En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

05.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

06.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 10 heures 2 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 14 heures 40 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 15 heures 29 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 16 heures 6 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 16 heures 44 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 17 heures 21 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 17 heures 50 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 18 heures 30 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 19 heures 17 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 13 heures 1 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 14 heures 54 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 15 heures 51 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 16 heures 23 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 16 heures 58 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 18 heures 48 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 18 heures 57 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 19 heures 19 min
© REUTERS/Philippe Wojazer
© REUTERS/Philippe Wojazer
Mauvaise idée

Pourquoi Jean-Marie Le Pen se trompe lourdement en pensant que le FN devrait renoncer à sa stratégie de dédiabolisation suite à la victoire de Trump

Publié le 11 novembre 2016
Jean-Marie Le Pen a profité de la victoire de Donald Trump pour inciter sa fille à suivre les pas du nouveau président américain. Mais les conditions électorales diffèrent grandement entre les deux candidatures, et Marine Le Pen pourrait perdre plus en abandonnant la dédiabolisation que son père ne le croit.
Bruno Larebière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste indépendant, spécialisé dans l’étude des droites françaises, Bruno Larebière a été durant dix ans rédacteur en chef de l’hebdomadaire Minute. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Jean-Paul II (éd. Chronique, 1998) et De Gaulle (éd....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marie Le Pen a profité de la victoire de Donald Trump pour inciter sa fille à suivre les pas du nouveau président américain. Mais les conditions électorales diffèrent grandement entre les deux candidatures, et Marine Le Pen pourrait perdre plus en abandonnant la dédiabolisation que son père ne le croit.

Atlantico : Marine Le Pen s'est fait remarquer le 9 novembre par les félicitations enthousiaste qu'elle a adressé à Donald Trump. Pourtant, la candidate du Front National s'était longtemps gardée d'un rapprochement avec le magnat américain ces derniers mois. Devant le raz de marée Trump, prendrait-elle le risque d'abandonner sa stratégie de dédiabolisation pour devenir plus offensive comme le fut le nouveau Président des Etats-Unis ?

Bruno Larebière : Durant la campagne présidentielle américaine en effet, Marine Le Pen ne s’était pas positionnée clairement en faveur de Trump contrairement à ce qu’on tente de faire accroire désormais. Interrogée le 31 août par CNN, elle s’en était tenue à un « tout sauf Clinton dans l’intérêt de la France », ce qui revenait certes à soutenir Donald Trump mais n’était tout de même pas la même chose. Si elle se reconnaissait des points communs avec Trump, ça n’a jamais été sur son discours politique, mais dans le fait de n’être « pas du sérail », c’est-à-dire d’être tous deux étrangers à l’Establishment : « Nous ne dépendons de personne », avait-elle affirmé, ce qui reste d’ailleurs à prouver, du moins pour Trump.

Mercredi soir sur France 2, invitée du 20 heures, Marine Le Pen a poursuivi dans cette stratégie d’évitement, manifestant clairement qu’elle n’entend nullement rompre avec la ligne qu’elle s’est fixée, celle de l’« apaisement ». Elle a refusé, tel le cheval devant l’obstacle, de répondre à toutes les questions qui l’auraient amenée sur un terrain autre que celui du « peuple contre les élites ». A Julian Bugier qui évoquait une « victoire identitaire », celle des « Américains blancs, déclassés », Marine Le Pen a répondu qu’il s’agissait d’« une erreur d’analyse » et que « racialiser » les résultats de l’élection américaine était « n’avoir rien compris à ce qui s’est passé », qui n’est rien d’autre que « la volonté de rompre avec la mondialisation sauvage » et « la volonté de retrouver la nation ».

Or c’est à tout le moins un peu court. Le New York Times a clairement montré (1) que l’électeur type de Donald Trump est un homme blanc marié et chrétien de plus de 45 ans, habitant ce que peut appeler, en allusion aux travaux de Christophe Guilluy, « l’Amérique périphérique », pour qui la question la plus importante (« Most important issue ») est l’immigration. Dans les déterminants du vote, les questions économiques n’arrivent que loin derrière : si les électeurs de Trump considèrent que leur situation économique personnelle est moins bonne que celle de leurs parents, et que celle de leurs enfants sera pire encore, cela n’est pas exprimé comme l’élément qui a motivé leur vote.

