En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 40 min 34 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 1 heure 1 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 8 heures 28 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 11 heures 8 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 13 heures 31 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 14 heures 3 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 15 heures 9 sec
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 15 heures 49 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 52 min 47 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 1 heure 20 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 8 heures 54 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 13 heures 19 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 13 heures 32 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 14 heures 20 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 14 heures 51 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 15 heures 8 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 15 heures 35 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 16 heures 26 min
© Allociné / HBO
L'OCDE estimait en mai 2016 que seuls 9% des emplois étaient menacés par l'avènement de la robotique et de l'intelligence artificielle. Bien sûr, ce remplacement ne signifie pas uniquement destruction et chômage...
© Allociné / HBO
L'OCDE estimait en mai 2016 que seuls 9% des emplois étaient menacés par l'avènement de la robotique et de l'intelligence artificielle. Bien sûr, ce remplacement ne signifie pas uniquement destruction et chômage...
Emplois protégés

Et les principaux secteurs dans lesquels les robots ne peuvent pas (encore) nous remplacer sont...

Publié le 12 décembre 2016
Alors que les robots, toujours plus perfectionnés et artificiellement intelligents, font pleurer dans les chaumières et provoquent des licenciements de main-d'œuvre, il est intéressant de faire le point sur les qualités dont nous, humains, disposons pour garder un coup d'avance sur ces machines.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les robots, toujours plus perfectionnés et artificiellement intelligents, font pleurer dans les chaumières et provoquent des licenciements de main-d'œuvre, il est intéressant de faire le point sur les qualités dont nous, humains, disposons pour garder un coup d'avance sur ces machines.

Le grand remplacement, c'est maintenant ? En tout cas, les Français le redoutent. Un employé sur quatre craint d'être remplacé par un robot de travail, plus efficace et moins coûteux qu'il ne l'est. Dans les colonnes des Échos, l'expert en management Vassili Joannidès de Lautour a dressé le diagnostic du monde du travail actuel et de la place croissante que les robots y prennent. Le remplacement des hommes par les robots dans les secteurs industriels n'est en effet pas un fantasme mais un fait (l'exemple le plus parlant étant celui des chaînes de montage de l'industrie automobile), d'autant plus que ces machines s'immiscent dans des corps de métiers dans lesquels nous pensions bénéficier d'un savoir-faire bien supérieur. Une tendance illustrée par l'exemple des robots chirurgiens, et plus récemment par les voitures autonomes et les algorithmes de trading haute fréquence.

Automatisation partout mais inégale

Pour autant, l'OCDE estimait en mai 2016 que seuls 9% des emplois étaient menacés par l'avènement de la robotique et de l'intelligence artificielle. Bien sûr, ce remplacement ne signifie pas uniquement destruction et chômage, puisque de nombreux emplois devraient être créés pour accompagner, maintenir en marche et perfectionner ces machines. Toutefois, il n'est pas à exclure qu'un nouveau prolétariat prenne racine : celui des populations dont l'absence de diplômes et de qualification ne permet une entrée dans le monde de la vie active par la seule porte du travail à la chaîne, de plus en plus concurrencé par les robots. Mais tout n'est pas perdu. Le réputé cabinet de conseil McKinsey a publié en juillet 2016 un rapport sur le sujet. En plus d'un document très parlant mettant en perspective les probabilités que les robots colonisent certains corps et secteurs de métiers par rapport au temps de travail que nous prennent ces tâches, il y distingue notamment les activités les plus et moins automatisables, ainsi que plusieurs atouts humains dont les robots ne disposent pas, ou en tout cas pas encore. Voici lesquels.

