En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 14 min 23 sec
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 3 heures 15 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 4 heures 6 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 5 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 7 heures 24 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 9 heures 33 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 10 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 10 heures 45 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 11 heures 18 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 39 min 8 sec
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 3 heures 41 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 5 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 7 heures 9 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 7 heures 42 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 9 heures 8 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 9 heures 44 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 10 heures 41 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 11 heures 14 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 11 heures 36 min
© Reuters
© Reuters
Cohésion mise à mal

L'islam au cœur de la campagne présidentielle : comment se sentent les musulmans de France ?

Publié le 21 octobre 2016
Burkinis, les Gaulois, l'interdiction du port du voile dans les lieux publics, etc. : autant de débats et polémiques alimentés ces dernières semaines par plusieurs personnalités politiques, et qui inquiètent les musulmans de France quant au risque de voir apparaître un sentiment de stigmatisation.
Malik Bezouh
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malik Bezouh est président de l'association Mémoire et Renaissance, qui travaille à une meilleure connaissance de l'histoire de France à des fins intégrationnistes. Il est l'auteur des livres Crise de la conscience arabo-musulmane, pour la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Burkinis, les Gaulois, l'interdiction du port du voile dans les lieux publics, etc. : autant de débats et polémiques alimentés ces dernières semaines par plusieurs personnalités politiques, et qui inquiètent les musulmans de France quant au risque de voir apparaître un sentiment de stigmatisation.

Atlantico : Dans une enquête Ifop pour "Vivre Ensemble" parue ce jeudi sur la perception de la place de l'islam dans le débat public (voir ici), 90% des musulmans interrogés estiment que les débats ou polémiques autour de la place de l'islam de France risquent de créer un sentiment de stigmatisation chez les musulmans de France. Dans quelle mesure les derniers mois ont-ils impacté le sentiment d'appartenance des musulmans à la société française ? Comment se positionnent-ils désormais à l'égard de cette dernière ? 

Malik Bezouh : Avant de répondre à cette question, insistons sur un élément fondamental ; celui de l'hétérogénéité de l’islam de France. En effet, contrairement à ce que certains esprits affirment, esprits maîtrisés tantôt par la peur, tantôt par l’ignorance, les Français musulmans n’ont pas été coulés dans un même moule. On trouve, parmi eux, des agnostiques, des libéraux, des athées, des traditionalistes, des conservateurs non pratiquants, des réformistes, mais aussi, bien évidemment, des dévots de tendance plus ou moins littéraliste.

Après ce préambule, venons-en à ce qui nous préoccupe. Il est évident qu’un traitement médiatique excessif et dénué de toute profondeur intellectuelle de la question musulmane n’est pas de nature à apaiser le climat national. Si à cela on ajoute les déclarations de quelques élus, en particulier de droite, que semblent guidés par des considérations électoralistes bien plus que la recherche de l’unité de la nation française, alors oui, les prodromes de la discorde sont d’ores et déjà jetés.

Pour abonder dans ce sens, signalons l’étude des psychologues sociaux Stephen Reicher et Alexandre Haslam (professeurs de psychologie aux universités de Saint Andrews, en Écosse, et du Queensland, en Australie) établissant formellement la corrélation entre le sentiment de stigmatisation des musulmans vivant dans les pays occidentaux et le basculement de certains d'entre-eux dans le terrorisme. Ce résultat, qui doit nous faire réfléchir, est partagé par l’ensemble des psychologues affirmant sans détour :

"Les sociétés occidentales alimenteront les rangs des terroristes si elles laissent se fragiliser le lien d’appartenance des musulmans avec leur pays[1] "  

Rassurons-nous cependant ; ce basculement dans le côté obscur de la foi musulmane, c’est à dire le takfirisme violent et terroriste, ne concerne qu’une poignée d’individus. Quant aux autres, c’est à dire l’écrasante majorité des Français de culture ou de confession musulmane (puisque notre propos concerne la France), ils sont inquiets, pour le moins. Certains, peu nombreux il est vrai, envisagent de quitter la France tandis que d’autres, abasourdis par les coups de boutoirs assénés par les tenants de l’identitarisme[2], se réfugient dans leur identité propre, arabité, islamité, berbérité, négrité, etc., en densifiant leur lien communautaire, d’une part, et en prêtant une oreille plus attentive à la démagogie communautariste, d’autre part. Quant à la majorité silencieuse, désemparée, un rien groggy, elle fait le dos rond, en attendant des jours meilleurs.

[1] Cerveau&Psycho, N°78, juin 2016, p. 66.

[2] Nous définissons l’identitarisme de la façon suivante : une idéologie qui dévoie la question identitaire soit par une peur excessive de l’altérité arabo-musulmane, soit par opportunisme politique.  

Où sont aujourd'hui les principales lignes de fracture entre Français musulmans et Français non musulmans ? Que conviendrait-il de mettre en oeuvre pour les résorber ? 

Les attentats récents qui ont ensanglanté notre pays ont plongé la population française dans le désarroi avec comme conséquence l’émergence d’une angoisse lancinante taraudant les citoyens français non musulmans vis-à-vis de l’islam, d’une part, et, d’autre part, l’exaspération croissante des Français musulmans qui se sentent montrés du doigt. Telle est la névrose nationale dans laquelle la France se démène depuis l’irruption, dans le paysage public, de la première affaire du voile islamique, à Creil, en 1989. Cette névrose, que d’aucuns appellent "fracture", est donc le regard biaisé porté sur l’altérité musulmane que la France, dans son ensemble, a du mal à gérer ; regard biaisé qui à son tour fait le lit des interrogations des Français musulmans sur-réagissant ou se mettant à douter de la légitimité de leur place dans cette société qui, parfois, semble, via les discriminations à l’embauche, leur fermer les portes.

