En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

06.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Campagne des municipales
Agnès Buzyn regrette le terme de "mascarade" et confirme sa volonté de ne "pas laisser à Anne Hidalgo les pleins pouvoirs" à Paris
il y a 9 heures 36 min
pépites > High-tech
Outil numérique
Assemblée nationale : les députés votent en faveur de l'application de traçage StopCovid
il y a 11 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

La Révolution et l’Empire dans le cinéma français : plusieurs bons films pour cette période historique agitée ! Humour et délectation

il y a 12 heures 56 min
light > Science
Cratère de Chicxulub
L'astéroïde à l’origine de l’extinction des dinosaures aurait suivi la trajectoire la plus dangereuse possible
il y a 14 heures 54 min
décryptage > Société
Lutte contre le virus

StopCovid : les dangers d’un mirage

il y a 16 heures 8 min
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 17 heures 21 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 19 heures 58 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 21 heures 1 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 21 heures 34 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 22 heures 16 min
light > Politique
Bras de fer avec Twitter
Donald Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
il y a 10 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Autre qu’on adorait" de Catherine Cusset : superbe graine de Prix

il y a 12 heures 43 min
décryptage > Economie
Leçons du confinement

Dépendance et pertes d’exploitation : les assureurs battus sur tous les fronts face à la crise du coronavirus…

il y a 14 heures 41 min
pépites > Politique
Soutien
Deuil après la mort d’un enfant : l’Assemblée nationale approuve enfin et à l’unanimité le congé de 15 jours
il y a 16 heures 7 min
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 16 heures 53 min
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 17 heures 49 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 20 heures 14 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 22 heures 34 min
© LOIC VENANCE / AFP
Un chantier STX à Saint-Nazaire.
© LOIC VENANCE / AFP
Un chantier STX à Saint-Nazaire.
Plouf !

Chantiers de Saint-Nazaire, actionnaire majoritaire à la mer : comment la passivité de l'Etat stratège risque (encore) de coûter à la France un des fleurons de son industrie

Publié le 21 octobre 2016
Ce mercredi, le groupe sud-coréen STX Offshore & Shipbuilding, propriétaire des chantiers navals de Saint-Nazaire, a été mis en vente par la justice sud-coréenne. Un dossier qui pointe une nouvelle fois les défaillances de l’État-stratège en France.
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mercredi, le groupe sud-coréen STX Offshore & Shipbuilding, propriétaire des chantiers navals de Saint-Nazaire, a été mis en vente par la justice sud-coréenne. Un dossier qui pointe une nouvelle fois les défaillances de l’État-stratège en France.

Atlantico : Mercredi 19 octobre, le groupe sud-coréen STX Offshore and Shipbuilding, propriétaire des chantiers navals de Saint-Nazaire, a été mis en vente par la justice sud-coréenne. Dans quelle mesure l'Etat-stratège, et la gestion qui en a découlé, peut-il être remis en cause dans ce dossier ?

Jean-Yves Archer : A ce stade, la gestion du dossier STX par l'Etat est une énigme et c'est évidemment aussi surprenant que regrettable. Dans une toute récente séance de questions au Gouvernement, le ministre de l'Economie a formulé une réponse de verbiage ne comportant aucune indication quant à la décision de principe de l'Etat. Va-t-il déployer tous les efforts possibles pour compenser la chute de l'actionnaire sud-coréen judiciairement reconnu comme défaillant dans l'ensemble de ses activités de holding ?

Comme dirait Martine Aubry, "quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup", et effectivement les parlementaires et le grand public sont dans l'incapacité de savoir si une décision a été prise, quelle en est sa teneur rapportée aux enjeux stratégiques et sociaux de l'avenir des chantiers de Saint-Nazaire et surtout qui en serait le bras armé.

Sur le papier, le dossier est limpide : l'actionnaire majoritaire est en cessation de paiements et il souhaite (pressé par sa justice nationale) se défaire de sa participation à Saint-Nazaire qui est, par ailleurs, une belle affaire avec plus d'une décennie (oui, dix ans !) de carnet de commandes et un aspect stratégique puisque ces chantiers sont les seuls à pouvoir réaliser, en France, des bâtiments de grand gabarit pour la Défense (DCNS), à commencer par la coque d'un PAN (porte-avions nucléaire) dans l'optique du futur remplacement du Charles de Gaulle.

