En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

04.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

05.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

07.

69% des Français considèrent qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte planétaire
Coronavirus chinois : l’OMS indique qu’il est "trop tôt" pour déclarer une urgence internationale et qu’il n’y a aucune preuve de transmission entre humains en dehors de la Chine
il y a 51 min 22 sec
pépite vidéo > International
Mémoire
75 ans de la libération d'Auschwitz : de nombreux dirigeants de la planète se mobilisent contre l'antisémitisme
il y a 2 heures 11 min
pépites > Santé
Mesures pour lutter contre le virus
Coronavirus : la Chine confine 20 millions d’habitants autour de Wuhan, les festivités du Nouvel an chinois annulées à Pékin
il y a 3 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Ritals", adaptation théâtrale de Bruno Putzulu : il était une fois les immigrés italiens de Nogent-sur-Marne

il y a 4 heures 27 min
Electrocutions et incendies
L'UFC-Que Choisir alerte sur les dangers des chargeurs de smartphones
il y a 4 heures 54 min
pépites > Santé
Origines du virus
Wuhan : des serpents pourraient être la source de l'épidémie du coronavirus chinois
il y a 6 heures 26 min
pépites > Politique
Loi bioéthique
Le Sénat vote la PMA pour toutes, mais pas le remboursement pour toutes
il y a 10 heures 22 min
décryptage > France
ONDRP

Fermeture de l’Observatoire national de la délinquance : et hop, un thermomètre de moins !

il y a 11 heures 46 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’affaire Yasser Arafat : polémique et émergence d’accusations "d’empoisonnement par les Juifs"

il y a 12 heures 46 min
décryptage > Société
Tribunal du net

#JeSuisMila : l’effarante incapacité contemporaine à distinguer la critique adressée au groupe de celle visant les individus

il y a 12 heures 56 min
light > Science
Images rares
Des chercheurs parviennent à capter pour la première fois des images d’une liaison entre deux atomes
il y a 1 heure 28 min
pépites > Politique
Nouveau calendrier
Réforme des retraites : Edouard Philippe révèle que la conférence de financement sera lancée le 30 janvier
il y a 2 heures 37 min
pépites > Justice
Soupçons de financement libyen
La justice britannique va remettre Alexandre Djouhri à la France
il y a 4 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Messiah" de Michael Petroni : quand le doute s’insinue et ne vous lâche pas

il y a 4 heures 39 min
light > High-tech
"C'est toi dans cette vidéo ?"
Facebook : la gendarmerie de l'Indre alerte sur une arnaque avec une vidéo qui aurait déjà fait un grand nombre de victimes
il y a 5 heures 40 min
pépite vidéo > Mode
Une page se tourne
Les images de l'ultime défilé de Jean-Paul Gaultier
il y a 9 heures 52 min
décryptage > Histoire
Mémoire

75ème anniversaire de la libération d’Auschwitz : l’histoire de la Shoah prise au piège des réinterprétations politiques d’aujourd’hui

il y a 11 heures 43 sec
décryptage > Santé
Menace de pandémie

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

il y a 11 heures 50 min
décryptage > Terrorisme
Voilà comment on fabrique les crétins

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Politique
Loi Avia

Pourquoi le projet de loi de lutte contre la cyber haine représente une menace aussi grave que la réalité qu’il entend combattre

il y a 13 heures 25 min
© Allociné
Ce qui est aujourd'hui fondamental pour le Front national, beaucoup plus que de briser le plafond de verre, c'est la question du désenclavement.
© Allociné
Ce qui est aujourd'hui fondamental pour le Front national, beaucoup plus que de briser le plafond de verre, c'est la question du désenclavement.
Evaporation électorale

FN qui stagne dans les sondages, Juppé au zénith : la nouvelle formule des colères françaises a-t-elle totalement changé ?

