En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

07.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

06.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 37 min 4 sec
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 2 heures 56 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 3 heures 46 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 4 heures 12 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 4 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 21 heures 35 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 22 heures 23 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 23 heures 7 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 23 heures 29 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 1 jour 54 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 1 heure 13 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 3 heures 27 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 3 heures 58 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 4 heures 24 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 20 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 21 heures 50 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 22 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 23 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 23 heures 40 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 1 jour 1 heure
info atlantico
© Reuters
© Reuters
Savoir rester indépendant

François Bayrou : "Les pouvoirs de Nicolas Sarkozy ne vont pas jusqu'à me dicter ce que je dois faire"

Publié le 21 octobre 2016
Nicolas Sarkozy a récemment sommé François Bayrou et Jean-Christophe Lagarde de "s'engager à respecter la règle de la primaire", dans la mesure où tous deux ont décidé de soutenir Alain Juppé. Le président du MoDem a décidé de faire part à Atlantico de sa réponse.
François Bayrou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Bayrou est le président du Modem. Il a notamment été député des Pyrénées-Atlantiques de 1986 à 2012 et ministre de l'Education de 1993 à 1997.Il s'est présenté aux élections présidentielles de 2002, 2007 et 2012.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy a récemment sommé François Bayrou et Jean-Christophe Lagarde de "s'engager à respecter la règle de la primaire", dans la mesure où tous deux ont décidé de soutenir Alain Juppé. Le président du MoDem a décidé de faire part à Atlantico de sa réponse.

Atlantico : Hier, Nicolas Sarkozy vous a demandé de respecter les règles de la primaire et de soutenir le vainqueur quel qu'il soit. Comment comprenez-vous cet appel ?

François Bayrou : Les pouvoirs de Nicolas Sarkozy sont considérables, du moins le croit-il. Mais, en vérité, ces pouvoirs ne vont pas jusqu'à me dicter ce que je dois faire. Je me détermine uniquement en fonction de ma conscience et de l'idée que je me fais de l'avenir du pays. J'ai indiqué depuis deux ans déjà que je ne participerai pas à cette primaire. Je l'ai fait précisément parce que j'avais des doutes sur son principe autant que sur ses résultats.

J'ai donc affirmé que si Alain Juppé sortait vainqueur de la primaire, je le soutiendrais. Cependant, ne participant pas à cette compétition ni à cette consultation, je reste absolument libre de ma décision dans le cas – de moins en moins probable il faut le dire – où le vainqueur ne correspondrait pas à mes principes, à ma vision de l'avenir. Ceci est une décision irrévocable.

Cette mise en demeure est donc déplacée, comme si souvent les déclarations de son auteur.

Le rassemblement derrière le vainqueur, n'est-ce pas la seule manière de faire gagner la droite en 2017 ?

La question, pour moi, n'est pas une question de camp politique. À mes yeux la seule question qui se pose est celle de l'intérêt général. Le seul moyen de faire gagner un candidat, c’est que ce candidat soit convainquant et respecté. Il faut qu'il soit capable de rassembler parce qu'il comprend et applique les principes qui ont fait de la France ce qu'elle est.

Sa vision doit être claire. Son tempérament doit être celui d'un rassembleur, capable de réunir des sensibilités différentes. C'est cela qui lui permettra de l'emporter.

Ne craignez-vous pas de porter la responsabilité de l'échec de la droite en 2017 si vous vous présentez contre Nicolas Sarkozy ?

Le seul risque d'un échec en 2017 c'est le suivant : que les Français se retrouvent avec des candidats qu'ils  n'acceptent pas. Dans ce cas-là, le danger serait immense : il faudrait donc pour conjurer ce risque avancer devant les citoyens et devant la nation une proposition politique différente. Une proposition politique qui permette à la nation de se rassembler et de réformer en même temps. Cela serait le seul moyen d'éviter une catastrophe.

Jean-Christophe Lagarde semble vouloir faire le même choix que vous, soutenir Alain Juppé et pas Nicolas Sarkozy si celui-ci est désigné, n'avez-vous pas le sentiment de ne pas respecter le choix des électeurs à la primaire ?

Je ne suis pas sûr de bien comprendre. Je vous ai déjà dit à plusieurs reprises que je ne participais pas à la primaire de la droite. Je ne suis d'ailleurs pas étonné de voir que Jean-Christophe Lagarde fasse le même choix que moi. J'ai, depuis longtemps, exprimé la certitude que toutes les sensibilités du centre se retrouveraient derrière Alain Juppé, qui est aujourd'hui le candidat le plus crédible et le plus compatible avec notre sensibilité.

Est-ce que cela signifie que, dans la même configuration qu'en 2012, Nicolas Sarkozy contre François Hollande au second tour, vous appelleriez à nouveau à voter François Hollande bien qu'il vous ait beaucoup déçu ?

