En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

06.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

07.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 10 min 22 sec
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 1 heure 23 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 2 heures 38 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 3 heures 31 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 3 heures 33 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 3 heures 33 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 3 heures 33 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 41 min 48 sec
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 1 heure 48 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 3 heures 33 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 14 heures 35 min
© MARTIN BUREAU / AFP POOL / AFP
© MARTIN BUREAU / AFP POOL / AFP
Duel

Juppé / Sarkozy : le match des stratégies politiques du dernier mano a mano de la primaire de la droite et du centre

Publié le 28 octobre 2016
Les stratégies politiques d'Alain Juppé et de Nicolas Sarkozy sont radicalement différentes. Le premier décide de jouer la carte du consensus et cherche à rassembler quand le second clive pour mieux affirmer son identité.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les stratégies politiques d'Alain Juppé et de Nicolas Sarkozy sont radicalement différentes. Le premier décide de jouer la carte du consensus et cherche à rassembler quand le second clive pour mieux affirmer son identité.

Atlantico : Le premier tour de la primaire approche à vitesse grand V : c'est dans moins d'un mois, le 20 novembre, qu'il doit avoir lieu. Alain Juppé a d'ailleurs décidé de se démarquer en se rendant dans des banlieues du Val d'Oise cette semaine. Dans quelle mesure sa stratégie diffère-t-elle effectivement de celle de l'ancien président de la République ? L'approche droite "dure"- droite "modérée" se vérifie-t-elle aussi dans la façon d'aborder la campagne ?

Maxime Tandonnet : La visite dans le Val d'Oise me semble bien compréhensible compte tenu de la situation de certaines banlieues parisiennes. Il est logique qu'un candidat à la présidence de la République s'intéresse de près à des territoires en difficultés: échec scolaire, chômage massif, malaise des policiers. Ce n'est pas en soi un signe de modération ou de dureté mais plutôt de réalisme. Alain Juppé et Nicolas Sarkozy ne sont sans doute pas si éloignés sur le fond. Tous les deux viennent du RPR de Jacques Chirac. Ils sont plutôt libéraux sur le plan économique, pro-européens, partisan de la fermeté en matière de sécurité et d'immigration, adversaires résolus du parti lepéniste. Mais leurs stratégies sont en effet très différentes. Alain Juppé est sur une ligne unitaire. Il évite d'être clivant. Il essaye de s'appuyer sur la sympathie des médias et de la presse. Nicolas Sarkozy a opté pour une toute autre ligne. Il réclame une alternance franche. Il tente de reprendre à son compte l'exaspération populaire qui s'exprime dans de nombreux sondages. Il se veut le candidat du peuple contre les élites. 

Peut-on évaluer les campagnes et les stratégies menées par les deux favoris de la primaire ? Quels sont les principaux atouts de la campagne de Nicolas Sarkozy ? Quelles en sont les faiblesses ?

La grande force de Nicolas Sarkozy est de bénéficier du soutien résolu du noyau de son parti, les Républicains. Les militants sont farouchement derrière lui. Un phénomène de forte identification et de personnalisation de l'autorité et de l'espérance s'exerce autour de lui. Donc, il dispose d'une base très solide qui ne lui manquera jamais quoi qu'il arrive. En outre, son discours est en phase avec l'attente de l'opinion publique. Dans un climat de chaos et d'incertitude, après la vague d'attentats terroristes et le malaise des policier, l'attente d'autorité est réelle dans le pays. En toute logique, c'est Nicolas Sarkozy qui l'a le mieux compris et exprime aujourd'hui ce besoin de fermeté dans tous les domaines. Mais curieusement, cet avantage ne se traduit pas dans le sondages. C'est là qu'intervient son handicap: une image négative dans une grande partie de l'opinion publique. Il donne une impression d'ambition, de dureté et de personnalisation excessives. La confiance envers lui très forte chez les militants Républicains, manque au contraire en dehors de ce noyau dur. Pour l'instant, il n'a pas pleinement réussi la reconquête de l'opinion après sa défaite en 2012. 

Alain Juppé base en bonne partie sa campagne sur sa bonne image auprès des Français. Cette solution, si elle lui permet de garder la tête des sondages jusqu'à présent, ne souffre-t-elle pas de failles ? Que doit craindre le maire de Bordeaux ?

