En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 16 min 31 sec
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 2 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 3 heures 44 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 4 heures 17 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 5 heures 43 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 6 heures 19 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 7 heures 16 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 7 heures 49 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 8 heures 11 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 8 heures 46 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 41 min 57 sec
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 2 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 3 heures 59 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 4 heures 52 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 6 heures 9 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 6 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 7 heures 20 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 7 heures 53 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 8 heures 35 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 9 heures 25 min
© Reuters
© Reuters
Le dessous des cartes

Bataille de meetings Juppé-Sarkozy en PACA : petite géographie de la primaire de la droite et du centre et de là où elle se joue vraiment

Publié le 28 octobre 2016
Le premier tour de la primaire de la droite aura lieu le 20 novembre, dans moins d'un mois. Les électeurs vont pouvoir voter dans près de 10.000 bureaux de votes répartis sur tout le territoire.
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le premier tour de la primaire de la droite aura lieu le 20 novembre, dans moins d'un mois. Les électeurs vont pouvoir voter dans près de 10.000 bureaux de votes répartis sur tout le territoire.

Le comité d’organisation de la primaire a retenu comme clé d’affectation des bureaux de vote par circonscription, le score cumulé des candidats Bayrou, Sarkozy et Dupont-Aignan au premier tour de l’élection présidentielle de 2012. Sur cette base, 5 strates de circonscription ont été définies. Les circonscriptions où les scores de la droite et du centre ont été les plus faibles se sont vu affecter 11 bureaux de vote et celles où les scores ont été les plus élevés 24 bureaux. Les trois autres strates intermédiaires étant respectivement créditées de 13, 16 et 19 bureaux par circonscription. Au total, ce sont près de 10 000 bureaux de vote qui devraient ainsi mailler le territoire. Des voix se sont récemment élevées pour s’interroger sur la capacité de l’appareil militant des Républicains à organiser et à tenir 10 000 points de vente pendant deux dimanches de suite. Mais, par-delà le débat sur le nombre total de bureaux de vote, leur répartition sur le territoire apparaît également comme un vrai enje

1. Sur quelle base définir l’électorat de la droite et du centre ?

La primaire s’adressant aux électeurs du centre et de la droite, le choix des résultats du premier tour de l’élection présidentielle comme critère de référence pour la répartition des bureaux de vote sur le territoire peut paraître légitime. Mais on se souvient que François Bayrou avait voté au second tour pour le candidat de gauche et qu’il avait été suivi en cela par 31% de ses électeurs du premier tour (37% votant pour Nicolas Sarkozy et 32% s’abstenant ou votant blanc ou nul) [1].  Près des deux tiers de voix centristes (ou plus exactement des voix s’étant portées sur le candidat du MoDem, qui durant cette campagne avait adopté un positionnement qui ne correspondait plus tout à fait à un positionnement de centre-droit) avaient manqué au candidat de la droite au second tour. Dès lors, le choix d’inclure le score de François Bayrou dans le total "droite + centre" servant de clé de répartition des bureaux pour l’élection primaire de novembre 2016 pourra être contesté par certains. Ceux-ci défendront l’idée que c’est le score de Nicolas Sarkozy au second tour de la présidentielle de 2012 qui constitue le véritable étalon permettant de quantifier le poids de la droite et du centre circonscription par circonscription. Ce choix a aussi sa légitimité dans la mesure où le second tour a bien constitué objectivement un affrontement gauche/droite permettant de faire apparaître un bloc de droite élargi et plus "homogène" diront les défenseurs de cette option, car les électeurs du Modem ayant voté François Hollande ou s’étant abstenus au second tour en seraient mathématiquement exclus. Mais ce choix a une autre conséquence, il inclue dans la définition du "peuple de droite" les 55% d’électeurs de Marine Le Pen qui se sont reportés au second tour sur Nicolas Sarkozy. On notera au passage qu’au second tour, l’apport de ces électeurs lepenistes a pesé bien plus lourd (environ 10 points) que celui des électeurs centristes (environ 3 points) dans la progression de Nicolas Sarkozy par rapport au premier tour.

