En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 14 min 35 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 1 heure 20 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 2 heures 15 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 3 heures 11 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 52 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 7 heures 28 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 8 heures 11 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 8 heures 48 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 10 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 1 heure 8 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 1 heure 53 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 2 heures 37 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 4 heures 7 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 7 heures 19 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 7 heures 54 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 8 heures 15 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 10 heures 40 min
© Reuters
© Reuters
Moi Président

"Un président ne devrait pas dire ça"... et un président qui aurait pris la mesure de sa fonction n’aurait jamais dit ça

Publié le 14 octobre 2016
Alors que François Hollande reprocherait en privé à Nicolas Sarkozy sa vulgarité, sa grossièreté et son goût pour l'argent, l'inventaire de son propre quinquennat actuel pousse pourtant à croire qu'il a lui-même abaissé la fonction présidentielle à un niveau rarement constaté dans l'histoire de la Vème République.
André Bercoff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Bercoff est journaliste et écrivain. Il est notamment connu pour ses ouvrages publiés sous les pseudonymes Philippe de Commines et Caton.Il est l'auteur de La chasse au Sarko (Rocher, 2011), Qui choisir (First editions, 2012), de Moi,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que François Hollande reprocherait en privé à Nicolas Sarkozy sa vulgarité, sa grossièreté et son goût pour l'argent, l'inventaire de son propre quinquennat actuel pousse pourtant à croire qu'il a lui-même abaissé la fonction présidentielle à un niveau rarement constaté dans l'histoire de la Vème République.

Atlantico : Suite à une longue série d'entretiens, les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme révèlent que François Hollande reprocherait à Nicolas Sarkozy sa vulgarité, sa grossièreté et son goût pour l'argent. N'y a-t-il pas une certaine hypocrisie de la part d'un François Hollande reprochant à son prédécesseur d'abaisser la fonction présidentielle, quand on regarde le bilan de ce quinquennat ?

André Bercoff : Je crois que tout cela va même au-delà de l'hypocrisie. Il ne faut d'ailleurs pas s'arrêter aux confessions recueillies par Gérard Davet et Fabrice Lhomme. Ce livre à paraître n'est que le dernier épisode de conversations absolument marathoniennes avec des journalistes. Rappelez-vous déjà Karim Rissouli et Antonin André, ainsi que toutes les interviews données (encore ce mercredi, plus de 10 pages dans Le Nouvel Observateur…). Et d'autres livres vont bientôt sortir, sur la base d'entretiens spécifiques avec François Hollande.

En réalité, il reproche à Nicolas Sarkozy – qui a eu ses défauts et ses qualités – ce qu'il fait lui-même avec beaucoup de délice : être non pas un Président, mais le commentateur assidu de sa propre action et de sa propre inaction. On n'a jamais vu un président de la République être à ce point son propre chroniqueur. Quand je dis que cela va au-delà de l'hypocrisie, je souligne simplement qu'il s'est investi dans le commentaire beaucoup plus que dans l'action, et forcément cela se voit.

Quels sont les évènements marquants du quinquennat Hollande qui ont contribué, eux aussi, à abaisser quelque part la fonction présidentielle ?

Tout d'abord, il faut tout de même rappeler les éléments à mettre au crédit de François Hollande, et je pense notamment ici au Mali, où il fallait selon moi intervenir. Cette décision honore plutôt la présidence de la République française.

Mais pour moi, l'épisode Leonarda a vraiment montré qu'il n'habitait pas la fonction (c'est le moins que l'on puisse dire). Vous aviez à gauche François Hollande et à droite Leonarda, François Hollande affirmant que Leonarda pouvait rester en France mais sans sa famille, et Leonarda ne voulant être en France qu'en compagnie de sa famille. Cet épisode aurait dû être traité au mieux par le sous-préfet de la région, mais il a été traité par le président de la République avec Leonarda en chef de l'opposition. On a vu à cette occasion qu'il se passait quelque chose. Je ne comprends pas comment cet homme – loin d'être idiot au demeurant – n'a pas pris la mesure de cette espèce d'opérette. Cela a été un vrai tournant.

On pourrait ensuite évoquer les sans-dents, les sorties de l'Élysée en scooter, les interviews à Yann Barthès, ses femmes, etc., mais l'affaire Leonarda a vraiment été le plus spectaculaire aveu du niveau auquel il se mettait. Imaginez-vous une seule seconde Charles De Gaulle, François Mitterrand, Georges Pompidou ou même Jacques Chirac se mettre dans une telle position ?

Pour François Hollande, il faut se montrer, parler, et ce du matin au soir… Nicolas Sarkozy le faisait aussi, mais François Hollande a développé cela pour atteindre finalement une présidence qui n'est que communication, messages et flux continus. On ne voit plus la fonction présidentielle, on ne voit plus qu'un homme qui s'agite. C'est quand même un peu triste.

Le principe-même d'un Président qui se laisse aller à autant de confidences à des journalistes, parfois même à leur domicile, ne révèle-t-il pas également une approche un peu légère de la fonction de président de la République Française ?

Je vous renvoie ici à ce que disait formidablement Jacques Pilhan, conseiller de François Mitterrand puis de Jacques Chirac et inventeur avec Jacques Séguéla de "la force tranquille". Il développait la théorie selon laquelle un chef ne parle qu'à bon escient et sait aussi utiliser le silence. Particulièrement dans cette période où nous vivons avec les réseaux sociaux, Internet, les chaînes d'info en continu et la surinformation, un chef doit pouvoir garder le silence et ne parler qu'à coup sûr, quand il faut parler.

Nous assistons aujourd'hui à une débauche de temps et d'images qui, accumulées de la sorte, ne veulent plus rien dire. Pour ce qui est de l'abaissement actuel de la fonction présidentielle, je me rappelle d'une phrase magnifique du général De Gaulle parlant d'Albert Lebrun. Il disait : "pour être un chef d'État, encore fallait-il qu'il y eût un chef et qu'il y eût un État". Nous en sommes là aujourd'hui.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 02/11/2016 - 18:04
Labeliser les politiciens?
Pour éviter, comme cela se présente aux U.S., de focaliser les débats sur des postures, des attitudes ou des comportements au détriment des vraie questions de fond, il faudrait une sorte de "sur-parti" qui garantit le contrôle de la qualité psychiatrique des candidats comme le ferait un label. 
Ce "label" garantirait au citoyen qu’un candidat -quelle que soit sa couleur politique- validé par ce label serait psychologiquement sain. 
Le premier critère serait l'aptitude à l'empathie. 
Un politicien sans empathie n'est intéressé que par lui-même et le pouvoir au prix de n'importe quelle manipulation. 
Les «sans empathie» sont souvent des propagateurs de haine. 
Ils sont aussi souvent attirés par la complosphère. 
Si l’on pouvait éviter ce genre de personne toxique en politique…
emem
- 13/10/2016 - 20:00
Monsieur "tout sauf Sarkozy"
Hollande n'arrive pas à la cheville d'Albert Lebrun.
Qu'aurait dit de Gaulle à propos de Hollande ?
L'ENA n'et vraiment pas une référence.
cloette
- 13/10/2016 - 19:01
Hollande est -il idiot ou pas ?
Il est confus, tortueux, étriqué , enfermé dans sa bulle . mais ....il fait des blagounettes ,hi hi hi .