En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 14 min 35 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 58 min 8 sec
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 1 heure 20 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 2 heures 31 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 4 heures 47 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 5 heures 8 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 5 heures 54 min
décryptage > France
Forum de Paris sur la paix

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

il y a 6 heures 23 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 21 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 42 min 45 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 1 heure 7 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 2 heures 6 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 4 heures 16 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 4 heures 49 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Terrorisme
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

il y a 6 heures 7 min
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 20 heures 59 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 22 heures 8 min
© BORIS HORVAT / AFP
Cette fois-ci, les syndicats sont bien dans le mouvement mais ils doivent donc composer avec des associations professionnelles. Ils n'ont pas le monopole de la représentation… contrairement à ce que postule le droit.
© BORIS HORVAT / AFP
Cette fois-ci, les syndicats sont bien dans le mouvement mais ils doivent donc composer avec des associations professionnelles. Ils n'ont pas le monopole de la représentation… contrairement à ce que postule le droit.
Pouvoir de la rue

Grève des infirmiers et des personnels soignants : les organisations spontanées de salariés sont-elles en train de mettre les syndicats KO ?

Publié le 11 novembre 2016
Mardi 8 novembre, les infirmiers et les personnels soignants ont mené une grève pour dénoncer leurs conditions de travail. Fait rare, cette dernière a rassemblé à la fois les organisations syndicales (FO, CGT, SUD et CFTC) et une vingtaine d'organisations infirmières salariés, libérales ou étudiantes.
Dominique Andolfatto est professeur de science politique à l’université de Bourgogne et un chercheur spécialiste du syndicalisme. Ses travaux mettent l'accent sur des dimensions souvent négligées des organisations syndicales : les implantations...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Andolfatto
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Andolfatto est professeur de science politique à l’université de Bourgogne et un chercheur spécialiste du syndicalisme. Ses travaux mettent l'accent sur des dimensions souvent négligées des organisations syndicales : les implantations...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mardi 8 novembre, les infirmiers et les personnels soignants ont mené une grève pour dénoncer leurs conditions de travail. Fait rare, cette dernière a rassemblé à la fois les organisations syndicales (FO, CGT, SUD et CFTC) et une vingtaine d'organisations infirmières salariés, libérales ou étudiantes.

Atlantico : Les salariés pourraient-ils tendre à se défendre à travers des organisations de salariés autres que les syndicats ? Qu'a-t-on pu observer, existe-t-il des différences en fonction des secteurs professionnels ?

Dominique Andolfatto : En fait, il existe de nombreux métiers dans la santé publique et chaque profession dispose souvent de ses propres représentants, parfois associatifs, et ne se reconnaissent donc pas nécessairement dans des syndicats traditionnels. C'est d'ailleurs dans le secteur de la santé qu'étaient apparus à la fin des années 1980 ce qu'on avait appelé alors des "coordinations", soit des associations revendicatives distinctes des syndicats auxquels il était reproché de ne pas suffisamment coller aux attentes des différents métiers de la santé et d'avoir une vision trop globalisante, trop indistincte des revendications des uns et des autres. Ces coordinations avaient principalement concernées les infirmières qui ne voulaient pas que leurs revendications soient noyées avec celles des autres professionnels de santé. A travers toutes ces associations, chacun s'efforce d'affirmer une spécificité irréductible, une identité au travail, des revendications propres. Le nouveau mouvement qui tend à émerger aujourd'hui paraît emprunter le même cheminement parce que la santé ne constitue pas un univers monolithique. Infirmières, sage-femmes ou autres personnels soignants veulent faire entendre leurs spécificités. Il y a quelques mois déjà, ce sont des associations de sage-femmes qui s'étaient mobilisé pour obtenir le statut de profession médicale, ce que la ministre de la santé, Marisol Touraine, n'a pas voulu leur reconnaître. Cela dit, cette fois-ci, les syndicats sont bien dans le mouvement mais ils doivent donc composer avec des associations professionnelles. Ils n'ont pas le monopole de la représentation… contrairement à ce que postule le droit.

L'an dernier, 90% des salariés de l'usine Smart en Moselle avaient voté une augmentation du temps de travail, contre l'avis des syndicats. Comment expliquer ce détournement des syndicats, dont la fonction est justement de représenter les salariés ?

