En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 2 heures 45 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 5 heures 10 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 6 heures 23 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 8 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 9 heures 36 sec
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 9 heures 59 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 10 heures 43 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 11 heures 14 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 11 heures 38 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 12 heures 13 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 5 heures 35 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 7 heures 35 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 10 heures 38 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 11 heures 8 sec
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 11 heures 32 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 12 heures 14 min
Tu romps, tu payes

Divorce : faut-il supprimer la prestation compensatoire alors que les femmes françaises ont largement conquis le marché du travail ?

Publié le 28 octobre 2016
La prestation compensatoire, versée par l'un des époux lors d'un divorce, a connu plusieurs réformes ces dernières décennies, mais continue d'être controversée en raison du coût qu'elle représente pour les débiteurs et de sa finalité qui reste floue.
Cécile Bourreau-Dubois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Bourreau-Dubois est professeur de sciences économiques à l’université de Lorraine. Son centre de recherche est le Bureau d'économie théorique et appliquée (Beta). Elle travaille dans le domaine de l'économie des politiques sociales et de...
Voir la bio
Isabelle Sayn
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Isabelle Sayn est directrice de recherche au Cnrs. Elle travaille dans le domaine du droit de la famille et du contentieux de la protection sociale, et s’interroge sur les modalités d’application du droit. Après avoir longtemps assuré la direction...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La prestation compensatoire, versée par l'un des époux lors d'un divorce, a connu plusieurs réformes ces dernières décennies, mais continue d'être controversée en raison du coût qu'elle représente pour les débiteurs et de sa finalité qui reste floue.

Atlantico : Faut-il conserver la prestation compensatoire telle qu'elle fonctionne aujourd'hui ? Si non, quel visage devrait-elle adopter selon vous ?

Cécile Bourreau-Dubois : Je pense que la question du maintien de la prestation compensatoire concerne plus la question de son fondement que celle de sa forme.   De prime abord, on peut douter de l'intérêt de son maintien car c'est un dispositif juridique qui peut sembler sorti d'un autre âge, sachant qu'aujourd'hui les femmes ont largement investi le marché du travail et que les fondements du divorce ne sont plus uniquement ceux de la faute.  Pour autant, d'un point de vue économique, il existe des arguments pouvant justifier le maintien de ce type de transfert, du moins dans certains cas.  

Parmi ceux-ci, il y a celui où l'un des membres du couple a réduit son activité professionnelle, modifié son implication dans le marché du travail pour s'occuper des enfants, alors même que l'autre conjoint a poursuivi sa carrière normalement tout en bénéficiant de l'investissement domestique réalisé par l'autre.    

Une implication réduite sur le marché du travail peut être problématique. En effet, réduire son activité professionnelle pendant plusieurs années  est à l'origine d'un manque à gagner lorsqu'on reprend une activité normale :  les chances de progression professionnelle sont amoindries et les taux de rémunération sont plus faibles, comparativement à un individu qui aurait maintenu son activité sans discontinuité  Lorsque le couple reste uni, ce coût est "indolore" car il y a une mutualisation des ressources. Celui/ celle qui a ralenti sa carrière bénéficie des revenus de l'autre. 

En  revanche, en cas de rupture, le coût devient effectif pour le conjoint qui a effectué cet ajustement, tandis que pour l'autre ce coût reste indolore alors même qu'il a -pendant la vie du couple- bénéficié du temps consacré par l'autre à l’éducation et l’entretien des enfants. En cas de rupture, ce coût pourrait être partagé entre les deux membres du couple. La prestation compensatoire correspondrait alors à la participation financière de celui qui  ne s'est pas arrêté, pour dédommager l'autre. 

Isabelle Sayn : Telle qu'elle fonctionne actuellement, la prestation compensatoire répond à tous les usages. C'est-à-dire que les textes qui l'organisent sont rédigés de telle sorte que chaque professionnel peut y trouver ce qu'il a envie d'y trouver. Certains professionnels considèrent que c'est une bonne chose, mais pour ma part, je considère qu'il serait mieux que la prestation compensatoire sache dire les objectifs qu'elle poursuit, à quoi elle sert, et à quel type de situation précise elle devrait être décidée et versée.

La loi est rédigée de telle sorte et de façon tellement large que l'on pourrait se doter d'outils qui rentreraient dans le cadre de la loi et qui lui fixeraient des objectifs un peu mieux définis.  

Je dirais que cette loi est d'un autre âge, car elle est présentée comme une manière de maintenir les femmes dans une dépendance économique. Elle pourrait être conçue différemment, en étant considérée comme une forme de compensation de la dépendance, permettant de ce fait de partager les conséquences de l'organisation du mariage ou du couple.   

