En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 2 heures 56 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 4 heures 27 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 8 heures 21 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 9 heures 24 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 9 heures 42 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 10 heures 1 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 10 heures 27 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 2 heures 44 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 3 heures 44 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 5 heures 32 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 8 heures 52 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 9 heures 30 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 9 heures 59 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 10 heures 22 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 11 heures 6 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 11 heures 35 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 12 heures 9 min
© Reuters
© Reuters
(Dés)Union des droites

Le Rassemblement Bleu Marine perd le SIEL de Paul-Marie Coûteaux et ne rassemble plus que lui-même...

Publié le 11 novembre 2016
Ce samedi, le Siel a décidé officiellement de quitter le Rassemblement Bleu Marine. Le départ de cet allié pose désormais la question de la raison d'être de cette union, tant le Front national paraît aujourd'hui bien seul aux commandes.
Bruno Larebière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste indépendant, spécialisé dans l’étude des droites françaises, Bruno Larebière a été durant dix ans rédacteur en chef de l’hebdomadaire Minute. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Jean-Paul II (éd. Chronique, 1998) et De Gaulle (éd....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce samedi, le Siel a décidé officiellement de quitter le Rassemblement Bleu Marine. Le départ de cet allié pose désormais la question de la raison d'être de cette union, tant le Front national paraît aujourd'hui bien seul aux commandes.

La fiction du Rassemblement Bleu Marine vient d’être rattrapée par le rude principe de réalité avec le départ du Siel, un parti dont les initiales signifient Souveraineté, Identité Et Libertés et qui est présidé par le conseiller régional d’Ile-de-France Karim Ouchikh. Samedi, le comité directeur du Siel a voté à 94 % pour la sortie de ce parti du Rassemblement Bleu Marine (RBM), à 96 % pour le maintien de son soutien à la candidature de Marine Le Pen à la présidentielle, et à 100 % pour des candidatures autonomes de celles du FN aux législatives de l’an prochain. Le Rbm n’est plus qu’une coquille vide ou l’autre nom du Front national.

Créé en 2012, le Rbm, sous couvert de vouloir "rassembler l'ensemble des patriotes attachés à la souveraineté du peuple français et au respect des valeurs de la République française", était en fait un sas pour qui manifestait le désir de rejoindre Marine Le Pen sans vouloir adhérer au Front national. Le Rbm offrait à ces transfuges l’apparence de l’autonomie par rapport au FN ; mais l’apparence seulement.

Outre que le Rbm est présidé par Marine Le Pen et que son siège n’est autre que celui du FN, il n’a jamais disposé de la moindre liberté de mouvement par rapport au FN. Le Rbm a toujours été une sorte de marque commerciale du Front national, de telle sorte qu’à chaque scrutin où se présentaient des candidats ou des listes Rbm, il leur était rappelé qu’ils devaient s’enregistrer à la préfecture sous l’étiquette Front national, et non pas sous celle du Rbm qui n’était valable que pour le matériel de propagande. Le Rassemblement Bleu Marine, ce n’était que pour les électeurs.

Le côté amusant du départ du Siel du Rassemblement Bleu Marine est qu’il se produit sous la présidence de Karim Ouchikh, installé à ce poste par Marine Le Pen elle-même dans le but de maîtriser ce parti. Lorsque Karim Ouchikh a pris la présidence du Siel, en 2014, ce fut à l’instigation de la présidente du Front national (et avec le soutien de la totalité des plus hauts responsables du FN). Elle ne supportait plus l’indépendance de son président-fondateur, l’ancien député villiériste Paul-Marie Coûteaux, dont elle avait d’abord fait un proche conseiller avant de s’en séparer, et qui était suspecté de vouloir opérer un rapprochement avec la droite parlementaire.

Il y a bien sûr des différences entre les deux hommes : Coûteaux est un intellectuel en politique, Ouchikh est un intellectuel et un politique. Mais il y a aussi des points communs : tous deux sont estimés au sein de la "droite hors les murs", Coûteaux y disposant de réseaux anciens – c’est d’ailleurs ce qui intéressait au premier chef Marine Le Pen, toujours désireuse d’effectuer des "prises de guerre" –, Ouchikh ayant noué des liens étroits avec la plupart de ses figures de proue. Ce n’est pas un hasard si, en mai dernier, tous deux se sont retrouvés au Rendez-Vous de Béziers de Robert Ménard.

Si le Siel a décidé de quitter le Rbm, c’est tout simplement, comme l’a dit mercredi dernier Karim Ouchikh dans un entretien à l’hebdomadaire Minute, que sa "capacité à avaler des couleuvres [avait] aujourd’hui largement atteint ses limites". "La direction nationale du FN", a-t-il expliqué, veut "n’avoir que des ralliés et non des alliés", ajoutant : "Le Siel entend être un parti de droite populaire, respecté pour ce qu’il est, et non une officine servile chargée de rabattre pour le FN les notables de droite !" Et, sur le fond, Karim Ouchikh et le Siel prônent une "politique de civilisation", portant des thèmes "devenus soudainement tabous au Carré [le siège du FN, Ndla] : l’identité charnelle de la France, l’incompatibilité de l’islam avec la République, le Grand Remplacement, la remigration".

