En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 3 heures 41 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 4 heures 22 min
décryptage > Politique
Zombie qui s’ignore

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

il y a 4 heures 53 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 18 heures 34 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 20 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 21 heures 49 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 22 heures 25 min
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 23 heures 41 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 4 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 4 heures 41 min
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 17 heures 24 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 19 heures 35 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 20 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 22 heures 5 min
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 23 heures 3 min
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 1 jour 11 min
© CHRISTOF STACHE / AFP
© CHRISTOF STACHE / AFP
Wait and see

Embellie d’automne sur le chômage : mais le gouvernement a-t-il matière à s’en féliciter ?

Publié le 28 octobre 2016
Alors que le ministère du Travail et Pôle Emploi ont révélé mardi soir les derniers chiffres du chômage pour le mois de septembre, l'embellie temporaire constatée ne doit pas masquer la situation globale inquiétante de la situation française, notamment dans une telle période d'incertitude économique.
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Pierre-François Gouiffès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le ministère du Travail et Pôle Emploi ont révélé mardi soir les derniers chiffres du chômage pour le mois de septembre, l'embellie temporaire constatée ne doit pas masquer la situation globale inquiétante de la situation française, notamment dans une telle période d'incertitude économique.

Atlantico : Ce mardi, le ministère du Travail et Pôle Emploi ont dévoilé les chiffres officiels du chômage pour le mois de septembre 2016, avec notamment 66 300 chômeurs en moins pour la catégorie A, après la hausse conséquente observée lors du mois d'août. Dans quelle mesure la stagnation - voire le début de baisse -des chiffres du chômage est-elle liée à l'action du gouvernement ? Sur le terrain du chômage et de l'emploi, quelle est la situation de la France, par rapport à celle des autres pays européens ?  

Mathieu Mucherie : Il y a bien une action statistique de nos autorités publiques. Mais tous les pays eurolandais ont vu leur taux de chômage baisser depuis 2013 ; tous sauf la France. Les derniers chiffres doivent être regardés cum grano salis, et à la lumière de cette contre-performance majeure depuis plus de 3 ans…

Maintenant, passons à l’explication. Celle que vous ne verrez ni dans Le Monde, ni chez Patriiiiick Artus, ni sur France Info. Une explication monétariste du sous-emploi hexagonal et européen, une explication contre-intuitive et qui fait mal. Tenez-vous bien et, SVP, âmes sensibles, passez votre chemin, les lignes qui vont suivre ne sont pas faites pour vous :

Les grands décrochages de l’emploi en France depuis 35 ans arrivent tous au moment d’une crise monétaire : désinflation du début/milieu des années 80, crise du SME du début des années 90 (quand nous avons stupidement singé la politique monétaire de la Bundesbank), grande crise de 2008 (quand la BCE remontait stupidement ses taux au pire moment) suivie de la rechute de 2011-2013 (rechute liée à une nouvelle tentative de putsch de la BCE, soit dit en passant). Ensuite, à chaque fois, on passe 5 à 10 ans pour amortir, revenir dans les clous, gérer les conséquences pour les travailleurs devenus inemployables, pleurnicher sur la montée du FN, etc. Donc, nous devrions être tous d’accord sur le point suivant : la meilleure des politiques de l’emploi, en amont, c’est d’éviter un choc déflationniste. Donc : éviter à tout prix une nouvelle grosse erreur de pilotage monétaire. Donc : forcer la BCE à suivre une règle de croissance prudente du PIB nominal. Tout ceci nous entraîne bien loin des explications structuralistes ou journalistiques qui parlent bien à tous les analystes du bar PMU et qui au fond ne fâchent personne (le « niveau de formation », un demi-point en plus ou en moins sur les charges, une nouvelle initiative sur les PME innovantes, etc.).

Le mérite de l’explication monétaire, c’est qu’elle est cohérente, dans le temps et dans l’espace. Le chômage monte quand le public anticipe plus d’inflation qu’il n’y en a : en particulier mais pas seulement parce que le coût réel du travail monte dans ces phases-là, conformément à des décennies de travaux de Milton Friedman. C’est bien ce que l’on constate. Et avec la japonisation de la zone euro depuis 3 ans, les anticipations d’inflation s’effondrent, capitulent, convergent vers l’inflation réelle, et bing : le chômage redescend. La France est la dernière à s’en rendre compte, peut-être parce qu’elle a multiplié les obstacles sur l’offre pour doper artificiellement les prix (songez à l’immobilier…), peut-être parce qu’elle est victime d’une illusion nominale massive, et d’un marché du travail des plus rigides. Son taux de chômage commence donc seulement à baisser depuis quelques mois, mais ce n’est pas du tout bon signe : au Japon, le taux de chômage se situe à 3,1%...  

Doit-on néanmoins supposer que ces 66 300 individus ont tous retrouvé un emploi ?

Pierre-François Gouiffès : Pour comprendre comment ces individus ont retrouvé un emploi et dans quelles conditions, il est utile de regarder les différentes catégories de demandeurs d’emploi.

Il y a d’abord la catégorie A, les demandeurs d’emploi dans aucune activité professionnelle pour lesquelles la baisse de 66 300 en France métropolitaine est particulièrement spectaculaire pour le mois de septembre (le chiffre le plus bas depuis vingt ans) mais dans le jeu de yoyo initié fin 2015.

