En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

04.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

05.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

ça vient d'être publié
pépites > Politique
La saga Huawei
Le Royaume-Uni est soumis à la pression accrue de son allié américain pour l'interdiction de la controversée Huawei
il y a 11 heures 18 min
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 15 heures 39 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Un immense populicide mondialisé ? : l’histoire tragique de la fin du communisme et des ultimes heures de la guerre froide

il y a 16 heures 41 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

il y a 16 heures 44 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Grandeurs et misère de la vie politique : le regard et le jugement de Tocqueville sur son engagement

il y a 16 heures 47 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute
il y a 17 heures 1 min
décryptage > International
Donne moi ton signe, je te dirai ce que tu vas faire

Année du rat de métal : voilà comment les dirigeants chinois pourraient adapter leur stratégie en fonction de leurs horoscopes

il y a 17 heures 49 min
décryptage > Politique
Mission impossible

Retraites : pourquoi la complexité du système fiscal et social français fragilise la crédibilité des études d’impact

il y a 19 heures 1 min
pépites > Santé
2019-nVoC
Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète
il y a 1 jour 3 heures
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 1 jour 7 heures
light > Science
Flashs cosmiques
La compréhension d'un des derniers phénomènes cosmologiques identifié se poursuit mais sera encore longue
il y a 12 heures 41 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Make the Internet Great Again : le style Trump sur Twitter

il y a 16 heures 39 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

il y a 16 heures 42 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le peuple français est-il une fiction ? : la France face au spectre de l’identité

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Politique
Debout les morts

Miracle à Jérusalem : Emmanuel Macron va rencontrer Yasser Arafat !

il y a 16 heures 53 min
décryptage > Economie
Raréfaction des ressources

Une économie beaucoup plus économe en matières premières : l’idée présentée à Davos par Ellen Mac Arthur qui pourrait vraiment faire la différence

il y a 17 heures 30 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

il y a 18 heures 37 min
décryptage > Politique
SOS contrat social

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

il y a 19 heures 30 min
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 1 jour 8 heures
© Charles Platiau / Reuters
© Charles Platiau / Reuters
0/20

De l’air ! Et si l'Éducation nationale s'inspirait enfin de ce qui fonctionne à l'étranger ?

Publié le 13 février 2012
Alors que François Hollande a ramené sur le devant de la scène la question de l'éducation en proposant plusieurs mesures, une comparaison avec l'étranger montre que ce n'est pas de moyens dont manque le système scolaire français, mais de vraies propositions pour assurer l'égalité des chances entre chaque élève.
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que François Hollande a ramené sur le devant de la scène la question de l'éducation en proposant plusieurs mesures, une comparaison avec l'étranger montre que ce n'est pas de moyens dont manque le système scolaire français, mais de vraies propositions pour assurer l'égalité des chances entre chaque élève.

Injuste, inefficace et coûteux. En trois adjectifs, voici décrites les caractéristiques du système éducatif Français. Bien sûr, celui-ci forme des millions de jeunes à de très bonnes études, mais ce bilan est trompeur et ne peut être satisfaisant au regard des résultats – meilleurs -  atteints par nos partenaires.

Une école trop coûteuse

La dépense d’éducation est un investissement sur l’avenir. Mais cela ne justifie pas qu’on ne puisse en discuter l’efficacité, surtout lorsque les dysfonctionnements et les inefficiences sont patents.  

La France dépense beaucoup en matière éducative : c’est le premier budget de l’Etat, la dépense d’éducation (public + privé) est largement dans la moyenne de l’OCDE (la Finlande et le Canada, qui ont de biens meilleurs résultats, dépensent un peu moins que la France) et si la France a un taux d’encadrement relativement faible, ce n’est pas tant par manque d’enseignants que parce que « la composante enseignante [y est] relativement importante et probablement notoirement supérieure à celle des autres pays de l’OCDE ».

Pourtant, les résultats ne sont absolument pas à la hauteur. Les études comparatives menées par l’OCDE (PISA) le montrent clairement, la France est un élève au mieux moyen, au pire médiocre. Les évaluations menées par ailleurs concluent toutes au même constat : à tous les âges, environ 15% des élèves sont totalement en deçà du niveau. En CM2, 300 000 élèves ont de graves lacunes (chaque année !) ; plus tard ils sont 140 000 à quitter le système scolaire sans diplôme ; et au moment de la journée d’appel (JAPD), ils sont 10% à ne pas savoir lire.

Ces mauvais résultats ont un coût. Si la France avait les mêmes performances que la Finlande (classée en tête de PISA), l’OCDE mesure que son PIB augmenterait de 461% en vingt ans.

