En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

07.

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 54 min 23 sec
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 2 heures 2 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 3 heures 15 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 3 heures 41 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 4 heures 57 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 5 heures 5 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 5 heures 29 min
décryptage > Economie
Début de renaissance italienne

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

il y a 5 heures 31 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 21 heures 22 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 58 min 55 sec
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 2 heures 20 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 2 heures 52 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 3 heures 33 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 4 heures 40 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 5 heures 4 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 5 heures 28 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 5 heures 30 min
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 20 heures 57 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 21 heures 41 min
© Filckr
© Filckr
Pas si simple

Guerre des sexes : pourquoi les promoteurs d'une grève des femmes contre les inégalités salariales oublient que le sexisme et la misogynie sont loin d'en être les seules raisons

Publié le 04 novembre 2016
Alors que le collectif "Les Glorieuses" appellent les femmes françaises à se mettre en grève le 7 novembre prochain à partir de 16h34, pour protester contre les inégalités salariales entre hommes et femmes, les racines de cette inégalité semblent plus profondes qu'une "simple" histoire de sexisme.
Cecilia García-Peñalosa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cecilia García-Peñalosa est directrice de recherche Cnrs à l’Ecole d’Economie d’Aix-Marseille (AMSE) et membre du Conseil d’Analyse Economique.
Voir la bio
Jean-François Amadieu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Amadieu est sociologue, spécialiste des déterminants physiques de la sélection sociale. Directeur de l'Observatoire de la Discrimination, il est l'auteur de Le Poids des apparences. Beauté, amour et gloire (Odile Jacob, 2002), DRH...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le collectif "Les Glorieuses" appellent les femmes françaises à se mettre en grève le 7 novembre prochain à partir de 16h34, pour protester contre les inégalités salariales entre hommes et femmes, les racines de cette inégalité semblent plus profondes qu'une "simple" histoire de sexisme.

Atlantico : Le collectif Les Glorieuses vient d'appeler les femmes françaises à faire grève le 7 novembre prochain à partir de 16h34 pour protester contre les inégalités salariales entre hommes et femmes dans le monde du travail. S'il y a évidemment une part de discrimination irrationnelle dans cet écart, quelles sont les autres raisons professionnelles (et plus rationnelles) qui peuvent l'expliquer ?

Cecilia Garcia-Peñalosa : Deux facteurs principaux expliquent cet écart. D’un côté, les femmes travaillent moins que les hommes, que ce soit à cause des arrêts de travail ou car elles ont un nombre d’heures de travail inferieur. Ces différences impliquent moins d’heures payées, mais aussi une pénalité due au fait que les postes à temps partiel ont un salaire horaire inferieur. D’un autre côté, hommes et femmes travaillent dans des secteurs et postes différents. Outre la ségrégation des femmes dans certains métiers, il existe une ségrégation verticale qui les confine en bas de l’échelle des carrières. In fine, quand nous prenons en compte tous ces facteurs, l’écart salarial entre un homme et une femme qui ont le même poste, avec la même expérience, dans le même secteur est pratiquement inexistant. La discrimination se trouve plutôt dans l’embauche et les promotions qu’au niveau des salaires pour un poste donné.

Par contre, il est difficile de parler de "discrimination irrationnelle" car, malheureusement la plupart des discriminations qu’on voit aujourd’hui sont parfaitement rationnelles. Il s’agit de ce que, nous économistes, on appelle "discrimination statistique". Pour vous donner un exemple, une entreprise veut promouvoir un de ses employés qu’il va devoir former au nouveau poste : rien n’est plus rationnel que de promouvoir un jeune homme qui continuera à travailler après sa formation au lieu d’une jeune femme que, "statistiquement", risque de quitter l’entreprise dans peu de temps pour s’occuper de ses enfants. L’aspect le plus préoccupant de cette situation est que, au sein des ménages, il est aussi rationnel d’attribuer la plus  grande partie du travail domestique à la femme car c’est l’homme qui sera promu. Les anticipations des entreprises s’avèrent ainsi correctes. C’est le serpent qui se mord la queue !

Jean-François Amadieu : Tout d'abord, je ne sais pas s'il faut employer les termes "rationnelles" ou "irrationnelles". Techniquement parlant, on parle plutôt d'écarts de salaire "expliqués" et "inexpliqués", l'inexpliqué pouvant par ailleurs être expliqué par des variables que l'on ne connaît pas.

