En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

07.

Les secrets du modèle coréen : des masques et des tests pour tout le monde, mais pas de confinement ni de vie privée

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 3 min 20 sec
décryptage > Science
Hécatombe

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

il y a 40 min 58 sec
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 1 heure 42 min
pépites > International
ONG
SOS Chrétiens d'Orient : libération de trois otages français en Irak
il y a 13 heures 22 min
pépite vidéo > France
Victimes françaises
Covid-19 : "les visages d’une tragédie"
il y a 16 heures 3 min
pépites > Politique
Deux semaines de plus
Coronavirus : Edouard Philippe officialise le prolongement du confinement jusqu’au 15 avril
il y a 17 heures 33 min
pépites > Religion
"Urbi et Orbi"
Vatican : le pape François va présider une prière planétaire et bénir le monde entier face au Covid-19
il y a 19 heures 16 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le bulldog baille et quand les clous d’or piquent le ciel : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 20 heures 27 min
pépite vidéo > Santé
Immense tristesse
Julie, 16 ans, est la plus jeune victime du Covid-19 en France
il y a 21 heures 24 min
décryptage > Europe
Commission européenne

Union européenne : l’intérêt général otage des bien-pensants ?

il y a 22 heures 56 min
décryptage > Finance
Nerf de la guerre

Crise de trésorerie généralisée : tensions (évitables) sur le secteur bancaire

il y a 23 min 9 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 1 heure 26 min
light > Culture
Fin du confinement ?
Olivier Py reste optimiste pour la prochaine édition du Festival d’Avignon en juillet 2020
il y a 12 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La fin de l'amour" d'Eva Illouz : quand Tinder, grand centre commercial de rencontres, détrône la cour amoureuse

il y a 13 heures 55 min
pépites > International
Lutter contre un retour du virus
Covid-19 : la Chine décide de fermer temporairement ses frontières aux étrangers
il y a 17 heures 6 min
light > France
Changement d’heure
Malgré le confinement, n’oubliez pas le passage à l’heure d’été ce week-end
il y a 18 heures 51 min
pépites > Politique
Face à la vague
Covid-19 : Edouard Philippe alerte contre "la vague extrêmement élevée" qui "déferle"
il y a 19 heures 52 min
décryptage > Politique
Ami entends-tu...

Et Didier Guillaume lança un appel à l'armée des ombres !

il y a 21 heures 15 min
pépites > Europe
Nouvelle personnalité
Royaume-Uni : le Premier ministre Boris Johnson a été testé positif au coronavirus
il y a 21 heures 54 min
décryptage > Politique
Conséquences politiques

Philippe Gosselin : "Nous avons refusé que l’équivalent des pleins pouvoirs soient votés pour le Premier ministre. Mais nous devons rester vigilants"

il y a 23 heures 59 min
© DR
De Gaulle avait pour lui une autorité charismatique et sa légitimité était historique, puisqu'il était l'homme du 18 juin. Les hommes aujourd'hui au pouvoir apparaissent comme des fantoches en comparaison.
© DR
De Gaulle avait pour lui une autorité charismatique et sa légitimité était historique, puisqu'il était l'homme du 18 juin. Les hommes aujourd'hui au pouvoir apparaissent comme des fantoches en comparaison.
Une émeute ? Non sire, c'est une révolution

Colère des policiers : la République ébranlée par une crise qui commence à ressembler à 1958 (mais y a-t-il un de Gaulle dans l'avion ?)

Publié le 21 octobre 2016
En 1958, une manifestation de policiers devant l'Assemblée nationale témoignait déjà de l'exaspération des forces de l'ordre face à leurs conditions de travail. Mais si à l'époque la légitimité et l'autorité du général De Gaulle avait permis de rétablir la situation, la situation est bien différente aujourd'hui.
Paul-François Paoli est l'auteur de nombreux essais, dont Malaise de l'Occident : vers une révolution conservatrice ? (Pierre-Guillaume de Roux, 2014), Pour en finir avec l'idéologie antiraciste (2012) et Quand la gauche agonise (2016). En 2018, il...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Dernier en date:  La criminalité organisée...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Zagrodzki est politologue spécialiste des questions de sécurité. Il est chercheur associé au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales et chargé de cours à l'université de Versailles-St-Quentin.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul-François Paoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul-François Paoli est l'auteur de nombreux essais, dont Malaise de l'Occident : vers une révolution conservatrice ? (Pierre-Guillaume de Roux, 2014), Pour en finir avec l'idéologie antiraciste (2012) et Quand la gauche agonise (2016). En 2018, il...
Voir la bio
Xavier Raufer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Dernier en date:  La criminalité organisée...
Voir la bio
Mathieu Zagrodzki
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Zagrodzki est politologue spécialiste des questions de sécurité. Il est chercheur associé au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales et chargé de cours à l'université de Versailles-St-Quentin.
Voir la bio
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 1958, une manifestation de policiers devant l'Assemblée nationale témoignait déjà de l'exaspération des forces de l'ordre face à leurs conditions de travail. Mais si à l'époque la légitimité et l'autorité du général De Gaulle avait permis de rétablir la situation, la situation est bien différente aujourd'hui.