Face au départ annoncé du Siel du Rbm, le Front national aurait pu faire mine de s’en féliciter habilement, en s’appuyant sur le soutien renouvelé à la candidature de Marine Le Pen pour expliquer qu’il perdait certes un allié, mais y gagnait un partenaire. Au lieu de cela, le FN, par la voix du très proche entourage de Marine Le Pen, identifié ou non, a multiplié les déclarations assassines et humiliantes, sur le thème : bon débarras ! A en croire le FN, le Siel, ce "groupuscule", n’était plus composé que de "virés", de "tarés", de "racialistes" ou de "dingues", dont il s’accommodait pourtant de la présence au sein du Rbm la veille encore.

On notera à cet égard que le FN reprend très exactement les éléments de langage et la pratique qu’il reproche à la gauche de mener à son encontre, celle de la diabolisation, allant jusqu’à propager l’idée que Karim Ouchikh, dont le patronyme indique suffisamment qu’il est d’origine kabyle, se fait le cheval de Troie du racialisme. Maintenant que Ouchikh a été rejeté dans les ténèbres de l’extrême droite, que va-t-on entendre sur Robert Ménard, qui sort la semaine prochaine un ouvrage, Abécédaire de la France qui ne veut pas mourir, où il juge "incontestable" le "grand remplacement de population en cours".

Lors de la réunion de conciliation qui a précédé cette rupture et qui a donc échoué, tenue entre le Siel, le Rbm et le FN, Nicolas Bay, secrétaire général du FN, avait reproché au Siel de faire preuve d’ "indiscipline", preuve que la "discipline de parti", pour le Front national, est une notion très extensible, qui lui interdit dans les faits d’avoir un quelconque allié. Il ne peut y avoir, auprès du FN, de Siel ni aucune autre formation, au contraire du Parti socialiste qui a su garder sous contrôle, tout en faisant preuve de souplesse, les radicaux de gauche – hormis à la présidentielle de 2002, et on sait ce qu’il lui en a coûté ! – ou des Républicains qui couvrent d’égards les petites formations comme le Cnip. Le FN est hégémonique et ne veut pas tolérer la moindre poche de résistance, comme peut en témoigner Jacques Bompard, le député-maire d’Orange, qui, faute de pouvoir être asservi, doit être liquidé.

Pour le FN, il ne peut être d’alliés que vassaux. Le Rbm ne compte d’ailleurs plus, à ce jour, que le FN et ses vassaux, cette kyrielle de collectifs thématiques qui sont tous (à une exception près, le Collectif Audace des "Jeunes Actifs patriotes", qui est en train d’être mis au pas) dans l’orbite de Florian Philippot.

Après que Karim Ouchikh avait été vu sur le plateau de TF1, lors du premier débat de la primaire de la droite et du centre, parmi les invités de Jean-Frédéric Poisson, lequel avait préalablement affirmé qu’il fallait "en finir avec ce cordon sanitaire qui n'a ni sens ni raison d'être" avec le Front national, Florian Philippot a attendu le moment opportun pour déclarer qu’il ne partageait "rien" avec le président du Parti chrétien-démocrate et que celui-ci n’était "pas compatible" avec le FN. Comme pour clairement signifier à ceux qui, au FN, seraient tentés par des alliances à droite – Marion Maréchal-Le Pen ne cache pas avoir "beaucoup d'accointances politiques" avec Jean-Frédéric Poisson –, que c’est hors de question.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fran6
- 06/11/2016 - 18:19
@ cloette
exact sur le programme FN, j'attends pour prendre une décision définitive mais un point fort à mon avis déjà: abolition de pouvoir faire venir les détachés chez nous, pour moi est artisan comme pour mes "camarades" TPE PME, c'est crucial et décisif, que les LR se le disent, eux qui sont responsables d'un acte anti-démocratique majeur! 2007
cloette
- 06/11/2016 - 18:03
se méfier du battage médiatique
Il y avait 40 économistes et je ne sais combien de "intellectuels" qui avaient signé un soutien à Hollande en 2012, et écrit de nombreuses tribunes dans Le Monde, on constate le brillant résultat de leurs avis éclairés . Le Monde refuse une tribune de Marine Le Pen aujourd'hui, ce n'est pas un bon signe de démocratie, mais c'est bon signe pour le pays !
cloette
- 06/11/2016 - 17:43
Anguerrand
les primaires , c'est tout nouveau, et c'est une erreur, Hollande en a été le précurseur, on voit ce que cela a donné . Aux US elles ont donné Trump et H Clinton , on voit ce que cela donne . Dans un parti, une personne doit s'imposer de façon naturelle . Ensuite elle est élue ou non par le peuple aux élections nationales . En revanche votre critique de son programme est légitime sauf qu'elle n'a pas encore donné son programme ! On verra .