En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 2 heures 7 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 3 heures 34 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 8 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 12 heures 45 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 13 heures 40 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 13 heures 58 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 2 heures 51 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 7 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 9 heures 53 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 12 heures 18 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 12 heures 40 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 12 heures 56 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 13 heures 27 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 13 heures 45 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 13 heures 58 min
Enjeu social de la crise

La classe moyenne, cette grande perdante de la financiarisation du monde

Publié le 11 février 2012
Depuis la crise de 2007-2008, la classe moyenne apparaît comme la grande perdante sans qu'aucun débat de société n'ait eu lieu. S'appauvrissant peu à peu, elle est seule à payer les errements de la financiarisation du monde. Extraits de "Tondus comme des moutons" d'Alain Germain et Edmond-Henri Supernak (1/2).
Alain Germain et Edmond-Henri Supernak
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de l'EDHEC et de la University of Western Ontario,  Alain Germain a été gestionnaire d'entreprises (président de  Burger King Canada), enseignant universitaire (université Laval), conseil en stratégie d'entreprise et conférencier.Issu de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis la crise de 2007-2008, la classe moyenne apparaît comme la grande perdante sans qu'aucun débat de société n'ait eu lieu. S'appauvrissant peu à peu, elle est seule à payer les errements de la financiarisation du monde. Extraits de "Tondus comme des moutons" d'Alain Germain et Edmond-Henri Supernak (1/2).

Dès qu’une firme de notation financière cible un pays, le même processus se met invariablement en marche : programme d’austérité, coupes budgétaires, augmentations d’impôts, etc.

Si l’on examine les pays directement visés par ces firmes de notation financière tels que la Grèce, l’Irlande et le Portugal, et si l’on y ajoute même un pays hors zone Euro tel que l’Islande par exemple, que constate-t-on ?

Le politique change ; le financier reste

Portugal. 23 mars 2011. Démission du gouvernement du socialiste José Socrates. Élections en juin 2011. Irlande. 25 février 2011. Défaite cuisante du Premier ministre Brian Cowen, remplacé par le chef du principal parti d’opposition, le Fine Gael, élu sur la base de nouvelles renégociations des conditions du plan de sauvetage. Dans les deux cas, les bases de négociations en cours demeurent les mêmes que celles qui ont fait tomber les gouvernements précédents. Preuve si nécessaire que le politique change alors que le financier reste. Il est probable que certains amendements seront ajoutés pour que chacun sauve la face, mais l’essentiel des conditions imposées demeurera en place.

Faire payer le public pour rembourser les banques

Islande. 9 avril 2011. Pour la seconde fois, par voie de référendum, les Islandais ont dit « non » au remboursement de 3,8 milliards d’euros aux gouvernements britannique et néerlandais, qui avaient décidé de rembourser les dépôts de leurs citoyens dans la banque islandaise Landsbanki, mise en faillite en 2008.

Menaces de toutes sortes, incluant menaces de poursuites devant l’Association européenne de libre-échange. Pour la première fois, cependant, un peuple a pu se prononcer démocratiquement sur la question existentielle suivante : qui doit payer pour les erreurs des banques ? La réponse étant censée être évidente : le peuple. Après tout, « Dieu a créé les moutons… pour qu’ils soient tondus ! » (…)

Un débat de société qui n’a jamais eu lieu

À aucun moment depuis la crise de 2007-2008, la question de qui doit payer la note des excès spéculatifs du système financier ne s’est posée et ne se posera.

En fait, depuis l’abolition aux États-Unis du Glass Steagall Act et la capitulation du politique devant le financier, la réponse est toujours la même : les fonds publics, c’est-à-dire en fait la classe moyenne.

La classe moyenne n’a pas encore assimilé complètement les conséquences sociales à moyen terme de la crise de 2007-2008. En réalité, elle ne fait qu’entrevoir actuellement qu’elle s’est fait avoir à l’issue de ce non-débat.

