En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 11 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 12 heures 9 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 12 heures 36 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 14 heures 4 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 15 heures 16 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 17 heures 7 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 18 heures 30 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 19 heures 44 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 20 heures 41 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 21 heures 42 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 12 heures 23 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 13 heures 33 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 14 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 16 heures 31 sec
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 17 heures 46 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 19 heures 27 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 20 heures 59 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 21 heures 58 min
© Reuters
© Reuters
Une autre culture

Pourquoi la police a besoin de bien plus que d'effectifs pour son offensive "anti-racaille"

Publié le 21 octobre 2016
En pleine colère des forces de l'ordre, l'idée d'une augmentation des effectifs policiers semble faire son chemin parmi le monde politique. Pourtant, la situation de certaines de nos banlieues requerrait bien plus que cela.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En pleine colère des forces de l'ordre, l'idée d'une augmentation des effectifs policiers semble faire son chemin parmi le monde politique. Pourtant, la situation de certaines de nos banlieues requerrait bien plus que cela.

Atlantico : Ce jeudi, le député PS de l'Essonne Malek Boutih a appelé à une "vraie politique anti-racaille" dans les banlieues françaises. Mais alors que, face à la colère des forces de l'ordre, on parle déjà d'augmentation d'effectifs, dans quelle mesure celle-ci – sans doute nécessaire – sera forcément insuffisante pour faire face à la situation ?

Eric Verhaeghe : La question des effectifs et des moyens est évidemment une question non pas fausse, mais mal posée. Pour deux raisons majeures.

Première raison : la question n'est pas seulement d'avoir le bon nombre d'effectifs policiers en France, mais elle est surtout de les affecter au bon endroit et aux bonnes missions. Si l'on recrute des policiers pour leur demander de rester en faction devant des ambassades dans les beaux quartiers parisiens au lieu de les affecter dans les zones difficiles, cela n'a évidemment pas de sens. C'est pourtant ce qui se passe majoritairement aujourd'hui. Les zones non criminogènes sont globalement surdotées en effectifs policiers et les zones criminogènes sont en sous-effectif. Ce qui nous amène à la deuxième question. Le problème de la police nationale n'est pas prioritairement un problème de moyens, mais un problème de management. La politisation du commandement fait que ce sont des courtisans, des intrigants, qui prennent les postes-clés de décision, et non les gens les plus compétents. On en paie le prix aujourd'hui. Les policiers qui défilent ne se plaignent pas de leur manque de moyens, mais du mépris et de l'incompétence de leur hiérarchie, non seulement ministérielle, mais directe. La crise à laquelle nous assistons n'est pas une crise de moyens, mais une crise de commandement et d'autorité. Sur ce point, l'arrogance avec laquelle le directeur général de la police nationale s'est comporté avec la troupe sous l'oeil des caméras est à la fois symbolique, illustratif et cataclysmique.

En quoi la "culture de l'excuse" que nous pouvons constater dans certaines institutions comme la justice ou l'éducation plombe-t-elle actuellement toute intention – aussi louable soit-elle – de s'attaquer au problème des banlieues en France ?

C'est évidemment le grand problème des policiers, qui est évoqué en creux dans leurs revendications. Ce que les policiers refusent aujourd'hui (et qui illustre leur attachement à l'intérêt général malgré leur hiérarchie), c'est d'endosser la culture de l'excuse et du vivre ensemble que leur impose le commandement. Au nom de cette culture, le commandement demande en effet de verbaliser les gens qui ne font pas de vagues, et d'assurer une impunité large aux voyous qui risquent d'aller à la bavure. Pour le policier de base, la situation est intenable. D'une part, il sait qu'il exerce un métier absurde, dans la mesure où il laisse les racailles prospérer alors qu'il s'est souvent engagé pour les combattre. D'autre part, il endure la critique des citoyens paisibles qui ne comprennent pas pourquoi ils sont persécutés quand les voyous courent en liberté. Le problème est le même à l'Education nationale, et on ne devrait pas tarder à voir les enseignants suivre le pas des policiers. Il est incompréhensible qu'au nom de l'excuse et de sa culture, 10% d'éléments marginaux parviennent à imposer leur loi à l'ensemble de la population, parce que l'institution a renoncé à se battre et à faire triompher l'intérêt général. Soyons clairs : les déséquilibres sont tels aujourd'hui que le pire est à craindre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 02/11/2016 - 13:43
Plus de narcissique manipulateur à la présidence!
Ce message leur est plutôt destiné aux Sarkozystes. 
Sarkozy n'est pas Donald Trump mais on en est pas loin. 
Il a bon nombre de caractéristiques d'un narcissique... et en neuropsychiatrie, les narcissiques sont classés dans la même catégorie que les sociopathes et les psychopathes. 
Pourquoi lui donner une seconde chance alors qu'il a échoué lors de son précédent mandat et que l'offre politique est pléthorique? L'empathie est un meilleur critère pour un politique et le charisme est malheureusement une qualité bien différente de l'empathie. 
Le charisme de Nicolas Sarkozy cache bien son déficit d'empathie. 
Ne vous fiez donc pas au charisme d'un politicien pour effectuer votre choix. 
Il serait salutaire de débusquer et de neutraliser les narcissiques en politique.
Joly Maurice
- 22/10/2016 - 12:07
Nous y sommes!
Voilà le résultat de la politique débridée du "vivre ensemble" sans exiger de contre-partie! Capacités et volonté d'intégration devait être les exigences prioritaires envers tout candidat migrant! Perturbateurs dehors, mineurs égal parents privés d'allocations et dehors à la majorité si pas d'amélioration! Trop c'est trop et les limites sont dépassées!
lafronde
- 22/10/2016 - 08:56
Qui doit payer pour les difficultés de l'immigration musulmane ?
Si individuellement chaque immigré peut s'intégrer à la société française, pour les communautés, c'est plus difficile : saut culturel, et surtout divergence sociétale musulmane. Tout d'abord les jeunes gens bien formés, métiers manuels ou diplômes reconnus par les professionnels, trouvent à s'employer, au besoin en s'expatriant. Ceux qui restent au bas de leur immeuble sont les moins bien formés : échec scolaire, manque de savoir être, appât de l'argent facile des trafics illicites qui les éloignent du travail. A qui la faute ? Ces jeunes ne seraient pas les acteurs de leur propre vie ? Responsables de leur sort ? Et leur parents ? Qu'ont-ils fait pour mettre leurs enfants dans le droit chemin ? Leur communauté ? il y a des communautés immigrés sans délinquance des jeunes. Pourquoi alors la délinquance concerne statistiquement davantage les jeunes africains, nord-africains, les musulmans ? Pour l'africain, une réponse serait la structure familiale dans les ethnies où ce n'est pas le père qui éduque, mais l'oncle maternel. Niger 8 enfants par femme ! Quant à l'islam, la subordination de l'épouse-mère ampute l'autorité parentale, laissant le garçon maître de la maison : désastreux !