En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

04.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

05.

Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience

06.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

07.

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 6 heures 25 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 6 heures 59 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 8 heures 49 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 9 heures 59 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 11 heures 8 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 15 heures 6 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 15 heures 24 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 15 heures 49 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 10 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 6 heures 31 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 7 heures 38 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 9 heures 22 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 10 heures 43 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 12 heures 5 sec
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 15 heures 36 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 11 heures
© BERTRAND LANGLOIS / AFP
D'un côté on fait face à une protestation policière qui prend de l'ampleur, et de l'autre l'engagement pris par l'État de démanteler la jungle de Calais, de ne pas paraître laxiste une fois de plus.
© BERTRAND LANGLOIS / AFP
D'un côté on fait face à une protestation policière qui prend de l'ampleur, et de l'autre l'engagement pris par l'État de démanteler la jungle de Calais, de ne pas paraître laxiste une fois de plus.
Ça va craquer...

Colère des policiers : de Calais à Notre-Dame-des-Landes, jusqu’où l’Etat pourra-t-il éprouver les nerfs des forces de l’ordre ?

Publié le 28 octobre 2016
Alors que les forces de l'ordre ont manifesté au cours de la semaine dernière contre leurs conditions de travail, demandant notamment plus de moyens et d’effectifs, le démantèlement de la jungle de Calais pourrait mettre une nouvelle fois les nerfs des policiers à rude épreuve.
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les forces de l'ordre ont manifesté au cours de la semaine dernière contre leurs conditions de travail, demandant notamment plus de moyens et d’effectifs, le démantèlement de la jungle de Calais pourrait mettre une nouvelle fois les nerfs des policiers à rude épreuve.

Atlantico : Alors que le démantèlement de la jungle de Calais débute ce lundi dans quelle mesure exercera-t-il une pression supplémentaire sur les forces de l'ordre, dans un contexte où celles-ci sont déjà sur-sollicitées, entre menace terroriste, opposants à Notre-Dame-des-Landes etc. ?

Philippe Bilger : C'est évident, il me semble. Le gouvernement avait pris un engagement relatif au démantèlement de la jungle de Calais à un moment où il n'imaginait absolument pas comment la situation allait évoluer. Il n'a pas anticipé la fronde qui, depuis plusieurs jours, en plus d'être très préoccupante pour la situation française, se mue en une presque révolution. Je n'imagine pas pour autant que la police puisse refuser d'accomplir ce qui lui est demandé; cependant le contexte psychologique et professionnel des forces de l'ordre est proprement catastrophique.

Le démantèlement de la jungle de Calais exercera évidemment une pression supplémentaire sur les agents de police. Ce démantèlement, cependant, était souhaité par une grande majorité, sinon tout le monde. Malgré la situation actuelle de la police, que vous avez évoquée, et en prenant en compte la réception par François Hollande des syndicats de police, j'ignore si le gouvernement peut - ou ne peut pas - reculer. Je suis curieux de savoir comment tous ces éléments vont s'articuler : d'un côté on fait face à une protestation policière qui prend de l'ampleur, et de l'autre l'engagement pris par l'État de démanteler la jungle de Calais, de ne pas paraître laxiste une fois de plus. Je ne sais pas du tout comment tout cela va évoluer. J'ignore comment concilier ce conflit policier de vaste ampleur et les tâches régaliennes, qui doivent évidemment continuer à être exercées. Le démantèlement de la jungle de Calais, avec les nombreuses protestations partisanes qu'il va sans nul doute engendrer, ne sera certainement pas simple à mener. Cela tombe indéniablement à un très mauvais moment. Je soutiens ce mouvement policier complètement, et je crois que nous n'avons jamais connu une telle conjoncture où l'autorité de l'État fut à ce point défaillante. Les policiers ont déjà été amenés à dénoncer des pratiques judiciaires, un certain manque de moyens également. C'était le cas lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy, qui a vu des suppressions de postes de policiers. Je crois cependant que cette fronde prend une telle ampleur aujourd'hui parce que les forces de l'ordres nourrissent l'impression de ne plus avoir affaire à une véritable autorité étatique. Elle est en perdition.

Jusqu'où l'État peut-il jouer avec les nerfs des forces de l'ordre ? Ces dernières sont-elles sur le point de "craquer" ? 

Pour l'instant, je dirais que c'est davantage les forces de l'ordre qui jouent avec les nerfs de l'État que l'État qui joue avec ceux des forces de l'ordre. Comprenez par-là que l'État ne pouvait pas imaginer il y a quelque jours l'émergence d'un tel mouvement collectif. Et ce, tout aussi justifié et transgressif qu'il soit, puisqu'il est réalisé en dehors de tout cadre autorisé. À mon sens, le rapport s'est désormais inversé : c'est l'État qui regarde avec inquiétude ce mouvement qui ne diminue pas, s'amplifie même et fait le bonheur de la droite. A l'heure actuelle, c'est du côté de l'exécutif que les nerfs sont le plus à vif.