McKinsey préfère avertir : tous les corps de métiers seront impactés par l'avènement des robots et de leurs intelligences artificielles. Toutefois, ils ne seront pas tous autant touchés que les autres. Par exemple, et parmi tous les corps de métiers, certaines étapes de production requièrent un effort physique répétitif, tel qu'entreposer des colis dans un entrepôt ou coudre des vêtements. Ces tâches misent bout à bout représentent 18% du temps de travail accompli aux États-Unis. À ce niveau-là, McKinsey estime les probabilités d'automatisation de ces tâches, ou plutôt leur potentiel d'automatisation, à 78%. Toutefois, ce potentiel tombe à 25% lorsqu'il s'agit de tâches physiques "non prévisibles", telles que la coupe des arbres dont les bucherons s'occupent – on ne sait pas toujours de quel côté l'arbre va tomber –, tâches qui occupent 12% du temps de travail outre-Atlantique.

Les tâches au plus fort potentiel d'automatisation, pas forcément les plus chronophages

On constate une tendance selon laquelle les tâches qui prennent le plus de temps sont également celles qui ont le plus de potentiel d'automatisation pour chances d'être automatisées, comme l'indique le premier graphique du rapport. Dans l'ordre, on retrouve les tâches physiques prévisibles et répétitives (78% de potentiel d'automatisation pour 18% des heures travaillées), l'analyse de données (69% pour 16%), le stockage de données (64% pour 17%), les tâches physiques non prévisibles (25% pour 12%), les métiers impliquant traditionnellement des rapports humains (20% pour 16%), les formulations de conseils et expertises (18% pour 14%) et enfin le management (9% pour 7%). Ces étapes et différentes capacités dans la "chaîne de montage" sont donc davantage représentatives de l'automatisation du travail que les secteurs de métiers en eux-mêmes.

Prenons l'industrie textile. Si la production de vêtements dispose d'un fort potentiel d'automatisation (90%, estime McKinsey), la conception en amont des habits en prenant compte de la mode actuelle requiert des capacités que les robots n'ont pas encore et dispose d'un faible potentiel d'automatisation (30%). Ainsi, chaque corps de métier est différemment impacté par la robotisation. Certaines tâches, telles que les expertises, nécessitent beaucoup de temps dans certains corps de métiers tels que le secteur éducatif, mais ont très peu de chances d'être automatisées. À l'inverse, d'autres tâches ne représentant qu'un faible nombre d'heures de travail peuvent facilement être automatisées, telles que le travail physique prévisible et répétitif dans le métier de la finance – il faudra par contre nous expliquer en quoi il est physique. Ces inégalités sont à constater dans le troisième graphique.

Le supplément d'âme, la clé de la survie de certains métiers

Nos atouts demeurent bel et bien dans les métiers créatifs - bien que certaines intelligences artificielles soient maintenant capables de composer de la musique -, administratifs, d'assistance sociale, de santé, d'information - les journalistes sont à l'abri, ouf ! -, de management et de scolarité, qui nécessitent une certaine humanité, un certain surplus d'âme que les robots n'ont pas encore développé (le devraient-ils, d'ailleurs ?). Les interactions sociales et humaines entre un professeur et son élève ou entre un médecin et son patient restent importantes pour bâtir une relation de confiance, capitale dans ces métiers. Si le secteur de la santé pourrait se faire plus largement assister par la robotique dans les tâches de chirurgie ou de dosage en intraveineuse, les infirmières et infirmiers qui veillent sur le moral des patients sont difficilement remplaçables - même si le Japon l'a fait.

Les auteurs du rapport concluent que l'automatisation des tâches est inévitable, et ce dans tous les corps de métier. Seulement, il faut savoir accueillir cette révolution afin de ne pas la subir mais d'en profiter en s'y adaptant du mieux possible. Si les robots détruisent les emplois d'autrefois, pénibles et physiques, ils construisent également ceux de demain, plus valorisants et sans danger. "Comprendre que les activités les plus susceptibles d'être automatisées confèrent une opportunité unique de repenser la manière dont les employés s'engagent dans leur travail et dont les plateformes digitales peuvent permettre de connecter les individus, les équipes et leurs projets", est-il écrit.

Bien évidemment, cette mutation du monde du travail fera de nombreuses victimes. Toutefois, on ne peut que se réjouir de la disparition des métiers pénibles et peu valorisants qui, robotisés, permettront à davantage d'individus de s'orienter dans des voies professionnelles plus épanouissantes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires