En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 8 heures 44 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 9 heures 46 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 10 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 15 heures 22 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 15 heures 53 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 16 heures 27 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 16 heures 44 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 9 heures 4 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 10 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 12 heures 47 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 13 heures 9 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 15 heures 14 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 15 heures 48 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 16 heures 58 min
© Reuters
© Reuters
Disparition progressive

Manif pour Tous, le retour : que reste-t-il du seul vrai mouvement citoyen de masse qui ait émergé en France ?

Publié le 21 octobre 2016
Si la Manif pour Tous a incontestablement été le grand mouvement social de ces dernières années en France, son incapacité à perdurer dans le temps après le vote de la loi Taubira pose question, alors que le mouvement se rassemble une nouvelle fois à Paris ce dimanche.
Erik Neveu est un sociologue et politiste français, professeur des universités agrégé en science politique et enseigne à Sciences Po Rennes.Il est l'auteur de l'ouvrage "Sociologie politique des problèmes publiques".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erik Neveu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erik Neveu est un sociologue et politiste français, professeur des universités agrégé en science politique et enseigne à Sciences Po Rennes.Il est l'auteur de l'ouvrage "Sociologie politique des problèmes publiques".
Voir la bio
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la Manif pour Tous a incontestablement été le grand mouvement social de ces dernières années en France, son incapacité à perdurer dans le temps après le vote de la loi Taubira pose question, alors que le mouvement se rassemble une nouvelle fois à Paris ce dimanche.

Atlantico : Plus de trois ans après le vote de la loi Taubira autorisant entre autres le mariage entre personnes de même sexe, la Manif pour Tous organise une nouvelle manifestation publique dans les rues de Paris ce dimanche. Si la nébuleuse Nuit Debout a également fait parler d'elle ces derniers mois, dans quelle mesure peut-on dire que la Manif pour Tous a été le grand mouvement citoyen de ces dernières années ?

Roland Hureaux : Ne serait-ce que par les effectifs : 1 million et demi d'un côté , quelques centaines de l'autre. Le fait que les premiers, bien élevés, ne cassent rien et que les autres cassent tout ce qu'ils  peuvent ne devrait pas altérer le comparaison. Si on valorisait la violence , on pourrait dire aussi bien que le terrorisme constitue une manifestation encore plus importante. N'est comparable à la Manif  pour tous que celle qui a suivi l'attentat de Charlie. Tout le monde a dit qu'elle était plus nombreuse encore mais comme la police a refusé de compter , on ne sait pas. Et elle avait, elle, l'appui massif de médias. Un autre critère est l'attitude du pouvoir. Compréhensive vis-à-vis de Nuit Debout malgré sa violence. Terriblement  répressive vis-à-vis de La Manif pour tous malgré sa non-violence : rafles ,fichages, mises en garde à vue, procès iniques. Cela prouve que la loi Taubira touchait à des choses beaucoup plus profondes que la Loi El Khomery , légère il faut bien le dire dans sa substance. D'ailleurs la première est libertaire, la seconde libérale. Beaucoup de gens pensent que les deux sont liés. Les gens de la Nuit Debout , prisonniers de réflexes archaïques , de type marxiste, ne veulent pas le reconnaitre. 

A lire aussi sur notre site : "Manif pour Tous, trois ans plus tard : le sondage qui montre que même chez les catholiques et les sympathisants de droite, l’adhésion au mouvement s’essouffle"

Erik Neveu : Je répugne comme chercheur à distribuer des médailles du "plus grand" mouvement. Mais sans ambiguïté La Manif pour Tous aura été, en France, comme les mobilisations de l'après "Charlie", celles contre la Loi El Khomri avec Nuit Debout un mouvement-repère du siècle naissant. Plus que sur une place hiérarchique, on peut se fixer sur ses singularités : une mobilisation impressionnante et répétée venant plutôt du peuple de droite – même si le sondage réalisé pour Atlantico introduit quelques nuances. Ce fut aussi une mobilisation qui exprimait un vrai trouble et fédérant un éventail remarquablement large de participants. On a parfois insisté sur des composantes intégristes, même homophobes et elles existaient. Mais ne voir que cela est sans doute passer à côté de l'essentiel. On peut regretter que les chercheurs en sciences sociales n'aient pas été aussi nombreux à suivre ce mouvement qu'ils ne le sont à analyser l'altermondialisme. Disons-le simplement : il reste une part d'énigme à élucider. Le mouvement a exprimé avec force des émotions, une vraie alarme autour de questions comme le 'genre', le lien familial.