(Cliquer pour agrandir)

Au regard de ces chiffres, le débat sur la bonne définition de "l’électorat de la droite et du centre" et conséquemment sur le choix du tour de référence est loin d’être clos. Mais cet arbitrage ne se pose pas qu’en termes idéologique et théorique, il a aussi des répercussions très concrètes et pratiques sur la répartition des bureaux de vote sur le territoire.

2. Un nombre de bureaux par territoire variant sensiblement selon le critère de répartition retenu

En reprenant la même méthode de stratification des circonscriptions que celle adoptée par le comité d’organisation de la primaire (5 strates de circonscriptions comprenant chacune 115 circonscriptions sauf la strate regroupant les circonscriptions où les scores de la droite ont été les plus faibles et qui ne compte que 106 circonscriptions [2]), mais en l’appliquant cette fois au score obtenu par Nicolas Sarkozy au second tour, on obtient en effet, en termes de nombre de bureaux par circonscription des différences parfois tout à fait importantes par rapport à la répartition actuelle établie sur le score cumulé "Bayrou + Sarkozy + Dupont-Aignan" du premier tour.

Comme on peut le voir sur le tableau suivant, la répartition basée sur le premier tour "favorise" la France de l’ouest et du sud-ouest (où François Bayrou a obtenu ses meilleurs scores et où le FN est moins puissant) ainsi que Paris et les Hauts-de-Seine. Inversement, les départements méditerranéens, du nord et de l’est se voient affecter dans la répartition issue des scores du premier tour beaucoup moins de bureaux de vote que ce à quoi ils pourraient prétendre si c’est le score du second tour de la présidentielle qui servait d’étalon.

(Cliquer pour agrandir)

Les différences en termes de nombre de bureaux attribués selon les deux méthodes de calcul apparaissent encore plus spectaculairement sur la carte suivante donnant clairement à voir une France de l’Ouest et une France de l’Est.

(Cliquer pour agrandir)

Le nombre de bureaux de vote par circonscription pour la primaire des Républicains est actuellement calculé en fonction des scores cumulés de F. Bayrou, N. Sarkozy et N. Dupont-Aignan au premier tour de l’élection présidentielle de 2012.

Si l’on se base non plus sur les scores du premier tour mais sur celui de N. Sarkozy au second tour, la répartition des bureaux sur le territoire diffère assez sensiblement.

Cette carte présente les écarts en nombre de bureaux de vote par département entre les deux méthodes de calcul.

Ainsi, par exemple, avec la méthode adoptée par Les Républicains, il y a 37 bureaux de vote de plus en Pyrénées-Atlantiques que si le calcul s’était basé sur le second tour. Inversement, la méthode actuelle attribue 76 bureaux de moins aux Bouches-du-Rhône que ce à quoi ce département pourrait prétendre si l’affectation du nombre de bureaux s’appuyait sur les résultats du second tour.

3. Un maillage plus dense stimule la participation à une primaire

Nous avions montré par ailleurs que le maillage et le nombre de bureaux de vote affectés à un département avait eu une influence non nulle sur la participation à la primaire socialiste en 2011 notamment en milieu rural [3]. Ainsi, dans des départements comme l’Aude ou l’Ariège, on avait observé que le nombre de participants au premier tour de la primaire socialiste représentait environ 35% des électeurs de Ségolène Royal au premier tour de la présidentielle de 2007 (cet électorat socialiste de 2007 correspondant à la base électorale principale à laquelle cette primaire s’adressait en 2011). En revanche, ce taux de participation à la primaire fut beaucoup plus faible dans des départements comme l’Indre ou le Cher, où les participants à la primaire ne représentèrent qu’un peu plus de 20% des électeurs de Ségolène Royal en 2007. Or, comme le montre le tableau ci-dessous, le ratio nombre de voix de S. Royal 2007 / nombre de bureaux de vote dans le département (ratio qui permet de définir l’intensité du maillage des bureaux de vote) était beaucoup plus faible dans l’Aude et en Ariège que dans le Cher et dans l’Indre.

(Cliquer pour agrandir)

Dit autrement, le fait que pour un même nombre d’électeurs potentiels de la primaire (en l’espèce des électeurs de Ségolène Royal au premier tour de 2007) il y ait, dans un département, plus de bureaux de vote que dans un autre département a stimulé sensiblement la participation à la primaire dans le premier département.

