En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

07.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

01.

Après Woerth, Laurent Blanc?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 10 min 25 sec
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 1 heure 5 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 2 heures 2 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 3 heures 43 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 6 heures 18 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 7 heures 2 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 7 heures 38 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 9 heures 5 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 9 heures 49 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 44 min 4 sec
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 1 heure 27 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 2 heures 57 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 6 heures 10 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 6 heures 44 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 7 heures 5 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 8 heures 13 sec
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 9 heures 31 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 9 heures 55 min
© Reuters
© Reuters
Retour à la réalité

Le moment du doute est-il venu chez les soutiens d’Emmanuel Macron ?

Publié le 04 novembre 2016
A l'occasion d'une interview accordée à Marianne, le député socialiste Pascal Terrasse a annoncé qu'il pourrait cesser de soutenir Emmanuel Macron, lui qui est pourtant un des soutiens historiques du mouvement En marche.
Marc Endeweld
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Endeweld est journaliste indépendant, ancien grand reporter à Marianne. Il a publié plusieurs ouvrages dont "Le grand Manipulateur" (Stock, 2019) et L'ambigu Monsieur Macron (Flammarion, 2015).
Voir la bio
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion d'une interview accordée à Marianne, le député socialiste Pascal Terrasse a annoncé qu'il pourrait cesser de soutenir Emmanuel Macron, lui qui est pourtant un des soutiens historiques du mouvement En marche.

Atlantico : A l'occasion d'une interview donnée à Marianne et publiée ce jeudi 27 octobre, le député socialiste Pascal Terrasse a déclaré à propos d'Emmanuel Macron, dont il est l'un des soutiens historiques, que "le jour où il est candidat, ma position pourrait bien changer". Il estime également que Macron "fera une belle campagne, mais qui restera sans lendemain". Quels sont les éléments qui laissent à penser qu'Emmanuel Macron pourrait chuter ? À quel point l'absence de parti joue-t-elle contre lui ?

Marc Endeweld : Les propos de Pascal Terrasse ne concernent que le principal intéressé. Le député a, il est vrai, exprimé son intérêt pour Emmanuel Macron dès le lancement de "En marche !" en avril dernier. Il était cependant loin d'être intégré à l'équipe réelle d'Emmanuel Macron et loin d'être intégré aux soutiens exprimés du côté politique, comme ce peut être le cas de Gérard Collomb, François Patriat ou Richard Ferrand.

Manifestement, Pascal Terrasse exprime un désaccord "stratégique" avec Emmanuel Macron : il aurait souhaité que celui-ci se présente à la primaire du Parti socialiste. C'est loin d'être la stratégie entreprise par l'ancien ministre de l'Économie, qui est pour un large rassemblement et souhaite dépasser le PS. Il le considère comme un appareil exsangue, coupable d'être co-responsable du conservatisme à gauche. Croire qu'Emmanuel Macron va se mettre dans les chaussures du PS, c'est ne rien comprendre de son analyse ancienne de la situation politique et de son inclination personnelle. Emmanuel Macron le dit lui-même et ne cesse de le répéter : il est de gauche. Il n'est cependant pas socialiste, dans le sens où il n'apprécie guère le PS.

La semaine dernière, une partie des parlementaires PS, déboussolés par la posture de François Hollande, ont commencé à se chercher un candidat de substitution. Dans ce cadre-là, de nombreux parlementaires ont fait savoir leur intérêt pour Emmanuel Macron. Ils l'ont exprimé en ces termes : "nous te soutiendrons jusqu'au bout, pour peu que tu passes par la primaire socialiste". C'est précisément le discours de Pascal Terrasse. Concrètement, il s'agit de l'affirmation et de la reproduction du PS : les élus socialistes essayent de sauver leurs circonscriptions, ce qui implique une double équation. D'une part, ils cherchent à se distancier du président de la République, de son bilan. D'autre part, ils ne veulent pas se couper de leur parti historique et craignent l'exclusion.

Cette crainte n'est pas pour autant susceptible de pousser les députés PS qui rejoignent Emmanuel Macron à le trahir. À un moment donné, la politique en revient aux dynamiques. Or, le PS est dans une dynamique très négative. Malgré les rodomontades et les menaces verbales, par interview ou par SMS, d'un Jean-Christophe Cambadélis qui cherche à colmater les brèches du vaisseau socialiste, le PS est bien mal en point pour se permettre d'exclure des élus ou des militants. Cette menace est évidemment entendue par les parlementaires. Mais ceux qui ont fait le choix d'Emmanuel Macron ont déjà démontré qu'ils prenaient le risque.

