En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

02.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

03.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

06.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

07.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

04.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 33 min 14 sec
décryptage > Société
Mobilisation planétaire

Antiracisme et environnement : l’été 2020 sera radicalement exigeant ou ne le sera pas

il y a 1 heure 43 sec
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 1 heure 30 min
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 4 heures 25 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La sortie de crise dépend essentiellement des comportements individuels des populations

il y a 5 heures 3 min
pépites > France
Candidature
Défenseur des droits : l'Elysée envisage de remplacer Jacques Toubon par Claire Hédon
il y a 17 heures 40 min
Représailles
L’Inde décide d’interdire 59 applications chinoises, dont TikTok et WeChat, pour raisons de "sécurité"
il y a 19 heures 7 min
pépites > Politique
Fin de la langue de bois
Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel
il y a 20 heures 9 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 47 min 31 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Affaire Fillon : Hollande a envisagé de reporter la présidentielle; Dati a cherché le soutien de l'Elysée contre Hidalgo; Ecologie : truc de riches ou cauchemar vert ?; Cyberhaine sur les réseaux sociaux : le marché plus fort que la loi
il y a 1 heure 19 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 3 heures 35 min
décryptage > Europe
Présidence du Conseil de l'Union européenne

Angela Merkel peut-elle sortir de son coma l’Europe ?

il y a 4 heures 46 min
décryptage > International
Fin des haricots occidentaux

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

il y a 5 heures 17 min
pépite vidéo > Environnement
Pollution
L'eau des égouts a été déversée par erreur sur une plage d'Acapulco
il y a 18 heures 21 min
light > Media
Validation de l’offre de reprise
Soulagement pour Presstalis qui va devenir France Messagerie
il y a 19 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les parfums" de Grégory Magne : une comédie dramatique aux fragrances et aux émotions délicates…

il y a 21 heures 55 min
© BERTRAND GUAY / AFP
Philippe Capon : "Il apparaît patent que le discours de certains policiers est très proche du discours politique clivant de ceux qui refusent l’existence des syndicats."
© BERTRAND GUAY / AFP
Philippe Capon : "Il apparaît patent que le discours de certains policiers est très proche du discours politique clivant de ceux qui refusent l’existence des syndicats."
La parole à la police

Affaire de Viry-Châtillon : celui qui a demandé aux quatre policiers de surveiller la caméra porte une lourde responsabilité dans ce drame

Publié le 28 octobre 2016
Après l’attaque sauvage de quatre policiers survenue à Viry-Châtillon le 8 octobre, la mobilisation et la colère des policiers ne faiblissent pas. Des rassemblements sont prévus ce mardi dans toute la France devant les Palais de Justice de l’hexagone. Philippe Capon, le secrétaire général de l’ Unsa-Police passe en revue les solutions qui permettraient de sortir d’une crise sans précédent sous la Ve République.
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après l’attaque sauvage de quatre policiers survenue à Viry-Châtillon le 8 octobre, la mobilisation et la colère des policiers ne faiblissent pas. Des rassemblements sont prévus ce mardi dans toute la France devant les Palais de Justice de l’hexagone. Philippe Capon, le secrétaire général de l’ Unsa-Police passe en revue les solutions qui permettraient de sortir d’une crise sans précédent sous la Ve République.

Gilles Gaetner : Manifestations quotidiennes des policiers dans la plupart des villes de France, voix qui s’élèvent pour demander la démission de Bernard Cazeneuve, voiture du patron de la police bloquée : que se passe-t-il dans la police ? Etes-vous inquiet ?

Philippe Capon. Comme vous le savez, tout est parti du guet-apens dans lequel sont tombés quatre policiers, sauvagement attaqués par un groupe de délinquants. Il est évident que la communication, sur cette affaire, a été faite beaucoup trop vite. La demande d’une enquête de l’IGPN a été maladroite, car dans la tête des collègues de l’ IGPN, cela signifie  sanction. J’ai demandé au ministre de l’Intérieur de ne pas organiser de chasse aux sorcières, mais c’était un peu tard, les annonces de l’administration avaient déjà eu lieu et la situation dégradée. Je dois dire également que la démission du ministre de l’Intérieur est très souvent réclamée par les plus radicaux de nos collègues. En ce qui concerne le blocage de la voiture du directeur général de la police nationale, à ma connaissance, c’est une première. En tout cas, cette volonté d’intimidation, si elle est inadmissible, elle ,n’en constitue pas moins la preuve avérée de la grande exaspération et du ras le bol des policiers.

