ont servi  paradoxalement, car il était devenu une tête de turc  constamment  invité dans les médias parce qu’il  traînait derrière lui une odeur de souffre et d’irrévérence. C’est ainsi qu’il  a pu parvenir  à la notoriété sans le soutien d’un grand journal ou de chaînes  de télévision et en dépensant pour sa campagne  beaucoup moins d’argent  que ses concurrents.

On lui reproche d’avoir un programme flou, lorsqu’il ne comporte pas certains engagements  ineptes, en matière de nationalités ou d’environnement par exemple.  On va découvrir très vite que c’est d’abord un  opportuniste. Il a déjà retiré de ses sites  certains projets outranciers. Il va appliquer le comportement  qui a toujours  été le sien  dans l’échafaudage de sa fortune immobilière : un flair exceptionnel  pour reconnaitre les terrains qu’il lui fallait acheter pour édifier  son  empire, un goût de la négociation et du compromis, qu’il  entend appliquer à la politique. Et puis,  il  y a derrière le personnage assez odieux que la presse avait tracé de lui, une certaine admiration diffuse d’une grande partie du peuple qui salue sa réussite, mais aussi son caractère et qui nourrissait une colère de plus en plus grande vis-à-vis de la classe politique, de ses codes et de ses compromissions et était prête à se jeter dans les bras de celui en qui elle reconnaissait les qualités susceptibles de la faire renouer  avec le rêve américain. Un comportement que l’on retrouve dans d’autres pays, que les Britanniques ont adopté avec le brexit et qui pourrait aussi tenter  la France  l’an  prochain.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Orchidee31
- 11/11/2016 - 17:56
Jurgio
Entièrement d'accord avec vous -
Orchidee31
- 11/11/2016 - 17:49
"Il l'a traînée dans la boue.."
Mais que l'on sache Clinton n'est pas un modèle d'angélisme, loin s'en faut pour preuve un clip de campagne contre son rival absolument horrible - alors on va dire qu'ils se sont traînés dans la boue mutuellement à la différence que DT a dit beaucoup de vérités sur dame Clinton.....et ça, cela dérangeait la presse et ces "chers" démocrates....
langue de pivert
- 11/11/2016 - 17:05
Les campagnes américaines sont toujours féroces mais un fois terminées tout le monde se range derrière la bannière. Je ne suis pas surpris que cela se reproduise encore une fois. A l’élection de Bush fils le personnel avait emmené dans les cartons les W des claviers, mais c'était une "potacherie" plus qu'un vacherie ! Les States c'est pas la France là haut tu brûles un drapeau et tu te fais lyncher avant l'arrivée de la police.