Il y a après les demandeurs d’emploi de catégorie B e C qui ont une activité réduite et dont au contraire le nombre augmente (+28 300) en métropole et suit donc une évolution contraire à celle des A. Ensuite il faut prendre en compte la catégorie D, les personnes non tenues de chercher un emploi car inscrits en formation, qui est celle qui est le plus impactée par le plan « 500 00 formations ». La variation en septembre est marginale (-500) mais cela n’efface pas l’augmentation très forte du stock de catégorie D depuis le début de l’année, avec encore 73 500 entrée sen septembre. Il faut enfin évoquer la catégorie E (personnes inscrites à Pôle emploi sans être tenues de rechercher un emploi, en emploi) qui augmente faiblement sur un mois (+1 500) mais davantage sur un an (+26 300)et qui concentre beaucoup de titulaires des contrats aidés subventionnés par l’Etat.

Au final la baisse des DEFM A en septembre et depuis le début de l’année inclut via différents vases communicants et pour une part importante des transferts vers l’activité réduite, les entrées en stage et les contrats aidés subventionnés par l’Etat, et donc pour une part seulement de la création d’emplois marchands dans le secteur productif.

Au mois d'août, la France enregistrait près de 50 000 chômeurs en plus. Suite aux bons chiffres du mois de septembre, qu'est-ce que ces variations brutales d'un mois sur l'autre nous enseignent selon vous ?

Pierre-François Gouiffès : Si l’on regarde les chiffres sur moyenne période, on voit à travers la revue mensuelle des statistiques une tendance erratique depuis l’été 2015 avec des mois de hausse succédant à des mois de baisse.

Une tendance est toutefois indiscutable : l’arrêt de la hausse du chômage avec la stabilisation du nombre de DEFM ABC (avec ou sans activité réduite) et une très légère baisse des DEFM A. La France a donc quitté une terrible séquence de sept ans (2008-2015) de hausse forte et quasi ininterrompue du chômage.

En revanche et compte-tenu justement du caractère erratique des chiffres récents, il n’est pas prudent de considérer qu’on est rentré dans une période de baisse significative du chômage :la Francen’a ainsi pas connu trois mois de baisse successive depuis l’été 2008 et donc la période avant criseLehman. On est à ce stade seulement dans une stabilisation à la baisse du chômage à un niveau toujours considérable après une très longue période de hausse mais hélas pas encore dans une séquence franche et nette de baisse : il y a ainsi 2,5 millions de demandeurs d’emploi ABC de plus depuis 2008 (+80%) et encore 1,1 millions depuis le printemps 2012 (+25%).

Le chômage laisse donc une marque profonde de douloureuse dans le pays. Il y a notamment le drame absolu demandeurs d’emploi des plus de cinquante ans dont le nombre ne baisse pas et a quasiment triplé depuis mai 2008…

Le contexte économique actuel nous permet-il d'être optimiste sur le plan du chômage selon vous ? La fameuse inversion de la courbe du chômage, chère à François Hollande notamment en vue de la prochaine élection présidentielle, est-elle atteignable durablement ?

Pierre-François Gouiffès : La question du chômage est depuis quarante sous le feu des responsables politiques et de l’opinion publique avec notamment le rituel républicain des chiffres mensuels du chômage que nous sommes justement en train de commenter.

Concernant l’inversion de la courbe du chômage, il faut séparer la légère tendance à la baisse observée récemment d’un renversement profond de la tendance qui amènerait la France à baisser son niveau de chômage structurel et conjoncturel.

Sur le front conjoncturel de l’activité et de la croissance, il n’est pas du tout sûr que les bonnes nouvelles récentes (création de 143 300 emplois privés entre juin 2015 et juin 2016, bon niveau d’embauche constaté par l’Acoss) présagent d’une dynamique macroéconomique changeant la donne sur le marché du travail. A ce titre les perspectives de moyen terme publiées par l’Unedic ne sont pas particulièrement optimistes.

Sur le plan structurel, on ne peut que rappeler certaines faiblesses de l’économie française par rapport à ses voisins qui échappent au drame du chômage de masse : croissance économique plus faible que celle des pays européens sur les années récentes, problème de compétitivité qui doit encore s’améliorer fortement, spécificités structurelles du marché du travail et finances publiques structurellement déséquilibrées.

C’est en changeant la donne sur l’ensemble de ces sujets que la France pourra espérer sortir de sa malédiction durable en matière de chômage de masse.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 26/10/2016 - 23:31
Les gauchistes sont tellement à la ramasse...
qu'ils sont capables de manipuler le chômage, sans aucun respect pour les Français qui souffrent, afin de susciter la candidature de leur pantin...ils ne provoqueront que la nuit de Varennes du gauchisme!
jurgio
- 26/10/2016 - 16:06
La situation réelle de la France est instructive
Et si le « chômage » baisse, c'est que le bidonnage a dû bien enflé.
essentimo
- 26/10/2016 - 15:26
Baisser
les chiffres du chômage, c'était par rapport à la situation de 2012. Quoiqu'il dise, il n'a pas réussi son pari : il y a 600000 (sans compter les aidés,et les "en formation") de plus qu'en 2012 ! De quoi se félicite-t-il ?