Et cette intensité émotionnelle ne saurait être disqualifiée comme n'exprimant qu'un extrémisme. Il faudrait donc aller voir plus finement le profil social des manifestants, les réseaux divers par lesquels ils se mobilisent, les thèmes premiers qui les motivent, ce qui déclenche chez eux de forts sentiments d'indignation, de trouble... et ces raisons varient entre manifestants. On peut formuler des pistes de réflexion. L'une porterait sur le recul au sein du monde chrétien du poids de ceux qu'on nommait "cathos de gauche" et leur discours. L'autre constaterait que jamais l'écart en fut plus grand entre ce que sont les comportements sexuels et affectifs réels, les visions de la féminité et de la masculinité dans la France de 2016 et le discours de l'église catholique sur ces questions. Cela qui provoque en réaction ce qu’Irène Thery appelle un 'effet panique' mais aussi un désir de réaffirmer ce qui est non négociable dans la doctrine chrétienne.

Le "mariage pour tous" n'a-t-il pas été aussi un catalyseur ? Tous nos concitoyens ont-ils les mêmes ressources financières, cognitives, psychologiques pour gérer des conjugalités plus instables, des recompositions familiales, s’accommoder de couples "pas comme les autres" ? Pour des groupes qui subissent de plein fouet l'insécurité de l'emploi, le déclassement (réel ou ressenti), qui ont le sentiment de vivre dans un monde où les repères et les institutions solides s'évaporent, la réforme n'était-elle pas vécue comme une menace sur la dernière institution sécurisante : la famille hétérosexuelle faisant naître la génération suivante ? Le sondage Atlantico suggère en tout cas que l'audience du mouvement est spécialement forte chez les personnes âgées, les ruraux, les travailleurs indépendants. La Manif pour Tous reste un moment politique qui, plus que célébrations ou dénigrements, demande un effort de compréhension qui est encore en bonne part devant nous.

Le mouvement de la Manif pour Tous a eu un écho retentissant tout au long du débat sur la loi Taubira, mais il s'est fait plus discret ces deux dernières années. Comment peut-on expliquer cela, alors qu'un sondage IFOP pour Atlantico montre que 24% des Français se disent proches des valeurs de ce mouvement, contre 31% en 2014 ? Quelles sont les raisons qui pourraient expliquer pourquoi le mouvement n'a pas "pris" davantage au sein de la société et du monde politique français ?

Erik Neveu : Le défi de tout mouvement social c'est de s'installer dans la durée. Ses phases d'activité intense sont terriblement consommatrices de temps, d'énergies et d'affects. Tourner à plein régime est une réussite qui se prolonge rarement au-delà de quelques mois ou semestres. Dans le cas de la "Manif pour Tous" on peut suggérer trois explications plus spécifiques. L'une tient à des dissensions internes. Elles sont visibles dès le vote de la loi Taubira, avec le départ de la porte-parole la plus en vue Frigide Barjot en désaccord avec des sensibilités plus proches d'un catholicisme intégriste qui, lui-même, ne fédère pas tous les chrétiens mobilisés. La coloration extrême-droitière du "Printemps français" qui s'emploie à pérenniser le mouvement ne facilite pas la relance d'une mobilisation dont le succès devait à une capacité d’agréger des groupes, individus et motivations assez diverses, pas toujours nettement politisées.

Une telle convergence ne peut advenir sans la part de flou, d'auberge espagnole, des grands mouvements qui font se côtoyer des sensibilités plurielles dans le sentiment qu'elles ont plus de valeurs et de demandes partagées que d'incompatibilités. La durée de vie d'un mouvement dépend aussi en bonne part de son armature organisationnelle. Si celle-ci a été très efficace en 2013 pour organiser des manifs centrales, les ramifications au niveau des villes et départements étaient inégalement développées, peu ont maintenu une activité visible et soutenue. Ajoutons enfin qu'existent toujours des effets d'"agenda". Le vote de la loi clôt un moment mobilisateur. D'autres enjeux – dont le terrorisme de groupes islamistes internationaux- déplacent l'attention, sans doute aussi les investissements militants d'une part des cadres du mouvement.