En France, selon les enquêtes, on considère que l'écart brut de salaire entre hommes et femmes se situe entre 25 et 30%. En réalité, il faut bien sûr raisonner en équivalents temps plein pour neutraliser les effets du temps partiel, ce qui ramène généralement l'écart en-dessous des 20 points. Il faut ensuite tenir compte de la structure d'emploi qui est ici l'élément principal. La moitié de cet écart à temps complet va s'expliquer par les postes occupés par les hommes et les femmes. C'est une explication classique qui joue évidemment un rôle important. Nous pouvons évoquer ici les filières d'études différentes entre hommes et femmes.

À structure d'emploi similaire, à temps de travail identique, à responsabilités similaires, à secteur et taille d'entreprises similaires, on arrive à peu près à un écart de 9% selon les estimations des études du ministère du Travail et de l'Insee. Ce chiffre correspondrait au fameux écart "inexpliqué".

Cet écart inexpliqué peut évidemment résulter d'une discrimination salariale, mais il peut y avoir d'autres explications. Regardez par exemple les ruptures d'activité. Le fait de voir sa carrière connaître des interruptions implique que l'expérience professionnelle n'est pas la même, de même que l'ancienneté dans l'entreprise. Or, les salaires se fixent aussi en fonction de ces deux variables. C'est donc un élément qui compte pour expliquer une partie des fameux 9% dont nous parlons.

Autre facteur explicatif : la négociation. En effet, j'ai pu étudier les écarts de salaire dans des entreprises, et il se trouve que le salaire à l'embauche joue beaucoup. Les femmes ne négociant pas forcément de la même manière à ce moment-là, on constate bien des écarts dès ce stade. Pour le coup, c'est une variable parfaitement "rationnelle".

Une fois dit cela, il y a quelque chose qu'on ne peut jamais savoir, c'est quelle est la productivité comparée des uns et des autres à poste égal.

Enfin, notons que lorsqu'on étudie les bas salaires, il y a peu d'écarts entre hommes et femmes. Les écarts se creusent au fur et à mesure de l'avancée dans la carrière, on le voit bien chez les cadres.

Les choix de carrière des femmes en France peuvent-ils avoir un impact sur ces fameuses inégalités salariales, impact qui ne serait pas uniquement de la responsabilité des employeurs ?

Jean-François Amadieu : Oui, bien sûr. Deux variables expliquent à elles seules la majorité des écarts de salaires bruts : le temps de travail et le type de postes occupés.

Les types de postes occupés dépendent plus ou moins directement des choix des filières de formation et des choix de carrière, qui ne dépendent pas forcément des employeurs. Une fois dit cela, on sait que les filles s'orientent vers certaines filières et les garçons vers d'autres, et que certains arbitrages sont faits en fonction des contextes nationaux.

Il y a un point qui est en revanche de la responsabilité des employeurs (dans leur dimension collective, pas pris individuellement un à un), c'est la question de savoir comment on rémunère un poste donné par rapport à un autre. Il y a des grilles de classification, et c'est vrai que vous pouvez avoir des emplois moins bien rémunérés où il y a plus de femmes que d'hommes… Ces grilles et conventions collectives ont été négociées entre employeurs et organisations syndicales depuis les années 1930 en France, mais on s'interroge d'ailleurs de plus en plus sur l'évolution de ce système.

Cecilia Garcia-Peñalosa : Effectivement, hommes et femmes travaillent dans des secteurs et postes différents. Les femmes sont surreprésentées dans des secteurs offrant des horaires souples et peu d’incertitude dans les progressions de carrière (services à la personne, secteur public, etc.) et qui se caractérisent par des rémunérations plus faibles que celles qu’on trouve ailleurs. Parallèlement, les hommes et les femmes ont des rythmes de promotion très différents qui contribuent à l’écart salarial et qui expliquent pourquoi il est bien plus important en fin qu’en début de carrière. 

