En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
info atlantico
© Reuters
Savoir rester indépendant
François Bayrou : "Les pouvoirs de Nicolas Sarkozy ne vont pas jusqu'à me dicter ce que je dois faire"
Publié le 21 octobre 2016
Nicolas Sarkozy a récemment sommé François Bayrou et Jean-Christophe Lagarde de "s'engager à respecter la règle de la primaire", dans la mesure où tous deux ont décidé de soutenir Alain Juppé. Le président du MoDem a décidé de faire part à Atlantico de sa réponse.
François Bayrou est le président du Modem. Il a notamment été député des Pyrénées-Atlantiques de 1986 à 2012 et ministre de l'Education de 1993 à 1997.Il s'est présenté aux élections présidentielles de 2002, 2007 et 2012.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Bayrou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Bayrou est le président du Modem. Il a notamment été député des Pyrénées-Atlantiques de 1986 à 2012 et ministre de l'Education de 1993 à 1997.Il s'est présenté aux élections présidentielles de 2002, 2007 et 2012.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy a récemment sommé François Bayrou et Jean-Christophe Lagarde de "s'engager à respecter la règle de la primaire", dans la mesure où tous deux ont décidé de soutenir Alain Juppé. Le président du MoDem a décidé de faire part à Atlantico de sa réponse.

Atlantico : Hier, Nicolas Sarkozy vous a demandé de respecter les règles de la primaire et de soutenir le vainqueur quel qu'il soit. Comment comprenez-vous cet appel ?

François Bayrou : Les pouvoirs de Nicolas Sarkozy sont considérables, du moins le croit-il. Mais, en vérité, ces pouvoirs ne vont pas jusqu'à me dicter ce que je dois faire. Je me détermine uniquement en fonction de ma conscience et de l'idée que je me fais de l'avenir du pays. J'ai indiqué depuis deux ans déjà que je ne participerai pas à cette primaire. Je l'ai fait précisément parce que j'avais des doutes sur son principe autant que sur ses résultats.

J'ai donc affirmé que si Alain Juppé sortait vainqueur de la primaire, je le soutiendrais. Cependant, ne participant pas à cette compétition ni à cette consultation, je reste absolument libre de ma décision dans le cas – de moins en moins probable il faut le dire – où le vainqueur ne correspondrait pas à mes principes, à ma vision de l'avenir. Ceci est une décision irrévocable.

Cette mise en demeure est donc déplacée, comme si souvent les déclarations de son auteur.

Le rassemblement derrière le vainqueur, n'est-ce pas la seule manière de faire gagner la droite en 2017 ?

La question, pour moi, n'est pas une question de camp politique. À mes yeux la seule question qui se pose est celle de l'intérêt général. Le seul moyen de faire gagner un candidat, c’est que ce candidat soit convainquant et respecté. Il faut qu'il soit capable de rassembler parce qu'il comprend et applique les principes qui ont fait de la France ce qu'elle est.

Sa vision doit être claire. Son tempérament doit être celui d'un rassembleur, capable de réunir des sensibilités différentes. C'est cela qui lui permettra de l'emporter.

Ne craignez-vous pas de porter la responsabilité de l'échec de la droite en 2017 si vous vous présentez contre Nicolas Sarkozy ?

Le seul risque d'un échec en 2017 c'est le suivant : que les Français se retrouvent avec des candidats qu'ils  n'acceptent pas. Dans ce cas-là, le danger serait immense : il faudrait donc pour conjurer ce risque avancer devant les citoyens et devant la nation une proposition politique différente. Une proposition politique qui permette à la nation de se rassembler et de réformer en même temps. Cela serait le seul moyen d'éviter une catastrophe.

Jean-Christophe Lagarde semble vouloir faire le même choix que vous, soutenir Alain Juppé et pas Nicolas Sarkozy si celui-ci est désigné, n'avez-vous pas le sentiment de ne pas respecter le choix des électeurs à la primaire ?

Je ne suis pas sûr de bien comprendre. Je vous ai déjà dit à plusieurs reprises que je ne participais pas à la primaire de la droite. Je ne suis d'ailleurs pas étonné de voir que Jean-Christophe Lagarde fasse le même choix que moi. J'ai, depuis longtemps, exprimé la certitude que toutes les sensibilités du centre se retrouveraient derrière Alain Juppé, qui est aujourd'hui le candidat le plus crédible et le plus compatible avec notre sensibilité.

Est-ce que cela signifie que, dans la même configuration qu'en 2012, Nicolas Sarkozy contre François Hollande au second tour, vous appelleriez à nouveau à voter François Hollande bien qu'il vous ait beaucoup déçu ?

C'est une hypothèse non pas improbable, mais "improbabilissime". Il y a à peu près autant de chance de revisiter le match Nicolas Sarkozy-François Hollande au second tour de la présidentielle que d’avoir de la neige le 14 juillet. Cette éventualité est aujourd'hui, et heureusement, totalement écartée. Elle n'est pas envisageable et ne l'est même plus par les rares supporters les plus optimistes de ces deux candidats.