Publié le 28 octobre 2016
Dans un climat d'exaspération grandissante, entre menace terroriste, colère des policiers et mécontentement économique, aucun candidat ne semble capable de capter la colère des électeurs. Une situation qui pourrait aboutir à une augmentation du taux d'abstention.
Chercheur associé à l'Iris, Jean-Yves Camus est un spécialiste reconnu des questions liées aux nationalismes européens et de l'extrême-droite. Il est directeur de l'Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès.Il a...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Camus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chercheur associé à l'Iris, Jean-Yves Camus est un spécialiste reconnu des questions liées aux nationalismes européens et de l'extrême-droite. Il est directeur de l'Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès.Il a...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un climat d'exaspération grandissante, entre menace terroriste, colère des policiers et mécontentement économique, aucun candidat ne semble capable de capter la colère des électeurs. Une situation qui pourrait aboutir à une augmentation du taux d'abstention.

Atlantico : Alors que monte l'exaspération des Français, entre mécontentement économique, menace terroriste, rejet de l'Europe et grogne de la police, vers quel(s) parti(s) ou figure(s) politique(s) les électeurs en colère s'orientent-ils ? Au regard de l'offre électorale, qui aujourd'hui réussit à récupérer l'exaspération grandissante et les inquiétudes des électeurs ? 

Jean-Yves Camus : Pour l'instant personne ne réussit à récupérer les électeurs en colère, tout simplement parce que nous n'avons pas encore le casting de l'élection présidentielle.

Une possibilité est également à considérer : que durablement, personne ne récupère ces électeurs et que l'on se dirige vers une augmentation tendancielle du taux d'abstention. Il est tout à fait envisageable que les Français choisissent de ne plus se déplacer parce qu'ils considèrent qu'au fond, tout cela ne les concerne plus.

Ce qui est à peu près sûr, c'est que si Alain Juppé est désigné comme le candidat de la droite à l'issue de la primaire, ce n'est pas lui qui récupèrera le potentiel d'exaspération. Il ne joue d'ailleurs pas cette carte-là et mise au contraire sur le rassemblement et le capital d'apaisement. Nicolas Sarkozy peut - et il fait tout ce qu'il faut pour - capter cette exasperation mais il a un handicap : il a deja exerce le mandat presidentiel.

Par ailleurs, certains candidats, qui ne sont pas des candidats d'exaspération, marquent une volonté de rénover la vie politique. Ainsi, Emmanuel Macron est susceptible de mobiliser des gens qui jusqu'ici ne se sentaient pas particulièrement concernés par l'enjeu de la présidentielle, notamment parce qu'ils y voyaient un duel de titans, de candidats qui appartiennent à une génération qui n'est pas la leur et qui ont déjà exercé le pouvoir. Emmanuel Macron entend ainsi incarner une autre façon de faire de la politique, en dehors des appareils partisans. Jean-Frédéric Poisson mise aussi là-dessus, sur un tout autre créneau politique. 

Alors que le Front national semble bénéficier d'un contexte favorable, comment expliquer que le parti continue de stagner dans les intentions de vote ? Quels sont les facteurs pouvant expliquer les difficultés de progression du parti ? Peut-on considérer que les limites du Front national sont atteintes ? 

Pour l'instant, les intentions de vote ne décollent pas mais il faudra voir quel sera le prochain baromètre après la manifestation policière prévue pour le 26 octobre, et après les derniers remous qu'on a connus ces derniers jours autour des questions liées à la police et à la sécurité dans les établissements scolaires.

Nous ne sommes plus dans une situation de sous-déclaration massive des intentions de vote pour le Front national, qui existait encore dans les années 1990 : le vote se déclare plus facilement. Tous les sondeurs sont d'accord sur ce point. Cela ne veut pas dire pour autant que le Front national ait atteint son point culminant. Le Front national peut progresser, mais ça n'est pas ce qui lui permettra d'arriver au pouvoir. La question clé n'est pas de savoir s'il peut passer des 28% des régionales de 2016, à 30% dans un autre scrutin, car même à 30%, s'il est seul, il ne sera pas en mesure de participer au pouvoir. Ce qui est aujourd'hui fondamental pour le Front national, beaucoup plus que de briser le plafond de verre, c'est la question du désenclavement.

A cet égard, il est intéressant de s'attarder sur les déclarations et les éléments mis en place par ceux qui, à l'intérieur de la grande famille des droites, entendent protester contre le cordon sanitaire mis autour du Front national. Je fais allusion au meeting qui aura lieu au début du mois de décembre entre Robert Ménard, Jean-Frédéric Poisson, Charles Beigbeder et quelques autres. Si ce meeting se tient, avec celles et ceux qui sont annoncés, cela laisse entrevoir une solution de désenclavement, certes marginale. Néanmoins, cela signifie qu'à l'intérieur de la grande famille des droites, certains considèrent qu'il est temps de mettre un terme à l'isolement du Front national.

