En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Jolly Jumper
Apprendre à faire du cheval, le nouvel exercice de team-building à la mode ?
Publié le 31 octobre 2016
La mentalité d'animal de groupe du cheval est un révélateur des faiblesses des comportements humains, en tous les cas en théorie. Faire du cheval nous apprendrait donc à être meilleur manager...
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La mentalité d'animal de groupe du cheval est un révélateur des faiblesses des comportements humains, en tous les cas en théorie. Faire du cheval nous apprendrait donc à être meilleur manager...

Ah, le team-building… Cette activité un peu mystérieuse à laquelle se prêtent les entreprises, surtout grandes mais aussi moins grandes, pour renforcer les liens humains entre leurs équipes, et éventuellement impartir ces "soft skills" si difficiles à définir et à enseigner, mais parfois si essentiels…

Parties de cache-cache… Chasse au trésor… Voyages au ski ou à la plage… Se bander les yeux et se laisser tomber en arrière du haut d'une table pour être rattrapé par ses collègues… Ou le grand classique, les soirées en boîte…

Mais il y a une nouvelle tendance dans le team-building : faire du cheval.

Et après tout, pourquoi pas ? Ceux qui ont pratiqué l'équitation savent qu'il se noue quelque chose de très humain dans la relation avec l'animal. Une relation qui ressemble à une relation de travail, une relation d'autorité où il est néanmoins essentiel d'avoir la pleine coopération et l'enthousiasme de son partenaire.

C'est ainsi qu'aux États-Unis Circle Up Experience propose des séminaires de team-building avec des chevaux.

Dans l'offre principale, après une initiation à l'équitation privée pour chaque membre, les activités se multiplient autour de "la connaissance de soi", la "régulation émotionnelle", "donner et recevoir du feedback tout en faisant attention à la relation", "identifier les forces dans son style de leadership", et ainsi de suite. Après trois jours d'expériences chevalines, l'équipe débriefe ensemble.

Pour Circle Up, le style chevalin de leadership "crée la stabilité, la confiance, et la liberté de communiquer tout en valorisant les forces de chaque membre" au sein d'un environnement qui "ressemble à un troupeau" équin.

Le phénomène n'est pas qu'américain. En France, la société Horse Concept se concentre à "la transposition de la relation homme-cheval" à l'entreprise. En effet, "le cheval est doté d'une psychologie de proie qui le pousse à une quête permanente d'un leader crédible et digne de confiance, capable de lui assurer sa survie en cas de danger." Donc, le cheval est "un véritable révélateur de votre mode d’action et de relation, de votre style de communication, d'influence, d’autorité et de négociation."

Le team-building équestre permet donc d'"identifier et reproduire les comportements clés qui font la force d'une équipe".

Jacques, dirigeant de PME, témoigne d'un séminaire de team-building par le horse coaching, qui se compose d'un "mélange d’exercices ludiques au sol avec un cheval par équipe", observés par un coach, suivis de débriefings avec l'équipe.

Le cheval est un révélateur, car dans la relation avec l'animal, il n'y a pas de sentimentalisme ni d'équivoque : l'humain doit "remplir son contrat" pour obtenir les résultats attendus, et si ce n'est pas le cas, ce n'est pas la faute du cheval… Dans les hardes de chevaux, la désignation du leader se fait à la compétence, pas par la domination ou la prédation comme cela peut être le cas chez les chiens et les loups, par exemple. Pour être reconnu comme leader par un cheval, l'homme ne peut pas tricher… Le cheval est donc "un extraordinaire révélateur des comportements du groupe humain."

"Le horse-coaching a plu à tout le monde et moi j’ai été étonné de la facilité avec laquelle nos points faibles et nos engagements ont vu le jour dans la bonne humeur", conclut Jacques.

Il semble que tout le monde soit en droit de murmurer à l'oreille des chevaux… 

A LIRE AUSSI : Foin des PowerPoint, pour mieux mieux enseigner le management, la tendance, c’est la littérature

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
02.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
03.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
04.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
05.
Notre-Dame : quand du recueillement on passe au cirque !
06.
Pourquoi la fonte du permafrost pourrait avoir des conséquences encore pires que prévues
07.
Les vrais objectifs de la sulfureuse ONG Qatar Charity
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
05.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 01/11/2016 - 18:46
@assougoudrel
faire de la cohésion, comme un camp cohésion avant une OPEX;
assougoudrel
- 01/11/2016 - 09:35
Team-building
J'ai déjà du mal à parler le français, alors si je dois lire de l'anglo-saxon à mon âge, je ne suis pas sorti de l'auberge. Ça veut dire quoi, au juste?
Deudeuche
- 31/10/2016 - 15:19
Non? Maneggiare de l'italien "diriger des chevaux"a donné le mot
management! C'est le sens "chef" du mot manager particulièrement évident dans le monde anglo-saxon. Et ce par opposition au "ménage"; le bon ordre des choses selon des règles fixes (la gestion) qui n'est pas du "management" mais de la bonne administration. En clair bien mettre la table ce n'est pas la même chose qu'être un chef face à une volonté contraire.
C'est aussi pour cela que nombre d'écoles d'officiers pratiquent l'équitation comme sport de "commandement".
Maneggiare ou Ménager telle est la question (pas le même métier).
L'insupportable c'est quand les Ménageurs se prennent pour des chefs et cela donne ...l'ENA.