En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

05.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

06.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

07.

Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 4 heures 57 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 5 heures 41 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 7 heures 7 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 8 heures 48 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 10 heures 7 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 12 heures 37 min
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 15 heures 52 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 16 heures 41 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 17 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 5 heures 22 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 6 heures 32 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 7 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 9 heures 33 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 11 heures 58 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 14 heures 8 min
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

il y a 15 heures 33 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 16 heures 14 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 17 heures 11 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 17 heures 51 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Le candidat à la primaire peut jouir d’un effet de contraste en faveur de son bilan au regard de ce qu’est le mandat de l’actuel président. Hollande, pour ainsi dire, réhabilite le quinquennat de Sarkozy.
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Le candidat à la primaire peut jouir d’un effet de contraste en faveur de son bilan au regard de ce qu’est le mandat de l’actuel président. Hollande, pour ainsi dire, réhabilite le quinquennat de Sarkozy.
Carte maîtresse

Débat de la primaire : Nicolas Sarkozy doit-il choisir l'esquive... ou l'attaque sur la question de l'incarnation de la fonction présidentielle ?

Publié le 04 novembre 2016
Alors que le deuxième débat des candidats de la primaire de la droite et du centre aura lieu ce jeudi soir, Nicolas Sarkozy a de grandes chances d'être critiqué sur sa conception de l'exercice du pouvoir, lui à qui on a régulièrement reproché sa vision de la fonction présidentielle. Reste à savoir comment l'ancien Président compte réagir.
Saïd Mahrane
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Saïd Marhane est rédacteur en chef au journal hebdomadaire Le Point. Il couvre particulièrement l'actualité politique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le deuxième débat des candidats de la primaire de la droite et du centre aura lieu ce jeudi soir, Nicolas Sarkozy a de grandes chances d'être critiqué sur sa conception de l'exercice du pouvoir, lui à qui on a régulièrement reproché sa vision de la fonction présidentielle. Reste à savoir comment l'ancien Président compte réagir.

Atlantico : Ce jeudi 3 novembre, les sept candidats de la primaire de la droite et du centre se retrouvent pour un deuxième débat télévisé, où sera notamment abordée la question de l'incarnation et de l'exercice du pouvoir. Ce sujet s'apparente à un véritable défi de communication pour Nicolas Sarkozy, lui à qui il est régulièrement reproché d'avoir terni la fonction présidentielle pendant son mandat. Concrètement, quelle serait la meilleure stratégie à adopter pour lui ? Doit-on notamment s'attendre à une forme de mea culpa ?

Saïd Mahrane : Nicolas Sarkozy a fait nombre de mea culpa depuis son retour en politique, notamment dans son livre La France pour la vie paru en janvier. Les regrets sont rares dans ce milieu, il faut donc lui rendre hommage d’avoir reconnu des fautes de comportement ou de vocabulaire durant son quinquennat. Il l’a fait avec des accents de sincérité, mais il doit prendre garde de ne pas trop en faire car cela pourrait très vite ressembler à un exercice de communication. En outre, ses contempteurs, y compris au sein de sa famille politique, pointent suffisamment ses travers pour qu’il n'en rajoute pas davantage. Reste que s’agissant de Nicolas Sarkozy, quoi qu’il dise ou quoi qu’il fasse, les opinions sont déjà faites. Chacun se fait une idée de l’homme, de ses mœurs et de sa capacité à incarner la fonction. Comme toujours, il est son meilleur ennemi. Capable qu’il est de défendre avec force les intérêts du pays à Bruxelles ou ailleurs et, dans la foulée, de tout gâcher par une bravade ou un mot malheureux dont lui seul a le secret...

Tout en ne réfutant pas les erreurs de communication qu'il a pu commettre lors de son quinquennat à l'Élysée, Nicolas Sarkozy n'aurait-il pas également intérêt à souligner ses réussites, comme affirmer par exemple qu'habiter la fonction présidentielle, c'est aussi savoir réagir en période de crise comme il l'a fait ?

Défendre son action durant la crise, il le fait et je ne suis pas sûr que les Français lui en fassent, peut-être injustement, beaucoup crédit, sinon il aurait été réélu. Non, la chance de Nicolas Sarkozy s’appelle François Hollande. Le candidat à la primaire peut jouir d’un effet de contraste en faveur de son bilan au regard de ce qu’est le mandat de l’actuel président. Hollande, pour ainsi dire, réhabilite le quinquennat de Sarkozy. Et d’un point de vue strictement comportemental, qu’est-ce qui est le plus en contravention avec la fonction présidentielle: dire à un inconnu "Casse-toi pauvre con !" ou recevoir des journalistes à l’Elysée pour leur livrer, en plus de ses états d’âme, des informations relevant du secret d’Etat ? 

Si la quasi-totalité des candidats de la primaire ont été associés au quinquennat de Nicolas Sarkozy en faisant partie de ses gouvernements, la question de la personnalité et de l'exercice du pouvoir n'est-elle pas l'occasion rêvée pour eux de se démarquer de lui sans avoir à partager son bilan ? N'est-ce pas l'un des thèmes où Nicolas Sarkozy sera le plus "vulnérable" à la critique de ses adversaires ?

S’ils trouvent Nicolas Sarkozy aussi "clownesque" qu’ils le disent, pourquoi ont-ils accepté de travailler avec lui durant tant d’années? Tout ceci mérite de la cohérence. Certains candidats doivent beaucoup à l’ancien président, car sans l’exposition ministérielle dont ils ont profité, ils n’en viendraient peut-être pas à être candidats aujourd’hui. Ceux-là doivent se méfier, et trouver un juste équilibre entre la critique légitime et sensée et la loyauté vis-à-vis du bilan de l’ancien président, dont ils sont aussi comptables ! Ils auront du mal à nous faire croire qu’ils ont traversé le précédent quinquennat en serrant les dents devant les abandons politiques ou personnels de Sarkozy. Vous connaissez mieux que moi la règle chevènementisme, maintes fois répétées: "un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne". En l’occurrence, certains, aujourd’hui, ouvrent leur "gueule" sans avoir démissionné hier.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 03/11/2016 - 18:18
La solution pour les râleurs impénitents :
critiquer tout et n'importe quoi. Avec un Juppé désormais incontournable, ils auront cinq ans pour le faire. Le bonheur !
Maxoplus
- 03/11/2016 - 18:10
Hé les ploucs
L'incarnation de la fonction présidentielle par Bismuth ??? Pourquoi pas. On peut aussi demander à Bigard un recueil des bonnes manières, et à Rocco Siffredi un guide sur l'abstinence. Juste pour dire : Je n'ai jamais eu aussi honte de notre république que quand elle était représentée par Sako et par Hollande. Vous, vous voulez en reprendre pour 5 ans... Des beaufs je vous dis, des beaufs incurables, indécrottables
Anouman
- 03/11/2016 - 17:23
Concurrence
Le principe de concurrence libre et non faussée figure déjà dans le traité de Maastricht, ça date. Finalement l'idée n'est pas idiote mais je ne crois pas que cela ait été observé de manière générale où que ce soit. Et pour l'observer il faudrait une zone homogène en matière de fiscalité. Mais Maastricht a fait son office: légère augmentation du niveau de vie dans les pays pauvres intégrés, baisse dans les autres et surtout augmentation du chômage pour limiter cette baisse de revenus. Une vraie réussite!