En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 6 heures 20 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 7 heures 22 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 8 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 9 heures 4 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 10 heures 49 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 11 heures 56 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 13 heures 15 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 15 heures 50 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 6 heures 45 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 7 heures 49 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 8 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 9 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 11 heures 24 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 12 heures 25 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 15 heures 27 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 7 heures
info atlantico
© Reuters
© Reuters
Info Atlantico

Manif pour Tous, trois ans plus tard : le sondage qui montre que même chez les catholiques et les sympathisants de droite, l’adhésion au mouvement s’essouffle

Publié le 21 octobre 2016
Alors que la Manif pour Tous arpente les rues de Paris ce dimanche, un sondage exclusif IFOP pour Atlantico indique que 24% des Français se disent proches des valeurs et idées défendues par le mouvement, contre 31% il y a deux ans.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la Manif pour Tous arpente les rues de Paris ce dimanche, un sondage exclusif IFOP pour Atlantico indique que 24% des Français se disent proches des valeurs et idées défendues par le mouvement, contre 31% il y a deux ans.

Atlantico : Quel est selon vous le principal enseignement de ce sondage ?

Jérôme Fourquet : Cette enquête est réalisée près de quatre ans après le lancement du mouvement de la Manif pour Tous, qui émerge dans le paysage français à l'automne 2012 au moment du débat autour de la loi sur le mariage pour tous, et qui va monter en puissance jusqu'au printemps 2013, avec plusieurs grandes manifestations nationales à Paris et en province qui réuniront plusieurs centaines de milliers de personnes. A l'époque, l'une des questions qui se posait était de savoir quel allait être l'avenir de ce mouvement qui avait surgi de nulle part, que commentateurs et responsables politiques n'avaient pas vu arriver. On se souvient ainsi de la surprise des dirigeants de la droite parlementaire qui avaient à l'époque pris le train en marche, pris de court par l'ampleur de la mobilisation.

Près de quatre ans plus tard, on s'aperçoit que l'audience de la Manif pour Tous reste aujourd'hui non négligeable dans la population (un quart des Français s'en disent proches), mais a incontestablement perdu pas mal de terrain en quelques années. Une mesure intermédiaire réalisée en octobre 2014 montrait en effet qu'un tiers des Français se disaient proches de ce mouvement. Si on regarde le noyau dur, ceux qui se disent très proches du mouvement, on est passé 15 à 8%.

A lire aussi sur notre site : "Manif pour Tous, le retour : que reste-t-il du seul vrai mouvement citoyen de masse qui ait émergé en France ?"

Les idées portées par ce courant continuent donc d'exister dans la société, la "marque" Manif pour Tous n'a pas disparu. Mais l'audience et la proximité au mouvement est en assez nette perte de vitesse (7 points de perdus dans l'ensemble, et noyau dur réduit de moitié en deux ans).

Quand on regarde ensuite dans le détail, il est frappant de voir que la baisse est particulièrement prononcée dans l'électorat de droite. 45% des sympathisants Les Républicains se disaient proches du mouvement en 2014, ils ne sont plus aujourd'hui que 29% (-16 points). Par ailleurs, à l'époque 23% des sympathisants LR se disaient très proches de la Manif pour Tous, contre 7% aujourd'hui (-16 points également). C'est donc d'abord dans l'électorat de la droite classique que la perte de vitesse a été enregistrée.

Plusieurs issues étaient possibles pour ce mouvement. Soit il parvenait à se structurer politiquement ou dans la rue et continuait à organiser des manifestations en trouvant de nouveaux créneaux mobilisateurs, soit il optait pour une stratégie d'influence au sein du grand parti de la droite et du centre, comme certains l'ont tenté en créant le courant Sens commun. Or, pour ce qui est de cette deuxième stratégie, on voit aujourd'hui que la capacité des héritiers de la Manif pour Tous à donner de la voix et retenir l'attention de l'électorat de droite a perdu en vigueur et en intensité.

Si on se livre au même exercice en termes de proximité religieuse, on constate qu'en octobre 2014, on avait encore 59% des catholiques pratiquants qui se disaient proches de la Manif pour Tous. On tombe aujourd'hui à 41% (-18 points). Et pour les catholiques pratiquants se disant très proches du mouvement, on est passé dans la même période de 32 à 17% (-15 points).

Ce sont donc dans les deux composantes principales de ce courant, les catholiques pratiquants et l'électorat de droite classique, que la Manif pour Tous a perdu le plus de terrain.

