En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Moi Président
"Un président ne devrait pas dire ça"... et un président qui aurait pris la mesure de sa fonction n’aurait jamais dit ça
Publié le 14 octobre 2016
Alors que François Hollande reprocherait en privé à Nicolas Sarkozy sa vulgarité, sa grossièreté et son goût pour l'argent, l'inventaire de son propre quinquennat actuel pousse pourtant à croire qu'il a lui-même abaissé la fonction présidentielle à un niveau rarement constaté dans l'histoire de la Vème République.
André Bercoff est journaliste et écrivain. Il est notamment connu pour ses ouvrages publiés sous les pseudonymes Philippe de Commines et Caton.Il est l'auteur de La chasse au Sarko (Rocher, 2011), Qui choisir (First editions, 2012), de Moi,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Bercoff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Bercoff est journaliste et écrivain. Il est notamment connu pour ses ouvrages publiés sous les pseudonymes Philippe de Commines et Caton.Il est l'auteur de La chasse au Sarko (Rocher, 2011), Qui choisir (First editions, 2012), de Moi,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que François Hollande reprocherait en privé à Nicolas Sarkozy sa vulgarité, sa grossièreté et son goût pour l'argent, l'inventaire de son propre quinquennat actuel pousse pourtant à croire qu'il a lui-même abaissé la fonction présidentielle à un niveau rarement constaté dans l'histoire de la Vème République.

Atlantico : Suite à une longue série d'entretiens, les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme révèlent que François Hollande reprocherait à Nicolas Sarkozy sa vulgarité, sa grossièreté et son goût pour l'argent. N'y a-t-il pas une certaine hypocrisie de la part d'un François Hollande reprochant à son prédécesseur d'abaisser la fonction présidentielle, quand on regarde le bilan de ce quinquennat ?

André Bercoff : Je crois que tout cela va même au-delà de l'hypocrisie. Il ne faut d'ailleurs pas s'arrêter aux confessions recueillies par Gérard Davet et Fabrice Lhomme. Ce livre à paraître n'est que le dernier épisode de conversations absolument marathoniennes avec des journalistes. Rappelez-vous déjà Karim Rissouli et Antonin André, ainsi que toutes les interviews données (encore ce mercredi, plus de 10 pages dans Le Nouvel Observateur…). Et d'autres livres vont bientôt sortir, sur la base d'entretiens spécifiques avec François Hollande.

En réalité, il reproche à Nicolas Sarkozy – qui a eu ses défauts et ses qualités – ce qu'il fait lui-même avec beaucoup de délice : être non pas un Président, mais le commentateur assidu de sa propre action et de sa propre inaction. On n'a jamais vu un président de la République être à ce point son propre chroniqueur. Quand je dis que cela va au-delà de l'hypocrisie, je souligne simplement qu'il s'est investi dans le commentaire beaucoup plus que dans l'action, et forcément cela se voit.

Quels sont les évènements marquants du quinquennat Hollande qui ont contribué, eux aussi, à abaisser quelque part la fonction présidentielle ?

Tout d'abord, il faut tout de même rappeler les éléments à mettre au crédit de François Hollande, et je pense notamment ici au Mali, où il fallait selon moi intervenir. Cette décision honore plutôt la présidence de la République française.

Mais pour moi, l'épisode Leonarda a vraiment montré qu'il n'habitait pas la fonction (c'est le moins que l'on puisse dire). Vous aviez à gauche François Hollande et à droite Leonarda, François Hollande affirmant que Leonarda pouvait rester en France mais sans sa famille, et Leonarda ne voulant être en France qu'en compagnie de sa famille. Cet épisode aurait dû être traité au mieux par le sous-préfet de la région, mais il a été traité par le président de la République avec Leonarda en chef de l'opposition. On a vu à cette occasion qu'il se passait quelque chose. Je ne comprends pas comment cet homme – loin d'être idiot au demeurant – n'a pas pris la mesure de cette espèce d'opérette. Cela a été un vrai tournant.

On pourrait ensuite évoquer les sans-dents, les sorties de l'Élysée en scooter, les interviews à Yann Barthès, ses femmes, etc., mais l'affaire Leonarda a vraiment été le plus spectaculaire aveu du niveau auquel il se mettait. Imaginez-vous une seule seconde Charles De Gaulle, François Mitterrand, Georges Pompidou ou même Jacques Chirac se mettre dans une telle position ?

Pour François Hollande, il faut se montrer, parler, et ce du matin au soir… Nicolas Sarkozy le faisait aussi, mais François Hollande a développé cela pour atteindre finalement une présidence qui n'est que communication, messages et flux continus. On ne voit plus la fonction présidentielle, on ne voit plus qu'un homme qui s'agite. C'est quand même un peu triste.

Le principe-même d'un Président qui se laisse aller à autant de confidences à des journalistes, parfois même à leur domicile, ne révèle-t-il pas également une approche un peu légère de la fonction de président de la République Française ?

Je vous renvoie ici à ce que disait formidablement Jacques Pilhan, conseiller de François Mitterrand puis de Jacques Chirac et inventeur avec Jacques Séguéla de "la force tranquille". Il développait la théorie selon laquelle un chef ne parle qu'à bon escient et sait aussi utiliser le silence. Particulièrement dans cette période où nous vivons avec les réseaux sociaux, Internet, les chaînes d'info en continu et la surinformation, un chef doit pouvoir garder le silence et ne parler qu'à coup sûr, quand il faut parler.

Nous assistons aujourd'hui à une débauche de temps et d'images qui, accumulées de la sorte, ne veulent plus rien dire. Pour ce qui est de l'abaissement actuel de la fonction présidentielle, je me rappelle d'une phrase magnifique du général De Gaulle parlant d'Albert Lebrun. Il disait : "pour être un chef d'État, encore fallait-il qu'il y eût un chef et qu'il y eût un État". Nous en sommes là aujourd'hui.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
04.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
05.
Petits scénarios alternatifs pour la fin du quinquennat Macron
06.
LR : le difficile avenir de la droite française
07.
Forte hausse des cleantechs. Bulle financière ou investissement d’or et déjà productif ?
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
05.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
06.
Mais que ferait l’UE face à une répétition de la grande crise 2008 ? Le sujet étrangement absent de la campagne des Européennes
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 02/11/2016 - 18:04
Labeliser les politiciens?
Pour éviter, comme cela se présente aux U.S., de focaliser les débats sur des postures, des attitudes ou des comportements au détriment des vraie questions de fond, il faudrait une sorte de "sur-parti" qui garantit le contrôle de la qualité psychiatrique des candidats comme le ferait un label. 
Ce "label" garantirait au citoyen qu’un candidat -quelle que soit sa couleur politique- validé par ce label serait psychologiquement sain. 
Le premier critère serait l'aptitude à l'empathie. 
Un politicien sans empathie n'est intéressé que par lui-même et le pouvoir au prix de n'importe quelle manipulation. 
Les «sans empathie» sont souvent des propagateurs de haine. 
Ils sont aussi souvent attirés par la complosphère. 
Si l’on pouvait éviter ce genre de personne toxique en politique…
emem
- 13/10/2016 - 20:00
Monsieur "tout sauf Sarkozy"
Hollande n'arrive pas à la cheville d'Albert Lebrun.
Qu'aurait dit de Gaulle à propos de Hollande ?
L'ENA n'et vraiment pas une référence.
cloette
- 13/10/2016 - 19:01
Hollande est -il idiot ou pas ?
Il est confus, tortueux, étriqué , enfermé dans sa bulle . mais ....il fait des blagounettes ,hi hi hi .