Face à la vivacité des réactions de ces derniers jours sur la question des policiers et vis-à-vis de Bernard Cazeneuve, Nicolas Sarkozy a bien compris que le Front national était un "péril mortel" pour les Républicains et pour sa candidature, et qu'il ne fallait pas être en retrait par rapport à la frange la plus radicale des sympathisants LR sur les thématiques qui peuvent booster le Front national. Nicolas Sarkozy essaie donc de surjouer son attitude parce qu'il a, me semble-t-il, l'impression qu'il y a vraiment un risque. Tout le monde est d'ailleurs conscient de ce risque. Nous avons assisté au cours des deux-trois dernières années à un grand changement : l'évolution de l'attitude des sympathisants des Républicains et du Front national sur la question des alliances à la base. Il y a encore deux-trois ans, la porosité des électorats était forte, et la moitié des sympathisants de chaque parti considérait que, s'il s'agissait de faire barrage à la gauche, pour des élections communales par exemple, alors les deux partis pouvaient s'allier. Depuis un an, la porosité s'estompe car chacun a pris conscience, à droite, comme au Front, qu'il y a avait une sorte de lutte à mort entre les deux formations et qu'un des deux partis finirait par être terrassé par l'autre.  

Quels sont les blocages qui persistent et empêchent certains électeurs potentiels de passer du côté des frontistes ?

Le principal blocage est lié à la question du saut dans l'inconnu, de la prise de risque que représente encore le Front national. Beaucoup d'électeurs de droite peuvent considérer que même s'ils ne sont pas complètement satisfaits par les positions de leur parti, sur les questions d'immigration et d'identité notamment, il est préférable d'avoir un candidat de droite qui a l'expérience du pouvoir qu'un candidat du Front national qui n'en a pas.

Se posent également les questions de l'euro et de l'Europe. La question de la sortie de l'euro est cruciale : même parmi les sympathisants du Front, il n'y a pas de consensus car une sortie représente véritablement une révolution copernicienne, notamment pour ceux qui n'ont connu que l'euro mais aussi pour les seniors, chez qui une sortie de l'euro est perçue comme étant trop risquée.

Entre également en jeu le fait que la révolution intellectuelle au Front national n'est pas terminée, la dédiabolisation n'est pas finie. C'est d'ailleurs ce qui pousse Marine Le Pen à la compléter. 

Propos recueillis par Emilia Capitaine

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

04.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

05.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

07.

69% des Français considèrent qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 02/11/2016 - 12:56
Plus de narcissique manipulateur à la présidence!
Beaucoup de Sarkozystes, ici. Ce message leur est destiné. 
Sarkozy n'est pas Donald Trump mais on en est pas loin. 
Il a bon nombre de caractéristiques d'un narcissique... et en neuropsychiatrie, les narcissiques sont classés dans la même catégorie que les sociopathes et les psychopathes. 
Pourquoi lui donner une seconde chance alors qu'il a échoué lors de son précédent mandat et que l'offre politique est pléthorique? L'empathie est un meilleur critère pour un politique et le charisme est malheureusement une qualité bien différente de l'empathie. 
Le charisme de Nicolas Sarkozy cache bien son déficit d'empathie. 
Ne vous fiez donc pas au charisme d'un politicien pour effectuer votre choix. 
Il serait salutaire de débusquer et de neutraliser les narcissiques en politique.
mado83@free.fr
- 28/10/2016 - 16:13
Caramantran
je pense que Fillon, si on lui fait confiance pourrait jouer un rôle interessant..franc, honnête, ayant des convictions durables.. dommage, il manque de charisme et est handicapé par son "séjour" chez Sarko..(émission hier sur la 2 )MAIS.. surprise!!
jurgio
- 25/10/2016 - 14:36
Nous contaterons bientôt si le FN
est un container où on prend au passage quelques voix bradées de supplément. Ce parti, sans expérience, apparaît toujours au plus grand nombre comme bien-disant mais « mal-faisant ».