En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 11 heures 23 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 12 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 15 heures 37 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 17 heures 36 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 18 heures 59 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 19 heures 22 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 19 heures 22 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 19 heures 37 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 19 heures 51 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 jour 5 heures
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 12 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 17 heures 10 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 18 heures 28 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 19 heures 14 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 19 heures 22 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 19 heures 23 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 19 heures 48 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 19 heures 56 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 1 jour 5 heures
© Reuters
© Reuters
Le faire parce qu'on le peut

Razzias sur les supermarchés : quand le pillage en bande explose

Publié le 14 octobre 2016
Ce lundi 10 octobre dernier, un Leader Price du Val-d'Oise a été victime d'une véritable razzia : une quarantaine de jeunes, probablement lycéens, ont pillé les rayons alimentaires du supermarché. Cet événement est la résultante d'une impunité réelle qui pousse les petits délinquants a l'action.
Philippe Vénère a été policier pendant 40 ans. Ce grand spécialiste français du doit des automobilistes a été notamment commissaire divisionnaire et officier du ministère public du tribunal de police de Paris de 1992 à 1996. Il a également enseigné à...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Vénère
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Vénère a été policier pendant 40 ans. Ce grand spécialiste français du doit des automobilistes a été notamment commissaire divisionnaire et officier du ministère public du tribunal de police de Paris de 1992 à 1996. Il a également enseigné à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce lundi 10 octobre dernier, un Leader Price du Val-d'Oise a été victime d'une véritable razzia : une quarantaine de jeunes, probablement lycéens, ont pillé les rayons alimentaires du supermarché. Cet événement est la résultante d'une impunité réelle qui pousse les petits délinquants a l'action.

Atlantico : Le point, Le Parisien/Aujourd'hui en France… plusieurs titres de presse ont pu revenir, au cours de ces derniers jours, sur les razzias qui ont eu lieu dans différents supermarchés comme ce fut le cas ce lundi 10 octobre, dans un Leader Price du Val d'Oise. Que se passe-t-il précisément dans ces supérettes ? Comment décrire ce phénomène ? Ce phénomène de "vols en bande" sont ils une nouveauté sur le terrain ? 

Philippe Vénère : Il n’est pas nouveau, mais il se produit généralement à l’occasion de troubles importants sur la voie publique où des groupes d’énergumènes se servent sans scrupules parce que la police ne pourra pas les interpeller. Toutefois, on s’aperçoit que ce type de vol en masse a tendance à se dissocier de ces mouvements de désordre public, parce qu’il est aisé de se servir, de s’opposer au personnel avec une violence relative mais néanmoins intimidante.

Ce phénomène s’explique par le fait que les cibles présentent une faiblesse certaine et que toute valeur morale a disparu chez ces jeunes. Les seuls repères qu’ils ont sont basés sur un rapport de force, dont ils sont eux-mêmes les générateurs et que la société ne régit pas. Il en découle un sentiment d’impunité total, dans le droit fil de ce qui se produit aujourd’hui au regard de la délinquance de rue des mineurs qui ne sont quasiment pas exposés à une quelconque sanction. Ce sentiment d’impunité est la conséquence d’un laxisme certain des institutions dont les autorités ont fait preuve ces dernières décennies. Les milieux judiciaires n’ont pas pris conscience de la dimension que cette attitude pourrait générer dans le temps. Nous en avons le résultat aujourd’hui. Il faut vraiment que le délit soit d’importance pour qu’une réelle sanction soit prononcée. Quand on place le vol à l’étalage en comparaison d’un vol avec violence qui lui-même est peu réprimé, il ne faut pas s’étonner que nombre de jeunes estiment qu’ils n’encourent aucune répression et ils en profitent. À plus forte raison lorsque ces vols sont commis en bande.

Ces vols de masse donnent rarement lieu à des plaintes ou des poursuites judiciaires. Comment l'expliquer ? Quel rôle peut jouer le sentiment d'impunité qui touche ces délinquants dans le vol qu'ils commettent ? Comment expliquer que les actions nécessaires pour stopper ces vols ne soient pas mises en oeuvre, tant dans le magasin qu'après les faits ?

