En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Un modèle social à dépoussiérer
Pourquoi la fin du paritarisme souhaitée par Emmanuel Macron ne pourra se passer d'une vraie réforme des institutions (et d'une culture de la performance accrue de la fonction publique)
Publié le 20 octobre 2016
Emmanuel Macron a présenté mardi soir ses premières propositions. L'ancien ministre de l'Économie a ouvert le volet "la vie quotidienne" de sa Grande Marche. Il s'est notamment concentré sur une "refonte" du modèle social, rendu obsolète selon lui par les contraintes du marché du travail actuel. Mesure phare : la fin du paritarisme, avec notamment le remplacement de l'Unedic (géré par les partenaires sociaux) par l'Etat.
Jean-Charles Simon est économiste et entrepreneur. Chef économiste et directeur des affaires publiques et de la communication de Scor de 2010 à 2013, il a auparavent été successivement trader de produits dérivés, directeur des études du RPR, directeur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Charles Simon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Charles Simon est économiste et entrepreneur. Chef économiste et directeur des affaires publiques et de la communication de Scor de 2010 à 2013, il a auparavent été successivement trader de produits dérivés, directeur des études du RPR, directeur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a présenté mardi soir ses premières propositions. L'ancien ministre de l'Économie a ouvert le volet "la vie quotidienne" de sa Grande Marche. Il s'est notamment concentré sur une "refonte" du modèle social, rendu obsolète selon lui par les contraintes du marché du travail actuel. Mesure phare : la fin du paritarisme, avec notamment le remplacement de l'Unedic (géré par les partenaires sociaux) par l'Etat.

Atlantico : Emmanuel Macron a présenté mardi soir ses premières propositions. Il s'est notamment concentré sur une "refonte" du modèle social, rendu obsolète selon lui par les contraintes du marché du travail actuel. Mesure phare : la fin du paritarisme, avec notamment le remplacement de l'Unedic (géré par les partenaires sociaux) par l'Etat. Que pensez-vous du modèle social version Macron ?

Jean-Charles Simon : Il formule des constats qui me paraissent indiscutables, et que j’ai d’ailleurs développés dans une note récente pour l’Institut de l’entreprise, « Faut-il en finir avec le paritarisme ? ». Le système de cogestion de pans entiers du système social par les syndicats patronaux et de salariés est en effet à bout de souffle. Les acteurs sont très peu légitimes : 8,5% de salariés syndiqués dans le privé, éparpillés dans un grand nombre d’organisations ; une majorité d’entreprises en dehors des confédérations existantes, et très peu qui y adhèrent autrement qu’à leur insu. Et ils paraissent incapables de transformer les mécanismes dont ils ont la responsabilité et qui accumulent les déficits, comme l’assurance chômage ou les retraites complémentaires, ou semblent totalement archaïques, comme l’organisation de la formation professionnelle.

Emmanuel Macron a également raison de plaider pour un approfondissement de la logique de la loi Travail, en donnant davantage de poids à la négociation dans l’entreprise. C’est bien au plus près du terrain que doivent s’inventer les solutions adaptées à un environnement économique en forte mutation, qui exige de l’agilité et dans lequel chaque entreprise doit construire ce qui lui convient le mieux. Ce n’est plus au niveau interprofessionnel ou même à celui des branches, définies il y a des décennies et qui ont pour beaucoup perdu leur pertinence, au point qu’il est souvent difficile pour des jeunes entreprises de savoir à laquelle se rattacher. Dans le cadre d’un ordre public social établi par la loi, l’entreprise doit pouvoir définir son modèle, par l’accord si possible, par référendum si nécessaire. Les dispositions plus générales, par exemple sectorielles, ne doivent être qu’un cadre par défaut.

Pour autant, l'Etat peut-il vraiment s'avérer meilleur gestionnaire ? A quelles conditions ?

C’est d’abord une question de clarté des responsabilités, indispensable pour réformer. Aujourd’hui, par exemple, les partenaires sociaux définissent les paramètres de l’assurance chômage, mais celle-ci ne peut survivre que grâce à la garantie de l’Etat, car elle a accumulé 30 milliards de dettes, bientôt l’équivalent d’une année de cotisations. Comme les partenaires sociaux ne parviennent pas à dégager des pistes de réforme, ils n’ont pas réussi à négocier un nouvel accord – ce qui donne d’ailleurs juridiquement la main à l’Etat aujourd’hui. Enfin, 10% des recettes du régime sont allouées au financement de Pôle emploi… piloté par l’Etat ! Ça ne peut pas marcher. En l’espèce, un pouvoir politique avec une vision réformatrice claire sur ce sujet pourrait remettre à plat un dispositif totalement dévoyé, dans lequel il n’y a plus vraiment de notion d’assurance d’un aléa depuis la création de la rupture conventionnelle. Et éventuellement, mieux articuler un dispositif rénové avec les minima sociaux dont il a la charge.

