En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

« Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

07.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Problème en vue ?

Grève un effet désastreux sur le long terme

il y a 27 min 40 sec
décryptage > Science
Atlantico Santé

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

il y a 2 heures 48 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment le communisme a révolutionné les rapports sociaux par la violence

il y a 4 heures 31 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment le prolétariat s'est réfugié dans le vote contestataire et vers le Rassemblement national

il y a 4 heures 33 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le "génie" et le "mal" français selon Alexis de Tocqueville

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Santé
Crise de la santé

« Il est urgent de sortir l’hôpital de l’impasse comptable dans laquelle on l’a enfermé depuis les ordonnances Juppé de 1995 »

il y a 4 heures 54 min
décryptage > Environnement
Atlantico Green

Pourquoi la reforestation de la planète lui fait parfois plus de mal que de bien

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Politique
Vote par défaut

Succès passager ? Attention bulle politique en vue chez les Verts

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Politique
Tocqueville, un théoricien pour notre époque

« Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

il y a 6 heures 31 min
light > Science
Flashs cosmiques
La compréhension d'un des derniers phénomènes cosmologiques identifié se poursuit mais sera encore longue
il y a 21 heures 48 min
décryptage > Religion
Allah était-il au courant ?

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Donald Trump : le porte-parole des sans-voix

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment la gaullôlatrie a accéléré la disparition du gaullisme

il y a 4 heures 35 min
décryptage > International
Sanction Iraniennes

Le poids des sanctions économiques écrase le peuple iranien sans parvenir à le libérer

il y a 4 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le cœur dans le rétroviseur

il y a 5 heures 14 min
décryptage > International
Primaire démocrate

Pourquoi la stratégie de Michael Bloomberg pourrait vraiment payer (et lui coûter très cher)

il y a 5 heures 43 min
décryptage > Social
Données personnelles

70 ans de la mort d’Orwell : pourquoi l’auteur de 1984 aurait été horrifié de nous voir nous inscrire sur des sites de rencontre (sans parler du reste de notre vie en ligne…)

il y a 6 heures 10 min
pépites > Politique
La saga Huawei
Le Royaume-Uni est soumis à la pression accrue de son allié américain pour l'interdiction de la controversée Huawei
il y a 20 heures 25 min
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 1 jour 46 min
Lunettes noires pour crise blanche

Crise : seule la transparence pourra sauver les marchés financiers

Publié le 10 février 2012
La crise financière nous confronte à une contraction sans précédent du crédit privé. Mais comment pourrait-il en être autrement dans un système où plus personne ne fait confiance aux données des autres acteurs économiques... (épisode 2/2)
Hernando de Soto est un économiste péruvien.Il est président de l’Institut pour la Liberté et la Démocratie et conseille plus de vingt gouvernements dans le monde.Il a reçu de nombreuses récompenses, dont notamment le prestigieux prix Milton Friedman...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hernando de Soto
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hernando de Soto est un économiste péruvien.Il est président de l’Institut pour la Liberté et la Démocratie et conseille plus de vingt gouvernements dans le monde.Il a reçu de nombreuses récompenses, dont notamment le prestigieux prix Milton Friedman...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise financière nous confronte à une contraction sans précédent du crédit privé. Mais comment pourrait-il en être autrement dans un système où plus personne ne fait confiance aux données des autres acteurs économiques... (épisode 2/2)

Pour la première partie, cliquer sur le lien suivant :
SOS capitalisme en danger : alerte à l'opacité sur l'information économique !

Nous n’avons donc pas à faire à une crise financière habituelle. L’effondrement de l’économie n’est qu’un symptôme. L’appauvrissement en information en est la véritable cause, profonde. Sans les registres de propriétés et de transactions qui nous permettent de connaître les potentiels bénéfices et pertes, les marchés ne peuvent pas fonctionner.

C’est ce que nous tentons actuellement de faire dans les nouvelles économies en croissance – et c’est pourquoi nous réussissons à faire émerger nos marchés, de mon Pérou natal à la Tanzanie, en passant par l’Inde et la Chine : nous poussons ceux qui n’ont jamais enregistré officiellement leur propriété à accepter certaines normes. Nous nous efforçons de ramener notre économie parallèle sous le principe de la loi, pour recréer de la responsabilité individuelle.

En Inde, par exemple, le visionnaire que fut l’ancien directeur d’Infosys, Nandan Nilekani, travaille désormais avec le gouvernement à l’identification et à la localisation de chacun des 1,2 milliard d’habitants du pays : si les acteurs sont identifiés, identifiables, s’ils existent légalement, si on sait qui ils sont et où ils se trouvent, alors seulement le monde des affaires et les banques peuvent leur accorder leur confiance. De la même façon, la Tanzanie a récemment créé Mkurabita, un programme actualisant toutes les données concernant les actifs du pays, les faisant ainsi basculer de l’économie informelle à l’économie formelle.

Depuis 1990, mon organisation, l’Institut pour la Liberté et la Démocratie, a réorganisé le système de propriété péruvien. Aujourd’hui, on sait que l’immobilier non officiel qui a été enregistré selon la loi de 1997 a vu sa valeur augmenter d’approximativement 700% entre l’année de son enregistrement et 2010 ; comparez ces données avec le New York Stock Exchange, qui dans la même période a connu une hausse de seulement 79% !

Dans l’esprit de nos réformes au Pérou, qui visent à légaliser les entreprises de l’économie parallèle, le projet « Doing Business » de la Banque Mondiale approvisionne désormais les marchés émergeants en données pour les aider à mettre en place des réformes similaires. Ces dernières années, presque chaque marché émergent – même la Russie et la Chine – a mis en place des procédures d’enregistrement légal des actifs et des transactions.

Nous possédons désormais dans les économies émergentes plus d’informations sur notre économie formelle que jamais. C’est pour cela qu’il est peu probable que la crise initiale des subprimes qui a touché les Etats-Unis et l’Europe parvienne jusqu’à nous.

Aussi tragique qu’ait été, pour chacun d’entre eux, l’incapacité de propriétaires à revenus modestes à rembourser leur crédit, et dans certains cas la saisie de leurs biens, un encours de dette à haut risque de moins de mille milliards de dollars n’était pas suffisant pour déclencher une telle crise du crédit, persistante et historique. Et pourtant, la crise a eu lieu. Pourquoi ? Parce que le crédit ne reposait pas sur des espèces sonnantes et trébuchantes ni sur des repères solides (à qui j’emprunte ? qui est-ce ? quand et comment dois-je le rembourser ? etc.), mais sur une information appauvrie et des registres de propriété illisibles.

Quand ces registres et autres documents cessent d’être fiables, quand ils ne signalent plus la qualité d’un gage, qu’ils ne fonctionnent plus comme une garantie applicable, comme une assurance crédible, ou comme une raisonnable mesure du risque, alors, évidemment, le crédit disparaît. Exactement comme votre identité si vous vous présentiez au guichet de l’immigration en ayant perdu votre passeport.

C’est ce qui est arrivé avec la crise des subprimes. Les dérivés qui finançaient les crédit-hypothécaires de mauvaise qualité ont perdu rapidement de la valeur, menaçant de causer une panique bancaire parce qu’il n’y avait alors – et il n’y a toujours – que très peu d’informations sur la propriété les concernant.

Lorsque le gouvernement américain a cherché à racheter ces instruments financiers pour les ôter du marché par l’intermédiaire du « Troubled Asset Relief Program », il a été incapable de les évaluer rapidement, victime du manque d’informations. Il a été obligé alors d’improviser, et les fonds ont été utilisés pour augmenter le crédit public, baisser le taux d’intérêt et consolider les banques. Un traitement dans l’urgence, qui a un peu soulagé les symptômes, mais pas soigné le mal.

Après l’injection, en vain, de grande quantité de monnaie dans les économies des marchés émergeants et de transition, on comprend mieux pourquoi il ne peut y avoir de crédit sans information fiable. Parce que le crédit, et l’économie, sont loin d’être seulement une histoire de « cash ». 

 Fermez vos livres de comptabilité, marchez dans une rue animée, et regardez autour de vous : vous constaterez que les commerces, ou les bâtiments, les moins avenants sont ceux qui n’ont pas pu obtenir les moyens de se développer, parce qu’ils ne sont pas enregistrés dans les cadastres, parce qu’ils sont inconnus, et impossibles à connaître mieux.

Instinctivement, nous savons que ce que nous connaissons de l’économie est, plus ou moins, ce que l’on enregistre. Sans enregistrement, il n’y a pas de mémoire, pas de savoir – et donc aucune raison pour faire confiance aux marchés.

Restaurer l’ordre en Occident va au delà de la compétence des spécialistes financiers qui ne sont pas nécessairement en possession des informations requises et n’ont pas les incitations nécessaires pour mettre la main à la pâte et remettre à flot le système qui génère l’information des marchés.

 


 

Réparer ce système est une entreprise politique, dans laquelle les hommes doivent avoir le courage de se hisser au dessus des problèmes strictement financiers pour considérer la crise à l’aune des éléments fondamentaux de l’économie. Je n’appelle pas à plus ou moins de régulation, ni à l’injection de plus de monnaie dans l’économie, ni à plus ou moins de dépenses. Je propose simplement de ramener le monde de la finance dans la règle de droit pour mieux éclairer le coté sombre et désordonné de nos marchés financiers.

Cette mise en ordre de l’information, c’est ce que des réformateurs audacieux ont fait en leur temps pour régler les conflits de propriété lors de la Ruée vers l’or en Californie,  pour civiliser le Far West, pour reconstruire l’Europe ruinée d’après-guerre, pour transformer le système féodal japonais en économie de marché (entrapinant par la même occasion la Chine dans le même sens), ou pour ouvrir l’Europe de l’est au reste du monde après la chute du mur de Berlin. Les marchés ne peuvent fonctionner sans l’information produite par le régime de la propriété privée. C’est ainsi que le capitalisme a émergé, et c’est comme ça qu’il peut fonctionner de façon vertueuse.

Une fois qu’il apparaîtra clairement que la récession actuelle est liée à l’organisation de l’information, ou, plus précisément à son manque d’organisation, les gouvernements occidentaux pourront enfin y remettre bon ordre. Cela leur permettra de soigner le mal sans s’enfermer dans un débat droite-gauche sur le type de règlementations des marchés à mettre ou non en place. La seule solution à long terme, c’est de rétablir la vérité sur ce qui existe, et sur qui possède quoi.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

« Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

07.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
brennec
- 11/02/2012 - 10:03
Une société de l'information.... occultée.
chaque fois qu'on ne comprend pas quelque chose (le code des impots par exemple inaccessible au pekin moyen) c'est qu'on est en train de vous rouler dans la farine et de laisser trainer une main dans votre poche. L'information n'est pas seulement essentielle au marché elle est une condition sine qua non de la démocratie, avec la formation qui permet de l'interpréter. L'ignorance des français en économie a permis de les "tondre" sans vergogne et de les entrainer dans des erreurs très couteuses.
@zoedubato malheureusement, en tout cas en france, il n'y a pas que la gauche pour se défausser de ses responsabilités sur des boucs émissaires, l'UMP et sarkozy jouent le même air de pipeau. On peut ajouter en fait TOUS les partis et candidats a la présidentielle, dans une unanimité plus que suspecte!
Tecumseh75
- 10/02/2012 - 16:07
Information et avidité
Comme plusieurs économistes le montrent (Stiglitz, Krugman), l'information est centrale dans la répartition des chances. Les Hayek, Friedman, etc. pensaient que la liberté des marchés amènerait par effet statistique à une bonne répartition. Mais ils oubliaient cette loi naturelle: en général plus un individu s'enrichit et plus il cache les informations dont il dispose afin de continuer à s'enrichir. Donc dès qu'il y a un groupe d'individus plus riches, le système devient biaisé. Et on pourra essayer de mettre tous les dispositifs possibles pour faire circuler cette information, c'est finalement "contre nature". Le profit généré par les marchés est anti-social.
L'exemple des subprimes est significatif. Les noirs et les petites gens furent les grandes victimes des brokers avides qui leurs fourguaient des prêts hypothécaires; ces brokers avaient eux-mêmes leurs arrières couverts! Et ces noirs et petites gens sont les plus touchés maintenant par les saisies de leur logement.
L'extrême est la Chine où un parti communiste organise l'esclavage de son peuple pour les "marchés".
Les marchés doivent être contrôlés car la liberté des marchés est par nature égoïste.
Tecumseh75
- 10/02/2012 - 14:43
Prix Milton Friedman
"Le prestigieux prix Milton Friedman pour le progrès des libertés" . La liberté par le marché ! Friedman et ses amis de "l'école de Chicago" conseillaient les grands penseurs de l'humanité comme Pinochet, Reagan, Thatcher, les dirigeants chinois. Ils sont à la situation économique mondiale actuelle ce que Staline, Beria et Cie ont été à l'URSS et l'Europe de l'Est.