La difficulté pour Emmanuel Macron relève plus, à mon sens, de sa volonté de dire les choses sans les dire. Il retarde l'annonce de sa candidature alors qu'il en pose tous les jalons. Dans le même temps, il prend beaucoup de temps avant d'annoncer son projet. Dans sa volonté de ne pas cliver sur certaines des propositions qu'il souhaite faire, il risque de lasser les Français.

L'absence de parti réel ne représente que peu de difficultés dans le contexte de crise politique que l'on connaît, mais elles sont importantes, comme celle des financements. Macron ne dispose pas de financement public, puisqu'il n'a pas présenté d'élus aux dernières élections. C'est donc un frein financier pour lui. Une éventuelle difficulté supplémentaire, c'est celle de la représentativité. Les critères du CSA portent notamment sur la représentativité au sein du Parlement. Il vient de sortir de la majorité présidentielle. Les calculs du CSA comprennent évidemment les sondages, cela vient néanmoins minorer sa présence médiatique, notamment dans les médias audiovisuels.

Bruno Cautrès : Le « phénomène Macron » correspond à une double logique : d’une part, la déception de nombreux électeurs face à une offre politique qui semble sans renouvellement, figée; d’autre part une forme d’épuisement de la forme d’organisation que sont les partis politiques. Si cette double logique est clairement présente dans l’électorat, et pas seulement en France, elle ne peut suffire à elle-seule pour mobiliser les électeurs et élire le chef de l’exécutif. L’essentiel est en effet la capacité des candidats à incarner des réalités enracinées dans les profondeurs socio-économiques et historiques du pays. Or, le « macronisme » est avant tout fait, pour le moment, d’ambiguïtés et ne repose pas sur un socle idéologique solide : Emmanuel Macron souhaite ainsi dépasser le clivage gauche-droite alors que celui-ci continue de donner sens aux choix de politiques publiques des électeurs. Si de nombreux électeurs pensent qu’il faudrait que la gauche et la droite s’entendent sur les grands problèmes du pays, cette demande est la partie émergée de l’iceberg. Elle exprime un soutien très large et très diffus à l’idée d’une « union nationale » autour des grands problèmes.

Mais la partie immergée est bien plus importante : les électeurs ne s’accordent pas sur les moyens et les priorités de l’action publique. Si l’on demandait aux français de répartir comme ils l’entendent le budget du pays, certains voudraient tout mettre sur l’éducation ou la santé, d’autres sur la police et l’armée ou sur la lutte contre le réchauffement climatique. En prenant la partie émergée de l’iceberg pour « argent comptant », le mouvement En Marche ! est victime d’une illusion d’optique : ainsi le questionnaire (https://www.en-marche.fr/wp-content/uploads/2016/05/Questionnaire.pdf) que les « marcheurs » faisaient remplir aux français rencontrés ne comporte aucune question sur les moyens et les priorités et reste donc à un niveau de très grande généralité sur les souhaits et l’expression de « ce qui marche » ou « ce qui ne marche pas » en France. Les trois meetings tenus récemment par Emmanuel Macron n’ont d’ailleurs levé aucune de ces ambiguïtés.

Ces ambiguïtés renvoient au fait que En marche ! n’est pas un parti politique et que les « adhérents » ne sont pas fédérés par l’adhésion à un certain nombre de priorités politiques. « Adhérer » à En Marche ! n’est pas très impliquant et significatif au plan de l’adhésion à des priorités des dépenses publiques. Enfin, il existe une vraie difficulté pour le mouvement et son leader : les électeurs les plus probables de sa candidature à la présidentielle sont des électeurs de centre droit, proches de l’UDI et parfois même des Républicains. Ils ne sont pas « et de droite et de gauche » pour reprendre les termes macroniens, mais bien de droite au plan de leurs attitudes économiques et souvent mêmes politiques. Il est à cet égard très symptomatique qu’ils soient souvent plus proches des électeurs de l’UDI que du Modem. Et cela alors même qu’Emmanuel Macron intéresse également des électeurs de centre-gauche déboussolés par la fin de mandat de François Hollande. 

Outre les seuls aspects humains (défections, etc.), qui concernent l'opération Macron, peut-on vraiment croire que celle-ci est stable et solide ? Dans quelle mesure Emmanuel Macron pourrait-il être amené à rencontrer de réelles difficultés en avançant vers la présidentielle ?

