En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

07.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 5 heures 15 sec
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 6 heures 26 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 6 heures 58 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 9 heures 35 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 10 heures 23 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 11 heures 55 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 13 heures 13 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 5 heures 13 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 6 heures 42 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 7 heures 35 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 9 heures 53 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 10 heures 49 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 12 heures 12 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 12 heures 59 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 13 heures 13 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 13 heures 14 min
© Reuters
Les propos de François Hollande sur la "lâcheté" de la justice ont suscité une grande levée de boucliers de la part de magistrats.
© Reuters
Les propos de François Hollande sur la "lâcheté" de la justice ont suscité une grande levée de boucliers de la part de magistrats.
Indignation sélective

La magistrature, offensée par François Hollande : l’incroyable bal des pleureuses et des tartuffes incapables de dénoncer les véritables atteintes à la démocratie

Publié le 15 octobre 2016
Alors que les magistrats se sont largement indignés des propos informels tenus par François Hollande sur l'institution judiciaire, il peut paraître étonnant de constater un tel écho médiatique à cette "affaire". D'autres violations de l'Etat de droit et non-respects des institutions sont, eux, bien plus graves.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les magistrats se sont largement indignés des propos informels tenus par François Hollande sur l'institution judiciaire, il peut paraître étonnant de constater un tel écho médiatique à cette "affaire". D'autres violations de l'Etat de droit et non-respects des institutions sont, eux, bien plus graves.

Atlantico : Les propos de François Hollande sur l'institution judiciaire ont suscité une grande levée de boucliers de la part de magistrats indignés de se voir traiter de la sorte par le président de la République. N'est-il pas curieux de voir des propos totalement informels et non-officiels prendre une telle ampleur, alors que d'autres situations de mépris des institutions sont, elles, tout aussi graves sans pour autant déclencher d'emballement médiatique ?

Eric Verhaeghe : Il est en effet assez impressionnant de voir l'emportement extrême des magistrats sur une phrase qui est aussi bénigne, et surtout, il est encore plus impressionnant de voir le Président de la République prendre sa plume pour présenter ses excuses officielles pour avoir tenu des propos informels. Cette affaire prend une tournure tout à fait hallucinante. D'abord, il est incompréhensible de lire chaque mois un nouveau livre de confidences de François Hollande sur son propre quinquennat. A croire que François Hollande a passé plus de temps à commenter son action qu'à agir. Ensuite, il est assez curieux que François Hollande, au lieu de produire une analyse politique en bonne et due forme, au lieu d'agir en cohérence avec ses propos, donne le sentiment de penser le contraire de qu'il dit publiquement, ou de penser le contraire de son action. On peut comprendre que l'autorité judiciaire surréagisse au positionnement de l'exécutif sur son fonctionnement. Ce n'est pas conforme à la séparation des pouvoirs. En même temps, si l'on peut reprocher à Hollande de n'avoir pas compris qu'un président doit s'abstenir de dire tout ce qui lui passe par la tête, la "colère" des magistrats en dit long sur la cécité de ceux-ci face aux dysfonctionnements de la justice française, à qui on peut régulièrement reprocher une faible préoccupation pour les apparences d'impartialité. Dans la tension entre pouvoir exécutif et autorité judiciaire, on croyait avoir tout vu avec Sarkozy, et Hollande prouve qu'on peut toujours aller plus loin. 

Quels autres exemples peut-on citer ici de "réel" non-respect des institutions de la part de nos dirigeants politiques ? En quoi ces situations, finalement peu commentées, portent bien plus atteinte aux institutions que le cas précédemment cité ? 

François Hollande a gouverné comme il a dirigé le PS, sans grand professionnalisme, et au gré de ses humeurs et de ses affinités électives. Cette espèce d'intimisme dans la prise de décision publique se retrouve aussi dans sa façon d'appréhender son rôle face au gouvernement. Les aveux d'Ayrault sur les relations directes qu'Hollande entretenait avec ses ministres en disent long sur la façon dont il a épuisé ses Premiers ministres et dont il n'a entendu respecter aucune règle de bon sens dans l'exercice du pouvoir. Dans la pratique, la présidentialisation et même l'hyperprésidentialisation du régime porte en germe ces dérives et François Hollande l'a poussée au moins aussi loin que Nicolas Sarkozy. Du coup, la vie institutionnelle est organisée autour de l'attraction exercée par un seul homme tout puissant sur le cours des décisions. Contrairement à ce qu'il avait promis avec sa petite phrase sur sa présidence normale, Hollande n'a donc pas changé les règles du jeu. Il en a profité et a fait un usage capricieux, personnel du pouvoir. L'exemple récemment donné par l'actualité des pressions qu'il exerce pour que la ligne TGV soit prolongée jusqu'à Limoges le prouve. Cette décision est une absurdité économique, la ligne ne sera jamais rentable. Mais par complaisance vis-à-vis de la Corrèze, il impose un choix à rebours de l'intérêt général. Cette attitude est absurde et illustre les dérives d'un régime où le président est élu au suffrage direct. 

Du point de vue du citoyen, des entreprises, à qui on ne pardonne rien, ne trouve-t-on pas également des situations de non-respect de l'Etat de droit d'une portée bien plus lourde que de simples propos tenus en privé ?

La présidentialisation du régime est en effet l'un des incontournables visages du deux poids deux mesures qui tue le régime et la politique française. Comment les Français peuvent-ils admettre sereinement un système où la Président de la République recule face à ses fonctionnaires et ses magistrats, alors qu'il est impitoyable pour des millions d'actifs qui subissent de plein fouet l'absurdité administrative. Je pense ici aux indépendants détruits par des rappels de cotisation mal calculés du RSI, qui doivent parfois sacrifier la vie de leur entreprise, déposer le bilan, pour régler des situations ingérables et totalement injustes. Comment les Français peuvent-ils vivre sans broncher une situation où le Président fait machine arrière de façon honteuse face à quelques magistrats, quand il laisse faire de vraies mises à mort civile par la machine administrative. De ce point de vue, Hollande est celui qui a poussé le plus loin la décomposition du régime. Il est celui qui a le moins caché l'attention qu'il portait aux puissants, et le mépris qu'il avait pour les gueux. Le principe du "oignez malins, poignez vilains", pouvait pourtant être déjà largement reproché à Nicolas Sarkozy. Mais Hollande l'a pratiqué avec un cynisme tout à fait écœurant qui risque de lui jouer un bien vilain tour. Il peut en effet être à peu près sûr que les électeurs se souviendront des privilèges accordés aux puissants, et de l'indifférence avec laquelle les autres Français ont subi les décisions officielles. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 16/10/2016 - 13:59
Un effet de manches et de mouchoirs !
Les magistrats sont depuis toujours de mèche avec la Gauche et Hollande. Ils pleurent pour sauver l'idée d'impartialité mais, puisque le ver est dans le fruit, rien ne changera.
Paul Emiste
- 16/10/2016 - 06:34
Magistrats rouges et noirs.
La photo parle d´elle même. Rouge pour l´idéologie, noir pour les conséquences.
D'AMATO
- 15/10/2016 - 21:23
Justice et ppouvoir....
NO COMENT!