Roland Hureaux : Pardonnez -moi : je suis quelque peu sceptique sur ces sondages. Tout dépend de qui pose la question, comment,  à qui, quand ? Spécialement dans une question hautement idéologisée comme le mariage homosexuel. La population sondée est, il est vrai ,  tributaire de l'actualité : le sujet était plus brûlant en 2013-2014 qu'aujourd'hui . Mais l'enjeu revient à la surface    à l'approche des prochaines échéances électorales. Le soufflet était retombé parce que les gens, surtout les adversaires de la loi, pensaient qu'il n'y avait rien à faire : Hollande était encore là pour quelque temps et il n'y avait rien à attendre de lui.

N'oublions pas non plus que la question du statut  des homosexuels ( à peine 2 %  des Français) est un combat de minorités  sensibles  à  un enjeu qui est plus  symbolique que financier. La population dans son ensemble est plus préoccupée par des sujets comme le chômage,  l'ordre public et même l'immigration. Il y a des liens entre ces différents sujets mais le public ne les perçoit guère. Le démantèlement par Hollande de notre système d'allocations familiales institué ( par la gauche !)  en 1945 est passé inaperçu , alors qu'il se situe dans le prolongement de la loi Taubira ;  il intéresse pourtant beaucoup plus de monde. Il sera aussi en arrière-plan de la manifestation de ce jour. Le mouvement LMPT a d'abord été réveillé, il faut bien le dire,  par la primaire de la droite où ,à part Poisson et  Fillon, personne ne veut remettre en  cause la loi Taubira, ce qui exaspère beaucoup de gens qui ont manifesté en 2012-2013 avec le soutien de presque toute la droite.

D'autre part, le pouvoir socialiste, sentant que ses jours sont comptés se prépare à faire voter à la sauvette dans les derniers mois qui lui restent des mesures , dont certaines sont gravissimes comme une ouverture à la GPA, destinées à compléter le bouleversement sociétal qui constituait son programme. Le socialiste Erwan Binet a dit que "la Manif pour tous" avait empêché la gauche d'aller jusqu'au  bout de la révolution  sociétale qu'elle envisageait. Mais certains ne désespèrent pas de passer outre. C'est aussi cela qui a réveillé la vigilance de beaucoup des marcheurs de La Manif pour tous.

La traduction politique de la Manif pour Tous, Sens Commun, a apporté son soutien à François Fillon dans le cadre de la primaire de la droite et du centre. L'ancien Premier ministre est-il d'après vous le candidat le plus à même de porter les revendications de la Manif pour Tous ? À quoi peut-on s'attendre, politiquement et juridiquement parlant, en 2017 en cas de non-réélection de François Hollande ? La loi Taubira pourrait-elle être abolie ?

Erik Neveu : Le fait qu'un candidat dont les chances d'être simplement en finale de la primaire sont ténues soit l'appui politique de Sens Commun, peut être un indicateur du côté "encombrant" de la reprise des revendications de ce mouvement. Dire "en cas de non-réélection de François Hollande" est une clause de style qui fait désormais rire tout le monde. La loi Taubira pourra donc juridiquement être abolie. Il est infiniment douteux qu'elle le soit. Le mariage pour tous -donc pour être clair son ouverture aux couples homosexuels- est une réforme qui, si elle soulève des passions, a d'abord l'acquiescement de deux tiers des Français, le vrai 'sens commun' est peut-être dans ce chiffre. Comme pour le PACS, la droite se rangera devant une évolution sociétale qui n'est en rien une singularité française. L'intransigeance sur des questions comme l'adoption par les couples homosexuels ou le refus de la GPA pourront rester des marqueurs de différence affirmés sur ce terrain des mœurs et de la sexualité.

Roland Hureaux :  "Sens commun"  (je crois avoir été le premier à dire que le mariage homosexuel était d'abord une offense au sens commun, plus  qu'à la morale !)  a été fondé par des membres actifs de La Manif  pour tous qui ont fait le pari de l'engagement politique concret. Pour être efficace, ont-ils dit, entrons dans un parti qui a des chances de gagner, aidons le  à gagner et  tentons de l'influencer pour  qu'il prenne en  compte  le jour venu notre point de vue " . C'est une démarche respectable et parfaitement logique. François Fillon a dit qu'on ne pouvait pas  abroger la loi Taubira mais qu'il fallait la "réécrire". C'est mieux que Juppé et Sarkozy qui ne veulent pas la remettre  en cause et a fortiori que  Le Maire qui, comme NKM,  s'était abstenu au moment du vote.

