En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Les propos de François Hollande sur la "lâcheté" de la justice ont suscité une grande levée de boucliers de la part de magistrats.
Indignation sélective

La magistrature, offensée par François Hollande : l’incroyable bal des pleureuses et des tartuffes incapables de dénoncer les véritables atteintes à la démocratie

Publié le 15 octobre 2016
Alors que les magistrats se sont largement indignés des propos informels tenus par François Hollande sur l'institution judiciaire, il peut paraître étonnant de constater un tel écho médiatique à cette "affaire". D'autres violations de l'Etat de droit et non-respects des institutions sont, eux, bien plus graves.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les magistrats se sont largement indignés des propos informels tenus par François Hollande sur l'institution judiciaire, il peut paraître étonnant de constater un tel écho médiatique à cette "affaire". D'autres violations de l'Etat de droit et non-respects des institutions sont, eux, bien plus graves.

Atlantico : Les propos de François Hollande sur l'institution judiciaire ont suscité une grande levée de boucliers de la part de magistrats indignés de se voir traiter de la sorte par le président de la République. N'est-il pas curieux de voir des propos totalement informels et non-officiels prendre une telle ampleur, alors que d'autres situations de mépris des institutions sont, elles, tout aussi graves sans pour autant déclencher d'emballement médiatique ?

Eric Verhaeghe : Il est en effet assez impressionnant de voir l'emportement extrême des magistrats sur une phrase qui est aussi bénigne, et surtout, il est encore plus impressionnant de voir le Président de la République prendre sa plume pour présenter ses excuses officielles pour avoir tenu des propos informels. Cette affaire prend une tournure tout à fait hallucinante. D'abord, il est incompréhensible de lire chaque mois un nouveau livre de confidences de François Hollande sur son propre quinquennat. A croire que François Hollande a passé plus de temps à commenter son action qu'à agir. Ensuite, il est assez curieux que François Hollande, au lieu de produire une analyse politique en bonne et due forme, au lieu d'agir en cohérence avec ses propos, donne le sentiment de penser le contraire de qu'il dit publiquement, ou de penser le contraire de son action. On peut comprendre que l'autorité judiciaire surréagisse au positionnement de l'exécutif sur son fonctionnement. Ce n'est pas conforme à la séparation des pouvoirs. En même temps, si l'on peut reprocher à Hollande de n'avoir pas compris qu'un président doit s'abstenir de dire tout ce qui lui passe par la tête, la "colère" des magistrats en dit long sur la cécité de ceux-ci face aux dysfonctionnements de la justice française, à qui on peut régulièrement reprocher une faible préoccupation pour les apparences d'impartialité. Dans la tension entre pouvoir exécutif et autorité judiciaire, on croyait avoir tout vu avec Sarkozy, et Hollande prouve qu'on peut toujours aller plus loin. 

Quels autres exemples peut-on citer ici de "réel" non-respect des institutions de la part de nos dirigeants politiques ? En quoi ces situations, finalement peu commentées, portent bien plus atteinte aux institutions que le cas précédemment cité ? 

François Hollande a gouverné comme il a dirigé le PS, sans grand professionnalisme, et au gré de ses humeurs et de ses affinités électives. Cette espèce d'intimisme dans la prise de décision publique se retrouve aussi dans sa façon d'appréhender son rôle face au gouvernement. Les aveux d'Ayrault sur les relations directes qu'Hollande entretenait avec ses ministres en disent long sur la façon dont il a épuisé ses Premiers ministres et dont il n'a entendu respecter aucune règle de bon sens dans l'exercice du pouvoir. Dans la pratique, la présidentialisation et même l'hyperprésidentialisation du régime porte en germe ces dérives et François Hollande l'a poussée au moins aussi loin que Nicolas Sarkozy. Du coup, la vie institutionnelle est organisée autour de l'attraction exercée par un seul homme tout puissant sur le cours des décisions. Contrairement à ce qu'il avait promis avec sa petite phrase sur sa présidence normale, Hollande n'a donc pas changé les règles du jeu. Il en a profité et a fait un usage capricieux, personnel du pouvoir. L'exemple récemment donné par l'actualité des pressions qu'il exerce pour que la ligne TGV soit prolongée jusqu'à Limoges le prouve. Cette décision est une absurdité économique, la ligne ne sera jamais rentable. Mais par complaisance vis-à-vis de la Corrèze, il impose un choix à rebours de l'intérêt général. Cette attitude est absurde et illustre les dérives d'un régime où le président est élu au suffrage direct. 

Du point de vue du citoyen, des entreprises, à qui on ne pardonne rien, ne trouve-t-on pas également des situations de non-respect de l'Etat de droit d'une portée bien plus lourde que de simples propos tenus en privé ?

La présidentialisation du régime est en effet l'un des incontournables visages du deux poids deux mesures qui tue le régime et la politique française. Comment les Français peuvent-ils admettre sereinement un système où la Président de la République recule face à ses fonctionnaires et ses magistrats, alors qu'il est impitoyable pour des millions d'actifs qui subissent de plein fouet l'absurdité administrative. Je pense ici aux indépendants détruits par des rappels de cotisation mal calculés du RSI, qui doivent parfois sacrifier la vie de leur entreprise, déposer le bilan, pour régler des situations ingérables et totalement injustes. Comment les Français peuvent-ils vivre sans broncher une situation où le Président fait machine arrière de façon honteuse face à quelques magistrats, quand il laisse faire de vraies mises à mort civile par la machine administrative. De ce point de vue, Hollande est celui qui a poussé le plus loin la décomposition du régime. Il est celui qui a le moins caché l'attention qu'il portait aux puissants, et le mépris qu'il avait pour les gueux. Le principe du "oignez malins, poignez vilains", pouvait pourtant être déjà largement reproché à Nicolas Sarkozy. Mais Hollande l'a pratiqué avec un cynisme tout à fait écœurant qui risque de lui jouer un bien vilain tour. Il peut en effet être à peu près sûr que les électeurs se souviendront des privilèges accordés aux puissants, et de l'indifférence avec laquelle les autres Français ont subi les décisions officielles. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

Karl Lagerfeld : l’art et les manières

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 16/10/2016 - 13:59
Un effet de manches et de mouchoirs !
Les magistrats sont depuis toujours de mèche avec la Gauche et Hollande. Ils pleurent pour sauver l'idée d'impartialité mais, puisque le ver est dans le fruit, rien ne changera.
Paul Emiste
- 16/10/2016 - 06:34
Magistrats rouges et noirs.
La photo parle d´elle même. Rouge pour l´idéologie, noir pour les conséquences.
D'AMATO
- 15/10/2016 - 21:23
Justice et ppouvoir....
NO COMENT!