Dans une entrevue parue dans Le Monde du 21 avril 2011, intitulée « Les milieux populaires pensent s’être fait avoir », le sociologue Alain Mergier indique ceci : « Ils [les milieux populaires] pensent que, pour s’enrichir, les représentants de l’oligarchie financière, qui sont les acteurs de la mondialisation, doivent délibérément les précariser et les appauvrir. Cette relation de cause à effet entre mondialisation et fragilisation est au cœur du discours de Marine Le Pen. Voilà pourquoi sa voix porte tant. »

La classe moyenne est en train de prendre conscience que l’utilisation des fonds publics pour renflouer les pertes du privé se traduit inévitablement par un accroissement de l’endettement, lequel se traduit à son tour par des mesures de restriction à caractère social de plus en plus sévères. Ces restrictions se traduisent à leur tour par des gels ou baisses de salaires, des bénéfices sociaux, des retraites, etc.

La classe moyenne prend peu à peu conscience que le non-débat se traduit par un monde à deux vitesses. Privatisation des profits et nationalisation des pertes. Bonus somptueux pour les uns et restrictions, sinon coupes, pour les autres. Cette fracture sociale sera au cœur même des débats politiques des prochaines années.

Qui doit payer ? Pour l’instant, le véritable débat de société n’a pas eu lieu. L’idée elle-même ne s’est pas encore véritablement posée de façon structurée. Cette idée cependant fleurira au cours des tensions sociales futures qui ne manqueront pas de s’intensifier. Dans les années à venir, cette idée fera nécessairement son chemin, jusqu’à ce qu’elle trouve le moment propice pour éclore, telle une idée à la recherche de son temps.

Une longue mutation est amorcée. Elle marquera non pas les deux ou trois prochaines années, mais les dix à vingt années qui viennent. Peut-on prévoir le futur et en particulier les dix prochaines années ? La réponse bien entendu est « non ». Peut-on cerner dès aujourd’hui certaines caractéristiques de cette longue mutation ? La réponse est « oui ». Il suffit d’anticiper l’évolution probable des fissures structurelles apparues en 2011.

________________________________

Extraits de Tondus comme des moutons : La paupérisation des classes moyennes, Buchet-Chastel (2 février 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Rosine
- 11/02/2012 - 23:29
des idées canadiennes à la noix
car.... celle-ci, anglaise: les anglais ont parfaitement conscience que Bruxelles les tond, et voilà pourquoi Cameron, malgré ses problèmes, a le vent en poupe: la middle class anglaise ne veut plus payer pour les middle classes européennes, et ils ont bien raison. Et j'espère que les Grecs, à l'écoute du Supersnack Consultant de ma gaine, feront comme les Islandais qui nous toisaient de haut quand ils s'endettaient comme des singes alcoliques en roulant dans l'or que leur prêtaient...les anglais...et refuseront de payer.
cqoiqéqon
- 11/02/2012 - 22:00
sinon pour les moins
sinon pour les moins attentistes y a ça:
http://www.crid.asso.fr/spip.php?breve136
et aussi ça:
http://liberons-energie.fr/
et aussi ça:
http://www.touscandidats2012.fr/
et d'autres encore.
Pour ceux qui voudraient sortir un peu des ornières ceci me semble très juste:
http://www.leap2020.eu/Francais_r26.html
merci de faire circuler les bonnes choses.cheers
cqoiqéqon
- 11/02/2012 - 20:46
La 5ème république a inventé
La 5ème république a inventé le système le plus idiot qui soit c'est à dire une opposition gauche droite systématique qui a aboutit à un système communocapitoiste.Il est clair dans ce contexte bouché que le chef de l’État dépasse trop largement les prérogatives qui lui sont confiées normalement confiés par la constitution.
Pour l'heure et au vu de la guerre de la monnaie en cours il est dangereux pour la France de s'orienter vers un extrème anti européen quel qu'il soit.
Ensuite je ne désespère pas que les PIGS se ressaisissent et trouvent un juste équilibre entre être l’esclave ou le maître.
fin 2012 devrait voir beaucoup de dollars virtuel partir en fumée, les entreprises se tourneront vers leur travailleurs et en feront des actionnaires privilégiés. La classe moyenne y trouvera son compte, la liberté aussi.
Pour répondre à votre question j'aimerai une révolution blanche.
Les français attendent trop de leurs politiques qui, de fait, peuvent leur vendre facile tous leur foin.
PS perso je suis plutôt le bas de l'échelle de la classe moyenne, déja abattu en fait, ça aide notez, j'a