Marine Le Pen reprend, une fois de plus mais plus visiblement qu’à l’accoutumée, la grille de lecture qui est celle de l’économiste chevènementiste Jacques Sapir, qui fait mine de se tenir à distance du Front national mais exerce sur elle, et encore plus sur Florian Philippot, une influence certaine depuis plusieurs années.

Dans son dernier texte, « Le vote Trump et ses leçons » (2), paru le 10 novembre, Jacques Sapir explique, sous couvert d’analyser le scrutin américain, quelle est la stratégie de Marine Le Pen, évidemment « validée » par l’élection de Donald Trump. Permettez-moi de le citer largement tant le parallélisme est stupéfiant. Il commence par dire ce que Marine Le Pen a exprimé sur France 2 (« présenter le vote Trump comme un vote “blanc“ et raciste passe largement à côté des réalités ») puis déduit : « Il y a une conséquence importante, et qui peut être généralisée. Face aux désastres induits par la “mondialisation“ une partie de l’électorat populaire réagit au chantage de l’élite “nous ou le chaos“ en choisissant le candidat “anti-élite“ ou “anti-système“, que ce soit de manière passive (par l’abstention) ou que ce soit de manière active (en votant pour lui). »

Jacques Sapir ajoute : « Ce phénomène est d’autant plus fort que le candidat “anti-système“ s’est abstenu de déclarations susceptibles de rebuter ces électeurs. Là où Trump, dans ses discours locaux, a tenu ses propos les plus outranciers, le phénomène est le plus faible. Là où il s’est concentré sur des attaques contre l’établissement et les banques, le phénomène est le plus important. La cohérence du discours du candidat “anti-système“ est donc bien importante pour casser le mécanisme de rejet, mais elle impose aussi que ce discours ne soit pas provocateur. »

Telle est, exactement, la stratégie de Marine Le Pen ! Persuadée qu’elle sera présente au second tour de l’élection présidentielle, où elle sera opposée à un candidat qui, quel qu’il soit, sera présenté comme l’homme de l’« establishment », le candidat de l’« élite », celui du « système », elle évite en effet tout discours qui serait jugé « provocateur » afin de neutraliser autant que faire se peut des électeurs qui lui sont a priori opposés. L’idée étant que s’ils ne votent pas pour elle, peut-être s’abstiendront-ils de voter contre elle, ce qui, mécaniquement, augmentera ses chances d’être élue.

De même Sapir met-il en avant le fait que Bernie Sanders, candidat malheureux à l’investiture démocrate contre Hillary Clinton, ait déclaré qu’il était prêt, « dans la mesure où M. Trump est sérieux », à travailler avec lui « s’il s’agit de mener une politique améliorant la vie des familles de travailleurs », mais bien sûr pas dans le cadre de « politiques racistes, xénophobes et anti-écologistes ». Le texte de Sapir fait écho, là encore, aux multiples hommages rendus, tout au long de cette campagne, par Florian Philippot à Bernie Sanders, systématiquement présenté comme l’autre candidat « anti-establishment », préfiguration de ce que sera, suivant cette logique, un appel aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon à se reporter sur Marine Le Pen.

Car on en est là, et un mérite de l’élection de Donald Trump aura été de permettre que cette stratégie, que Marine Le Pen pratique depuis de longs mois, soit écrite noir sur blanc par Jacques Sapir, un peu moins prudent que d’habitude ou un peu plus ambitieux.

Quels avantages Marine Le Pen peut-elle malgré tout retirer de la victoire du candidat républicain ? 

Avant l’élection, un journal américain avait parlé de Trump comme du « Marine Le Pen américain ». Depuis l’élection de Trump à la présidence des Etats-Unis, c’est Marine Le Pen qui est devenue « le Trump français » et cela change tout dans la perception : si le Marine Le Pen français a été élu à la présidence de la première puissance mondiale, la vraie Marine Le Pen ne peut-elle pas elle aussi être élue ?

Pour Marine Le Pen, l’élection de Donald Trump est comme une « divine surprise », qui vient montrer, selon sa formule, que « ce que le peuple veut, il le peut », ce qui tombe à pic pour sa propre campagne placée sous le slogan « Au nom du peuple ». La classe politique française a d’ailleurs été quasi unanime à noter, de Jean-Christophe Cambadélis à Jean-Pierre Raffarin, que « ce qui paraissait impossible, impensable, pourrait bien nous arriver aussi », comme l’a dit Elisabeth Guigou, à savoir que l’hypothèse de l’élection de Marine Le Pen à la présidence de la République devient crédible.

