En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

04.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

07.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 23 min 34 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 1 heure 42 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Le centre ? Quel centre ? Le socialisme gagne les USA et le centre quitte la vie politique mondiale. Pourquoi ?

il y a 3 heures 11 min
pépite vidéo > Europe
Zones d'ombre
Inquiétudes en Europe : comment le coronavirus a-t-il pu arriver en Italie si rapidement ?
il y a 4 heures 43 min
décryptage > Politique
Qu'est-ce qu'on se marre avec lui…

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

il y a 5 heures 49 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

il y a 6 heures 22 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Et si le principal obstacle sur la route des voitures autonomes était… la neige et la pluie ?
il y a 7 heures 11 min
décryptage > Politique
Paysage politique

Etiquettes partisanes : le paradoxe des municipales

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Justice
"Penelope Gate"

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

il y a 8 heures 18 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 1 heure 33 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 1 heure 59 min
pépites > Justice
Terrorisme
Nicole Belloubet révèle qu'une quarantaine de djihadistes vont sortir de prison en 2020 et près de 300 d'ici 2023
il y a 3 heures 26 min
décryptage > Economie
Diplomatie

L'euro au plus bas par rapport au dollar : pourquoi, jusqu’où ?

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Economie
Disraeli Scanner

La République une et indivisible d’Emmanuel Todd

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Terrorisme
Etat islamique

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

il y a 6 heures 51 min
décryptage > Politique
Leçons

Le Fillonisme, ce deuil non accompli qui revient hanter la droite

il y a 7 heures 23 min
décryptage > Environnement
Atlantico Business

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

il y a 8 heures 3 min
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 22 heures 30 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 1 jour 4 heures
© Allociné / Alex Bailey / Netflix
© Allociné / Alex Bailey / Netflix
THE DAILY BEAST

Tout sur la reine (et les fesses de son mari) : The Crown, la série la plus chère de tous les temps débarque sur Netflix

Publié le 04 novembre 2016
Les vedettes de cette nouvelle et somptueuse série disent ce que cela représente de jouer la reine Elizabeth, le prince Philip, et Winston Churchill dans la plus coûteuse des séries TV
Kevin Fallon est journaliste pour The Daily Beast.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Kevin Fallon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Kevin Fallon est journaliste pour The Daily Beast.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les vedettes de cette nouvelle et somptueuse série disent ce que cela représente de jouer la reine Elizabeth, le prince Philip, et Winston Churchill dans la plus coûteuse des séries TV

Copyright Daily Beast par Kevin Fallon

On peut dire, sans jeu de mots, que, la nouvelle série dramatique de Netflix évoquant le début du règne de la reine Elizabeth II a bénéficié d’un traitement royal.

Selon plusieurs sources, que les épisodes luxueusement produits semblent confirmer, le coût de la nouvelle série a atteint le record de 117 millions d'euros, ce qui en fait la série la plus chère qui n’ait jamais été produite. Cette facture royale explique une partie de l’attention portée à The Crown avant même que le service de streaming ne la mette en ligne ce vendredi, et lorsqu'on les interroge sur leur participation à une production aussi coûteuse, les acteurs de la série en parlent de manière simple.

« La vérité est, que l’on ne s’en rend pas compte », dit Matt Smith, ancien Doctor Who qui joue le rôle d’une autre icône britannique, le prince Philip, (qui a maintenant  95 ans), duc d'Edimbourg qui était alors un jeune marié au bras de la jeune reine.  

Dans un hôtel avec vue sur Central Park à Manhattan, cette reine, joué par Claire Foy, approuve de la tête, en expliquant que lorsque vous êtes sur un plateau de tournage, « c’est un tout petit monde »

Mais la réponse la plus franche concernant le budget exceptionnel de The Crown vient de John Lithgow, qui joue Winston Churchill. 

"Nous étions au milieu des courants d'air, dans des maisons seigneuriales surannées, vieilles et délabrées, en dehors de Londres, dont ils avaient arrangé l’intérieur, pour que cela ait l'air extraordinaire somptueux » dit-il en parlant sur un ton très digne. "Mais quand nous pataugions dans des champs boueux vers nos petites roulottes accueillantes,nous,  cette troupe d’acteurs – jouant des chevaliers et des dames de l'empire - arrivions tous dans de minuscules cabanes froides et humides. On ne se sentait pas dans une production de première classe" ajoute-t-il en riant.

