En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP
En France, les dépenses publiques sont passées de 44,9% du PIB en 1978 à 57% en 2015. Cela représente une hausse de 12,1 points. Pour faire face à de telles dépenses, la France est devenue championne de la fiscalité et des déficits.
Mais comment nous débrouillons-nous ?
Encore 53 jours pour 2016 et l’État n’a plus 1 euro de recette pour assurer ses dépenses malgré une pression fiscale infernale
Publié le 11 novembre 2016
Alors que la situation s'améliore dans la plupart des pays européens, la France, qui vivra à crédit à partir du mercredi 9 novembre pour une durée de 53 jours, a l'une des administrations centrales les plus déficitaires d'Europe.
Cécile Philippe est présidente et fondatrice de l’Institut économique Molinari, un organisme de recherche qui vise à entreprendre et à stimuler l’approche économique dans l’analyse des politiques publiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Philippe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Philippe est présidente et fondatrice de l’Institut économique Molinari, un organisme de recherche qui vise à entreprendre et à stimuler l’approche économique dans l’analyse des politiques publiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la situation s'améliore dans la plupart des pays européens, la France, qui vivra à crédit à partir du mercredi 9 novembre pour une durée de 53 jours, a l'une des administrations centrales les plus déficitaires d'Europe.

Atlantico : L’administration centrale française aura dépensé l’intégralité de ses ressources le 9 novembre, 53 jours avant la fin de l’année. Alors que dans le reste de l'Union européenne, la situation s'améliore d'une année sur l'autre, l’écart se creuse entre la France et l’UE : il est maintenant de 22 jours contre 16 jours l’année d’avant. Comment expliquer ce décalage entre la France et la plupart des autres pays de l'UE ? Quelles sont les causes de cette moins bonne performance française ? 

Cécile Philippe : En France, l’Etat a pris l’habitude de vivre à crédit quelle que soit la conjoncture. C’est ce qui explique que nos comptes ne reviennent jamais à l’équilibre. Lorsque la situation est mauvaise, l’Etat laisse filer les dépenses afin d’amortir la conjoncture, conformément à l’idée des "stabilisateurs automatiques". Mais on conserve des déficits significatifs même en période de reprise. C’est ce qui nous singularise du reste de l’Union européenne.

Lorsque la situation s’améliore, le discours dominant insiste en France sur la nécessité de conforter la croissance. Bilan : il y a toujours une bonne raison d’accepter des déficits significatifs et de différer à plus tard les ajustements. Ailleurs, on insiste sur la nécessité de rééquilibrer le budget, pour se mettre dans une configuration qui permettra de rembourser les dettes ou de faire face au prochain retournement conjoncturel.

C’est ce qui explique pourquoi les pays de l’UE ont 9 jours en moins de dépenses non financées depuis 2013, tandis que l’administration centrale française épuise ses ressources 2 jours plus tôt. On a observé ce phénomène à maintes reprises et notamment entre 2004 et 2007. Durant ces 4 années, le déficit de l’administration française est resté quasi stable, pendant que les dépenses non financées reculaient de deux semaines dans l’UE.

Quelle est la différence entre les déficits structurels et conjoncturels ? Dans quelle mesure est-il important de distinguer ces deux dimensions ?

Une partie de la littérature économique s’intéresse à la distinction entre les déséquilibres conjoncturels, liés au cycle, et structurels. Au-delà du fait qu’il est extrêmement difficile de faire la différence entre déficits structurels et conjoncturels, comme l’illustre l’avis du Haut conseil des finances publiques relatif aux projets de loi de finances pour 2017, cette distinction n’aide pas à comprendre ce qui se passe en France.

Dans notre pays, les derniers équilibres remontent à 1980 pour l’administration centrale ou 1974 pour les administrations publiques. Nous avons structurellement pris l’habitude d’invoquer une mauvaise conjoncture pour dépenser plus d’argent public que nous ne le devrions. Ajoutons qu’in fine cela ne sert pas la croissance. Sur les quinze dernières années, le PIB par habitant a augmenté de 30%, contre 40% en moyenne dans l’UE et le chômage n’a jamais diminué de façon significative.

Alors que la France a une fiscalité très lourde, elle figure parmi les pays européens qui ont les déficits les plus élevés. Comment expliquer ce paradoxe ? Comment sortir de ce schéma ?