Des recherches économiques montrent qu'au moment du divorce, il y a une baisse générale du niveau de vie des époux, sauf que la baisse est très importante pour les femmes et très faible pour les hommes. La baisse du niveau de vie est exclusivement liée à la présence d'enfants, et au fait que l'un des parents, généralement la mère, se soit consacré à leur garde.   

La problématique concernant ce sujet est donc la suivante : considère-t-on que cette prestation compensatoire va aider les femmes à rester dans ce mode de vie, car elles pourront en jouir au moment du divorce ? Ou alors, si on présente les choses d'une façon différente, on peut se demander si cela ne va pas conduire le couple, notamment les maris, à assumer aussi cette responsabilité en versant une prestation à la fin du mariage.  

Quels sont les couples les plus concernés par la prestation compensatoire ? Les chiffes tendent-ils à évoluer ? Si oui, dans quelle mesure ?

Cécile Bourreau-Dubois : Une étude récente permet de dresser le profil des couples divorcés où une prestation compensatoire a été fixée. Il s'agit de couples ayant environ 50 ans, mariés depuis 20 ans environ, avec des enfants à charge, et, dans plus de la moitié des cas, qui se sont séparés par consentement mutuel.  Ces caractéristiques sociodémographiques sont  globalement les mêmes qu'il y a 10 ans. En revanche, on peut observer que la part des divorces  où une prestation compensatoire a été fixée a augmenté au cours de la même période (1 divorce sur 8 en 2004 contre 1 divorce sur 5 en 2013). Cela est sans doute à relier avec l'augmentation du risque de divorce parmi les couples ayant des durées de mariage longues, plus concernés par les critères d'attribution d'une prestation compensatoire.  

Isabelle Sayn : Cela concerne avant tout les couples mariés depuis longtemps, et donc relativement âgés (voir chiffres sur Infostat).

Cette prestation compensatoire doit-elle seulement concerner les couples mariés ? Comment envisager cette prestation dans le cas de couples non mariés et séparés ayant des enfants ? 

Cécile Bourreau-Dubois : En France, il n'y a actuellement pas de consensus pour étendre aux couples non mariés cette compensation. Cela  est réservé exclusivement aux couples mariés.  Pourtant, sur un plan économique, il n'y a pas de raisons de la limiter aux seuls couples mariés. Dans les couples en union libre, on observe les mêmes comportements de spécialisation domestique, qui génèrent les mêmes dommages économiques pour celui qui réalise ce type d'investissement .  

Certains pays, comme le Canada, accordent la prestation compensatoire aux couples non mariés, sous réserve d'un nombre minimum d'années en commun et qu'ils aient eu des enfants.   

Isabelle Sayn : Si l'on considère la prestation compensatoire comme une forme d'indemnisation pour le parent s'étant consacré à l'éducation des enfants, il n'y a plus de raison de considérer que cela ne concerne que les époux. Cette compensation peut tout aussi bien concerner les familles dites "naturelles" et les couples qui ne sont pas mariés et pour lesquels la question se pose de la même façon.

D'ailleurs, les travaux des économistes montrent que le "préjudice" de la répartition genrée des rôles dans la famille concerne aussi bien les femmes mariées que non mariées. Et si l'on considère que la prestation a lieu d'indemniser, il n'y a pas de raisons de ne pas l'offrir aux concubins.  

Propos recueillis par Thomas Gorriz

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pig
- 24/10/2016 - 11:18
D'accord avec Marie-E
Rien n'est prévu pour les jeunes veuves qui ont des enfants, leur situation est bien plus dramatique !
OLYTTEUS
- 23/10/2016 - 14:49
Cas particulier
Je comprend la remise en cause de cette prestation mais elle n'est pas toujours acceptée par les juges au motif justement de la bonne situation financière de la femme qui travaille.
Pour ma part, c'était une compensation de tout l'argent dépensé à gogo
par mon ex ,saisi par la folie des grandeurs .
Marie Esther
- 23/10/2016 - 10:18
tiens on se réveille en France...
non à une indemnité compensatoire quand la femme gagne sa vie. J'ai toujours fait en sorte de gagner ma vie, ce n'est pas pour attendre qu'un homme me "fasse vivre" comme certaines quand on voit effectivement le coût des divorces. Oui pour payer en ce qui concerne les enfants car ils ne doivent pas souffrir financièrement d'une situation à laquelle ils ne peuvent rien, oui pour les femmes qui ont élevé leurs enfants et qui n'ont pas de travail ni de formation.
Mais sinon faites quelque chose pour les veufs, ce sera mieux : ma mère a élevé seule 2 enfants, mon père malade ne travaillait plus à 30 ans et est décédé 10 ans après. Il a bien fallu qu'elle retravaille et là rien comme aide, alors les divorces, raz le bol quand je vois ce que certaines (et je met bien au féminin) récupèrent car c'est un business.