En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Pixabay
Peu à peu, les consciences s'éveillent et les investisseurs s'intéressent aux talents français qui ne demandent qu'un peu d'attention.
French Tech

On ne l'a pas remarqué, mais la France est soudain devenue un leader de l'intelligence artificielle

Publié le 08 novembre 2016
Le secteur français de l'intelligence artificielle est en plein essor et regorge de talents à polir. Pourtant, c'est surtout du côté de la Silicon Valley ou de Londres que les startups de demain arrivent à maturité. Et pour cause, l'énorme potentiel de cette spécialité made in France est largement méconnu.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le secteur français de l'intelligence artificielle est en plein essor et regorge de talents à polir. Pourtant, c'est surtout du côté de la Silicon Valley ou de Londres que les startups de demain arrivent à maturité. Et pour cause, l'énorme potentiel de cette spécialité made in France est largement méconnu.

Google, Facebook, Apple, Amazon, Microsoft… Des géants du numérique qui brassent des milliards, créent de la richesse et des emplois, amènent progrès et innovation. Seulement voilà : toutes sont nées de l'autre côté de l'océan Atlantique, aux États-Unis. Pourtant, ce n'est pas en France que l'on manque de talents, et encore moins dans le très prometteur secteur de l'intelligence artificielle (IA), où nous excellons. Seulement, notre pays n'est pas vraiment réputé pour être un fleuron du numérique – à tort. Peu à peu, les consciences s'éveillent et les investisseurs s'intéressent aux talents français qui ne demandent qu'un peu d'attention. Ce n'est plus qu'une histoire de mois avant que le secteur de l'IA made in France bénéficie de l'aura qu'il mérite, estime le site Venture Beat, qui a consacré un article sur le sujet.

Potentiel insoupçonné

L'heure de la consécration est-elle enfin venue pour les ingénieurs et développeurs français ? En tout cas, le savoir-faire tricolore en matière d'IA semble attirer les regards après une longue période d'indifférence, poussé par l'essor des techniques de deep learning, ces prouesses technologiques visant à rendre les IA autonomes dans leur apprentissage. Une vague que nos Français ont su saisir, analysait Les Échos en mai 2016. Mais il reste du chemin. Il faut dire que la France fait encore figure de "petit" du numérique, à côté de Londres ou de la Silicon Valley. Comme le précise Venture Beat, entre janvier 2014 et mi-octobre 2016, une trentaine de startups françaises spécialisées en IA soulevaient 108 millions de dollars (98 millions d'euros), quand dans le même temps, outre-Manche, huit startups amassaient 900 millions de dollars (814 millions d'euros) à elles seules.

La France est l'un des pays les plus avancés dans les domaines du numérique, assurait Eric Cohen, le directeur de la société française de d'analyse de données Keyrus, dans une tribune accordée aux Échos. Seulement, même une grande partie des Français ne le savent pas, nous confiait le directeur des publications chez NetMediasEurope, Jérôme Bouteiller, dans une interview en marge du salon Viva Technology qui s'était déroulé le 30 juin 2016 à Paris. Tout compte fait, notre réputation, insoupçonnée, ne nous précède qu'auprès des connaisseurs. À force d'efforts vains pour se faire remarquer, de nombreuses jeunes pousses hexagonales finissent par toquer à la porte des géants américains, qui accueillent ces diplômés des prestigieux CNRS, Normale Sup, Polytechnique, Institut Poincaré (et nous en oublions) à bras ouverts. Car ce n'est pas la formation qui manque, mais les véritables opportunités de financement et de développement. Concrètement, ces jeunes génies, formidables entrepreneurs en devenir, n'ont pas les clés en main pour pouvoir s'accomplir en France.  

L'IA made in France, c'est possible

Mais le vent est en train de tourner. En juin 2015 déjà, le directeur technique de Facebook, Mike Schroepfer, vantait la ville lumière d'avoir "la plus grande concentration de toute l'Europe en matière d'intelligence artificielle", selon des propos rapportés par L'Usine Digitale. Une déclaration qui s'était accompagnée de l'ouverture en juin 2015 d'un bureau de recherches en IA à Paris même, justement préférée à Londres. Et le capital-risqueur Paul Strachman de renchérir lors d'une conférence France is AI qu'il a organisée à Paris du 16 au 18 septembre 2016 : "La France est l'un des écosystèmes les plus vibrants en ce qui concerne l'IA. Malheureusement, cela n'est pas très su en-dehors de la France. Et parfois même en-dedans". Déjà, quelques startups françaises finissent par sortir du lot, telles que Julie Desk, Jam, Wiidii, TellMePlus ou encore Regaind, auxquelles La Tribune a consacré un article, ou de nombreuses autres, recensées dans les colonnes du site FrenchWeb.

La plus prometteuse, l'assistant intelligent Snips, concentre depuis quelques mois tous les espoirs du secteur de l'IA made in France. Son fondateur, Rand Hindi, a même eu droit à un portrait tout en longueur dans les colonnes du Monde, au cours duquel il décrit les symptômes et les causes de ce retard injustifié des startups tricolores sur leurs homologues britanniques et américaines. Le jeune trentenaire maintes fois distingué – notamment par Forbespour son entreprenariat n'a pas hésité à décliner des offres juteuses car elles ne respectaient pas sa ligne de conduite, garantissant aux utilisateurs de l'IA la non-exploitation de leurs données personnelles. "On n’a pas fait dix ans d’études pour vendre les données personnelles dans le dos des gens, tout ça pour permettre à d’autres de vendre de la pub […] Ce tour de table ne nous plaisait pas, nous voulions des partenaires qui n’apportent pas que du capital", avait-il confié. Mais loin de baisser les bras, Rand Hindi et son équipe ont su trouver d'autres collaborateurs, d'autres fonds. "On a réussi à prouver qu'on pouvait lever des capitaux américains tout en restant une startup installée en France", déclarait-il, pas peu fier de son coup. Résultat : 6,5 millions de dollars en poche, et un avenir plus que jamais radieux.

Peut-être faut-il se faire désirer pour obtenir ce que l'on veut.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 08/11/2016 - 18:37
Beaucoup vont être contents !
Y compris parmi les politiques : on peut compter sur une nouvelle intelligence ! Même artificielle, on prend !
zouk
- 08/11/2016 - 17:52
Talents français en intelligence artificielle
Quelle heureuse nouvelle, mais nous vivons dans un tel délire fiscal que ces talents doivent s'exiler....dommage
2bout
- 08/11/2016 - 09:29
6.5 millions levés, le projet doit être porteur.
Sauf que les capitaux sont américains et non français. En France, le capital est "stocké" dans des valeurs immobilières ou intemporelles (art) en raison de notre fiscalité. L'exploit réside donc pour une start-up française dans sa capacité à attirer des capitaux américains tout en restant en France. A titre de comparaison, une petite start-up française installée à Manhattan peut attirer en une fois plus de 30 millions de ses fameux capitaux-risques américains.