En France, les dépenses publiques sont passées de 44,9% du PIB en 1978 à 57% en 2015. Cela représente une hausse de 12,1 points. Pour faire face à de telles dépenses, la France est devenue championne de la fiscalité et des déficits. Rapportées au PIB, les recettes publiques augmentent significativement en France depuis des décennies. Elles sont passées de 43,2% du PIB en 1978 à 53,5% en 2015. Cela représente une hausse de 10,3 points. Cette augmentation a été concentrée sur 3 périodes, 1978-1985 (+5,8 points), 1992-1996 (+2,9 points) et 2010-2015 (+3,9 points). Cette dernière hausse est à l’origine du sentiment de "ras-le-bol fiscal", largement répandu dans la population française.

Le paradoxe entre hausse de la fiscalité et persistance de déficits n’est qu’apparent. Plus les dépenses publiques augmentent, plus la tentation d’augmenter la fiscalité est importante, plus cela génère des réactions négatives, plus le recours au déficit est tentant. Ajoutons que la France était encore relativement peu endettée il y a une vingtaine d’années. D’où l’habitude prise par nos gouvernements de voter des budgets déséquilibrés. 

Quelles sont les solutions qui vous semblent les plus urgentes à mettre en œuvre ? Quel serait le coût de l'inaction ? 

L’expérience récente de plusieurs pays du sud nous montre combien l’inaction est porteuse de risques. En cas de crise, elle conduit à sabrer dans les dépenses publiques de façon indifférenciée, avec tous les effets pervers que cela génère. C’est une issue à éviter absolument.

Une partie de la solution est de produire des études comme celle que l'Institut Molinari vient de réaliser qui ont pour objectif de sensibiliser le public à ces questions souvent abstraites de dépenses publiques. Sans un consensus fort sur ces questions, il sera impossible de mener des réformes ambitieuses en France. Il faut être prêt à reconsidérer l’importance relative de l’ensemble des programmes publics, afin de décider ce qui doit être maintenu et ce qui ne peut pas l’être. C’est ce qui a été fait avec brio au Canada ou dans des pays du nord de l’Europe, et l’expérience montre qu’il est possible de construire un consensus autour de ces priorités.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
04.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
05.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
06.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
07.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
02.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
03.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 08/11/2016 - 22:29
Très difficile de revenir en arrière...
le sociétal a été tellement privilégié, depuis la victoire de la gauche (Giscard-festin, déjà, succombait aux lobbies financiaro-economiques et leur ouvrait les cordons de la bourse...et du pouvoir!), qu'il est quasiment impossible de revenir sur les cadeaux societaux et les privilèges accordés à crédit de la démocratie et des générations futures. On a vu la levée de boucliers des lobbies syndicaux et associatifs, lors des tentatives de rééquilibrages des
retraites, ou lors de l'essai raté d'abolition des privilèges des régimes spéciaux...le gouvernement par ordonnances? Il aboutit inéluctablement à la dictature, car la chienlit qui naîtra d'ordonnances non votées par la représentation populaire devra être matée dans le sang par les ripoublicains...seule solution: celle du FN! Sortir de l'UE qui nous a imposé cette dérive sociétales morbide et coûteuse, cette solution par l'immigrationnisme maladif, et cet Euro et ces directives sans âme, déstructurantes des Nations et des Identités...
Anouman
- 08/11/2016 - 19:51
Cercle vicieux
Tant qu'il y aura plus de gens qui ne payent pas d'impôts ou bénéficient des dépenses publiques (supposées) ça ne va pas changer.
Pour moraliser le système il faudrait que le poids des votes soit pondéré avec celui des impôts payés. Mais personne ne s'intéresse à la morale de nos jours.
Olivier62
- 08/11/2016 - 12:22
Du bon sens ...et de l'honnêteté
Je pense qu'il faudrait rendre juridique l'obligation pour une collectivité publique de ne pas pouvoir dépenser plus que le montant des recettes de l'année précédente, et de limiter les emprunts à un certain pourcentage des recettes.
Il faudrait évidemment des "élites" compétentes et honnêtes (la dette publique est une source de revenu inépuisable pour la finance, ce qui explique les déficits de l'état). Je rêve...