En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

03.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

07.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

06.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

ça vient d'être publié
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 55 min 26 sec
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 1 heure 27 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 4 heures 4 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 4 heures 51 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 6 heures 24 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 7 heures 22 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 7 heures 41 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Economie
Différence de taille

Le match du plan de relance allemand et français

il y a 7 heures 44 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 1 heure 11 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 2 heures 4 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 4 heures 22 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 5 heures 18 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 6 heures 41 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 7 heures 28 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 7 heures 42 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Media
Economie des médias

Tuer les cookies pour sauver le journalisme ? Les très intéressantes leçons venues des Pays-Bas

il y a 7 heures 44 min
© Pixabay
Peu à peu, les consciences s'éveillent et les investisseurs s'intéressent aux talents français qui ne demandent qu'un peu d'attention.
© Pixabay
Peu à peu, les consciences s'éveillent et les investisseurs s'intéressent aux talents français qui ne demandent qu'un peu d'attention.
French Tech

On ne l'a pas remarqué, mais la France est soudain devenue un leader de l'intelligence artificielle

Publié le 08 novembre 2016
Le secteur français de l'intelligence artificielle est en plein essor et regorge de talents à polir. Pourtant, c'est surtout du côté de la Silicon Valley ou de Londres que les startups de demain arrivent à maturité. Et pour cause, l'énorme potentiel de cette spécialité made in France est largement méconnu.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le secteur français de l'intelligence artificielle est en plein essor et regorge de talents à polir. Pourtant, c'est surtout du côté de la Silicon Valley ou de Londres que les startups de demain arrivent à maturité. Et pour cause, l'énorme potentiel de cette spécialité made in France est largement méconnu.

Google, Facebook, Apple, Amazon, Microsoft… Des géants du numérique qui brassent des milliards, créent de la richesse et des emplois, amènent progrès et innovation. Seulement voilà : toutes sont nées de l'autre côté de l'océan Atlantique, aux États-Unis. Pourtant, ce n'est pas en France que l'on manque de talents, et encore moins dans le très prometteur secteur de l'intelligence artificielle (IA), où nous excellons. Seulement, notre pays n'est pas vraiment réputé pour être un fleuron du numérique – à tort. Peu à peu, les consciences s'éveillent et les investisseurs s'intéressent aux talents français qui ne demandent qu'un peu d'attention. Ce n'est plus qu'une histoire de mois avant que le secteur de l'IA made in France bénéficie de l'aura qu'il mérite, estime le site Venture Beat, qui a consacré un article sur le sujet.

Potentiel insoupçonné

L'heure de la consécration est-elle enfin venue pour les ingénieurs et développeurs français ? En tout cas, le savoir-faire tricolore en matière d'IA semble attirer les regards après une longue période d'indifférence, poussé par l'essor des techniques de deep learning, ces prouesses technologiques visant à rendre les IA autonomes dans leur apprentissage. Une vague que nos Français ont su saisir, analysait Les Échos en mai 2016. Mais il reste du chemin. Il faut dire que la France fait encore figure de "petit" du numérique, à côté de Londres ou de la Silicon Valley. Comme le précise Venture Beat, entre janvier 2014 et mi-octobre 2016, une trentaine de startups françaises spécialisées en IA soulevaient 108 millions de dollars (98 millions d'euros), quand dans le même temps, outre-Manche, huit startups amassaient 900 millions de dollars (814 millions d'euros) à elles seules.