Coût très importants, résultats insuffisants. Le bilan semble sans appel : le problème de l’école n’est pas une question de budget, mais de méthode. Au demeurant, la Cour des comptes l’a très explicitement écrit : « la solution aux difficultés du système scolaire ne se trouve pas (…) dans un accroissement des moyens financiers et humains qui lui sont consacrés ».

"Gosses de riches" et "fils de profs" : délit d’initié ! 

Toutes ces dépenses, toutes ces inefficiences seraient peut-être socialement acceptables si l’Ecole donnait sa chance à tous les enfants. Or, et c’est là que le bât blesse le plus sévèrement, ce n’est absolument pas le cas. En France, seuls s’en sortent les enfants qui ont les moyens de contourner le système : soit les « gosses de riches », dont les parents paient des cours du soir ou des écoles privées, soit les « fils de profs », dont les parents connaissent les « trucs et astuces » pour réussir.

Les chiffres abondent : par rapport à un enfant d’enseignant, un enfant d’inactif redouble treize fois plus son CP, arrive deux fois plus en retard en 4ème, abandonne trente fois plus avant la 3ème, a huit fois moins de chances d’obtenir un bac général, a dix fois moins de probabilité d’accéder à l’enseignement supérieur et a 30 fois plus de risque de sortir du système sans le moindre diplôme. Ce seul constat suffit à tirer la sonnette d’alarme. Au final, le milieu socio-économique surdétermine le succès scolaire dont, on le sait, découle par la suite la réussite professionnelle. 

Bref, l’Ecole en France coûte très cher, produit des résultats médiocres et ne donne sa chance qu’aux plus favorisés des élèves. Rien de très reluisant. 

 

 

Une nécessaire dimension comparatiste 

Ces problèmes ne se sont pas posés qu’à la France. Nos partenaires ont eu à y répondre : l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Finlande, la Corée du Sud, le Canada et les Etats-Unis ont eu à réformer leurs systèmes éducatifs. A ce titre, ces pays sont des sources d’inspiration. Ils poursuivent d’ailleurs des voies assez similaires. 

La principale est celle de la liberté, de la responsabilité et de l’autonomie. Les free schools sont au  cœur de la politique de David Cameron comme les charter schools le sont pour Barack Obama (qui poursuit ce que faisait son prédécesseur). Aux Pays-Bas, il n’existe pas de programme national, et les enseignants sont libres de choisir leur pédagogie et leurs manuels. En Suède, la carte scolaire n’existe plus.

En termes de budget, les niveaux et les structures divergent. La dépense d’éducation a baissé depuis 1995 au Canada, en Allemagne, en Finlande mais augmenté en Corée, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. La Corée obtient d’ailleurs d’excellents résultats avec une dépense forte, alors que les Etats-Unis qui dépensent presque autant ont des performances plus faibles et que le Canada et la Finlande qui dépensent sensiblement moins sont aussi bons. Enfin, au Canada ou en Corée du Sud la part du privé est importante, alors qu’elle est très faible en Finlande. Une nouvelle fois, plus que la quantité, c’est la qualité de la dépense qui importe. 

Au-delà des différences nationales, des pistes communes se dessinent,  dont on voit mal pourquoi la France s’en tiendrait écartée.

La Révolution de l’autonomie

Face à constat, il ne s’agit plus de mettre quelques rustines sur un système qui ne fonctionne pas. Ce qu’il faut, c’est changer de "modèle". C’est faire la révolution. Pour se libérer de ce système épuisé, il faut accorder aux acteurs les marges nécessaires pour agir : dans un cadre global et général, qui fixe des objectifs nationalement, il faut laisser chacun choisir les moyens d’y parvenir. Cela suppose de faire confiance à tous les niveaux,  à toutes les personnes.

Le premier axe prioritaire,  c’est l’introduction de la liberté, qui passe par la suppression de la carte scolaire, la création de « chèque éducation » et l’autonomie complète des établissements, à la fois en termes de gestion et de pédagogie. Les parents doivent choisir librement l’école de leur enfant : le financement suivra chaque élève. Les professeurs doivent choisir librement leurs méthodes pédagogiques et les directeurs leurs équipes. L’évaluation sera nécessaire, pour vérifier que les élèves acquièrent un niveau requis. Au-delà de cette exigence, la liberté devrait être totale : les parents sont assez responsables pour juger.

Le deuxième axe à privilégier, c’est la valorisation de la transmission. Les élèves doivent apprendre ce que la Nation estime être indispensable à tout citoyen, ce qui passe certainement par les connaissances académiques mais aussi par l’apprentissage des règles de vie commune et le sens de l’autorité qu’il suppose. L’Ecole doit mettre tout en œuvre autour du triptyque : lire, écrire et compter. Les évaluations des résultats devront être publiées : l’accès à l’information par tous est indispensable. Les établissements défaillants seront fermés. 