Pourquoi cette haine, cette volonté de certains de considérer la police comme illégitime ? Il y a dix ou vingt ans, ce genre d’agression violente comme celle de Viry-Châtilllon était inexistante. Pourquoi aujourd’hui, cette violence ?

Je vais être clair : pour le drame de Viry-Châtillon, je pense que celui qui a donné l’ordre d’effectuer cette mission de surveillance des caméras porte une lourde responsabilité dans ce qui s’est passé. Depuis plus de 20 ans, cet endroit est réputé pour être un des endroits d’affrontement extrêmement violent entre forces de l’ordre et délinquants. Ces dernières années, les policiers se sont faits tirer dessus à plusieurs reprises à cet endroit. Mettre des policiers en position statique pour surveiller un poteau porteur d’une caméra serait risible s’il n’y avait pas eu de drame... avec le jet intolérable de cocktails Molotov sur les policiers en place depuis plusieurs jours. De surcroît 24 heures sur 24. Les policiers doivent effectuer tellement de missions qu’ils ne peuvent être présents partout. Les petits caïds en profitent pour faire la loi. Il est d’ailleurs significatif que désormais les sapeurs-pompiers et les médecins urgentistes n’interviennent dans ces lieux… que pour protéger les fonctionnaires de police.

La police est à bout. Mobilisée sans cesse depuis les attentats de janvier 2015, elle travaille sans prendre des jours de repos ou en les reculant sans cesse. Quelles mesures faudrait-il-prendre immédiatement pour calmer le jeu ?

Les multiples missions confiées aux forces de l’ordre ont franchi un cap jamais atteint. Après les attentats de Charlie en janvier 2015, des missions ont été créés dans le cadre de la lutte anti-terroriste, les services  spécialisés ont été renforcés en effectifs, mieux équipés... puis est venue la lutte contre l’immigration clandestine et la problématique de la jungle de Calais. Il faut mentionner la COP 21 et l’Euro de football, et la multiplication des attentats qui ont alourdi la charge de travail des policiers. Il faut savoir, le grand public l’ignore, qu’en un an les heures supplémentaires  sont passées de 17 millions  au compteur à près de 19 millions au 31 décembre 2015.  Quand on sait que, non seulement ces heures supplémentaires n’ont été ni récupérées, ni payées, on trouve là un autre motif de grogne. Aussi, l’Unsa-Police continue-t-elle de réclamer le paiement du stock d’heures supplémentaires et leur défiscalisation. Cela, parce que nous partons du principe que le policier n’a pas le choix et que ces surcharges de travail leur sont imposées. On ne peut indéfiniment continuer de tirer sur la corde. Le point de non-retour est atteint.

Il y a évidemment des problèmes d’équipement (véhicules anciens, commissariats parfois délabrés), mais il y aussi la question de la légitime défense revendiquée par l’ensemble des policiers. Comment cette dernière pourrait appliquée ?

Les textes de légitime défense et leur interprétation multiple mettent le policier dans  une situation de plus en plus complexe. A mes yeux, il n’y aucun doute : attaquer un policier et tenter de l’assassiner avec un cocktail Molotov met le fonctionnaire en position de légitime défense. J’ai posé la question aux éminents responsables du Ministère de l’Intérieur et du Ministère de la Justice. Ils ne  m’ont pas fourni de réponse  claire et tranchée.  Je dois dire que la mise en cause systématique des forces de l’ordre dans leurs moyens d’intervention, y compris avec le taser  et le lanceur de balles de défense, remplaçant du flash-ball demeure complexe. L’Etat ne protège pas suffisamment  les membres des forces de l’ordre, qui se trouvent bien seuls lorsque surviennent les problèmes. Voilà, là aussi une situation qui explique le ras-le bol que j’ai déjà évoqué plus haut.