La France est l'un des pays les plus avancés dans les domaines du numérique, assurait Eric Cohen, le directeur de la société française de d'analyse de données Keyrus, dans une tribune accordée aux Échos. Seulement, même une grande partie des Français ne le savent pas, nous confiait le directeur des publications chez NetMediasEurope, Jérôme Bouteiller, dans une interview en marge du salon Viva Technology qui s'était déroulé le 30 juin 2016 à Paris. Tout compte fait, notre réputation, insoupçonnée, ne nous précède qu'auprès des connaisseurs. À force d'efforts vains pour se faire remarquer, de nombreuses jeunes pousses hexagonales finissent par toquer à la porte des géants américains, qui accueillent ces diplômés des prestigieux CNRS, Normale Sup, Polytechnique, Institut Poincaré (et nous en oublions) à bras ouverts. Car ce n'est pas la formation qui manque, mais les véritables opportunités de financement et de développement. Concrètement, ces jeunes génies, formidables entrepreneurs en devenir, n'ont pas les clés en main pour pouvoir s'accomplir en France.  

L'IA made in France, c'est possible

Mais le vent est en train de tourner. En juin 2015 déjà, le directeur technique de Facebook, Mike Schroepfer, vantait la ville lumière d'avoir "la plus grande concentration de toute l'Europe en matière d'intelligence artificielle", selon des propos rapportés par L'Usine Digitale. Une déclaration qui s'était accompagnée de l'ouverture en juin 2015 d'un bureau de recherches en IA à Paris même, justement préférée à Londres. Et le capital-risqueur Paul Strachman de renchérir lors d'une conférence France is AI qu'il a organisée à Paris du 16 au 18 septembre 2016 : "La France est l'un des écosystèmes les plus vibrants en ce qui concerne l'IA. Malheureusement, cela n'est pas très su en-dehors de la France. Et parfois même en-dedans". Déjà, quelques startups françaises finissent par sortir du lot, telles que Julie Desk, Jam, Wiidii, TellMePlus ou encore Regaind, auxquelles La Tribune a consacré un article, ou de nombreuses autres, recensées dans les colonnes du site FrenchWeb.

La plus prometteuse, l'assistant intelligent Snips, concentre depuis quelques mois tous les espoirs du secteur de l'IA made in France. Son fondateur, Rand Hindi, a même eu droit à un portrait tout en longueur dans les colonnes du Monde, au cours duquel il décrit les symptômes et les causes de ce retard injustifié des startups tricolores sur leurs homologues britanniques et américaines. Le jeune trentenaire maintes fois distingué – notamment par Forbespour son entreprenariat n'a pas hésité à décliner des offres juteuses car elles ne respectaient pas sa ligne de conduite, garantissant aux utilisateurs de l'IA la non-exploitation de leurs données personnelles. "On n’a pas fait dix ans d’études pour vendre les données personnelles dans le dos des gens, tout ça pour permettre à d’autres de vendre de la pub […] Ce tour de table ne nous plaisait pas, nous voulions des partenaires qui n’apportent pas que du capital", avait-il confié. Mais loin de baisser les bras, Rand Hindi et son équipe ont su trouver d'autres collaborateurs, d'autres fonds. "On a réussi à prouver qu'on pouvait lever des capitaux américains tout en restant une startup installée en France", déclarait-il, pas peu fier de son coup. Résultat : 6,5 millions de dollars en poche, et un avenir plus que jamais radieux.

Peut-être faut-il se faire désirer pour obtenir ce que l'on veut.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 08/11/2016 - 18:37
Beaucoup vont être contents !
Y compris parmi les politiques : on peut compter sur une nouvelle intelligence ! Même artificielle, on prend !
zouk
- 08/11/2016 - 17:52
Talents français en intelligence artificielle
Quelle heureuse nouvelle, mais nous vivons dans un tel délire fiscal que ces talents doivent s'exiler....dommage
2bout
- 08/11/2016 - 09:29
6.5 millions levés, le projet doit être porteur.
Sauf que les capitaux sont américains et non français. En France, le capital est "stocké" dans des valeurs immobilières ou intemporelles (art) en raison de notre fiscalité. L'exploit réside donc pour une start-up française dans sa capacité à attirer des capitaux américains tout en restant en France. A titre de comparaison, une petite start-up française installée à Manhattan peut attirer en une fois plus de 30 millions de ses fameux capitaux-risques américains.