Le troisième chantier est celui de l’adaptation des rythmes scolaires. Les journées, les semaines et les années doivent changer pour s’adapter aux besoins des élèves : moins d’heures de cours, plus étalées dans le temps. Cela devrait permettre un apprentissage plus efficace, notamment en prévoyant des temps d’étude et en encourageant les internats.

Le quatrième pilier de la réforme éducative doit être concentré sur la personnalisation de la prise en charge. La révolution de l’autonomie doit aussi être celle de la qualité, ce qui suppose que les enseignants soient formés à répondre aux besoins particuliers de chaque élève. Les parcours doivent répondre à cette individualisation, en supprimant notamment le collège unique. Dans cet esprit de mobilisation, la communauté éducative doit prendre de nouvelles responsabilités, à la fois dans l’accompagnement des élèves (les parents doivent y participer plus) et dans la gestion des établissements.

Enfin, le dernier pilier est celui de la revalorisation et de la dynamisation du métier d’enseignant. Les professeurs doivent être mieux formés, notamment par des stages plus appuyés, et être recrutés en fonction de leurs talents et de leurs capacités, par les chefs d’établissements. Au demeurant, les nouveaux recrutements devraient se faire par contrat. Plus présents dans les établissements, où ils pourront bénéficier de lieux de travail décents – financés notamment par le secteur privé -, les enseignants doivent être mieux payés en contrepartie de ces efforts.

La révolution de l’autonomie, c’est un grand saut dans le qualitatif. Toutes ces réformes doivent se faire dans l’esprit de l’autonomie et de la responsabilité : il ne s’agit plus d’appliquer des méthodes de manière uniforme. Il faut laisser les acteurs libres de choisir : l’évaluation sanctionnera les pratiques bonnes ou mauvaises. La France a démocratisé son système éducatif. Assurer la réussite de chacun : voilà la seule priorité qui devrait guider l’Education nationale, au-delà de tous les discours électoralistes et tous les corporatismes ou les réactions stériles.


NB : Cet article d'Erwan Le Noan est un condensé de la note qu'il a rédigé pour l’Institut Thomas More qui vient d’élaborer 29 propositions pour mettre en œuvre la Révolution de l’autonomie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

04.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

05.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 14/02/2012 - 23:21
@DEL je suis Chiche pour virer tous les enseignants
gangrenés par l'idéologie et redonner du sang neuf à l'école, et même à l'enseignement supérieur. La France pourrait recruter des professeurs qui se consacreraient à l'enseignement des bases du savoir plutôt qu'à la transmission de leur fièvre idéologique. L'enseignement supérieur pourrait se faire, à moindre coût, et pour plus de résultats, sur le modèle Suédois. Le prélèvement de 56% du PIB par l'état pourrait même diminuer et suffirait à mieux payer un prof en activité, là où les Français paient pour deux profs dont un seul est en activité (l'autre étant en arrêt ou en formation inutile); Car "supprimer la fonction publique", cela n'est pas "supprimer les impôts", n'est-ce pas?
DEL
- 14/02/2012 - 22:47
Supprimer la fonction publique?
@atlante13
Chiche! et vous organisez quoi?
Qui paie le fonctionnement des écoles? Le privé? il n'est déjà pas fichu de se passer de l'argent d'état pour fonctionner. Qui décide des programmes? Le petit patron local? Qui paie les enseignants? La finance internationale?
Il ne suffit pas de faire des grandes déclarations; il faut avancer des solutions.
Ludo1963
- 14/02/2012 - 10:18
Ecole française publique : honte française
J ai 3 enfants je connais bien la public et le privé.

1- le fonctionnement actuel de l'éducation nationale, comme la sécu ou d autres joyaux nationaux, a été créée après la 2 eme guerre, par les communistes, sur le modèle soviétique. Ce modèle a fait ses preuves : il n est pas adapté à la nature humaine. Pas de chef, pas d'encouragements, pas de sanctions (oh que de vilains mots)
Un prof évalué tous les 7 ans par une personne extérieure, de qui se moque t on ? Si c est un bon prof, ok. S il est mauvais ? Av mais c est vrai de toutes façons on pourra pas le virer.
2- la culture de l excuse de la gauche a enlevé toute autorité aux profs, le mal s'est produit en 30 ans
3- cours d éco dans le public en France ?
Le chômage, les syndicats, les méchants patrons, macroéconomie, idéologie socialiste

Cours d éco en Allemagne ; comment créer son entreprise, comment mettre une idée en oeuvre , pragmatisme

Heureusement que le privé reste abordable en France
Mais quand on ne peut pas le payer. ???