Si vous vous présentez, Alain Juppé a dit qu’il ne vous soutiendrait pas puisqu'il s'est engagé à soutenir le vainqueur de la primaire mais espérez-vous séduire une partie de ses amis actuels ?

Il est normal qu'Alain Juppé s'engage à respecter les règles de la primaire à laquelle il participe et à soutenir le candidat qui en sortira vainqueur.

Néanmoins, je n'ai aucun doute sur ce que serait l'état d'esprit des Français dans l'hypothèse que vous évoquez. Mais comme vous le voyez, ce n'est pas aujourd'hui l'hypothèse probable. L'hypothèse qui se renforce tous les jours, c'est celle d'une victoire d'Alain Juppé, ce qui montrera qu'il sait gagner même en situation risquée.

Dans quelle mesure est-ce que l'on peut voir dans cette dénonciation faite par Nicolas Sarkozy un moyen pour lui de revenir sur ces règles en cas d'échec à la primaire ?

Je suis souvent en conflit avec Nicolas Sarkozy, mais je n'imagine pas que quelqu'un puisse, après avoir orchestré autant de tintamarre autour de cette primaire, s'abstraire du résultat de cette compétition. 

Plus globalement, et quand on voit les questions d'alliances qui se posent, qu'imaginez-vous de l'avenir de la droite ? Le parti des républicains peut-il vraiment faire tenir cette alliance entre ses différents courants ? 

La question très importante qui se pose est évidemment celle de l'organisation de la future majorité. Cependant avant, de savoir quelle sera l'organisation, il faut savoir quel sera le périmètre de cette majorité future. Cela dépendra largement de la configuration du deuxième tour et c'est pourquoi beaucoup de spéculations qui sont formulées aujourd'hui apparaîtront obsolètes quand le moment viendra.

Ce que je sais en tout cas, c'est qu'il est impossible de résoudre les problèmes du pays en l'absence d'une majorité large, susceptible de rassembler des sensibilités différentes. Dans le cas contraire, nous nous retrouverions au bout de quelques semaines avec une minorité pour gouverner, qui serait fragilisée à chaque instant. C'est précisément ce que nous avons eu à voir ces cinq dernières années. Je pense qu'il faut avoir une vision complètement différente de la manière dont les choses seront organisées. La majorité doit être large, elle doit rassembler tous les réformistes de bonne foi. Nous ne pouvons pas laisser le pays dans l'état où il est aujourd'hui.

En quoi finalement il pourrait manquer à la vie politique française un parti comme l'UDF, qui réussissait à réunir autant les démocrates centristes que certains démocrates chrétiens ?

Ce que je sais, c'est que la France a besoin d'un centre fort, rassemblé et large. Ses deux mots d'ordres doivent être les suivants : unité et indépendance. Je ne ménage pas et ne ménagerai pas mes efforts pour que ce centre se rassemble et s'organise dans la période qui vient.

Dans le cas où Alain Juppé sortirait vainqueur de la présidentielle, comment comptez-vous peser au cours d'un tel quinquennat ?

Je lui apporterai mon soutien, mon concours, ainsi que toute l'aide possible en tant que responsable et expression d'un courant politique très important et original. Notre courant nouveau, essentiel à la majorité future, il faut le construire et l’inventer.

Propos recueillis par Vincent Nahan

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
06.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
07.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
Commentaires (36)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 02/11/2016 - 13:44
Plus de narcissique manipulateur à la présidence!
Ce message leur est plutôt destiné aux Sarkozystes. 
Sarkozy n'est pas Donald Trump mais on en est pas loin. 
Il a bon nombre de caractéristiques d'un narcissique... et en neuropsychiatrie, les narcissiques sont classés dans la même catégorie que les sociopathes et les psychopathes. 
Pourquoi lui donner une seconde chance alors qu'il a échoué lors de son précédent mandat et que l'offre politique est pléthorique? L'empathie est un meilleur critère pour un politique et le charisme est malheureusement une qualité bien différente de l'empathie. 
Le charisme de Nicolas Sarkozy cache bien son déficit d'empathie. 
Ne vous fiez donc pas au charisme d'un politicien pour effectuer votre choix. 
Il serait salutaire de débusquer et de neutraliser les narcissiques en politique.
MALOR
- 22/10/2016 - 09:26
Souvenez vous...
Bayrou a été un mauvais ministre de l'éducation nationale. Le SNES a cogéré avec lui. Aucune réforme a abouti. Alors ses rodomontades...
evy
- 22/10/2016 - 07:58
Cet homme était enseignant
Il n'a pas la moindre idée d'une politique sérieuse. Il est comme une mouche qui se trompe de bouse régulièrement. Il trotte après un petit pouvoir tantôt à gauche, tantôt à droite en analysant les évènements comme le ferait rantanplan