Atlantico : En 1958, alors que Paris était confrontée à la menace terroriste, la dégradation des conditions de travail de la police avait nourri une véritable crise de recrutement. C'était d'ailleurs pour protester contre la dégradation de leurs conditions de travail que fut initialement organisée la manifestation du 13 mars, qui devait rester silencieuse et cantonnée dans la cour du 19-Août. Néanmoins, ce rassemblement prit rapidement une tournure plus politique et 7000 policiers en uniforme se retrouvèrent à manifester devant l'Assemblée nationale. Quels parallèles peut-on dresser entre 1958 et aujourd'hui du point de vue de la situation des forces de l'ordre ?

Paul-François Paoli : Je pense que la situation actuelle est inédite. Les forces de l'ordre sont soumises à deux injonctions qui peuvent leur apparaître contradictoires. D'une part, elles doivent répondre à la demande sécuritaire croissante de la population, en particulier à cause de l'angoisse liée aux attentats, d'autre part, elles doivent respecter les critères de l'idéologie ambiante proférée aussi bien par les représentants de l'Etat et les principaux médias qui est celle du "vivre ensemble". Selon cette idéologie, il ne saurait y avoir d'ennemi intérieur et les délinquants, même les plus violents, nous sont toujours décrits comme des cas pathologiques ou des cas sociaux. L'idée que la société est traversée par des fractures ethniques et identitaires graves (peut-être irrémédiables) ne fait pas partie du discours des responsables de ce pays qui en appellent invariablement au "pacte républicain" alors que celui ci est désormais frappé de l'intérieur. On vient encore de s'en apercevoir avec la pathétique déclaration du ministre de l'Intérieur qui après les attaques contre la police à la Grande-Borne, a parlé de "sauvageons" alors qu'il s'agissait de criminels organisés. La langue du "vivre ensemble" ne peut rendre compte de la réalité violente que vivent les policiers sur le terrain. D'où le formidable malaise de ceux-ci qui ont raison de protester.

Mathieu Zagrodzki : Vous avez évoqué les chutes record en 1958 des recrutements. Or, aujourd'hui, le contexte est inverse : au printemps dernier, jamais autant de candidats au concours des gardiens de la paix ne se sont présentés. Cela est d'une part lié au regain d'intérêt pour le métier de policier et en quelque sorte de patriotisme avec la phase d'attentats que nous traversons, et d'autre part, au fait que les métiers de la fonction publique sont particulièrement attirants dans une période de chômage prolongé.

Par ailleurs, le gouvernement annonce régulièrement des augmentations d'effectifs et des recrutements. De ce point de vue-là, le parallèle n'est donc pas forcément le bon.

Les policiers ne semblent pas aujourd'hui être dans une démarche de changement de régime. Ils ne semblent pas vouloir précipiter un changement de Constitution ou de système politique. Ils réclament davantage de moyens, de respect. Ils s'adressent également à l'autorité judiciaire et à leur hiérarchie pour être mieux soutenus et pour que ces derniers fassent en sorte que les personnes qui les interpellent soient effectivement sanctionnées. Leur revendication est celle d'une bonne application du système politique et judiciaire existant.

En revanche, on peut faire un parallèle avec ce qui s'est produit le 16 octobre 2001, soit il y a quasiment 15 ans jour pour jour : deux policiers ont été tués au cours d'une intervention lors d'un cambriolage, ce qui a provoqué 7 manifestations policières entre octobre et décembre 2001. Le cambrioleur en question était un multirécidiviste. Comme aujourd'hui, les policiers réclamaient plus de sévérité de la justice et plus de moyens. Nous assistons donc à un bégaiement de l'histoire assez troublant. 

Si à l'époque, le général de Gaulle avait eu l'autorité pour faire face à la situation, les pouvoirs publics actuels vous semblent-ils en mesure d'y répondre ?

Paul-François Paoli : De Gaulle avait pour lui une autorité charismatique et sa légitimité était historique, puisqu'il était l'homme du 18 juin. Les hommes aujourd'hui au pouvoir apparaissent comme des fantoches en comparaison. Comment considérer autrement un président qui, en privé, avec des journalistes, reconnaît que l'immigration est pléthorique en France, et en public exhorte les Français à l'accepter au nom des sacro-saintes valeurs républicaines et de la diversité ? Hervé Mariton a déclaré que nous assistions à une "déchéance de l'Etat". Comment lui donner tort ?

