En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 1 heure 2 min
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 1 heure 51 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 3 heures 21 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 4 heures 38 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 6 heures 59 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 9 heures 8 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 10 heures 4 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 1 heure 27 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 2 heures 37 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 3 heures 57 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 6 heures 22 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 8 heures 34 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 9 heures 39 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 10 heures 40 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 11 heures 20 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 13 heures 12 min
Des officiels disent que même s’ils sont heureux des résultats, ils ne célèbrent rien avant que les forces irakiennes et kurdes n’entrent dans le centre-ville. Cela montrerait la motivation des troupes de l'EI à se battre pour la capitale de son califat.
Des officiels disent que même s’ils sont heureux des résultats, ils ne célèbrent rien avant que les forces irakiennes et kurdes n’entrent dans le centre-ville. Cela montrerait la motivation des troupes de l'EI à se battre pour la capitale de son califat.
Pas vue à la télé

Guerre en coulisses : l'autre bataille de Mossoul

Publié le 20 octobre 2016
La bataille pour reprendre la deuxième ville d’Irak à l'Etat Islamique ne se fait pas seulement sur le terrain. Des officiels à Bagdad, au Kurdistan et à Washington travaillent sur la communication et le récit qui va décrire cette bataille.
Nancy A. Youssef est une journaliste égypto-américaine. Elle est correspondante pour The Daily Beast.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nancy A. Youssef
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nancy A. Youssef est une journaliste égypto-américaine. Elle est correspondante pour The Daily Beast.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La bataille pour reprendre la deuxième ville d’Irak à l'Etat Islamique ne se fait pas seulement sur le terrain. Des officiels à Bagdad, au Kurdistan et à Washington travaillent sur la communication et le récit qui va décrire cette bataille.

Nancy A. Youssef. The Daily Beast

Dès la fin de la première journée de la tant attendue offensive pour libérer la ville irakienne de Mossoul, il y avait déjà deux guerres, l'une sur le terrain et l'autre par des mots prononcés entre officiels qui cherchent à donner sens à la plus importante bataille livrée contre Daesh à ce jour.

Lundi dernier, certains officiels étaient enthousiastes à l’idée de déclarer que les pertes de Daesh seraient inévitables, malgré le fait que les djihadistes ont réussi à ralentir l’avancée des troupes alliées au sol grâce à des tirs de mortiers et à la fumée épaisse dégagée par la mise à feu des champs de pétrole. Des officiels irakiens affirment avoir repris possession de 17 villages. Les officiels américains insistent sur le fait que ce sont les Irakiens qui sont à l’initiative, même s'ils concèdent en privé que la bataille pour Mossoul mettra les troupes américaines en ligne de mire.

Et alors que les combats du jour commençaient à se calmer, les leaders kurdes ont affirmé que les forces arabes et kurdes allaient trouver un terrain d’entente durant cette bataille, malgré les tensions passées. "C’est la première fois que le sang des Peshmergas et des soldats irakiens sera mêlé dans une même bataille. Nous espérons que ça sera une bonne façon de créer un futur radieux pour les deux parties", a déclaré lundi dernier Massoud Barzani, le président de la région kurde.

Pendant ce temps-là, le porte-parole du Pentagone, Peter Cook, a déclaré que la première journée de la campagne était "en avance sur le programme", sans préciser dans quel sens. Un officiel du ministère de la Défense américain a déclaré au Daily Beast qu’il pensait que les forces irakiennes et kurdes allaient faire face à une résistance plus importante dans les prochains jours.

D’autres officiels disent que même s’ils étaient très heureux des résultats de lundi dernier, ils ne célébreraient rien avant que les forces irakiennes et kurdes n’entrent dans le centre-ville. Cela serait la mesure la plus précise pour jauger la motivation des troupes de l'Etat Islamique à se battre pour la capitale de son prétendu califat.

D’après une estimation américaine, les forces irakiennes et kurdes conjointes représentent entre 45 000 et 80 000 personnes qui se battent contre 5 000 soldats de Daesh. La coalition menée par les Etats-Unis conduit également des frappes aériennes pour le compte des forces irakiennes et des Peshmergas kurdes, y compris quatre frappes lundi dernier, d’après un communiqué de la coalition.

Plusieurs centaines de soldats américains au sol sont stationnés à l’arrière de la ligne de front, affirment des officiels de la Défense. Ils conseillent et fournissent des renseignements, du soutien aérien et d’autres formes d'assistance. Pour l’instant, ces forces sont restées derrière la ligne de front, a déclaré un officiel de la défense. Ils restent dans le camp de base des forces spéciales irakiennes, qui se déplacent vers le nord en direction de Mossoul alors que les forces kurdes vont vers l’ouest.

Les officiels américains ne savent pas quel risque prendront les forces américaines dans une bataille de Mossoul qui pourrait durer un mois. Est-ce qu'elles pourraient rentrer dans Mossoul, à côté de leurs homologues irakiens ? Lundi, devant des journalistes, Cook a d’abord déclaré que c’était possible, qu’il ne voulait exclure aucune possibilité. Plus tard, il a déclaré : ''Les Américains jouent de nouveau un rôle de conseiller, un facilitateur pour ces forces irakiennes… La plupart des forces américaines en Irak sont très loin du front. Le rôle des forces américaines aujourd’hui n’ira pas au-delà de ça", parlant de l’engagement américain de ces deux dernières années aux côtés des Irakiens dans la lutte contre Daesh.

Même avant le début de la bataille de Mossoul, il y avait un sentiment de victoire inévitable en faveur des forces irakiennes et des Peshmergas. Le souci concerne ce qui arrivera par la suite : lorsque le butin de cette ville riche en pétrole, à majorité sunnite et kurde, devra être partagé entre le gouvernement chiite, les milices chiites qui rejoignent la bataille, les forces irakiennes, les Peshmergas et des Etats comme la Turquie et l’Iran qui ont joué un rôle dans cette bataille contre Daesh.

C’est peut-être à cause de cela que certains essaient de façonner, par le biais de la rhétorique, la sortie de guerre bien avant que cela n'arrive, espérant que les mots d’aujourd’hui auront un effet sur les tensions de demain dans le Mossoul post-Daesh. Cook a déclaré que dans les deux prochains jours, la coalition larguera sept millions de brochures pour le million de civils piégés dans Mossoul, leur demandant de ne pas quitter la ville et de s’abriter afin de ne pas être pris pour des soldats de Daesh.

Les officiels américains affirment ne pas être au courant de morts du côté des forces arabes ou kurdes, ou même de morts de civils durant la première journée de combats. Mossoul, la deuxième plus grande ville d’Irak, est tombée aux mains de Daesh le 10 juin 2014, lorsque le groupe terroriste a facilement pris possession de la ville. Les forces irakiennes avaient fui la ville en se débarrassant de leurs uniformes. Reprendre Mossoul à Daesh signifierait la fin du mouvement terroriste en Irak, car il a perdu le contrôle de chaque ville qui était auparavant sous ses ordres, comme Falloujah, Ramadi, Baiji, Tikrit et Hit.

Le seul endroit dans lequel Daesh pourrait fuir, si Mossoul tombait, serait la ville voisine de Hawajah. Pour l’instant, les officiels américains indiquent qu’il n’y a aucun signe de mouvement de combattants en direction de cette ville depuis le début des opérations. "Durant les prochains jours, nous saurons à quel point ils ont envie de se battre" a conclu un officiel de la Défense.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires