En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
THE DAILY BEAST

Méga panne mondiale d’Internet : pourquoi la cyberattaque actuelle n’est qu’un début

Publié le 28 octobre 2016
Grâce à de puissants et nouveaux "botnets" (contraction de "robot" et "réseau"), les hackers ont désormais la possibilité de faire tomber des entreprises de premier plan, et même des pays entiers.
Kevin Beaumont est un architecte de sécurité informatique pour une grande entreprise britannique. Il a plus de seize ans d’expérience dans le domaine de la sécurité informatique.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Kevin Beaumont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Kevin Beaumont est un architecte de sécurité informatique pour une grande entreprise britannique. Il a plus de seize ans d’expérience dans le domaine de la sécurité informatique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Grâce à de puissants et nouveaux "botnets" (contraction de "robot" et "réseau"), les hackers ont désormais la possibilité de faire tomber des entreprises de premier plan, et même des pays entiers.

Kevin Beaumont. The Daily Beast.

En septembre dernier, Bruce Schneier, un spécialiste de la sécurité informatique de renommée mondiale, avait écrit sur des hackers qui sondaient les points faibles de l’internet en vue d’une tentative de mettre le réseau entier hors ligne. Beaucoup de personnes ont considéré que l’article était exagéré et irréaliste. C’était avant les attaques de vendredi qui ont momentanément mis hors service certains des plus grands noms de l’internet.

D'autres ont essayé de faire cela auparavant, en attaquant les serveurs Dns (Domain Name System) à la source, les pages jaunes de l’internet en quelque sorte, mais sans y parvenir. Dns répertorie toute notre navigation sur internet. C’est le lien qui nous donne la direction vers chacun de nos sites internet favoris. Ce qui se passe aujourd’hui, c’est que des hackers ciblent délibérément une entreprise appelée Dyn, en utilisant la technique du 'déni de service'.

Cette technique consiste à envoyer une très large quantité de données corrompues pour bloquer une entreprise. Dyn est une société de services informatiques virtuels dans le Cloud, qui fournit ce qu’on appelle des "services Dns" à ses clients. Si le Dns est un peu comme les pages jaunes, où vous tapez www.twitter.com et êtes redirigé vers le bon serveur internet, Dyn est la plateforme qui accueille environ un quart de million de ces adresses des pages jaunes. C’est pour cela que des sites importants comme Twitter ou Reddit ont mal fonctionné vendredi.

Ce qui se passe depuis quelques années, c’est que des entreprises externalisent leurs services de gestion de Dns - ironiquement en partie - car elles n’arrivaient pas à gérer les attaques par déni de service toutes seules. Cela a créé des plateformes centralisées, plus faciles à cibler pour les hackers. Et elles sont bel et bien ciblées.

Durant le mois dernier, une attaque distribuée de déni de service a totalisé un trafic de plus de 1 000 gigabits par seconde. C’est un volume de trafic très impressionnant, bien plus important que ce qui avait été vu avant. (En 2015, l’entreprise Arbor Networks avait rapporté que la plus grande Ddos - Distributed denial of service - du monde était de l’ordre de 334 gigabits par seconde). Cela va bientôt devenir normal. Il très difficile et très couteux de se défendre contre cela. Seule une poignée d’entreprises est capable de le faire. Ces attaques sont en partie possibles grâce à "l’internet des objets', des objets comme les caméras de surveillance et les magnétoscopes numériques qui sont directement reliés à l’internet, et n'offrent qu'un faible niveau de sécurité.