Dans son livre, Patrick Buisson est revenu sur ce phénomène et assure avoir vu à l'époque dans ce mouvement et ces grands cortèges le signe de l'émergence d'un "populisme chrétien". Selon lui, une droite des valeurs était en train de se structurer, non pas pour défendre un pouvoir d'achat ou un modèle socio-économique, mais pour défendre des valeurs immatérielles, notamment la famille au sens traditionnel du terme. C'était une interprétation possible.

Une autre hypothèse, à laquelle nous souscrivons davantage à l'IFOP, consiste à prendre acte que ce mouvement était certes très puissant, mais conjoncturel et spécifique à un enjeu particulier qui était celui du mariage homosexuel (avec une certaine habileté des organisateurs d'avoir fait évoluer ce débat en un débat sur la défense de la famille traditionnelle). À l'IFOP, nous constations, chiffres à l'appui, qu'on assistait là à une mobilisation très particulière de la part de la droite catholique française, qui était particulièrement sensible à deux causes : le libre choix de l'école et la défense de la famille traditionnelle. Or, si on regarde historiquement, à chaque fois qu'un gouvernement de gauche s'est attaqué à l'un de ces thèmes, il a effectivement engendré un mouvement populaire de masse. On se souvient ainsi des grandes manifestations de 1984 pour la défense de l'école libre. De notre point de vue, les grands cortèges de 2012-2013 étaient le pendant de cette grande mobilisation de 1984.

Quels pouvaient être les débouchés et les prolongements de ce combat ? Si on adopte notre hypothèse, on peut être tenté de dire que ce mouvement n'avait pas forcément vocation à durer dans le temps une fois que le combat avait été mené (et, en l'occurrence, perdu). Il n'y avait effectivement pas forcément de grandes causes de substitution pour maintenir la flamme de la mobilisation à un niveau aussi important.

Le mouvement a par la suite essayé de se relancer en mobilisant sur d'autres sujets tels que la politique familiale du gouvernement ou la recherche sur les cellules souches et les embryons. Or, force est de constater que ces campagnes lancées par la Manif pour Tous n'ont pas du tout rencontré le même écho populaire que celle contre le mariage, ce qui validerait quelque part notre hypothèse.

On note par ailleurs une différence majeure avec ce qu'il se passe aux Etats-Unis, où les milieux chrétiens ont une capacité de mobilisation bien plus importante sur ces problématiques. En France, manifestement, les milieux catholiques sont aujourd'hui assez peu sensibilisés à cela, bien qu'une partie de l'Église alerte régulièrement sur les dangers philosophiques et spirituels de la recherche génétique.

On verra bien le niveau de mobilisation de dimanche, mais il sera très probablement assez en-deçà de ce qui avait été observé à l'époque. Les sujets d'aujourd'hui sont moins mobilisateurs, et même les opposants à ce mariage restent légalistes, pragmatiques, et se disent que le combat a été perdu une fois la loi votée et entrée en vigueur.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
D. H. T.
- 16/10/2016 - 16:40
Pétition
Bonjour,
Je me permets de poster un lien vers ma pétition pour l'abrogation de la loi Taubira. Elle a l'avantage d'émaner d'une initiative totalement indépendante et donc de dépasser les clivages partisans officiels, tout en complétant la démarche plus massive de la Manif pour tous. Par conséquent, tous les opposants au mariage pour tous sont les bienvenus, quel que soit leur bord pourvu que cette conviction commune soit partagée: extrême gauche, extrême droite, déçus de la politique actuelle, croyants traditionnels (juifs, chrétiens, musulmans, etc.) et divers autres qui pensent, tout simplement, que revenir à une position qui était celle de la France d'avant Hollande ne relève pas d'une position déraisonnable ni excessivement réactionnaire (revenir à la France des années 1980 ne serait pas si mal non plus, comparé à ce que traverse le pays actuellement, où les socio-démocrates s'occupent de marier des personnes de même sexe pendant que la misère du pays augmente). http://www.petitions24.net/abrogation_de_la_loi_taubira_et_interdiction_du_mariage_pour_tous
En cas de difficulté, saisir "Abrogation de la loi Taubira et interdiction du mariage pour tous" dans un moteur de recherche.
Deudeuche
- 16/10/2016 - 12:17
@cloette
Correct. À cet après-midi au Trocadéro.
cloette
- 16/10/2016 - 11:55
Essouflement
C'est plutot le "mariage gay " qui va s'essouffler, pour des quantités de raisons, le mot "mariage" étant d'ailleurs impropre !