En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Attention ceci est un mirage
Pourquoi il n'y aura pas de démondialisation après les élections
Publié le 02 mars 2012
Arnaud Montebourg avait lancé l'idée, Jean-Luc Mélanchon et Marine le Pen ont repris le concept. Pourtant, selon Lionel Fontagné, "démondialiser" est techniquement impossible (Extrait 1/2).
Lionel Fontagné est professeur à l' Ecole d'économie de Paris et à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, conseiller scientifique au CEPII (Centre d'études prospectives et d'informations internationales), consultant à la Banque de France et conseiller...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lionel Fontagné
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lionel Fontagné est professeur à l' Ecole d'économie de Paris et à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, conseiller scientifique au CEPII (Centre d'études prospectives et d'informations internationales), consultant à la Banque de France et conseiller...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Montebourg avait lancé l'idée, Jean-Luc Mélanchon et Marine le Pen ont repris le concept. Pourtant, selon Lionel Fontagné, "démondialiser" est techniquement impossible (Extrait 1/2).

Doit-on s’attendre à une offensive en termes de démondialisation après les élections françaises ? En réalité, quelle que soit l’issue des scrutins, la réponse est négative pour des raisons techniques.

Premièrement, les entreprises françaises sont très mondialisées et le resteront. Les groupes français, qu’il s’agisse de l’industrie ou des services, réalisent déjà la moitié de leur activité hors du territoire national, et la moitié de leurs emplois est déjà localisée à l’étranger. Et, même si l’on ne dispose pas des chiffres précis, tout laisse à penser que plus de la moitié de leurs profits sont engrangés, eux aussi, à l’étranger. La moitié en France, c’est encore beaucoup, si l’on compare cela aux 5 % de l’activité et de la demande mondiales que représente le territoire français : autrement dit, les entreprises françaises réalisent la moitié de leur activité sur un territoire représentant un vingtième de l’économie mondiale. On doit donc s’attendre plutôt à ce que nos entreprises réorientent de façon croissante leur champ d’action vers le nouveau pôle de croissance de l’économie mondiale que constitue l’Asie. Ne nous y trompons pas pour autant. Développer des activités à l’étranger ne signifie pas en détruire en France. L’économie mondiale s’agrandit chaque année, ce qui laisse de la place, en fin de compte, pour plus d’activité. Le jeu n’est pas à somme nulle.

Deuxièmement, les processus productifs sont, eux-mêmes, très internationalisés et cela est difficilement réversible, sauf exception. Les Français n’aiment pas la mondialisation des chaînes de valeur, mais ils ont une addiction aux produits qui en sortent, comme le téléphone et la tablette de la marque californienne bien connue. Les produits que nous consommons sont le résultat d’étapes de fabrication successives, localisées dans des pays différents. L’important pour les entreprises est d’avoir des idées et de les réaliser en combinant les compétences des différentes localisations. L’important pour un territoire et pour l’emploi est d’avoir beaucoup d’entreprises ayant beaucoup d’idées.

Troisièmement, l’ouverture à l’international de l’économie française passe, d’abord et en grande partie, par le Marché unique européen, où se trouvent beaucoup de nos concurrents et de nos clients. À moins de sortir de l’Union européenne, pas de marge de manœuvre de ce côté.

Enfin, les droits de douane ne sont pas décidés par le gouvernement français, quel qu’il soit. Il s’agit d’une prérogative européenne. Il conviendra donc de convaincre nos partenaires européens si nous voulons renforcer le protectionnisme. Et nous n’avons aucune chance d’y arriver, dans la mesure où la perception de la mondialisation est très différente dans le nord et le sud de l’Europe. On voit mal, de surcroît, notre partenaire allemand s’engager dans une voie qui lui fermerait les marchés étrangers, précieux pour sa croissance, par simple effet de rétorsion.

L’approche européenne est autre : elle vise à inciter les pays exportateurs, plutôt qu’à les pénaliser. La révision du système de préférences généralisées (le menu des préférences douanières pour les pays en développement exportant vers l’Europe) en juillet 2011 vise ainsi à renforcer« les incitations à la protection des droits fondamentaux de l’homme et du travailleur et au respect des normes environnementales». Concrètement, les pays respectant ces droits auront des droits de douane réduits à l’entrée sur le marché européen.

À supposer que l’Union européenne soit convaincue, il faudrait qu’elle renonce à ses engagements au sein de l’OMC, si elle souhaitait procéder à une augmentation généralisée de ses droits de douane à l’égard des pays à bas salaires ou à normes environnementales plus souples. Autant utiliser le capital d’influence français à Bruxelles pour d’autres causes.

Aucun gouvernement, de droite ni de gauche, n’enclencher a donc de processus de démondialisation. Cela ne signifie pas que le gouvernement ne devra rien faire. Le clivage droite-gauche ne passe pas par le thème de la démondialisation : celle-ci étant techniquement difficile, voire impossible à mettre en œuvre, le clivage se trouve dans les politiques qui devront être menées pour réconcilier les Français avec la mondialisation.

___________________________

Extrait de Droite contre gauche, Fayard (25 janvier 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
06.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
JP34
- 03/03/2012 - 09:12
A bon entendeur, salut
Il y a belle lurette que la politique française ne se décide plus en FRANCE mais à BRUXELLES;
Le Lobby jaques DELORS et compagnie, dont certains sont toujours aux commandes (JJ JUNCKER par exemple directeur de l'EUROGROUPE) dirigent aujourd'hui l’Europe.
Aucun des ces gens la ne sont élus, et ils sont influencés par lobby internationaliste des grands groupes industriels et bancaires américains, qui ont intérêts à la déréglementation mondiale pour augmenter leurs profits.
Tant que cette base de "ultra fonctionnaires" ne sera pas remise en question par les peuples, rien ne changera.
ricouti
- 02/03/2012 - 23:28
Le lien entreprise - citoyens
Quand Renault produisait en France (je prends cet exemple pour la commodité) , on pouvait se sentir un peu solidaire avec l'entreprise puisqu'elle faisait travailler des ouvriers français. C'est ainsi que l'entreprise a pu être soutenue à plusieurs reprises par l'état.

Vous nous dites que de plus en plus , ces entreprises iront en Asie.
Dans ces conditions, pourquoi se sentir encore solidaire d'un conseil d'administration ?

Pourquoi la soutenir en cas de difficultés ?
ricouti
- 02/03/2012 - 23:22
Un peu de définitions
@golvan se pose la question de definir la "mondialisation". Excellent question.
Bien désigner les choses par leur nom permet d'y voir plus clair.

Le terme exact devrait être "anglo-saxonisation" tant il s'agit de la généralisation du principe du libre échange cher aux anglo saxons.

Rappelons qu'ils n'ont rien inventé : la nature l'a fait il y a bien longtemps . On appelle ça autrement : la loi de la jungle.