Marine Le Pen va donc continuer à inscrire son action dans le cadre englobant de « ce monde nouveau qui émerge » et est notamment caractérisé par les « surprises » que réservent les peuples aux « élites déconnectées », tout en déroulant un discours qui, sur la forme comme sur le fond, est aux antipodes de celui de Donald Trump, cela dans un contexte institutionnel et politique totalement différent. C’est après tout de bonne guerre et c’est de son intérêt, tant les Français ne vont pas aller chercher ce qui les distingue fondamentalement.

On ne peut d’ailleurs pas exclure que Marine Le Pen profite des deux mois qui nous séparent de l’entrée en fonction du 45e président des Etats-Unis, le 20 janvier prochain, pour aller à sa rencontre et mettre en valeur les points de convergence en politique internationale avec celui qui sera bientôt l’homme le plus puissant le monde. 

La réussite Trump pourrait-elle plutôt inspirer un candidat des Républicains, qui aurait moins de scrupules à durcir son ton ? Si oui, lequel vous semble le plus à même d'adopter le style de Trump lors de la prochaine campagne ?

L’élection de Trump survient trop tard pour permettre à un candidat, donné à 1 % dans les sondages de la primaire comme l’était Trump à son entrée en lice dans la primaire des Républicains, de l’emporter, mais elle donne le signal qu’il est possible de terrasser celui qui est à la fois le favori des sondages et le candidat de la continuité, suivez mon regard…

A une semaine du premier tour de la primaire de la droite et du centre, Alain Juppé est celui qui a le plus à redouter de l’onde de choc de la présidentielle américaine, en tant qu’il apparaît comme le candidat adoubé par le « système », et on peut faire confiance à Nicolas Sarkozy pour essayer profiter de l’effet de souffle, ce qu’il a déjà engagé. Le « style Trump », ça le connaît, et ce n’est pas sur ce terrain qu’on peut venir le concurrencer, quand bien même voudrait-on « renverser la table » comme l’avait annoncé François Fillon.

(1)http://www.nytimes.com/interactive/2016/11/08/us/politics/election-exit-polls.html?_r=1

(2)https://russeurope.hypotheses.org/5417

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lafronde
- 12/11/2016 - 11:39
Diabolisation utile ? Tout dépend de laquelle !
La diabolisation est vieille comme les peurs de l'Humanité. Socrate en est mort. De nombreux hérétiques aussi. Les progressistes utilisent la diabolisation depuis la Révolution. Tour à tour aristocrates, clergé catholique, capitalistes, militaires, policiers (mai 68 et son slogan CRS=SS), opposants à l'immigration de masse, islamo-sceptiques et partisans du mariage traitionnel, ont servi et servent encore de cible. Défendre toutes ces composantes de la Société c'est déjà choisir d'. être moralement, historiquement et politiquement incorrect. Une assurance d'être diabolisé, mais pour de bonnes raisons : la défense de la Liberté, de la Tradition, de l'Identité (comme héritage et choix personnel). On peut aussi risquer d'être diabolisé pour de mauvaises raisons : nostalgie d'un monde révolu, impasse politique, ou minimisation d'un crime contre l'Humanité. Prendre le risque d'être diabolisé, oui, mais pour les bonnes causes. Car c'est le citoyen-électeur qui dédiabolise dans l'isoloir, et il a plus de bon sens que les politiciens.
Ganesha
- 12/11/2016 - 10:02
Cloette
Ce que dit l'article de Zemmour, c'est que la proportion de blancs américains qui votent Républicains est stable : Trump : 58 %, Romney : 59 % en 2012. Ce qui a augmenté, ce sont les votes d'autres groupes ethniques. Hillary Clinton n'a plus réussi à obtenir que 88 % du vote afro-américain (contre 93 % en 2012) et 65 % du vote latinos (contre 71 % en 2012). Ces variations ne sont pas énormes, mais désormais les élections démocratiques se jouent à 51-49 ! Ce qui me laisse vraiment perplexe, ce sont les lecteurs d'Atlantico qui se prétendent capables de deviner ce que feront Trump ou Philippot ! Vous avez une boule de cristal ? Bd Voltaire semble un site intéressant : cela me changera peut-être d'Atlantico et de son éternel troupeau de vieux messieurs haineux, égoïstes, aussi stupides que méchants !
http://www.bvoltaire.fr/xavierscot/zemmour-a-tort,293505
cloette
- 12/11/2016 - 08:14
nom de l'article
" Zemmour a tort"