Pourtant, il est difficile de se moquer de l'importance du budget d’une production télévisée dans laquelle la reconstitution de la robe de mariée de la reine Elizabeth portée par Foy dans le premier épisode a coûté, à elle seule, environ 31 000 euros. Pour payer la vraie robe portée lorsque la princesse se maria en 1947, Elizabeth a économisé des coupons de rationnement pour payer pour les fournitures, imitant ainsi les autres jeunes mariées de cette époque d’austèrité, au lendemain de la guerre. 

Regardez aussi avec émerveillement, le deuxième épisode, lorsque Foy et Smith voyagent en Afrique, dans le rôle d'Elizabeth et Philip qui étaient en visite au cours des derniers mois de la vie du père d'Elisabeth, le roi George VI (joué par Jared Harris), au milieu des éléphants - un spectacle qui dépasse presque la réplique grandeur nature de Buckingham Palace ou les 7.000 costumes utilisés dans la série.

Il y a aussi le tournage du mariage royal à la cathédrale d'Ely, où Lithgow était si impressionné qu'il a réagi comme un touriste et Smith a regardé Foy irréelle en costume: "Oh mon dieu, tu es la reine!". Et il y a aussi le jour du tournage à Winchester dans la Grande Salle où les Chevaliers de la Table ronde se sont réunis il y a 800 ans.  

Il y a une certaine grandiloquence qui sied à  la mission de The Crown. Comme l'a dit le réalisateur Stephen Daldry, la série montre la vie de toute une nation, révélant son histoire pour montrer comment elle en est arrivée là où elle est aujourd'hui. 

Mais, en ligne avec les scripts précédents de l'écrivain Peter Morgan sur la vie de la reine Elizabeth II, qui comprennent le film The Queen et The Audience une pièce jouée à Broadway, le spectacle est également, à la base, une étude de caractère, ouvrant les portes des palais pour révéler les luttes et les préoccupations des êtres noyés sous le faste.

Cette pression est racontée dans une lettre de la reine mère, Mary (Eileen Atkins), que lit Elisabeth après avoir appris qu'elle est sur le point de monter sur le trône à un si jeune âge. 

« J’ai vu trois grandes monarchies s’effondrer à cause de la non-séparation entre la vie personnelle et celle due à son devoir » explique la lettre. "Vous ne devez pas vous permettre de faire ce genre d’erreurs ».  Puis, gravement, elle ajoute: "La couronne doit l’emporter. Elle doit toujours gagner."

On frissonne en regardant l'ascension de l'une des figures féminines les plus visibles de l'histoire moderne à un moment où, quelques jours seulement après les débuts de The Crown sur Netflix, les Etats-Unis vont peut-être élire leur première présidente – au-delà du caractère intrinsèquement britannique de la série - n’oublions pas que c’est une production américaine, après tout. 

Mais alors qu’Elizabeth approche de son 91e anniversaire, alors que les premières pages d’une partie des journaux du monde entier continuent à être obsédées par les nouvelles de la famille royale, et que cette famille se retranche encore plus derrière sa façade imperturbable, la série est aussi un rappel des sacrifices humains qui doivent être consentis dans de telles circonstances

« Personne ne sait ce qui se passe derrière les portes closes dans toute relation, dans tout mariage, dans toute situation » dit Foy. « On pourrait penser qu'ils peuvent se déconnecter et faire face parce qu'ils vivent dans un palais. Mais c’est trop facile. Ils ne peuvent pas. Je pense que nous avons tous besoin d'avoir l’occasion de découvrir l’humanité de ces gens et de voir que certaines choses sont douloureuses pour tout le monde ».  

Prenez par exemple, ce qu'il en a coûté à Philippe, un officier de marine fier et accompli, d'être mis de côté lorsque sa femme a pris les fonctions de son poste. Littéralement, il a dû marcher à deux pas derrière la femme qui était censée être la partenaire de sa vie. 

