En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 5 heures 21 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 12 heures 26 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 12 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 13 heures 21 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 13 heures 53 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 14 heures 56 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 16 heures 12 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 16 heures 34 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 16 heures 51 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 11 heures 23 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 12 heures 38 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 12 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 13 heures 19 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 13 heures 33 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 14 heures 16 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 16 heures 2 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 16 heures 25 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 16 heures 44 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 16 heures 57 min
© Reuters
Donald Trump connaissait les règles du jeu. Il doit les respecter jusqu’au bout.
© Reuters
Donald Trump connaissait les règles du jeu. Il doit les respecter jusqu’au bout.
Stratégie de la terre brûlée

Une élection "truquée" ? Quand Trump a raison sur le fond mais (complètement) tort sur la forme

Publié le 19 octobre 2016
La défaite du milliardaire américain, qui se profile, n’est pas la faute du système, mais la sienne et celle du parti républicain.
Gérald Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La défaite du milliardaire américain, qui se profile, n’est pas la faute du système, mais la sienne et celle du parti républicain.

A l’aube du 3e et dernier débat de la campagne présidentielle américaine, la cause est comme entendue. Les sondages donnent à Hillary Clinton une avance jugée « irrattrapable » (sept points en moyenne) sur Donald Trump qui semble avoir intégré cette donnée, ainsi qu’en témoignent ses accusations répétées contre un « système truqué ».  

C’est le genre de propos que les vaincus tiennent à l’issu du scrutin, en guise d’excuses pour masquer leur échec. Le scrutin en question est encore éloigné de trois semaines, mais Trump agit comme si son résultat était acquis. C’est une double erreur. Erreur stratégique et erreur tactique. Erreur tactique car cela conforte chez les électeurs l’idée que le combat est perdu et qu’il n’est donc pas nécessaire de se battre, c’est-à-dire d’aller voter. Or s’il y a bien une chose dont Trump a besoin aujourd‘hui c’est du soutien actif de chacun de ses supporters. Erreur stratégique aussi, car Trump était supposé connaître le système avant de s’y attaquer. Blâmer le système pour justifier son échec à en prendre le contrôle, c’est révéler son amateurisme.

La campagne n’est pas terminée. Mais quelle qu’en soit  l’issue, aussi bien Donald Trump que les Républicains auront péché par un incroyable amateurisme. Car sur le fond Donald Trump a raison. Bien sur que le système est « truqué » ! Mais sur la forme il a tort. Car si c’est le cas et s’il le savait pourquoi se soumettre aux diktats du « système » en se portant candidat à la Maison Blanche…

Depuis le premier débat face à Hillary Clinton, Donald Trump affronte un tsunami d’accusations concernant son attitude vis à vis des femmes. Il a manqué de respect à une Miss Univers ! Il a prononcé des grossièretés, voici plus de dix ans,  sur les zones érogènes féminines.  Il se serait livré à des attouchements non sollicités… bref l’homme est un vulgaire macho, voire un violeur en puissance, et en conséquence, indigne d’occuper la Maison Blanche. Car, comme chacun sait, seuls des hommes irréprochables ont occupé les lieux ! Peu importe que Thomas Jefferson eut fait d’une de ses esclaves sa maitresse ;  peu importe que Thomas Harding ait tant trompé son épouse que celle-ci soit soupçonnée d’avoir fini par l’empoisonner;  peu importe que Franklin Roosevelt ait eu une  maîtresse et Eleanor, son épouse, également;  peu importe que Dwight Eisenhower ait pris du bon temps en Europe, et peut-être après…  ; peu importe que John Kennedy ait eu une secrétaire personnelle qui ne savait pas taper à la machine; peu importe que Bill Clinton ait fumé le cigare… vous connaissez la suite ! Et il ne s’agit là que de personnes ayant occupé la Maison Blanche. Evoquer le Congrès demanderait une édition en plusieurs volumes…

La campagne médiatique qui s’est déchainé aux Etats-Unis contre Donald Trump est un monument d’hypocrisie. Mais cette hypocrisie est ancrée dans le système. « Faites ce que je dis, pas ce que je fais et prions ensemble pour que ce que je fais ne soit jamais connu. »  C’est la règle d’or de la politique américaine.

Souvenons-nous ! Quelle est la différence principale entre la politique en France et la politique aux Etats-Unis. En France les hommes politiques tombent pour l’argent  (Cahuzac& Co) aux Etats-Unis ils tombent pour les femmes… Trump va sans doute tomber, avant même d’être monté sur la marche espérée…

Ainsi les média se sont rués sur son cas dès lors que fut révélée cette faille dans son personnage. C’est de bonne guerre, il aurait dû le savoir et le parti républicain aussi.