On ne peut pas dire que l'État a joué avec les nerfs des forces de l'ordre. À la suite de l'affaire Viry-Châtillon, qui a fortement ému la police, l'État s'est retrouvé confronté à une situation qu'il ne sait pas régler. Malgré la présence sur le front du Premier ministre, du Garde des Sceaux et du ministre de l'Intérieur. C'est une situation très complexe à régler puisque, une fois que l'on sort des crédits et des moyens, le malaise profond de la police provient d'un réel mécontentement psychologique. Il est issu du sentiment que la magistrature est trop laxiste, du fait que la population se moque d'elle en permanence, sauf aux lendemains de tragédies criminelles. Il est très difficile de sortir d'une situation de la sorte. Je ne crois pas que l'on puisse trouver de réelle solution dans l'immédiat.

Ce lundi, François Hollande rencontre les syndicats de police. Cela vous semble-t-il être un bon "premier pas" ? Quelles mesures le chef de l'État devrait-il annoncer pour contenir la colère et l'exaspération de la police française ?

Que François Hollande rencontre les syndicats de police, pourquoi pas. Il aurait dû, je crois, le faire bien plus tôt. Par ailleurs, les syndicats sont très largement débordés et dépassés par une police qui ne souhaite plus être représentée officiellement. Encore moins par des syndicats qui préfèrent avoir de bons rapports avec le ministre plutôt que de soutenir leurs troupes. Le président de la République se contentera de les recevoir, de leur dire la bonne parole, de leur rappeler combien il respecte la police. Il promettra probablement des moyens, apportera des crédits... Mais soyons clairs: nous sommes en fin de mandat. Je ne crois pas qu'une solution à ce conflit puisse être trouvée sous François Hollande. Cette fronde est désormais bien plus qu'une fronde. Bien sûr, il cherchera à apaiser le feu, mais nous ne pouvons pas espérer une restauration de l'ordre et de la tranquillité au sein de la police.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 24/10/2016 - 18:32
Cet exécutif de merde craint plus la grogne (émeutes) de la "racaille de banlieue" que celle des policiers ! Et ils veulent ramener l'ordre en Syrie ? en Irak ? au Mali ? En Centre-Afrique ?
lafronde
- 24/10/2016 - 16:53
Sécuritaire : mettre fin à l'exeption française !
Voici quelques mandatures que le pouvoir ne laisse plus l'Administration judiciaire et policière faire son travail de sûreté publique, mais "fait de la politique" avec la chaine sécuritaire. L''insécurité réelle ou subjective était déjà le thème majeur de la campagne de 2002. La méthode Sarkozy a eu aussi ses critiques. Si Droite ou Gauche n'ont pas les politiques sécuritaires efficace, pourquoi continuer à déléguer cette responsabilité au Gouvernement national ? Certes notre Constitution le prescrit, mais en sommes-nous prisonniers ? Le sujet anglais, le citoyen allemand, suisse ou américain bénéficient d'Administrations judiciaire et policière locales. Souvent il prend part à l'évaluation et à la désignation de leurs responsables locaux : judiciaire ou policier. L'échec sécuritaire concerne ce gouvernement et les précédents. Il s'ajoute à l'échec de l'Education nationale et celui des politiques économiques. Décidément nous avons besoin d'une complète décentralisation de l'Etat. La République jacobine, une et indivisible doit laisser la place à la République fédéraliste fédération des Républiques de provinces entièrement autonomes au plan civil, législatif et fiscal.
Leucate
- 24/10/2016 - 15:39
évolution du métier de policier.
La seconde génération de policiers qui a succédé à celle de la guerre dans le courant des années 1970 a vu la situation se dégrader progressivement depuis les années 1980 que ce soit au niveau de la délinquance de rue qu'à celui des agressions dont les agents sont victimes tandis que la Justice, débordée, était incapable de suivre quantitativement la masse des affaires résolues transmises en amont par la Police et la Gendarmerie. Les voyous peu ou pas sanctionnés upgradent donc tranquillement, certains d'une relative impunité.
Dans le même temps, le code de procédure pénale se complexifie, voulant souvent imiter le système anglo-américain vu dans les séries. Mais au lieu de simplifier le travail de l'OPJ, ces adaptations le compliquent. Aujourd'hui, le métier de procédurier OPJ hier recherché ne tente plus les policiers.
La génération qui a vu son métier se dégrader progressivement est partie en retraite dans les années 2000. La nouvelle génération aujourd'hui en poste travaille dans des conditions de plus en plus délirantes, plus encore que leurs anciens quand ils étaient en fin de carrière.