Les exploitants de magasins ne déposent généralement pas plainte parce qu’elles ne sont pratiquement jamais suivies d’effets et que d’autre part, dans les zones sensibles, il y a tout lieu de craindre des représailles à l’encontre du personnel du magasin. Pour des voleurs isolés, on préfère soit reprendre la marchandise dérobée, soit la faire payer lorsque c’est possible. C’est pourquoi les auteurs de ces faits n’associent plus ce type de vol à délit passible de trois ans de prison, tout de même.

Il s’ensuit un vrai sentiment d’impunité qui devient même incitatif à poursuivre ces actions sans crainte de la sanction. On dit toujours qu’un texte répressif qui ne prévoit pas de sanction est un texte inopérant. C’est le cas pour ces vols menés en groupe, car il n’y aura jamais de sanction.

Il y a bien des moyens techniques et humains qui pourraient être mis en œuvre, mais il y a toujours le facteur économique qui entre en jeu. Les dépenses en personnel et en matériel de sécurité sont d’un coût très important et deviennent excessifs pour l’importance relative de ces commerces de proximité. Aujourd’hui, par nécessité, on économise sur tous les postes de travail. Or un agent de sécurité coûte bien plus au magasin qu’un de ses employés. D’autre part, pour faire face à un phénomène de masse, deux ou trois agents ne seraient d’aucune utilité. Ces jeunes délinquants, lycéens ou non choisissent ces types de commerce précisément du fait que l’on ne peut les protéger efficacement et qu’en cas d’éventuel affrontement ils auraient le dessus.

Quels sont les risques, à moyen long terme, d'une absence de réponse, aussi bien de la part des victimes (les supérettes et leurs vigiles) que de l'Etat ?

Les services de police ne peuvent intervenir qu’avec beaucoup de précautions, car les pouvoirs publics ne veulent avoir en aucun d’un affrontement avec cette population. Si des paroles de fermeté sont prononcées par nos gouvernants, il ne faut pas se voiler la face : ce ne sont que des effets d’annonce, qui ne sont suivis d’aucune mesure. On ne pardonnerait pas à des policiers ou des gendarmes d’avoir malmené des voleurs de bonbons ou de sandwiches. Les autorités judiciaires, suivent également ce que le garde des sceaux recommande et on ne poursuit pas de telles infractions. Tout au plus y a-t-il un rappel à la loi, c’est-à-dire, rien. Nos institutions ont une grande responsabilité dans la dégradation de ces valeurs sociales, précisément parce que la loi n’est pas appliquée.

Il n’en demeure pas moins que ce type de vols, mi-à l’étalage, mi-violence, présente une tendance à se développer de manière importante, précisément par l’absence de risques pris par leurs auteurs.

Je rappelle que près de 60 % des pertes enregistrées par les magasins sont dues aux vols de toute nature.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 13/10/2016 - 14:01
A Carol sur Leucate ou Ganesha
Leucate fait parti des FN qui ont soutenu JMLP et maintenant MLP, ils ne se sont même pas aperçu que le parti est passé de droite à gauche avec le Philipippot , et une politique pro musulmane ( discours de MLP) et pro Melanchon pour l'économie. MLP a bien soutenu plus de 5 ans la politique de son père avant son " élection à 99,9%" . Ou est ce parti politiquement, à gauche toute avec le vrai chef Philippipot.
Camtom
- 13/10/2016 - 11:56
Leucate,voyez vous moi je ne
Leucate,voyez vous moi je ne branle personne et n'ai jamais insulté les électeurs FN, j'ai trop de respect pour mon pere...
Leucate
- 13/10/2016 - 11:15
@Camton
En 2012, les électeurs FN, qui ne sont pas saxo-maso et qui n'aiment guère les insultes contre eux et la présidente qu'ils ont choisi ont décidé, pour beaucoup, de ne pas soutenir Sarkosy, considérant que, de toutes façons, lui et son concurrent ne valaient pas tripette.
Pour vos élections spectacles où la gauche s'invitera sans doute, je suis persuadé que les électeurs FN n'en ont rien à branler, comme le dit Marine Le Pen qui leur déconseille d'y aller, "c'est pas leur problème".
Le pire dans l'histoire, c'est qu'il y en a encore à croire au fameux "Karcher" qui s'est révélé, à l'usage, être un pistolet de plage en plastique ... sans eau.