C'est une hypothèse non pas improbable, mais "improbabilissime". Il y a à peu près autant de chance de revisiter le match Nicolas Sarkozy-François Hollande au second tour de la présidentielle que d’avoir de la neige le 14 juillet. Cette éventualité est aujourd'hui, et heureusement, totalement écartée. Elle n'est pas envisageable et ne l'est même plus par les rares supporters les plus optimistes de ces deux candidats.

Si vous vous présentez, Alain Juppé a dit qu’il ne vous soutiendrait pas puisqu'il s'est engagé à soutenir le vainqueur de la primaire mais espérez-vous séduire une partie de ses amis actuels ?

Il est normal qu'Alain Juppé s'engage à respecter les règles de la primaire à laquelle il participe et à soutenir le candidat qui en sortira vainqueur.

Néanmoins, je n'ai aucun doute sur ce que serait l'état d'esprit des Français dans l'hypothèse que vous évoquez. Mais comme vous le voyez, ce n'est pas aujourd'hui l'hypothèse probable. L'hypothèse qui se renforce tous les jours, c'est celle d'une victoire d'Alain Juppé, ce qui montrera qu'il sait gagner même en situation risquée.

Dans quelle mesure est-ce que l'on peut voir dans cette dénonciation faite par Nicolas Sarkozy un moyen pour lui de revenir sur ces règles en cas d'échec à la primaire ?

Je suis souvent en conflit avec Nicolas Sarkozy, mais je n'imagine pas que quelqu'un puisse, après avoir orchestré autant de tintamarre autour de cette primaire, s'abstraire du résultat de cette compétition. 

Plus globalement, et quand on voit les questions d'alliances qui se posent, qu'imaginez-vous de l'avenir de la droite ? Le parti des républicains peut-il vraiment faire tenir cette alliance entre ses différents courants ? 

La question très importante qui se pose est évidemment celle de l'organisation de la future majorité. Cependant avant, de savoir quelle sera l'organisation, il faut savoir quel sera le périmètre de cette majorité future. Cela dépendra largement de la configuration du deuxième tour et c'est pourquoi beaucoup de spéculations qui sont formulées aujourd'hui apparaîtront obsolètes quand le moment viendra.

Ce que je sais en tout cas, c'est qu'il est impossible de résoudre les problèmes du pays en l'absence d'une majorité large, susceptible de rassembler des sensibilités différentes. Dans le cas contraire, nous nous retrouverions au bout de quelques semaines avec une minorité pour gouverner, qui serait fragilisée à chaque instant. C'est précisément ce que nous avons eu à voir ces cinq dernières années. Je pense qu'il faut avoir une vision complètement différente de la manière dont les choses seront organisées. La majorité doit être large, elle doit rassembler tous les réformistes de bonne foi. Nous ne pouvons pas laisser le pays dans l'état où il est aujourd'hui.

En quoi finalement il pourrait manquer à la vie politique française un parti comme l'UDF, qui réussissait à réunir autant les démocrates centristes que certains démocrates chrétiens ?

Ce que je sais, c'est que la France a besoin d'un centre fort, rassemblé et large. Ses deux mots d'ordres doivent être les suivants : unité et indépendance. Je ne ménage pas et ne ménagerai pas mes efforts pour que ce centre se rassemble et s'organise dans la période qui vient.

Dans le cas où Alain Juppé sortirait vainqueur de la présidentielle, comment comptez-vous peser au cours d'un tel quinquennat ?

Je lui apporterai mon soutien, mon concours, ainsi que toute l'aide possible en tant que responsable et expression d'un courant politique très important et original. Notre courant nouveau, essentiel à la majorité future, il faut le construire et l’inventer.

Propos recueillis par Vincent Nahan

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (36)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 02/11/2016 - 13:44
Plus de narcissique manipulateur à la présidence!
Ce message leur est plutôt destiné aux Sarkozystes. 
Sarkozy n'est pas Donald Trump mais on en est pas loin. 
Il a bon nombre de caractéristiques d'un narcissique... et en neuropsychiatrie, les narcissiques sont classés dans la même catégorie que les sociopathes et les psychopathes. 
Pourquoi lui donner une seconde chance alors qu'il a échoué lors de son précédent mandat et que l'offre politique est pléthorique? L'empathie est un meilleur critère pour un politique et le charisme est malheureusement une qualité bien différente de l'empathie. 
Le charisme de Nicolas Sarkozy cache bien son déficit d'empathie. 
Ne vous fiez donc pas au charisme d'un politicien pour effectuer votre choix. 
Il serait salutaire de débusquer et de neutraliser les narcissiques en politique.
MALOR
- 22/10/2016 - 09:26
Souvenez vous...
Bayrou a été un mauvais ministre de l'éducation nationale. Le SNES a cogéré avec lui. Aucune réforme a abouti. Alors ses rodomontades...
evy
- 22/10/2016 - 07:58
Cet homme était enseignant
Il n'a pas la moindre idée d'une politique sérieuse. Il est comme une mouche qui se trompe de bouse régulièrement. Il trotte après un petit pouvoir tantôt à gauche, tantôt à droite en analysant les évènements comme le ferait rantanplan