Si l’on peut être légitimement inquiet sur les performances de l’Etat gestionnaire, les partenaires sociaux ont montré qu’ils pouvaient faire pire ! La Cour des comptes a ainsi observé que les régimes de retraite Agirc-Arrco, dont ils sont les seuls responsables, ont des frais de gestion supérieurs d’au moins 20% à ceux de la caisse nationale d’assurance vieillesse, le régime de base géré par l’Etat. Et la situation de l’assurance chômage, c’est un peu comme si le déficit annuel de l’assurance maladie était de l’ordre de 20 milliards par an…

Mais naturellement, la condition sine qua non du succès d’une dévolution partielle du champ du paritarisme actuel à l’Etat, c’est aussi la réforme du système institutionnel et une culture de la performance en son sein.

Quelles sont selon vous les autres limites de son diagnostic, ou de ses propositions ?

Le discours me paraît encore trop éthéré, louvoyant, partiel. Nous avons le record de dépenses sociales publiques rapportées au PIB, le tout largement financé sur les revenus du travail. Si l’on veut vraiment transformer le modèle social français, en particulier pour renforcer la compétitivité de notre économie, alors il faudrait réussir à abaisser ce niveau. Au-delà des seules économies de gestion, pas de miracle : cela supposerait pour l’essentiel de renvoyer au marché une partie de cette protection sociale – ce qu’ont fait d’autres pays européens – en concentrant l’intervention publique sur le plus indispensable, et notamment la solidarité. C’est un basculement majeur de notre vieux modèle « bismarckien » vers un système « beveridgien ».

Prétendre qu’on peut véritablement réformer en maintenant la protection publique actuelle pour tous, grâce à de nouveaux financements, c’est irréaliste ou contradictoire avec l’objectif initial de compétitivité, dans un pays qui détient déjà un record de prélèvements obligatoires. Il n’y a aucune assiette miraculeuse en France pour se substituer à la taxation trop élevée du travail : nous sommes aussi les champions de l’imposition du capital, et les marges sur la consommation sont très faibles. Evoquer cela ou la taxation de la pollution, comme le fait Macron, ce n’est vraiment pas très sérieux. Qu’on se souvienne d’ailleurs de l’échec cuisant de l’écotaxe, dont le montant était pourtant minime en regard des enjeux financiers de la protection sociale.

Enfin, je me méfie de ces politiques qui, comme Emmanuel Macron ou encore Nathalie Kosciusko-Morizet, semblent vouloir séduire à tout prix l’écosystème français du numérique. Par exemple lorsqu’ils associent l’innovation au travail indépendant, supposé supplanter le salariat. Ce qu’on ne voit aujourd’hui ni en Europe ni aux Etats-Unis dans les statistiques du marché du travail. Même pas dans le numérique, malgré les cas de quelques célèbres plateformes d’intermédiation de VTC ou de livraison. Dans le discours de ces politiques, il y a l’idée qu’il faut à ces travailleurs une meilleure protection sociale à moindre coût. Ce qui voudrait forcément dire que d’autres acteurs vont la financer. Rien ne justifierait une telle distorsion de concurrence, d’autant que le salariat supporte déjà un niveau de cotisations sociales obligatoires supérieur à celui du travail indépendant, et plus encore en comparaison du statut allégé de micro-entrepreneur.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
02.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
03.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
04.
Brexit : rien n’est joué pour le royaume-Uni même en cas de sortie sans accord
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
04.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
05.
Vivons-nous dans un univers-bulle en expansion dans une autre dimension ? ; Hubble nous offre un magnifique portrait très détaillé de la galaxie du Triangle
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 20/10/2016 - 16:57
En effet remplacer des Syndicats de Fonctionnaires par
des Fonctionnaires faut sortir de l'ENA pour une telle connerie dite Révolutionnaire par les Médias de Fonctionnaires. C'est certain avoir travaillé dans une Banque pour organiser des ventes achats d'entreprises vous forme un homme à l'entreprise à ses métiers ses marchés et comment être performant pour les garder et en créer d'autres:)::)) Caton H est un nul et sa découverte est encore plus nul car il se croit innovant:)::) en faisant du vieux avec du vieux :)::))