Xavier Raufer : Le général De Gaulle savait que la politique consiste à gouverner, c'est-à-dire à décider. Mais qu'est-ce que décider ? La gauche-caviar vitupère aujourd'hui le philosophe Martin Heidegger. Mais ce banc de sardines médiatiques ferait mieux de le lire car tout est dit dans une seule de ses remarques là-dessus : "Les décisions ne s'obtiennent pas du fait de discourir à leur sujet, mais du fait qu'est créée une situation et que sont appliquées des dispositions, au sein des­quelles la décision est inéluctable et où toute tentative pour l'éluder revient en fait à la décision la plus grave". C'est précisément le problème de notre gouvernement. Il est tétanisé depuis janvier 2015 et ne décide rien de fondamental en matière antiterroriste. Il organise des défilés, des concerts, il plante des arbres, il s'agite en vain. Or, sur le terrain, les victimes de cette agitation stérile - policiers, gendarmes, magistrats, personnels pénitentiaires, etc. - souffrent toujours plus.

Mathieu Zagrodzki : Ils ne vont pas y répondre par la manière forte. M. Falcone, le directeur général de la police nationale, a eu des mots très sévères à l'égard des policiers suite à la manifestation des Champs-Elysées, ce qui a provoqué une vague de réprobation chez les forces de l'ordre. Lorsque M. Falcone était en visite sur le terrain ce mardi 18 octobre, il a d'ailleurs été accueilli par des huées et des slogans hostiles, du jamais vu !

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a plutôt tenté d'apaiser la situation à l'Assemblée nationale. De même, François Hollande a indiqué qu'il soutenait les policiers et comprenait leur mouvement. Il serait suicidaire dans le contexte actuel pour le pouvoir politique de se mettre les policiers à dos, notamment parce que la majorité de la population est derrière la police. Ce qui s'est passé à Viry-Châtillon a forcément provoqué une vague de sympathie à l'égard de la police.

Les pouvoirs publics peuvent répondre aux attentes des policiers : les leviers, les marges de manœuvre sont énormes. Le gouvernement peut annoncer des recrutements supplémentaires, du matériel supplémentaire – ce que fait en permanence le ministère de l'Intérieur depuis le début de la vague d'attentats.

Concernant la sévérité des peines et le système judiciaire, certes le ministère de la Justice peut donner des consignes de fermeté au Parquet, mais la séparation des pouvoirs fait qu'au bout de la chaîne, ce sont les juges qui décident. Par ailleurs, l'application des peines dépend aussi du nombre de places en prison et des marges dont dispose l'administration pénitentiaire pour mettre en œuvre les sanctions. Ce ne sont pas des politiques qui se décrètent du jour au lendemain : il est impossible en 3 mois de créer 15 000 places de prison, de recruter X gardiens, et X conseillers de probation et d'insertion.

Les annonces des pouvoirs publics seront donc forcément des annonces de court terme d'autant plus que nous sommes dans une période préélectorale, qu'il faut éteindre l'incendie et sauver ce qui peut être sauvé pour le gouvernement actuel.

Ces mesures de court terme éteindront peut-être la grogne mais ne résoudront pas le problème de fond, qui est celui du malaise policier, des mauvaises relations entre la police et la justice et des mauvaises relations entre la police et une partie de la population. Si ce problème de fond n'est pas résolu, le risque est que les policiers multiplient les grèves, qu'il y ait une démotivation générale, et de plus en plus d'arrêts maladie. Comme dans toutes les professions, quand les gens ne sont pas satisfaits au travail, soit ils le font mal, soit ils réussissent à maintenir le cap, soit ils craquent. 

Bien que Jean-Marc Falcone, directeur général de la Police nationale, ait condamné les manifestations en uniforme, les forces de l'ordre ont reconduit leur manifestation. Dans quelle situation les pouvoirs publics se trouvent-ils alors ? Du point de vue de l'Etat, peut-on craindre que certains corps répondent de moins en moins bien aux décisions ?

Paul-François Paoli : Rien n'est prévisible dans ce domaine et on ne peut rien exclure. L'idéologie étatique qui répand la bonne parole républicaine tend à suspecter les Français de "populisme". Comme l'a montré le juriste Jean-Louis Harouel dans son essai L'Etat contre le peuple (Desclée de Brouwer), l'Etat donne parfois l'impression de surveiller les citoyens plutôt que de combattre les voyous et les criminels.