Or pour traiter cette névrose, il faudrait des ‘’thérapeutes’’ dignes de ce nom. Et c’est là que réside tout le drame de notre pays. Sans épaisseur politique, dénués de culture historique, beaucoup de nos responsables politiques, naviguant à vue, se contentent de petites phrases malheureuses, sans portée aucune si ce n’est  électoraliste, aggravant ainsi ladite névrose nationale. À quand des élus responsables ne versant ni dans le politiquement correct de gauche, qui tend à éluder ces questions qui inquiètent la population, ni dans ce que j’appelle le prêt-à penser de droite qui aborde ces questions avec tant de maladresse, voire de brutalité qu’il aggrave l’autre versant de la névrose nationale ?

Quant aux Français musulmans, il conviendrait d’entamer un travail de recul, voire de désensibilisation par rapport à ces questions ayant trait à l’islam de France. Ainsi l’islamophobie, la peur de l’islam, et l’islamodiumie[3], le rejet, voire la détestation de l’islam, devraient être, et ce n’est pas simple du tout j’en conviens, abordées de façon moins passionnelle. Mais est-ce seulement possible alors même que notre élite politique procède, pour une partie d’entre-elle, exactement à l’inverse ?

Il reste qu’une meilleure connaissance de l’histoire de l’anticléricalisme français, qui fit tant gémir les catholiques naguère, devrait permettre d’apaiser les cœurs des Français de culture ou de confession musulmane qui prendront alors conscience que, depuis la victoire des amis de Voltaire au siècle des Lumières, la France a développé, avec le fait religieux, une relation quasi-maladive. D’ailleurs, je n’ai de cesse d’inviter mes amis musulmans à lire les travaux de Jean Sévillia qui nous rappelle qu’au siècle dernier "Les catholiques étaient hors la loi"...

[3] Pour la clarté des débats, j’ai introduit le terme islamodiumie (en latin, odium signifie le rejet, la détestation) afin de le distinguer du mot islamophobie. Ce dernier est plutôt le fait des identitaires qui craignent qu’un islam par trop visible ne porte atteinte à l’identité profonde de la France. Tandis que l’islamodiumie est portée par les anticléricaux et autres laïcards qui voient en l’islam une manifestation religieuse rétrograde, incompatible avec le progrès humain.

Quel effet produit l'offre politique actuelle, aussi bien à droite qu'à gauche, sur les musulmans de France ? Vers quel(s) candidat(s) pourraient-ils se tourner dans le cadre de la présidentielle de 2017 ? 

Une large partie de la France musulmane est dubitative devant l’offre politique. Lorsqu’on interroge ces enfants, qu’ils soient croyants ou non, pratiquants ou pas, tous s’accordent à dire, à leur grand désarroi, que l’offre politique, en particulier à droite, tend à faire de l’islam un sujet central. Mais la gauche, en particulier celle incarnée par le Premier ministre Manuel Valls, n’est pas exempte de tout reproche. Tant s’en faut ! 

Résumons-nous-en nous faisant un tantinet caricatural. Il existe une gauche islamodiume, c’est à dire anticléricale et régénériste dans le sens où elle entend rééduquer le citoyen musulman encore attaché à ses ‘’superstitions’’ religieuses, et une droite islamophobe, c’est à dire identitariste.

Alors vers quel candidat pourraient se tourner les Français de culture ou de confession musulmane ? Jean-Luc Mélenchon, en soutenant sans le dire le régime génocidaire de Bachar, s’est aliéné des pans entiers de la France musulmane. Il reste les écologistes à gauche et bien entendu Alain Juppé, à droite, dont le discours, qui ne verse ni dans l’islamophobie, ni dans l’islamodiumie, rassure de plus en plus de Français musulmans. Car pour ces Français-là, le drame n’est pas tant de parler d’islam et d’identité, des sujets importants, mais d’en parler mal et trop. C’est dommage. Car les question identitaires, nobles par essence, ainsi que celle de la construction d’un islam gallican, ancré dans la réalité socio-culturelle de notre pays, mériteraient un traitement autre que celui consistant à sur-traiter ces questions à des fins électoralistes pour certains, commerciales pour d’autres.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 18/10/2016 - 19:41
Éloge de la connerie...
Rien que dans le titre ! .....'......"Comment se sentent les musulmans de France" ? On n'en a rien à foutre et on y répondra peut-être après avoir posé la question :............ comment se sentent les "non musulmans" en France ?....ils sont beaucoup plus nombreux, pour l'instant et on ne devrait pas être dans une situation où l'on demande aux minorités leur avis.
Alain Proviste
- 17/10/2016 - 21:26
ARTICLE POMPEUX
au vocabulaire ampoulé mais au final il ressort une forme de paranoïa typique, avec l'incapacité de se remettre en cause qui va avec.
Anouman
- 17/10/2016 - 19:56
Gâtisme
On veut créer un islam de France compatible avec la république?
Pas compliqué... Il suffit de ressusciter Mahomet pour qu'il réécrive le coran de fond en comble. Ou trouver un autre prophète pour qu'il se fasse dicter par Allah un autre livre "à la mode de chez nous".
Pourquoi écrire de tels articles qui n'apportent rien?