Les hackers s’attaquent à ces objets, dans des entreprises ou les domiciles, partout dans le monde, afin de créer des "botnets", une meute d’objets infectés à partir desquels ils peuvent lancer une attaque concertée. Des criminels vendent aussi des attaques à partir de ces "botnets" pour pas cher, permettant ainsi à n’importe quel budget de lancer des attaques contre des cibles.

submarinecablemap.com

Il y a beaucoup d’exemples, mais en voici un. Prenons une carte des câbles sous-marins qui connectent à internet  plusieurs pays. Sur bien des câbles, souvent posés il y a longtemps (le premier câble sous-marin transmettant des données date de 1850), la bande passante est limitée. Par exemple, le câble Lion – propriété du groupe Orange – qui connecte Madagascar, La Réunion et l’île Maurice, a une capacité maximum de 1 280 gigabits par seconde, et cette bande passante est divisée entre fournisseurs de services de télécommunication et point d’atterrissage. Ces câbles sous-marins sont également très sollicités par le trafic quotidien. Ce qui veut dire que, grâce à ces nouveaux dénis de services XXL, nous avons atteint un point où les attaques peuvent bloquer des pays entiers.

Dans le cas des pannes de vendredi, il semble que des gens utilisent des "botnets" pour attaquer des serveurs Dns qui hébergent un grand nombre de sites internet, via des entreprises privées qui concentrent  leurs sites internet chez un petit nombre de fournisseurs de services Dns. Cela s’avère être une façon unique d’attaquer les services de base de l’internet. Un autre problème est la nature même de ceux qui lancent ces attaques. Par exemple, l’attaque de déni de service qui a duré le plus longtemps au monde a été celle lancée contre le site web de Brian Krebs, un journaliste et chercheur reconnu sur les questions de sécurité informatique. Akamai, son fournisseur de solutions anti-déni de service, a choisi de ne plus fournir ce service à cause du coût que cela générait. Son site web est désormais hébergé par Google Project Shield, qui a pour objectif de protéger les journalistes des dénis de service.

Au moment de l’attaque, Brian Krebs enquêtait sur une opération de déni de service, et sur deux adolescents qui tentaient de vendre du déni de service ''à la demande" à ceux qui seraient prêts à les payer. Lorsque vous avez des petits groupes de gens assez outillés pour déstabiliser l’internet de façon significative – internet où les économies occidentales sont établies désormais – cela provoque une situation de plus en plus intenable. Les gouvernements et les acteurs du marché doivent prendre une résolution sérieuse. En particulier les fournisseurs d’accès à internet, qui doivent regarder de plus près le type de flux qu’ils laissent passer dans leurs réseaux, et notamment détecter l’usurpation d’adresses IP. Les gouvernements devront probablement légiférer en la matière.

Cet article a été adapté de celui originellement publié sur Medium.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

02.

Les Français contre le burkini mais de moins en moins nu(e)s à la plage : la France devient-elle puritaine malgré elle ?

03.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

04.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

05.

Meurtre d’un policier à Toulouse : les raisons qui expliquent cette explosion des violences gratuites (et les moyens de l’endiguer)

06.

Pourquoi le Roi Lion pourrait être le dernier classique que Disney parvient à recycler

07.

Jordan Bardella sur Sibeth Ndiaye : "Elle est habillée comme un Télétubbies"

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

03.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

04.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 24/10/2016 - 11:50
Et pourquoi pas vous faire tomber une bombe sur la tronche ???
A l'heure où les "gentils ricains", de leurs bureaux à New York, larguent des bombes de 500kg, voire une tonne via des drones lancés à plusieurs centaines de km de leur cible, traduisez : les "vilains djihadistes", il ne faudra pas s'étonner qu'un de ces jours, une interception des coordonnées de pilotage de ces engins ne conduise à de nouveaux types d'attentats dont il sera difficile de se protéger. En effet, ces "machins là" volant à très basse altitude, leur détection radar sol est pratiquement impossible à envisager pour protéger une ville.
Vm
- 23/10/2016 - 11:01
Extrêmement confus
Encore une fois un article confus. Je comprends que la technique revient à saturer les réseaux physiques. Si c'est le cas cela n'est même pas dit clairement dans l'article. Sinon je n'ai rien compris.