On peut dire que la situation d'Alain Juppé est à la fois fragile et forte. D'une part, il bénéficie d'une bonne image dans les médias et dans l'opinion publique toute tendances confondues. Ce n'est pas un hasard si des électeurs habituels de gauche se disent prêts à voter pour lui.  Cette image favorable d'un homme de consensus est en effet volatile et pourrait se retourner à la suite d'une parole maladroite ou d'une campagne agressive mettant en avant de vieux souvenirs tels que la grève de novembre décembre 1995 quand il était Premier ministre. Cela ne manquera d'ailleurs pas de se produire... Pourtant, sa position comporte aussi des points forts. Elle repose sur un besoin de sagesse, d'apaisement, d'accalmie de la société politique française. A cet égard, son âge n'a rien d'un handicap. La modération de son ton est appréciée. L'opinion est complexe et contradictoire: elle veut de l'autorité, mais aussi de l'apaisement. Sa réussite dans les sondages jusqu'à présent est aussi la marque du rejet des présidences Sarkozy et Hollande marquée par les polémiques. L'opinion veut passer à autre chose. Autre point fort, considérable dans l'exercice d'une primaire: il est visiblement le mieux placé dans les sondages pour assurer l'alternance presque à coup sûr et pour battre le candidat lepéniste. 

Au final, face à deux stratégies à ce point aux antipodes, le risque n'est-il pas, pour l'un comme pour l'autre, de peiner à rassembler après la victoire ? Sur quelles thématiques sont-ils susceptibles de se retrouver et, éventuellement, de fédérer l'électorat de droite avant la présidentielle ?

Il est certain que la profondeur du clivage personnel entre les deux est préoccupante pour l'avenir. En cas de victoire de Nicolas Sarkozy, il est probable qu'une partie de l'électorat d'Alain Juppé se reportera sur un éventuel candidat centriste tant le rejet de la personnalité du premier est vive. Mais de même, en cas de victoire d'Alain Juppé, certains sarkozystes refuseront de voter pour lui. Les proportions que prendront ces phénomènes de non-report sont la grande inconnue. On peut tout de même supposer que la dynamique d'alternance l'emportera. Le vrai danger me semble être l'après présidentielle. Le futur chef de l'Etat disposera-t-il d'une majorité lui permettant d'imposer ses réformes? On voit bien le potentiel de rébellion de la frange autoritaire des Républicains qui n'acceptera pas une politique à connotation consensuelle et risque d'entrer rapidement dans une logique de fronde. Mais on perçoit aussi le risque de révolte d'une partie des parlementaires républicains qui n'apprécient pas la personnalité de Sarkozy et refuseront une allégeance du type de celle qui a prévalu en 2007-2012. Il me semble que le dépassement de ces contradictions passe par une dépersonnalisation des enjeux, autant que faire ce peut. Les Français vont aussi élire une Assemblée nationale donc une nouvelle majorité. Il faut que celle-ci arrive avec des objectifs clairs, sur la baisse des prélèvements obligatoires, le désendettement, l'autorité dans les cités sensibles, le soutien aux policiers, la réforme de l'éducation nationale. Pour l'instant, malheureusement, les enjeux de personnes l'emportent sur le fond et le projet d'une future majorité d'alternance manque cruellement. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
LICOT
- 03/11/2016 - 13:21
ganesha!
pourriez vouss ,nous expliquer votre point de vue sur les sujets ,la critique oui elle est nécessaire ,mais il vous faut apporter des idées construites ,une vision ,un idéal! quel est le votre? vous m'avez l'air intelligent ,vous vous documentez ,alors partagé!merci
bd
- 02/11/2016 - 12:37
Plus de narcissique à la présidence!
Sarkozy n'est pas Donald Trump mais on en est pas loin. 
Il a bon nombre de caractéristiques d'un narcissique... et en neuropsychiatrie, les narcissiques sont classés dans la même catégorie que les sociopathes et les psychopathes. 
Pourquoi lui donner une seconde chance alors qu'il a échoué lors de son précédent mandat et que l'offre politique est pléthorique? L'empathie est un meilleur critère pour un politique et le charisme est malheureusement une qualité bien différente de l'empathie. 
Le charisme de Nicolas Sarkozy cache bien son déficit d'empathie. 
Ne vous fiez donc pas au charisme d'un politicien pour effectuer votre choix.
raslacoiffe
- 26/10/2016 - 14:28
A Ganesha!!!
Franchement Sarkozy chez vous c'est une obsession!!! Renouvelez un peu votre discours vous lassez. De plus chez vous ce n'est pas la modestie qui vous étouffe. Je vous cite "Sarko débitait des mensonges et des stupidités révoltantes". Votre propos haineux ne vous honore pas mais bon que faut-il attendre de quelqu'un comme vous qui passez votre temps dans l'insulte ?