Les relations avec les magistrats demeurent tendues, ces derniers accusés de laxisme car peu enclins  à condamner les délinquants. Comment apaiser les tensions ?

Nous ne sommes évidemment pas pour une guerre police—justice.  Comme secrétaire général de l’Unsa-Police, je suis partisan d’un travail avec les organisations syndicales de magistrats. Il doit pouvoir se mettre en place avec l’Union Syndicale des magistrats, la première organisation de magistrats.  Policiers comme magistrats, nous avons  subi les faiblesses des engagements de l’Etat pendant de trop nombreuses années. Nous subissons aussi la gestion catastrophique de la gestion de l’ancienne garde des Sceaux, Christiane Taubira. Résultat : nous avons un retard énorme pour aplanir et nous permettre d’avoir des relations apaisées avec les magistrats.

Les syndicats de policiers, on l’a vu avec acuité ces derniers jours, sont mis à l’index par les policiers. Est-ce à dire que vous ne remplissez plus votre rôle d’écoute et de protection auprès de vos troupes ?

Effectivement, c’est l’un des arguments employés par certains policiers qui, il faut le souligner, ne sont qu’une minorité. A ce sujet, je rappelle que le taux de participation aux élections professionnelles de 2014 a atteint 85%. Ce qui est un taux nettement supérieur par rapport aux autres élections professionnelles ou aux élections politiques. Aussi, sans me tromper, je peux dire que les représentants du personnel policier, avec un taux de 85% de participation, peuvent à bon droit revendiquer une réelle légitimité. Laquelle ne peut être contestée  que par certaines personnes très éloignées du discours démocratique. Ne l’oublions pas : de nombreux policiers sont syndiqués. En ce qui concerne l’Unsa-Police, les délégués  sont élus par les adhérents et leur légitimité ne souffre aucune contestation.  Nous sommes  à l’écoute des policiers. 99% des revendications protées ces derniers jours  par diverses coordinations, ont déjà été prises en compte par l’Unsa-Police

Le mouvement, dit-on, ne serait pas si spontané que cela, le Front National se trouvant en embuscade… Y aurait-il une tentation des policiers de se tourner vers Marine Le Pen ?

Indéniablement, le mouvement est spontané. Il a été lancé exclusivement par les policiers. C’est vrai qu’il est aujourd'hui géré par des appels à des rassemblements apparus sur les réseaux sociaux. C’est vrai que ces appels se réfugient plus ou moins derrière un anonymat que l’on n’ a pas identifié. Après quelques jours d’existence, il est clair que différents courants s’entre-déchirent déjà. Ce qui démontre la difficulté d’établir des revendications acceptées par tous. Aujourd'hui, rien ne permet de sentir l’influence de tel ou tel parti politique. Néanmoins, il apparaît patent que le discours de certains policiers est très proche du discours politique clivant de ceux qui refusent l’existence des syndicats.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
schangi
- 26/10/2016 - 15:20
à ISABLEUE
L'erreur était de ne faire surveiller la caméra de surveillance que par une voiture de police !!! Il aurait fallu qu'on installe une 2ème caméra pour surveiller la voiture de police pendant qu'elle surveillait la caméra de surveillance...Etc, etc...
totor101
- 26/10/2016 - 11:56
La chasse
la chasse aux responsabilités !
c'est la faute a celui qui a donné l'ordre de surveiller la caméra ....
RIDICULE !
C'est plutôt la faute à ceux qui ont laissé dégénérer la situation et permis aux racailles de prendre posession du quartier !
mais CHUUUUT ! cela vient de plus haut .....
totor101
- 26/10/2016 - 11:56
La chasse
la chasse aux responsabilités !
c'est la faute a celui qui a donné l'ordre de surveiller la caméra ....
RIDICULE !
C'est plutôt la faute à ceux qui ont laissé dégénérer la situation et permis aux racailles de prendre posession du quartier !
mais CHUUUUT ! cela vient de plus haut .....