Ayant  fait dès le départ le choix du réalisme, les gens de Sens Commun   s'en  sont tenus au quartet qui tenait  la corde  en début de campagne et Fillon leur est apparu comme le moins mauvais choix. Seul des candidats à la primaire Jean-Frédéric Poisson   s'est prononcé pour une  abrogation totale. Mais il apparaissait en début de campagne comme un outsider pas vraiment  dans le jeu. Sa bonne prestation lors du débat télévisé de jeudi  le met ans le jeu . Vat-t-il continuer sur cette lancée ?  Cela pourrait influencer les choix des uns et des autres. Comme la manifestation de ce jour, selon son ampleur pourrait aussi modifier les choix des candidats. 

À quoi peut-on s'attendre, politiquement et juridiquement parlant, en 2017,  en cas de non-réélection de François Hollande ? Tout dépend de qui sera le vainqueur, ce qui reste encore une énigme. La loi Taubira pourrait-elle être abolie ? C'est plus qu'une question politique, c'est une question philosophique. Juppé a dit récemment qu'on ne pourrait pas revenir "en arrière" . Ce qui suppose qu'il y a en cette matière un avant et un arrière et donc un sens de l'histoire. La théorie du sens de l'histoire  en a pris un coup quand le communisme qui professait lui aussi être dans le sens de l'histoire et avait convaincu beaucoup de gens , même parmi ses adversaires, qu'il l'était , s'est effondré en 1990. Le fait est qu'on est alors  "revenu en arrière" : Léningrad  s'appelle à nouveau Saint-Pétersbourg selon la prophétie du général de Gaulle !  Une remise en cause complète de la loi Taubira est sans doute inséparable d'un retournement de paradigme analogue à celui qui s'est produit en Russie en 1990.  Ce retournement adviendra  un jour  en Europe occidentale ,  mais est-ce avec l'élection française de 2017 ? Après ou peut-être avant ? Ce dont je suis sûr , c'est que nous sommes à la fin d'un cycle inauguré, pour faire simple, en mai 68 . 

Nous sommes sans doute aussi , c'est lié ,  à la fin du cycle néo-conservateur américain incarné par Hillary Clinton et qui a réussi l'exploit de mettre en guerre civile pas moins de 9 pays dans le monde. Si cette dernière est élue, il faut s'attendre à une apothéose: en matière de guerre, on voit ce que cela peut vouloir dire . La dite candidate, comme presque tous les démocrates,  est à fond sur  les thème libertaires  et transhumanistes qui ont inspiré la loi Taubira . Obama a sans doute forcé la main de Hollande pour qu'il fasse voter la loi Taubira envers et contre tout.  Leur ennemi numéro 1 est Poutine qui fait "avancer"   la Russie dans l'autre sens. A vous de voir qui a aujourd'hui le vent en poupe : Clinton et Hollande ou Poutine ? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Eolian
- 17/10/2016 - 13:05
PResque tout est dit
dans le commentaire d'Anguerrand: L'intitulé "union ou alliance civile" eut été infiniment meilleure et plus correcte. Quant à la GMA, que décidera-t-on de la filiation? Pour la PMA, c'est surtout une question médicale dont peuvent bénéficier les couples homme/femme pour des raisons de stérilité, donc hors du débat actuel.
Anguerrand
- 17/10/2016 - 06:39
GPA ou PMA
LE probleme n'est pas le mariage homo ( j'aurais préféré une alliance civile donnant les mêmes droits ), mais je ne supporte pas que l'on fasse des enfants orphelins de leur vrai parent. Aux USA les enfants portent plainte contre ceux qui ont fait office de parents, il ne faudra pas que ces couples se plaignent quand ça arrivera en France....
vangog
- 17/10/2016 - 00:25
Bravo aux manifestants contre le mariage homosexuel!
ils sont les seuls (avec le Front National) à résister contre la dictature des minorités sociétales, qui ont pris le pouvoir d'une France affaiblie par les UMPS. La politique gauchiste est anti-naturelle et perverse. Tout ce que l'histoire a construit naturellement, patiemment, intelligemment, ces inversés du bocal veulent le détruire, pour y substituer leur système pervers et déjà mort. Le mariage homosexuel n'est pas une révolution, car une révolution, c'est la revanche du plus grand nombre contre une minorité de pensée et de déclin. La manif pour tous représente le plus grand nombre, et cette révolution-là est en marche, et rien ne pourra la stopper...