En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
info atlantico
© ALAIN JOCARD / AFP
Nos concitoyens raisonnent de la manière suivante : si les policiers en viennent à manifester, cela signifie que leur propre sécurité n'est plus garantie, et que donc la sécurité globale s'est très fortement dégradée dans certains endroits.
Info Atlantico
Plus haut niveau historique de soutien à un mouvement social : 91% des Français estiment justifiées les manifestations de policiers
Publié le 28 octobre 2016
Selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico, 91% des Français estiment que les récentes manifestations de policiers sont "justifiées". Un chiffre qui s'explique autant par la bienveillance des Français envers cette corporation que par un fort désir d'une politique pénale plus sévère.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico, 91% des Français estiment que les récentes manifestations de policiers sont "justifiées". Un chiffre qui s'explique autant par la bienveillance des Français envers cette corporation que par un fort désir d'une politique pénale plus sévère.

Atlantico : Quel est selon vous le principal enseignement de ce sondage ?

Jérôme Fourquet : À l'instar de ce que l'on avait déjà pu observer en 2001 à l'occasion d'un très large mouvement de colère et de grogne dans la police et la gendarmerie, l'opinion publique soutient massivement ses policiers. 91% des Français estiment en effet le mouvement actuel comme étant justifié (dont 60% qui le trouvent tout à fait justifié). On observe donc un soutien massif des Français vis-à-vis de leurs policiers. Ces derniers se sentent souvent déconsidérés ou mal-aimés par la population, mais nous voyons bien que lorsqu'ils descendent dans la rue, ils bénéficient de la compréhension et de la bienveillance d'une écrasante majorité de Français.

Nous constatons également grâce aux données de l'Ifop que les chiffres en eux-mêmes sont significatifs et parlants, mais peut-être encore plus si l'on compare le niveau de soutien dont bénéficient les policiers avec le niveau de soutien moyen vis-à-vis des mouvements sociaux de ces 20 dernières années. On voit ainsi que ce sont les policiers qui sont les plus massivement soutenus par les Français, bien plus que d'autres corporations.

Ce soutien des Français est à mettre en lien avec deux phénomènes.

Premièrement, le gouvernement a tout d'abord adopté une attitude de rappel à l'ordre, la règle et la discipline, en rappelant que les policiers n'avaient pas le droit de faire grève – et donc de manifester – en service, encore moins munis de leurs armes. La première réaction des pouvoirs publics, par le biais du directeur général de la police nationale, a notamment été d'indiquer qu'il y aurait sans doute une enquête de l'IGPN pour identifier les meneurs de ce mouvement-là. Mais très vite, le ton a changé du côté du gouvernement (comme cela avait été le cas en 2001), avec un discours beaucoup plus compréhensif et conciliant (pour schématiser : on désapprouve la forme mais on comprend bien que sur le fond il y avait une souffrance et des difficultés). Les représentants des syndicats de police ont donc été très bien reçus au ministère de l'Intérieur mais aussi au ministère de la Justice. Ce mouvement n'est pas un mouvement catégoriel classique se basant sur des questions de rémunérations ou d'avancées de carrière, mais sur des sujets plus profonds qui ont notamment trait à la question de la légitime défense et de la politique pénale du gouvernement. Dans l'esprit de nombreux policiers, leur travail est réduit à néant ou à pas grand-chose par le fait que la justice ne suive pas derrière et que les individus interpellés soient très peu, pas assez ou pas du tout condamnés.

Deuxièmement, si le soutien est massif dans l'opinion publique, c'est encore une fois l'expression d'une solidarité et d'une bienveillance des Français vis-à-vis de leurs policiers, mais cela traduit aussi une demande d'une politique pénale plus lourde et plus sévère, reflétant un certain durcissement de l'opinion publique sur la question de la sécurité et la lutte contre la délinquance.

>>>> Lire aussi : 91% des Français estiment que les jugements et les peines prononcés pour terrorisme ne sont pas assez sévères

Nos concitoyens raisonnent de la manière suivante : si les policiers en viennent à manifester, cela signifie que leur propre sécurité n'est plus garantie, et que donc la sécurité globale s'est très fortement dégradée dans certains endroits.

C'est là-dessus que cela va se jouer maintenant. Pour l'instant, le gouvernement a répondu de manière assez classique sur un registre catégoriel et syndical (promesse d'accélérer le recrutement, faire rentrer en dotation des équipements de protection), mais le fond du malaise concerne des thématiques de plus grande ampleur (légitime défense et solidarité de la justice). Répondre à cela nécessite des choix politiques beaucoup plus contraignants que des annonces de renforts d'effectifs ou d'augmentation des moyens budgétaires et matériels.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
05.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
06.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
07.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
06.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 26/10/2016 - 08:30
soutien total
de tout le pays !
OLYTTEUS
- 25/10/2016 - 22:02
Soutien aux forces de l'ordre
Soutien à 100% de ma part et pourtant, je n'apprécie pas les manifs de policiers. Mais comment tolérer plus longtemps leur désarmement face à la racaille ?.il va falloir changer de paragdime et accepter de tirer sur des délinquants qui ne respectent plus personne.
J'enrage du sort fait aux défenseurs de la société.
Lafayette 68
- 25/10/2016 - 10:36
@Caramantran
Lu et approuvé à 100% . Et plus des 2/3 des 91% feront le prétendu front républicain aux législatives et présidentielles face au prétendu danger fasciste !
C'est "le Français" dans toute sa splendeur : tous pour Pétain en 40 , tous pour De Gaulle en 45 !