En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

06.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

07.

Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 39 min 59 sec
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 3 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 5 heures 27 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 7 heures 49 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 8 heures 12 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 8 heures 23 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 8 heures 57 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 9 heures 42 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 9 heures 51 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 10 heures 20 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 2 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 8 heures 6 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 8 heures 16 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 8 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 9 heures 49 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 10 heures 13 min
light > Santé
Santé
Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 10 heures 49 min
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Les financiers se sont faits peur, mais beaucoup moins qu'au moment du Brexit. En fait, ils ont simplement fait leur métier et profité de l'inquiétude des opinions publiques pour spéculer.
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Les financiers se sont faits peur, mais beaucoup moins qu'au moment du Brexit. En fait, ils ont simplement fait leur métier et profité de l'inquiétude des opinions publiques pour spéculer.
Atlantico Business

Les milieux d'affaires sont secrètement contents de l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche

Publié le 10 novembre 2016
Donald Trump était insupportable, parce que politiquement trop incorrect, mais il incarne le rêve américain. Pour les milieux d'affaires, ça n'est pas la fin du monde.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Donald Trump était insupportable, parce que politiquement trop incorrect, mais il incarne le rêve américain. Pour les milieux d'affaires, ça n'est pas la fin du monde.

La campagne électorale de Donald Trump faisait sourire et frémir tout le monde, mais personne dans l'establishment américain n'avait cru possible la victoire d'un homme aussi vulgaire dans ses propos, aussi frustre dans son parcours et aussi incohérent dans son programme.

Les médias, les instituts de sondage, les politologues se sont tous ou presque trompés. Un séisme historique, a-t-on dit. Les financiers se sont faits peur, certes, mais beaucoup moins qu'au moment du Brexit. En fait, ils ont simplement fait leur métier et profité de l'inquiétude des opinions publiques pour spéculer. Après tout, les financiers font leur job. 

Les seuls à avoir gardé la tête froide, ce sont les chefs d'entreprise, les industriels qui ne sont finalement pas mécontents de l'arrivée d'un homme totalement nouveau, un chef d'entreprise, un milliardaire. L'incarnation du rêve américain tel qu'on l'a vu au cinéma. Parce que les faits sont têtus. La vie de l'Amérique ne va pas s'arrêter.

Les chefs d'entreprise savent très bien faire le partage entre des propos de campagne et la réalité des actions politiques. Entre ce que l'on dit pour séduire des électeurs qui expriment une certaine demande de changement, et ce que l'on peut réellement changer sur le fond. 

Le premier discours du 45ème président des Etats-Unis a montré un nouveau visage de Donald Trump, un visage plus grave, presque humble, un discours positif, rien sur les sujets qui fâchent mais simplement des propos qui rassurent. Rien de provoquant. Sans fautes de goût, qui étaient pourtant sa marque de fabrique.

Pour les hommes d'affaires qui ont décrypté ses intentions, ses promesses et ses logiques, il n'y a rien pour les inquiéter.

Ses intentions d'abord sont de redonner de la puissance à l'Amérique. De réunifier le pays, et de répondre directement aux inquiétudes du peuple américain qui a beaucoup souffert de la crise. En bref, les Américains ont voté pour leur portefeuille, leur job et l'avenir de leurs enfants. Donald Trump a entendu cette montagne de doléances d'un peuple qui était inaudible dans les salons de la côte Est.

Ses projets sont donc de refaire partir la machine économique américaine. D'une façon très pragmatique, sans insulter l'avenir dans les faits.

Sur la fiscalité, il a promis de baisser l'impôt des classes moyennes, mais il a aussi prévu de réduire l'impôt des plus riches et l'impôt sur les bénéfices des entreprises. C'est évidemment bon pour réanimer l'activité.

Sur le social, il est évident qu'il ne supprimera pas l'Obamacare parce qu'il y a plus de 50 millions d'Américains qui n'ont rien d'autre que les prestations sociales pour survivre et ces nouveaux pauvres sont principalement des électeurs de Trump ,qui a su leur parler et les écouter. Il y aura donc un réaménagement de l'Obamacare, mais certainement pas un effacement.

Sur les investissements, il va reconstruire les infrastructures, les routes, les ponts, les écoles, bref il veut faire du Keynes comme on en a fait après la crise de 1929 aux Etats-Unis et après la guerre en Europe avec le plan Marshall. 

Il n'a évidemment pas les moyens de conduire une telle relance qui n'est pas financée. Ce Congrès dont la majorité est républicaine sera très vigilant, mais Donald Trump sait qu'il peut activer deux leviers.

La politique monétaire, qui peut rester très généreuse avec des taux d'intérêt très bas. Sur ce point, il a le pouvoir et les milieux financiers vont faire pression pour continuer d'obtenir des liquidités parce que c'est leur intérêt.

La solidarité internationale, qui garantit la confiance dans le dollar. Et là, ça va être plus difficile. Mais l'homme d'affaires qu'il est sait très bien qu'il a besoin pour conforter son équilibre interne d'une dynamique du commerce mondial. Il va donc mettre une sourdine à ses projets de protectionnisme. D'ailleurs dans son premier discours, Donald Trump a cessé de fustiger les immigrés, et il a rassuré les milieux internationaux en leur affirmant la nécessité d'entretenir des rapports amicaux.

Il n'y aura pas de tremblement de terre de ce côté-là, non plus.  

La vraie question est de savoir si l'Amérique va rester aussi stable et si le système global va changer. L'Amérique va sans doute se replier un peu sur son identité, mais certainement pas se transformer en une Amérique agressive. Donald Trump fait des deals, pas la guerre.

Cela dit, si les hommes d'affaires sont sereins, parce qu'ils sont factuels, les dirigeants politiques européens ont plus de soucis à se faire. Comme au lendemain du Brexit, ils doivent prendre la mesure de ce qui s'est passé et de son impact. A l'heure qu'il est, les Européens n'ont encore pas tiré une seule conséquence du Brexit pour se regrouper et construite une nouvelle logique pour vivre ensemble.

Cette impuissance augure mal de ce que l'Europe pourra faire pour réagir à l'Amérique de Trump. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
fanchette
- 11/11/2016 - 11:41
je confirme...
......que Trump n'a pas été élu que par "les petits blancs " , j'ai personnellement des échos très directs et bien avertis du milieu de la finance aux USA , et je savais avant le résultat des élections que Trump était le favori et gagnerait malgré tout ce qu'annonçait les fameux sondages truqués
Jardinier
- 10/11/2016 - 20:57
L'art de retomber toujours sur ses pieds.
.