En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

03.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

06.

Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature

07.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

04.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

05.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

04.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

05.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 13 min 18 sec
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 1 heure 9 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 2 heures 59 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 5 heures 18 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 6 heures 37 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 16 heures 59 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 18 heures 31 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 20 heures 6 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 32 min 27 sec
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 1 heure 51 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 4 heures 9 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 6 heures 21 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 6 heures 55 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 17 heures 51 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 19 heures 9 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 21 heures 23 min
© Reuters
© Reuters
Hypocrisie

Et si François Hollande avait eu tort de dire tout haut ce qu'il pensait des juges... mais raison sur le fond ?

Publié le 21 octobre 2016
En pointant du doigt la "lâcheté" de l'institution judiciaire dans des confessions accordées à deux journalistes du Monde, François Hollande apporte un début d'éclairage sur un corps professionnel relativement méconnu des Français. Mais pas seulement.
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En pointant du doigt la "lâcheté" de l'institution judiciaire dans des confessions accordées à deux journalistes du Monde, François Hollande apporte un début d'éclairage sur un corps professionnel relativement méconnu des Français. Mais pas seulement.

François Hollande n’a pas cherché à nier. En se contentant de dire qu’il "regrette profondément ce qui a été ressenti comme une blessure par les magistrats", il admet implicitement que ses déclarations sur la "lâcheté" des magistrats sont exactes. Certes, il a aussi indiqué que de tels propos "sont sans rapport avec la réalité de [sa] pensée", mais cette précision est ambiguë. En tout état de cause, il ne dit pas que les propos incriminés n’ont jamais été prononcés. L’absence de démenti vaut ici aveu et indique que le président entend assumer.

Le débat n’est pas encore clos, mais on peut d’ores et déjà faire trois observations.

La première concerne l’authenticité des citations révélées par les deux journalistes du Monde. Puisqu’il est maintenant établi officiellement que les propos du président sur la justice sont exacts, on en déduit que tout le reste l’est aussi. On pouvait s’en douter, mais encore fallait-il avoir une confirmation de la part du principal intéressé. C’est ce qui vient d’être fait, et cela écarte définitivement l’hypothèse d’une stratégie de communication. Manifestement, le président s’est bel et bien confié très librement à des journalistes, même si les raisons de cette confession demeurent obscures.

La deuxième observation porte sur le caractère récurrent des critiques contre la justice. Il est en effet frappant de constater que l’accusation de François Hollande rappelle furieusement les attaques que lançait naguère Nicolas Sarkozy. François Hollande admet d’ailleurs lui-même que son prédécesseur n’avait pas tort. Cette convergence interpelle. Le fait que deux présidents successifs, issus de camps différents, dénigrent ouvertement la corporation des magistrats, confirme que le problème est réel. C’est d’ailleurs ce qui explique pourquoi les magistrats ont réagi rapidement et vigoureusement : jusqu’à présent, ils pouvaient se contenter de balayer les critiques d’un revers de main en disant qu’ils sont mis en cause pour des raisons bassement idéologiques, ou par des gens qui sont eux-mêmes en délicatesse avec la justice. Désormais, cette ligne de défense devient plus difficile. Naturellement, dire que les juges sont des "lâches" ou des "planqués" faussement vertueux est excessif, mais il n’en reste pas moins qu’il faut prendre au sérieux l’idée d’une dérive ou d’une crise de la justice, crise qui ne résulte pas seulement d’un manque de moyens (certes bien réel), mais aussi de causes plus profondes, d’ordre culturel, peut-être même d’ordre idéologique. Au fond, qui sont les magistrats et que pensent-ils ? Quelles sont leurs valeurs, quelle idée se font-ils de leur rôle ? Notre connaissance de ce milieu est très limitée, ce qui pose problème car la justice a pris une place considérable dans nos systèmes démocratiques, sans que soit abordé frontalement le décalage entre la demande de justice et les réponses des tribunaux. Ce que laisse par exemple entendre François Hollande, c’est qu’il est aujourd’hui plus facile de poursuivre des élus ou des policiers que de résister aux facilités du politiquement correct.

On peut enfin repérer un troisième enseignement : l’impossibilité pour les responsables politiques de se faire l’écho des aspirations populaires et, par conséquent, de mener une action politique conforme à ces aspirations. Dans sa lettre envoyée aux magistrats, François Hollande se justifie en disant que son propos sur les magistrats ne correspond pas à sa "ligne de conduite et d’action" dans le domaine judiciaire. En faisant cette précision, et tout en refusant de démentir ses propos, François Hollande confesse implicitement que son action en tant que chef de l’Etat ne correspond pas au fond de sa pensée. Or, ce constat ne vaut pas que pour la justice : on le retrouve dans l’ensemble du livre puisque François Hollande semble maintes fois approuver ou partager les jugements populaires les plus décriés, ceux qui sont habituellement frappés d’illégitimité dans l’espace public. Par exemple, il dénonce les excès de l’immigration, il évoque le "problème de l’islam", il condamne le voile en tant que signe "d’asservissement", il évoque le risque d’une "partition" du territoire, il semble même souscrire à l’idée d’un peuple français blanc, etc. Bref, il témoigne d’une certaine affinité ou empathie avec tout ce que l’idéologie dominante réprouve et méprise. Ce terrible constat vient donc valider le sentiment que le pouvoir actuel n’est qu’une vaste hypocrisie, une vaste comédie, où personne n’est en mesure de se faire l’interprète des inquiétudes et des demandes du peuple, même pour celui qui est conscient des problèmes. Rien ne dit évidemment que de telles confessions seront suffisantes pour relancer François Hollande dans la compétition électorale, si tant est que tel était le but. On peut néanmoins lui accorder d’avoir marqué un point en montrant qu’il n’est pas totalement dupe de certaines réalités actuelles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 02/11/2016 - 15:36
Labeliser les politiciens?
Pour éviter, comme cela se présente aux U.S., de focaliser les débats sur des postures, des attitudes ou des comportements au détriment des vraie questions de fond, il faudrait une sorte de "sur-parti" qui garantit le contrôle de la qualité psychiatrique des candidats comme le ferait un label. 
Ce "label" garantirait au citoyen qu’un candidat -quelle que soit sa couleur politique- validé par ce label serait psychologiquement sain. 
Le premier critère serait l'aptitude à l'empathie. 
Un politicien sans empathie n'est intéressé que par lui-même et le pouvoir au prix de n'importe quelle manipulation. 
Si l’on peut éviter ce genre de personne toxique…
Geolion
- 17/10/2016 - 13:03
Le joural l'Express ment !
L'express a titré que Hollande avait envoyé une lettre d'excuses aux magistrats. C'est totalement faux car tout le monde sait qu'il n'a envoyé qu'une lettre de regret !
Cette posture de l'Exoress est minable, mais quand on connaît le canard on n'est pas étonné !!
kiles
- 16/10/2016 - 19:48
Sarko, lui il en a.
Car au moins il n'a pas fait marche arrière après les p'tits pois....