4. Des intentions de vote en faveur des deux principaux candidats très variables selon les régions

Si ce constat empirique se vérifie de nouveau à l’automne 2016, le nombre élevé et la plus forte densité de bureaux de vote dans les zones réputées plutôt favorables à un candidat lui confèreront donc un avantage certain, dans la mesure où cela devrait conduire à une mobilisation de l’électorat potentiel dans ces territoires supérieure à celle se produisant dans d’autres départements moins bien pourvus en bureaux. Or, les données d’enquête dont nous disposons à ce jour indiquent que les intentions de vote pour les deux principaux candidats à la primaire de la droite et du centre varient fortement selon les régions [4], d’où l’importance stratégique de la répartition des bureaux. Ainsi, parmi les personnes ayant indiqué avoir l’intention de participer à la primaire, Alain Juppé serait largement en tête sur la façade ouest, quand Nicolas Sarkozy ferait la course en tête dans la moitié est du pays, le rapport de forces en Ile-de-France étant équilibré comme le montre le tableau ci-dessous [5].              

(Cliquer pour agrandir)

5. Un impact non négligeable sur le résultat final

Au regard de ces chiffres, on constate que le choix du critère d’affectation des bureaux de vote par circonscription peut donc avoir une incidence sur les résultats. Retenir le score des candidats de la droite et du centre au premier tour de la présidentielle de 2012 conduit à attribuer plus de bureaux de vote aux départements du Grand ouest et du Sud-Ouest et donc à "stimuler" la participation dans ces régions dans laquelle l’électorat penche en faveur du maire de Bordeaux. Et inversement, se baser sur le second tour de la présidentielle aboutit à affecter mécaniquement davantage de bureaux dans les bastions frontistes de Paca, de Languedoc-Roussillon mais aussi de Nord-Pas-de-Calais-Picardie, et donc à "booster" la participation dans des zones dans lesquelles le président des Républicains devance son rival pour la primaire dans les intentions de vote.

De surcroît et comme on l’a vu, les écarts en termes de nombre de bureaux selon les deux modes de calcul sont importants. Ils s’élèvent par exemple à 156 bureaux sur l’ensemble de la région Paca et à 103 dans la nouvelle région Aquitaine/Poitou-Charentes/Limousin. Ainsi, alors qu’en se basant sur les résultats du premier tour de la présidentielle, ces deux régions se verraient affecter quasiment le même nombre de bureaux, la répartition s’appuyant sur le second tour confèrerait 905 bureaux à Paca contre seulement 652 à l’ensemble Aquitaine/Poitou-Charentes/Limousin, soit un écart de 250 bureaux entre les deux régions…    

(Cliquer pour agrandir)

On rappellera que lors de la primaire socialiste de 2011, le nombre de votants par bureau de vote avait été en moyenne de 300 personnes. Rien ne dit à ce stade que l’ampleur de la participation à la primaire de la droite et du centre en novembre 2016 sera équivalente à celle observée à l’époque. Néanmoins, et même si par ailleurs tous les électeurs d’un même bureau ne voteront pas comme un seul homme pour le même candidat, si l’on fait l’hypothèse d’une participation de même ampleur que pour la primaire socialiste [6], on voit bien, qu’à raison d’environ 300 votants par bureau, la localisation de plusieurs centaines de bureaux dans certaines régions plutôt que dans d’autres peut avoir un impact plus que significatif sur les résultats de ce scrutin inédit dont l’issue s’annonce aujourd’hui comme serrée.

Comment les favoris à la primaire construisent-ils leurs stratégies de campagne sur le plan géographique ? Quelle peut être la pertinence de telles stratégies ?