Néanmoins il n’a pas tort de dénoncer le système comme truqué. D’ailleurs il n’est pas le seul. Bernie Sanders disait exactement la même chose durant les primaires démocrates et les faits lui ont donné raison. Mais il a quand même perdu ! Or, l’objectif d’une campagne électorale est de gagner (c’est ce que le sport et la politique ont en commun : seule la victoire compte. L’idée que « l’important c’est de participer » n’est qu’un lot de consolation à deux balles pour les naïfs…)

Si Donald Trump s’est présenté à la présidence des Etats-Unis c’est avec l’idée de l’emporter. Se mettre à geindre à trois semaines du scrutin parce qu’il se rend compte qu’il ne va pas y parvenir est indigne et inacceptable.

Bien sûr la majorité des média est contre lui. A part Fox News, Breitbart, et quelques quotidiens locaux (Washington Times, The Examiner, The New York Post) aucun média n’a jamais adopté son point de vue. Alors que le point de vue de l’adversaire est naturellement suivi parce que conforme aux diktats du politiquement correct. 

Bien sûr qu’un certain nombre d’électeurs sont maintenus dans une situation où ils ne peuvent exercer librement leur droit à la liberté de parole et de pensée ou même leur droit de vote. Les Démocrates ont dénoncé cet état de fait pendant des décennies ayant à l’esprit la condition de la minorité noire. Mais aujourd’hui cette situation ne concerne pas seulement les noirs, mais aussi la petite classe moyenne blanche, responsable de rien mais coupable de tout aux yeux des biens pensants, qui ne cessent de dénoncer son mode de vie alors même qu’elle perd pied…

Mais tout cela Donald Trump le savait ou aurait dû le savoir. Au printemps il a joué le peuple républicain conte l’establishment républicain, avec la complicité des média et du camp démocrate, où chacun savait qu’il serait le candidat le plus facile à battre. A présent qu’il n’arrive pas à rassembler derrière lui la majorité du peuple américain il ne peut dénoncer les médias pour leur supposée complicité. Il connaissait les règles du jeu. Il doit les respecter jusqu’au bout.

D’autant que dans sa défaite annoncée – sauf incident majeur tel un attentat ou une alerte santé pour Hillary Clinton - il tient sa part de responsabilité et le parti républicain aussi. Trump a été victime des divisions du parti suscitées par sa candidature alors même qu’en tant que nominé il lui revenait de ressouder le parti derrière sa candidature ! Coûte que coûte ! Ce qu’il n’a jamais cherché à faire.

Résultat les accusations concernant son comportement vis à vis des femmes se sont retournées contre lui. Non parce qu’elles sont vraiment dommageables. Mais parce qu’elles ont servi de  prétexte à de nombreux Républicains, qui n’attendaient que cela, pour lâcher Donald Trump. 

Si Trump est battu le 8 novembre, la non-participation des électeurs républicains y sera pour beaucoup – comme ce fut le cas pour Mitt Romney en 2012 - et cela n’a rien à voir avec le fait que le système soit truqué ou pas. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 19/10/2016 - 20:53
Sera-t-il vaincu par le terrorisme féministe?
comme adroitetoute, je pense que rien n'est joué et que les américains ne peuvent élire une femme aussi hypocrite (soutien de Bill et de son cigare), aussi vénale (tous ces dons sont autant d'avances "remboursables"), aussi soumise au bilderberg et aux dictatures wahabites. Il est bien dommage que les femmes se soumettent au terrorisme féministe qui se déclenche opportunément deux mois avant le verdict, alors que les féministes attardées se contrefichaient du personnage, avant qu'il soit candidat...
Semper Fi
- 19/10/2016 - 20:24
A-t-il vraiment envie d'être élu ???
D'accord ou pas avec l'analyse de M. Olivier, quand on veut battre un système on commence d'abord par jouer selon les règles en les utilisant à son avantage. Le problème de Trump est moins le fond de son programme auquel on peut adhérer ou pas, que ses "bourdes" de communication : on peut très bien parler vrai sans dire de "conneries inutiles". M. Trump vient des médias dont il connaît - je pense - tous les ressorts. J'ai donc du mal à croire que ses "bourdes inutiles" soient le fruit de son inexpérience et je demande finalement s'il ne se "savonne pas volontairement la planche" et s'il a vraiment envie d'être élu.
Texas
- 19/10/2016 - 16:45
Et comme...
.....un ancien cadre des campagnes électorales du Parti Démocrate vient de faire quelques révélations sur le fond du sujet......