« Je ne vais pas me mettre à genoux devant ma femme ! » lance Philip à un moment donné. « Quel genre de mariage est-ce ? Quel genre de famille ? »

Smith reconnaît qu'il était « très castrateur » pour Philippe d’en passer par là, mais lui et Foy soulignent la force de l'amour qui unit Elisabeth et Philip, c’est la clé qui permet de les comprendre.

« Quand nous sortons d’un avion ou d’une voiture, il y a un paquet de gens jouant le public et les photographes, et nous nous demandons, 'Pourquoi ils me regardent ? Et vous vous rendez compte, 'Oh, parce que je joue la reine » dit Foy. « Donc, avec elle, je pense que je suis entrée dans le personnage, en m'appuyant sur son amour pour son mari, et sur le constat que Philip était le seul qu'elle a toujours voulu, dont elle a toujours rêvé, qui était le centre de son univers, en quelque sorte. » 

La série s’intéresse aussi, en dehors de la famille royale, aux relations d'Elizabeth avec Winston Churchill, illustrant la relation complexe entre la couronne et le gouvernement. Bien qu'ayant longuement étudié la vie de Churchill – visite du bunker de Churchill pendant la guerre, du musée Churchill et de Chartwell,  sa maison de campagne - Lithgow, comme ses camarades comédiens, avait un obstacle à franchir avant de se sentir à l’aise dans la peau de cette figure légendaire. 

Dans son cas, c’est le fait que Lithgow est américain. 

"Je pense que c’est un problème plus important pour moi que pour n’importe lequel de mes collègues anglais," reconnaît-il, montrant son angoisse d’incarner celui qui est, sans doute, le plus célèbre Anglais du 20ème siècle. "Je me disais. Attendez, pourquoi n’ont-ils pas fait appel à Michael Gambon ou Timothy Spall ou encore Albert Finney » dit-il en riant : "Eh bien, tout simplement, parce qu’ils ont déjà joué le rôle de Churchill".

Bien que Churchill ait plus de 70 ans à l’époque où Lithgow joue son rôle, ce dernier s’est appuyé sur les années de jeunesse du Premier ministre, qui fut le fils négligé d'un homme politique et d’une courtisane, qui n’a pas réussi dans l'armée, afin de peindre un portrait plus complexe de cette icone bourrue. « Pour moi, c’est cela qui a façonné ce vieil homme » dit-il. « Une nature contradictoire : un homme très courageux, mais un homme qui n’est pas serein. » 

Donc, pour Lithgow et ses partenaires, l’impact de la série est complètement indépendant de son budget colossal qui a fait les gros titres : "La série permet une meilleure compréhension de gens sur lesquels nous avons des opinions préconçues." 

« J’ai appris à les apprécier» dit Smith. Interrogé sur ce qu’il ressent, lorsqu’il voit Elisabeth et Philip ensemble. Après avoir tourné dans la première saison de The Crown, Foy avoue: «J’ai envie de pleurer ! »

"C’est comme si je voyais mes grands-parents mariés depuis si longtemps" dit-elle. "C’est magnifique. Et sachant comment chacun fait rire l’autre, je trouve cela extraordinaire." 

D’une manière générale, la série va peut-être, aussi, nous amener à réévaluer le piédestal sur lequel nous plaçons toutes les personnalités et les figures publiques, en leur retirant toute humanité, comme si c’était le prix pour faire partie d’une famille royale ou autre

« C’est comme s’ils étaient totalement insensibles, d'une certaine manière », dit Smith. « L'ironie est que, à l’époque, [Elizabeth et Philip] étaient plus célèbres que les Kardashian. Des dizaines de milliers de personnes sont venues pour les voir monter dans un train ou descendre d’un avion. Ils étaient des superstars mondiales. »

Foy ajoute : "C’est parce qu’ils étaient des gens bien ! Parce qu'ils formaient une famille. Ce n'était pas nécessairement parce qu'ils étaient oisifs et n'avaient rien à faire de particulier." 

Prenez par exemple, ce qu'il a fallu à Philippe, un marin fier et accompli, d'être mis de côté lorsque sa femme a pris les fonctions de son poste. Littéralement, il a dû marcher à deux pas derrière la femme qui était censée être la partenaire de sa vie. 

« Je ne vais pas me mettre à genoux devant ma femme ! » lance Philip à un moment donné. « Quel genre de mariage est-ce ? Quel genre de famille ? »

Smith reconnaît qu'il était « très castrateur » pour Philippe d’en passer par là, mais lui et Foy soulignent la force de l'amour qui les unit, c’est la clé qui permet de les comprendre.

« Quand nous sortons d’un avion ou d’une voiture, il y a un paquet de gens jouant le public et les photographes, vous vous demandez, 'Pourquoi ils me regardent ? Et vous vous rendez compte, 'Oh, parce que je joue la reine » dit Foy. « Donc, avec elle, je pense que ma façon d'entrer dans le personnage, s’appuie sur son amour pour son mari, et sur le constat que Philippe était le seul qu'elle a toujours voulu, dont elle a toujours rêvé, qui était le centre de son univers, en quelque sorte. » 

La série s’intéresse aussi, en dehors de la famille royale, aux relations d'Elizabeth avec Winston Churchill, illustrant la relation complexe entre la couronne et le gouvernement. Bien qu'ayant longuement étudié la vie de Churchill – visite du bunker de Churchill pendant la guerre, du musée Churchill et de Chartwell, de sa maison de campagne - Lithgow, comme ses camarades comédiens, avait un obstacle à franchir avant de se sentir à l’aise dans la peau de cette figure légendaire. 

Dans son cas, c’est le fait que Lithgow est américain. 

« Je pense que c’est un problème plus important pour moi que pour n’importe lequel de mes collègues anglais," reconnaît-il, montrant son angoisse d’incarner celui qui est, sans doute, le plus célèbre Anglais du 20ème siècle. "Je me disais. Attendez, pourquoi n’ont-ils pas fait appel à Michael Gambon ou Timothy Spall ou encore Albert Finney » dit-il en riant : «Eh bien, tout simplement, parce qu’ils ont déjà joué le rôle de Churchill ».

Bien que Churchill ait plus de 70 ans à l’époque Lithgow joue son rôle, ce dernier s’est appuyé sur les années de jeunesse du Premier ministre, qui fut le fils négligé d'un homme politique et d’une courtisane, qui n’a pas réussi dans l'armée, afin peindre un portrait plus complexe de cette icone bourrue. « Pour moi, c’est cela qui a façonné ce vieil homme » dit-il. « Une nature contradictoire : un homme très courageux, mais un homme qui n’est pas serein. » 

Donc, pour Lithgow et ses partenaires, l’impact de la série est complètement indépendant de son budget colossal qui fait les gros titres : la série permet une meilleure compréhension de gens sur lesquels nous avons des opinions préconçues. » 

« J’ai appris à les apprécier» , dit Smith. Interrogé sur ce qu’il ressent, lorsqu’il voit Elisabeth et Philip ensemble, après avoir tourné dans la première saison de The Crown, Foy avoue: «J’ai envie de pleurer ! »

« C’est comme si je voyais mes grands-parents mariés depuis si longtemps," dit-elle. « C’est magnifique. Et sachant comment chacun fait rire l’autre, je trouve cela extraordinaire. » 

D’une manière générale, la série va peut-être, aussi, nous amener à réévaluer le piédestal sur lequel nous plaçons toutes les personnalités et les figures publiques, en leur retirant toute humanité, comme si c’était le prix pour faire partie d’une famille royale ou autre

« C’est comme s’ils étaient totalement insensibles, d'une certaine manière », dit Smith. « L'ironie est que, à l’époque, [Elizabeth et Philip] étaient plus célèbres et que les Kardashian. Des dizaines de milliers de personnes sont venues pour les voir monter dans un train ou descendre d’un avion. Ils étaient des superstars mondiales. »

Foy ajoute : « C’est parce qu’ils étaient des gens bien ! Ils formaient une famille. Pas parce qu’ils n’avaient rien à faire ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

04.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

07.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires