En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

06.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 1 heure 21 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 3 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 4 heures 36 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 6 heures 33 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 6 heures 58 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 7 heures 30 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 8 heures 1 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 8 heures 38 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 9 heures 7 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 9 heures 15 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 2 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 4 heures 14 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 5 heures 37 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 7 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 7 heures 50 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 8 heures 21 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 8 heures 58 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 9 heures 13 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 10 heures 14 min
THE DAILY BEAST

Wikileaks : quand ​Hillary Clinton encourageait de riches banquiers à "acheter" de l’influence sur les élections

Publié le 21 octobre 2016
Le site Wikileaks a publié les transcriptions de discours prononcés par Hillary Clinton chez Goldman Sachs, dans lesquels elle dit aux banquiers que leur argent achète de l'influence, et qu'ils devraient l'utiliser.
Betsy Woodruff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Betsy Woodruff est journaliste pour The Daily Beast.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le site Wikileaks a publié les transcriptions de discours prononcés par Hillary Clinton chez Goldman Sachs, dans lesquels elle dit aux banquiers que leur argent achète de l'influence, et qu'ils devraient l'utiliser.

The Daily Beast - Betsy Woodruff

Pendant sa campagne, Hillary Clinton a souvent dénoncé l'influence que les donateurs ont sur la vie politique. Mais derrière des portes closes, dans des interventions lors d'événements organisés par Goldman Sachs, elle a exhorté les membres de la caste des donateurs à jouer de leur influence - en particulier sur les républicains récalcitrants. 

Wikileaks a publié, le 15 octobre, des courriels contenant ce qui est présenté comme des transcriptions complètes de trois discours payés par Goldman Sachs que Clinton a prononcé lors d'événements organisés par cette banque. L’équipe de campagne de Clinton n'a fait aucun commentaire sur la véracité de ces transcriptions. Publiquement, l’équipe a affirmé que le gouvernement russe est responsable de la diffusion de ces e-mails qui ont été piratés à partir du compte Gmail du président de la campagne John Podesta. 

"Il n'y a pas à tergiverser : Donald Trump salue une tentative russe d'influencer notre élection par un crime qui rappelle Watergate mais à une échelle plus massive", estime le porte-parole de la campagne Clinton Glen Caplin, dans un communiqué envoyé par courriel au Daily Beast. "Nous assistons à une nouvelle tentative de voler des documents de campagne privés en vue d'influencer une élection. Seulement, cette fois, au lieu de dossiers, ce sont des emails personnels volés et il y a un gouvernement étranger derrière cette opération. Curieusement, Donald Trump continue à défendre Poutine et à nier sa responsabilité. Il est temps qu'il condamne cette intrusion du Kremlin et dise aux électeurs ce que son équipe de campagne sait à ce propos et depuis quand".

Samedi 15 octobre, Wikileaks a publié des transcriptions de trois discours, tous prononcés en 2013. Le premier date du 4 juin, et les deux suivants du 24 et du 29 octobre. Vous pouvez télécharger et lire les discours ici. Dans les trois discours, Clinton fait valoir que les donateurs politiques devraient user de leur influence pour pousser les politiciens à être plus conciliants. 

"New York est une sorte de distributeur automatique de billets pour les démocrates et les républicains" dit-elle dans le discours du 6 juin. "Les gens viennent vous voir et ils demandent de l'argent, et on leur donne souvent. Et à un certain moment le public américain - et particulièrement les donateurs politiques - ont leur mot à dire :  il n'y a pas que moi. Il n'y a pas que mes dossiers personnels. Voici ce que je veux que vous fassiez pour le pays et que vous participiez au débat dans le pays".

Clinton a nouveau exprimé ce point de vue dans son discours du 24 octobre, prononcé lors d'un symposium sur l'investissement organisé par Goldman Sachs. C’était à peine une semaine après la crise qui avait bloqué le financement et donc le fonctionnement du gouvernement fédéral du 1er au 16 octobre, les investisseurs (et beaucoup d'autres personnes, aussi !) étaient en colère contre la façon dont la situation avait évolué. Donc, lorsque le modérateur, Tim O'Neill, co-responsable de la gestion des investissements, a demandé à Clinton comment lutter contre les blocages de Washington, elle lui a donné une réponse en trois points. Le deuxième point :

"Être candidat à la présidence dans notre pays nécessite beaucoup d'argent, et les candidats doivent aller en chercher", dit-elle. "New York est probablement le premier site de contributions et de collecte de fonds pour les candidats des deux partis, et il est aussi notre centre économique. Il y a beaucoup de gens ici qui devraient poser des questions difficiles avant de verser leurs contributions à la campagne à des gens qui jouent avec le feu et notre économie".

Les gens qui "jouent avec le feu", bien sûr, étaient les républicains conservateurs - y compris le sénateur Ted Cruz qui a poussé pour un blocage du gouvernement dans l'espoir qu'il arriverait à obliger le président Obama à signer la législation modifiant sa loi sur la Santé -. Cela n'a évidemment pas été le cas, comme la plupart des gens l’avaient prédit avec justesse lorsque la crise a commencé. 

Dans le troisième discours, parlant de la manière de mieux faire fonctionner le gouvernement américain, Hillary Clinton fait de nouveau valoir le fait que les donateurs doivent prendre la responsabilité d'influencer les politiciens qui prennent leur argent.

"Et puis on en arrive au choix de celui pour lequel nous allons voter en indiquant quelles sont nos attentes et à qui nous donnons de l'argent", dit-elle. "Quant à ceux qui participent au financement des élections, je pense qu'il est important que les chefs d'entreprise parlent clairement et disent pourquoi on voudrait qu’ils donnent de l'argent à quelqu'un qui était prêt à détruire la crédibilité des Etats-Unis".

"Je pense que les citoyens doivent agir", a-t-elle ajouté, "et pas seulement sur la façon dont nous réorganisons le  fonctionnement du pouvoir et des institutions à Washington".

Plus tard, dans ce discours, elle est revenue sur le même sujet. 

"J'aime quand les gens disent : 'vous savez, je peux être conservateur, mais je ne suis pas fou'", a-t-elle dit. "Je suis très rassurée".

"Prouvez-le", a répondu Lloyd Blankfein, le PDG de Goldman qui animait le débat lors de l'événement.

"Ouais'', Clinton a répondu. "Vous voulez qu'ils le prouvent en disant : 'Vous savez, nous allons agir différemment dans notre vote et nos dons. Et cela pourrait faire une très grosse différence'".

Dans ce même discours, Clinton a suggéré que plus de gens riches devraient se présenter aux élections parce qu'ils sont moins sensibles à l'influence des donateurs. Elle a expliqué sa position quand elle a répondu à une question du public identifié dans la transcription seulement comme "un participant de sexe masculin".

"Ma question est que, en tant qu'entrepreneurs, nous risquons beaucoup" dit-il. "Et Mike Bloomberg avait 30 milliards d'autres raisons que de prendre ses fonctions de maire de New York. Avons-nous besoin de tout changer à Washington, ce qui a plus à voir avec les gens qui n’ont pas besoin de ce travail qu’avec ceux qui l’ont, ce travail ?".

Clinton a aimé la question. 

"Voilà une question très intéressante", a-t-elle dit. "Vous savez, je voudrais voir plus de businessmen qui ont réussi à se présenter aux élections. Je voudrais vraiment voir cela parce que je pense, vous savez, que vous n’avez pas besoin d’avoir 30 milliards, mais vous devez avoir au moins un certain niveau de liberté. Et il y a cette phrase mémorable d'un ancien membre du Sénat : 'Vous pouvez peut-être être loué mais jamais acheté'. Et je pense qu'il est important d'avoir des gens qui ont ce type d’expériences".

L'ancien sénateur auquel elle faisait allusion est John Breaux, un démocrate de Louisiane qui a travaillé pour le bien des entreprises de son Etat et (après avoir quitté le Sénat) défendu les intérêts de ses clients en tant que lobbyiste. 

Cet argument - que les gens riches devraient se présenter aux élections parce qu'ils sont à l'abri de l'influence des donateurs - est celui que Donald Trump emploie régulièrement pendant sa campagne. L’équipe de campagne d’Hillary Clinton n'a pas répondu à une demande de clarification pour savoir si c’est encore le point de vue de la candidate et si son équipe fait une lecture différente de ses commentaires. 

Dans le discours du 29 octobre, Clinton a également rappelé que les règles d'éthique visant à éviter aux politiciens d'avoir des conflits d'intérêts étaient trop strictes. 

"Une partie du problème avec la vie politique, c’est qu'il y a un parti pris contre les personnes qui ont réussi leur vie, qui ont une vie complexe", dit-elle. "Vous savez, la cession d'actifs, la liquidation de toutes sortes de positions, la vente des stocks. Cela devient juste pesant et inutile".

L’équipe de campagne Clinton n'a pas répondu à une demande de commentaire pour savoir si elle chercherait à assouplir les exigences en matière d'éthique si elle est élue présidente. 

Rien de tout cela n’est forcément litigieux. Mais cela ne correspond pas exactement au message qu’Hillary Clinton diffuse pendant sa campagne électorale. Sur la page de son site de campagne sur la réforme du financement des campagnes, elle dénonce l'influence que les donateurs ont sur les politiciens élus. 

"Il ne fait aucun doute que nous devons arriver à ce que Washington fonctionne beaucoup mieux qu’aujourd'hui. Et cela signifie, en particulier, exclure l'argent d’origine incontrôlée de notre politique", dit une citation d’un propos d’Hillary Clinton. "Voilà pourquoi je suis tellement passionnée par cette question, et je vais me battre jusqu’au bout pour mettre fin à la mainmise que les intérêts particuliers et ceux des plus riches ont sur notre gouvernement".

Ce point de sa campagne qui voit l'argent comme un problème en politique est, bien sûr, contraire à la déclaration qu’elle a faite en parlant chez Goldman Sachs, selon laquelle les candidats riches et les riches donateurs étaient une partie de la solution. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 18/10/2016 - 13:06
L'influence Goldmann-Sachs...
toujours au détriment du peuple, ces avantages accordés à la minorité bilderberg...ils creusent leur tombe périodiquement, avec une certaine délectation morbide!