Bruno Cautrès : La présidentielle de 2017 constitue sans doute une excellente « fenêtre d’opportunité » pour Emmanuel Macron : désillusion des électeurs de gauche, incertitude sur la possibilité d’une candidature Hollande, compétition à droite, FN très haut dans les intentions de vote. Tous ces éléments semblent plaider pour une nouvelle offre politique et surtout pour lever l’obstacle principal aux yeux de nombreux électeurs : ne pas prendre le risque ou la responsabilité d’un « nouveau 21 avril ». La faiblesse des intentions de vote en faveur de François Hollande et la quasi-certitude voir Alain Juppé gagner la primaire de la droite et du centre, donnent en effet le sentiment à de nombreux électeurs potentiels d’Emmanuel Macron que c’est un pari sans risque. « Au pire », ces électeurs auront Alain Juppé comme président,, ce qui est parfaitement compatible avec leurs orientations politiques de centre droit…

Et l’on voit certains éléments qui attestent d’un fort souhait des électeurs pour le renouvellement : la primaire des écologistes a vu Cécile Duflot être sanctionnée, les résultats de la présidentielle pourraient voir la fin de la carrière politique de deux anciens présidents de la République. Mais dans le même temps, les partis politiques traditionnels font preuve de beaucoup de résilience malgré leurs crises et leur hémorragie de militants. En Marché ! rencontrera donc une solide concurrence sur le terrain des idées et de l’organisation d’une campagne électorale : les « marcheurs » qui sont les plus proches d’un parti politique seront amenés à un moment donné à voter pour E. Macron plutôt que pour Alain Juppé ou François Bayrou par exemple (en cas de victoire de N. Sarkozy à la primaire de la droite et du centre). 

N'y a-t-il pas, pour Emmanuel Macron tout particulièrement, un risque considérable de disparition au lendemain d'une potentielle victoire de la droite ? Ce risque existe-t-il également pour la gauche ? Que traduit-il des dimensions politiques que l'ancien ministre de l'Economie semble ne pas saisir ?

Bruno Cautrès : Le risque est en effet très grand que le phénomène En Marche ! s’effiloche après la présidentielle. Il n’y a pas pour le moment de troisième siège au second tour de la présidentielle… ! Une importante contradiction attendra en effet ce mouvement : son attrait repose sur le fait qu’il n’est pas un parti politique, mais durer dans le temps pendant 5 ans (en vue de 2022) ne pourra se faire en dehors de la compétition électorale. Sitôt la présidentielle passée, les partis politiques auront déjà en ligne de mire les élections européennes de 2019 ; celles-ci seront des « élections intermédiaires » qui permettront sans doute au PS et à la gauche de voir revenir vers eux des électeurs mécontents des réformes du nouveau Président.

En faisant mine de croire que le clivage gauche-droite est dépassé, l’ancien ministre de l’économie et des finances oublie que l’opinion publique connait des logiques de « thermostat » : dès que la droite est au pouvoir, les thèmes égalitaires de la gauche reprennent des couleurs (et dès que la gauche est au pouvoir, les thèmes de droite aussi reprennent des couleurs). Il ne pourra tenir 5 ans en expliquant que la droite c’est bien mais à condition qu’elle mette de l’eau dans son vin et que la gauche c’est bien à condition qu’elle soit plus « moderne ». 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 02/11/2016 - 11:36
Plus de narcissique à la présidence!
Le meilleur pour la France serait un duel de candidats entre Macron et Juppé.
Sarkozy n'est pas Donald Trump mais on en est pas loin. Il a bon nombre de caractéristiques d'un narcissique... et en neuropsychiatrie, les narcissiques sont classés dans la même catégorie que les sociopathes et les psychopathes. Pourquoi lui donner une seconde chance alors qu'il a échoué lors de son précédent mandat et que l'offre politique est pléthorique? L'empathie est un meilleur critère pour un politique et le charisme est malheureusement une qualité bien différente de l'empathie. Le charisme de Nicolas Sarkozy cache bien son déficit d'empathie. Ne vous fiez donc pas au charisme d'un politicien pour effectuer votre choix.
vangog
- 30/10/2016 - 11:39
Macron, un candidat pour les midinettes?
Cette pure création du système mediatico-financier est en train de se dégonfler comme une baudruche, et c'est tant mieux, car ce système à trop imposé ses médiocres Présidents aux Français crédules...les seules qui voteront pour lui seront les midinettes (hommes ou femmes) qui croient qu'un sourire et une communication servile font le Président et compensent avantageusement l'absence de programme, l'absence de militants, l'absence de corps...
J'accuse
- 30/10/2016 - 11:25
Bas les masques !
"Sa volonté de dire les choses sans les dire", c'est typiquement une façon socialiste de faire de la politique : dissimulation, hésitation, lâcheté, versatilité, ambiguïtés pour que chacun croit ce qu'il a envie de croire, prêt à toutes les compromissions et à toutes les trahisons. Macron ne veut pas du PS parce que ce parti est déconsidéré, mais il a toutes les caractéristiques du socialiste ambitieux. Il a lâché Hollande pour les mêmes raisons (ne pas être plombé), bien qu'il voie la politique exactement comme lui: prendre le pouvoir et le conserver par opportunisme et duperie.