Risque de déchirures sociales (2600 salariés), risque pour les quelques 5000 sous-traitants, risque de perte de savoir-faire et de délocalisation de la production si un conglomérat remporte la mise, risque de souveraineté nationale... Autant de facteurs qui militent pour une réunion d'une heure entre le président de la République et Messieurs Sapin et Le Drian. Manifestement, la gestion de ce dossier est partie pour s'inscrire dans une complexité dont ce fameux quinquennat a le secret, surtout en fin de mandature.

Au regard des enjeux et de l'urgence, nous sommes plusieurs à espérer que notre ambassade à Séoul a d'ores et déjà pris attache avec les autorités de justice commerciale locales.

Curieusement, le fait que Jean-Marc Ayrault soit un élu du Grand Ouest ne semble pas avoir activé nos démarches. Où est donc le loup entre ces hauts décideurs publics ?

L'Etat possédant un tiers des actions de la filiale française, quelle position de sa part vous semblerait la plus efficace ?

Dans un communiqué de presse du 10 octobre co-signé par Messieurs Sapin et Sirugue, on peut lire la formulation suivante :

"L’objectif du gouvernement n’est pas de devenir actionnaire majoritaire de la société STX France, mais de peser dans le choix du repreneur pour que les Chantiers de Saint-Nazaire puissent disposer d’un actionnariat industriel solide capable d’accompagner leur développement sur le long terme".

En recourant à une exégèse précise, ce texte ne comporte aucun engagement crédible puisqu'il ne mentionne pas que le "développement sur le long terme" doive obligatoirement se déployer sur le territoire national.

Le communiqué de presse (non soumis au délit de parjure qui n'existe pas dans notre droit comme l'a rapporté l'affaire Cahuzac et les déclarations "les yeux dans les yeux") ajoute : "L’Etat conservera quoi qu’il arrive une position d’actionnaire minoritaire disposant de la minorité de blocage dans le capital de STX France. Le gouvernement reste très mobilisé dans le suivi de ce dossier".

Tout spécialiste du droit des affaires connaît les limites du pouvoir de l'actionnaire minoritaire notamment via des apports d'actifs à des filiales étrangères (délocalisation post-prise de contrôle). Nous sommes donc là en présence d'une proclamation politique et non d'un engagement juridique pris, par exemple, par l'APE (Agence des Participations de l'Etat).

Le calendrier est désormais serré puisque les acquéreurs pressentis doivent formuler leurs offres avant le 4 novembre. Avant le 15 du mois prochain, on saura si STX est happée par la liquidation probable de son groupe d'appartenance : STX Offshore & Shipbuilding.

A voir le résultat concret de la consolidation du plan de charges de l'usine Alstom de Belfort intervenu il y a quelques semaines, on a objectivement du mal à atteler le mot d'efficacité aux méthodes du gouvernement actuel de notre pays.

Sa position de refus de la nationalisation est une erreur car la France procédant ainsi pourrait, dans une seconde phase, effectuer un regroupement avec des chantiers européens, notamment espagnols.

D'autre part, pour reprendre un terme cher à deux personnalités aussi différentes que Dominique de Villepin et Arnaud Montebourg, il y a, chez STX, un cas grandeur nature de "patriotisme économique". Michel Sapin avait su l'évoquer à l'occasion de la viabilité de l'aéroport de Chateauroux-Déols... Autres temps, autres mœurs.

Quels enseignements pourrait-on en tirer pour d'autres entreprises où l'Etat est également actionnaire ?

Par pure tactique électoraliste, le gouvernement vient d'engager près de 10 milliards de dépenses dont certaines – comme par hasard – ne prendront le poids intégral qu'en 2018.

Par pure défausse, l'Etat a refusé d'ouvrir deux dossiers de recapitalisation urgente : EDF et Areva, pour un total de 10 milliards.

Par incompréhension des enjeux, il risque par son inertie de désespérer Saint-Nazaire : il est vrai qu'à l'Elysée, on compte en bulletins de vote possibles davantage qu'en perspectives d'avenir de la France.

Un récent livre d'entretiens en fait hélas foi au plus grand dam de l'APE, de la Direction du Trésor et du dynamique élu de Saône-et-Loire qu'est le secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christophe Sirugue.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

06.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 23/10/2016 - 06:16
Joyeuse commentatrice
Même dans un cas pareil, on trouve toujours une ''joyeuse commentatrice'' superlibérale, qui n'a toujours rien compris !
Septentrionale
- 21/10/2016 - 14:37
Stratégie étatiK c'est pas de vague, en tapinois, argent gratuit
Jusqu'à ce que le ronron institutionnalisé de la fonction publique inapte fasse boire la tasse.