Si une grande partie des différences de salaire entre hommes et femmes sont le résultat de choix différents (durée du travail, études, secteur d’activité, etc.), il est nécessaire de s’interroger sur la nature réelle de ces choix. Sont-ils la conséquence de préférences intrinsèques des femmes ou, à l’inverse, sont-ils le résultat de constructions sociales qui les poussent à assumer la plus grande partie du travail non marchand au sein de leur ménage ? Un nombre croissant de travaux empiriques montrent l’importance des constructions sociales. Un des résultats les plus troublants concernant la genèse des attitudes sexuées provient d’études sur les collèges non mixtes, car les filles ayant reçu une éducation non mixte ont des ambitions professionnelles proches de celles qu’on trouve chez les garçons. 

Il devienne ainsi difficile de parler de "responsabilité". Est-ce que les femmes sont responsables de l’écart salarial car elles font certains choix ? Ou sont-elles contraintes dans leurs ambitions professionnelles par nos constructions sociales collectives ?

Dans quelle mesure le contexte social et sociétal français contribue à faire perdurer cette inégalité salariale entre hommes et femmes ?

Cecilia Garcia-Peñalosa : La France fait face à un dilemme compliqué entre liberté de choix et égalité ex post, et c’est surprenant comment dans des différents contextes les solutions envisagées sont opposées. Par rapport aux normes vestimentaires liées à certaines religions, la liberté d’expression est mise derrière l’égalité entre les sexes. Par contre, dans le contexte de la petite enfance des politiques ont été misse en place pour permettre aux femmes de choisir entre travail et vie familial  qui vont reléguer les femmes au ménage et ainsi renforcer les stéréotypes concernant le rôle de la femme. Elles ne pourront avoir que des effets négatifs sur le moyen terme.

Une grande partie des efforts pour améliorer les carrières professionnelles des femmes a consisté, en France comme ailleurs, à mettre en place des quotas visant à réduire l'écart salarial entre femmes et hommes en augmentant la présence des femmes dans des positions clés. L’usage de quotas est pourtant controversé. Alors qu’ils sont motivés par un principe d’équité, ils impliquent une institutionnalisation de la différenciation entre femmes et hommes. Les quotas risquent de nuire à la crédibilité des femmes qui peuvent être soupçonnées d’obtenir des responsabilités grâce à leur sexe, renforçant ainsi l’idée selon laquelle les femmes seraient moins capables que les hommes. La politique de parité dans les comités peut aussi être coûteuse pour les femmes qui sont déjà dans le métier : un faible nombre de femmes dans une profession implique que chacune d’elles devra faire partie d’un plus grand nombre de comités que les hommes, au détriment d’autres aspects de leur carrière plus valorisants et épanouissants.

Jean-François Amadieu : Premièrement, si vous prenez la question du temps partiel, il est certain que notre modèle social peut contribuer au fait qu'un certain nombre de femmes préfèrent parfois s'occuper de leurs enfants et interrompre leur carrière. Idem pour les choix de filière, quand certaines filles s'orientent vers des filières qu'elles valorisent mais qui ne se révèleront pas plus tard comme étant les plus rémunératrices. Il y a tout un contexte qui maintient cet état de fait.

J'ajoute par ailleurs que le débat sur les inégalités hommes-femmes nous fait parfois perdre de vue d'autres inégalités, comme je l'explique dans mon ouvrage La société du paraître. Cet écart de salaire existe, avec une part inexpliquée comme nous venons de le voir. Mais il ne faudrait pas oublier qu'il y a aussi des écarts importants entre les femmes entre elles (ou les hommes entre eux), par exemple entre une femme obèse et une autre qui ne l'est pas. À trop focaliser sur le seul écart homme-femme, on oublie d'autres aspects de cette problématique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 04/11/2016 - 07:39
Ces organisation féminine ne défendent pas plus grave
LA ou on ne les entend JAMAIS, c'est sur la defense des femmes musulmanes qui vivent une vie de contrainte sous le joug des hommes ou du frère aîné. Des femmes qui seront à vie des êtres justes bonnes à faire des momes. Ces organisations ont bien trop peur!
Deudeuche
- 03/11/2016 - 11:42
@assougoudrel
oui car la demande masculine "d'images" féminine est de loin supérieure à la demande féminine "d'images" masculines.
Nous savons tous que les hommes veulent voir et les femmes veulent entendre.
assougoudrel
- 03/11/2016 - 11:29
Un métier où les femmes
touchent deux fois plus que les hommes, pour le même nombre d'heures effectués, c'est la pornographie.