Ce référendum a eu lieu en septembre 2015 et les salariés de l'entreprise Smart avait voté pour une augmentation du temps de travail à une majorité de 56% (plus précisément, ce vote était minoritaire chez les ouvriers - 39% - mais nettement majoritaire - 75% - dans les autres catégories). Les syndicats CGT et CFDT, majoritaires dans l'entreprise, avaient appelé au vote non. Leur consigne n'avait donc été suivie que par les ouvriers. Globalement, une majorité avait tout de même voté en faveur de l'augmentation du temps de travail de deux heures (passage de 37 à 39 heures, toujours payées 37) de crainte d'une délocalisation de l'entreprise et donc d'un licenciement collectif. Les syndicats et une majorité des salariés ne partageaient donc pas la même analyse. Les uns entendaient résister à ce qu'ils qualifiaient de "chantage à l'emploi" de la part de la direction, les autres voulaient éviter que la situation de l'entreprise ne s'aggrave et préserver, coûte que coûte, leur emploi. C'était finalement une situation particulière et les arguments des uns et des autres étaient compréhensibles. Bien sûr, on peut toujours considérer que les syndicats faisaient un pari risquer en appelant au vote non et ils ont bien été - au moins en partie - désavoués.

La baisse de la représentativité des syndicats traditionnels a souvent été décrite, notamment au cours de l'épisode sur la loi Travail en début d'année... Comment ces derniers y réagissent-ils ? 

Cette "représentativité" se mesure - juridiquement - sur la base des élections professionnelles (depuis une loi de 2008) et donne aux syndicats la capacité de négocier avec les employeurs. Or, là où des élections sont organisées (en principe dans toute entreprise à partir de 11 salariés, pour désigner des délégués du personnel puis, dans toute entreprise de 50 salariés et plus, pour élire un comité d'entreprise), la participation électorale est généralement satisfaisante. Sans être massive, ces élections mobilisent de l'ordre de 60% des salariés. On pourra toujours considérer que c'est faible (puisque 40% des salariés - en moyenne - s'abstiennent). Mais, du point de vue du droit du travail, il n'y a pas de seuil de participation qui soit imposé pour mesurer la représentativité des syndicats. Ensuite, seront reconnus "représentatifs" les syndicats qui auront obtenu au moins 10% des voix.

Prenons un exemple. Dans une entreprise de 400 salariés - une grande surface par exemple -, des élections pour désigner le comité d'entreprise sont organisées. Seuls 240 salariés vont voter. Cela fait un taux de participation de 60% des salariés de l'entreprise. Lors de ces élections, trois listes syndicales sont en compétition : la CFTC obtient 20 voix, la CGT 70 voix et FO 150 voix. Cela signifie que la CFTC a réuni 8,3% des suffrages exprimés, la CGT 29,1% et FO 62,5%. Au regard de la loi, la CGT et FO, qui ont dépassé les 10%, seront considérés comme "représentatifs"… mais pas la CFTC.

Ces dernières années, la participation aux élections professionnelles tend à reculer… Mais, juridiquement parlant, cela ne prive pas encore les syndicats de leur "représentativité". Naturellement, si, dans les entreprises, les taux de participation passaient en-dessous de 50%, cela ne serait pas sans poser un problème. Mais tel n'est pas le cas dans beaucoup d'entreprises, même si, globalement, la totalisation de toutes les élections professionnelles qui ont été faites pour la période 2009-2012 a tout de même montré que, compte tenu de la très faible participation aux élections spécifiques concernant les salariés des très petites entreprises, soit les entreprises de 10 salariés ou moins (où le vote se fait simplement sur sigle syndical et où il n'y a pas concrètement de délégués à élire), seuls 43% des salariés ont globalement participé aux élections professionnelles. Et les votes syndicaux ont rassemblé moins de 40% des électeurs inscrits. Ce dernier chiffre témoigne donc bien d'une "représentativité" syndicale à la peine puisque, globalement, moins de 4 salariés sur 10 ont fait le choix d'une liste syndicale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 09/11/2016 - 12:04
KO des syndicats
Voilà qui serait une bonne nouvelle, à condition cependant que cela ne crée pas un nouveau Sud.
Stargate53
- 09/11/2016 - 09:43
Une page se tourne !
Pas assez proche des attentes, les multiples syndicats sont devenus un rouage technocratique au niveau national. Une vraie nomenclature qui tourne sur elle même et les fonctions exercées ! De plus, certains délégués des entreprises sont trop en réunions et pas assez à l'écoute des salariés. Il n'est donc pas étonnant que ce type de représentation se vide de sa substance !
essentimo
- 09/11/2016 - 08:48
Si cela
pouvait se faire ! Merci aux corps de police et hospitalier !