Xavier Raufer : Les présentes avancées-reculades trahissent l'impuissance. On commence par montrer les dents ("sanctions", "conseil de discipline", etc.) mais comme en face ça tient, ça résiste, comme la mobilisation se renforce, on cède, on parle d'apaisement. Car les policiers de base se sentent un peu lâchés par leurs syndicats, dont plusieurs sont dans la connivence avec le cabinet-ministre, plus que dans la défense de leurs bases. Donc dans la phase reculade, qui débute, le ministère lâchera un peu d'argent, des concessions d'horaires, et ça s'arrêtera sans doute là. Après quoi, les ministres de l'Intérieur et de la Justice compteront les jours en adressant aux cieux de fébriles prières, pour que nul attentat majeur, nul sanglant guet-apens de racailles, nulle émeute policière violente, n'advienne d'ici le printemps 2017. Moment d'une élection présidentielle qui, on le voit aujourd'hui, les renverra sans doute à leurs chères études. Au grand soulagement des fonctionnaires du continuum police-justice-pénitentiaire.

Si la population perçoit cette défaillance dans l'autorité de l'Etat, comment cela pourrait-il se traduire électoralement ? Peut-on s'attendre à une demande accrue de radicalité voire d'autoritarisme, comme avait déjà pu le montrer un sondage Ifop pour Atlantico selon lequel 40% des Français seraient favorables à l'arrivée d'un pouvoir politique autoritaire ? (voir ici

Vincent Tournier : Ce résultat ne doit pas être minimisé. D’autres enquêtes ont déjà montré qu’il y a, dans l’opinion, une demande d’autorité, notamment dans les milieux populaires. Cette enquête confirme donc qu’il existe un profond malaise. Les gens sont désarçonnés par les évolutions auxquelles ils assistent. Ils ont le sentiment d’avoir de moins en moins de prise sur le pouvoir politique. C’est la conséquence de ce que les spécialistes ont appelé la "gouvernance". Ce terme désigne le fait que les mécanismes de décision suivent aujourd’hui un cheminement plus complexe que dans le passé. Aujourd’hui, il n’y a plus un centre unique de décision, mais plusieurs, avec une imbrication du niveau local, du niveau national et du niveau européen, voire international, sans oublier le rôle plus important de la société civile. Les tribunaux, qu’ils soient nationaux ou internationaux, exercent aussi des contraintes plus fortes sur les gouvernements, lesquels ont moins de marge de manœuvre. Le problème est que, dans ce nouveau mécano, l’électeur est perdu, ce qui est logique. Qui peut prétendre avoir compris le fonctionnement de l’Union européenne ? Qui s’y retrouve dans la décentralisation en France, avec sa ribambelle de réformes toutes plus complexes les unes que les autres ? Plus grave encore : dans le système politique actuel, qui devient responsable des décisions ? Qui faut-il blâmer lorsqu’on est mécontent de sa situation ? Cette crise des repères intervient dans un contexte de mondialisation et "d’insécurité culturelle" qui aggrave les inquiétudes en incitant à se demander si la démocratie est un système suffisamment protecteur.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

07.

Les secrets du modèle coréen : des masques et des tests pour tout le monde, mais pas de confinement ni de vie privée

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 20/10/2016 - 17:53
Marine n'est plus ni à gauche ni a droite,
Elle est au centre des esprits et de la vie politique française.
arcole 34
- 20/10/2016 - 17:42
TRIANGULATION DE MLPS UN COUP A DROITE ET SOUVENT A GAUCHE
vieille tactique utilisée et connue qui consiste a aller sur le terrain de ses adversaires , bref du pragmatisme racoleur que pratique MLPS et ses affidés , Marion à droite sur les valeurs et Florian à gauche et à l'extrême gauche pour faire court , sans oublier la défense des minorités sexuelles, religieuses etc. c'est un piège vieux comme le monde mais apparemment ça marche vu le degré de dégoût des citoyens vis à vis de la classe politique et des institutions républicaines en l'état actuel de la situation .Mais le vieux fond politique hérité de frères Sidos lui n'a pas changé : raciste n antisémite , xénophobe, obscurantiste bref pire maux que ceux qui nous accablent actuellement .
Jardinier
- 20/10/2016 - 17:30
La situation actuelle est le résultat de décennies
De gestion alternée gauche droite, dont celle de Nicolas Sarkozy. C'est un échec flagrant. Il faut donc (comme les policiers et gendarmes, si l'on en croit un article du site) regarder ailleurs. Et il n'y a plus qu'un endroit ou regarder. Marine n'est pas De Gaulle, mais objectivement, et c'est assez surprenant pour un parti qui comptait à ses début autant d'antigaullistes notoires, c'est celle qui s'en rapproche le plus. Vous pouvez contester ce fait, mais écouter sans à priori ses récentes interventions, et vous changerez peut être d'avis.