Nicolas Sarkozy est sur un rythme plus soutenu qu'Alain Juppé, au moins en matière de meeting. C'est quelque chose qui est peut-être dû à sa position de challenger. La tournée à laquelle il s'est astreint favorise largement ses zones de force, à savoir le littoral méditerranéen d'une part, et la façade est du pays d'autre part. Les incursions sur l'ouest de la France ont été très rares jusqu'à présent. On peut notamment citer les Sables d'Olonne en Vendée et Dozulé, dans le Calvados. Ces deux zones sont très marquées à droite et l'ancien président y avait fait de très bon scores à la dernière élection présidentielle. Il y a donc là un calcul politique, une volonté de chercher l'électorat sarkoziste là où il se trouve. Pour ce faire, Nicolas Sarkozy privilégie les villes moyennes, les régions déjà mentionnées, et les bastions qui lui sont déjà favorables.

Alain Juppé n'a pas le même rythme de croisière, il est moins soutenu. Ses déplacements se concentrent avant tout sur les grandes métropoles régionales. Cela dénote évidemment d'un certain classicisme, mais privilégier les grandes salles dans les grandes métropoles n'a jamais été totalement saugrenu. Il privilégie les cœurs des métropoles où l'on sait que la sociologie électorale de la droite est plus favorable à Alain Juppé. Chacun, de manière calculée ou non, mène campagne sur des territoires qui leur sont d'ores et déjà favorables.

Chacune de ces deux stratégies est adaptée à la situation du candidat qui la porte. Nicolas Sarkozy mène une campagne de challenger, Alain Juppé une campagne de favori. C'est pour cela qu'Alain Juppé organise moins de meetings. Nicolas Sarkozy, en tant que challenger, présente un côté un peu plus stakhanoviste. Rappelons également que ces stratégies sont calées sur le modèle de la primaire et non pas de l'élection présidentielle. L'enjeu, c'est d'inciter ses soutiens à participer à l'élection. Pas de convaincre le camp de l'adversaire. Les chiffres sont clairs : sur l'intégralité des sympathisants LR, qui représentent le cœur de cible de cette primaire, seuls 20% se disent certains d'aller voter. Avant d'aller chercher les frontistes, les socialistes ou les centristes, il faut réaliser que 80% de l'électorat LR envisage de rester chez soi le jour du vote. À titre de comparaison, lors d'une élection présidentielle, la moyenne tourne autour de 80% de votants. Nous sommes à front complètement renversé. Il faut donc aller chercher ces électeurs.

________________________________________

[1] Rolling présidentielle 2012 Ifop pour Fiducial et Paris-Match.

[2] Les 11 circonscriptions des Français de l’étranger n’ont pas été concernées à ce jour par le calcul de l’attribution des bureaux de vote

[3] Cf "Géographie électorale des primaires socialistes". Note n°113 de la Fondation Jean Jaurès

[4] La primaire socialiste avait elle aussi été marquée par des effets de fiefs régionaux très appuyés

[5] Sondage Ifop pour Le Figaro réalisé du 4 au 9 septembre 2015 auprès d’un échantillon national représentatif de 3001 personnes.

[6] Un récent sondage Ipsos pour Le Point a estimé le taux de participation potentiel à la primaire à 6% soit 2,7 millions de votants et dans l’enquête Ifop pour Le Figaro le taux de participation potentiel était de 8% soit 3,6 millions de votants. Ces chiffres sont donc du même ordre que ceux de la primaire socialiste qui rassembla 2,7 millions personnes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 02/11/2016 - 12:04
Plus de narcissique à la présidence!
Sarkozy n'est pas Donald Trump mais on en est pas loin. 
Il a bon nombre de caractéristiques d'un narcissique... et en neuropsychiatrie, les narcissiques sont classés dans la même catégorie que les sociopathes et les psychopathes. 
Pourquoi lui donner une seconde chance alors qu'il a échoué lors de son précédent mandat et que l'offre politique est pléthorique? L'empathie est un meilleur critère pour un politique et le charisme est malheureusement une qualité bien différente de l'empathie. 
Le charisme de Nicolas Sarkozy cache bien son déficit d'empathie. 
Ne vous fiez donc pas au charisme d'un politicien pour effectuer votre choix.
cloette
- 29/10/2016 - 10:25
Bon sang mais c'est bien sûr !
http://www.polemia.com/le-crepuscule-de-la-france-den-haut-de-christophe-guilluy/g mais
Jardinier
- 28/10/2016 - 21:17
Bonsoir cher média,
Juste par curiosité, pourquoi focalisez vous sur ces deux nains ?