En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

06.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

07.

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
light > Justice
Témoignages
Affaire Epstein : un appel à témoins international a été lancé afin de retrouver d'éventuelles victimes
il y a 6 heures 20 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : arrestation de deux nouveaux suspects liés à l'ultra-droite
il y a 7 heures 18 min
pépites > Environnement
Tri des déchêts
La décharge géante chinoise de Xi'an atteint déjà ses limites avec 25 ans d'avance
il y a 8 heures 8 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 14 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlantico Culture

"Le Mur des cons, le vrai pouvoir des juges" de Philippe Bilger : les dérives de la justice dénoncées dans un essai revigorant

il y a 10 heures 24 min
pépite vidéo > Terrorisme
Coopération internationale
La Turquie poursuit sa politique d'expulsions de djihadistes
il y a 12 heures 37 min
décryptage > Politique
Sondages

Cette volatilité croissante de l'électorat qui renforce le risque de crise sociale

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Education
Comme les chemises brunes…

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Media
France Télévisions

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

il y a 15 heures 35 min
décryptage > High-tech
Maîtres des données personnelles

Ce que Margrethe Vestager ne semble pas comprendre à la phase 2 de la conquête du monde par les GAFAM

il y a 16 heures 15 min
pépites > Justice
Derniers mystères
Chokri Wakrim, témoin-clé dans l'affaire Benalla, pourrait livrer des informations sur un deuxième coffre-fort et souhaiterait être entendu par la justice
il y a 6 heures 49 min
pépite vidéo > Europe
Patience
Venise : les digues pour protéger la ville ne seront pas opérationnelles avant 2021
il y a 7 heures 43 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Éclatement des positions kurdes en Syrie : une aubaine pour l’État islamique ?
il y a 8 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La famille Ortiz" de jean-Philippe Daguerre : ce n’est pas un beau roman, mais c’est une belle histoire !

il y a 10 heures 15 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Mars regarde la Terre et quand les stylos écrivent l’heure : c’est l’actualité des montres aux premières neiges
il y a 12 heures 16 min
pépites > Social
Montoir-de-Bretagne
Les Gilets jaunes ont bloqué brièvement une usine chimique classée Seveso en Loire-Atlantique
il y a 13 heures 23 min
décryptage > Sport
Euro 2020

France - Moldavie : Olivier Giroud se rapproche du record de buts de Michel Platini... ou pas

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Science
Espace

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Société
"Arabe de service", "nègre de maison" et autres joyeusetés

Pourquoi les militants qui traitent leurs adversaires issus de minorités de "native informant" ne sont ni démocrates, ni républicains

il y a 16 heures 1 min
décryptage > Social
Mesures fortes ?

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

il y a 16 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
Le faire parce qu'on le peut

Razzias sur les supermarchés : quand le pillage en bande explose

Publié le 14 octobre 2016
Ce lundi 10 octobre dernier, un Leader Price du Val-d'Oise a été victime d'une véritable razzia : une quarantaine de jeunes, probablement lycéens, ont pillé les rayons alimentaires du supermarché. Cet événement est la résultante d'une impunité réelle qui pousse les petits délinquants a l'action.
Philippe Vénère a été policier pendant 40 ans. Ce grand spécialiste français du doit des automobilistes a été notamment commissaire divisionnaire et officier du ministère public du tribunal de police de Paris de 1992 à 1996. Il a également enseigné à...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Vénère
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Vénère a été policier pendant 40 ans. Ce grand spécialiste français du doit des automobilistes a été notamment commissaire divisionnaire et officier du ministère public du tribunal de police de Paris de 1992 à 1996. Il a également enseigné à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce lundi 10 octobre dernier, un Leader Price du Val-d'Oise a été victime d'une véritable razzia : une quarantaine de jeunes, probablement lycéens, ont pillé les rayons alimentaires du supermarché. Cet événement est la résultante d'une impunité réelle qui pousse les petits délinquants a l'action.

Atlantico : Le point, Le Parisien/Aujourd'hui en France… plusieurs titres de presse ont pu revenir, au cours de ces derniers jours, sur les razzias qui ont eu lieu dans différents supermarchés comme ce fut le cas ce lundi 10 octobre, dans un Leader Price du Val d'Oise. Que se passe-t-il précisément dans ces supérettes ? Comment décrire ce phénomène ? Ce phénomène de "vols en bande" sont ils une nouveauté sur le terrain ? 

Philippe Vénère : Il n’est pas nouveau, mais il se produit généralement à l’occasion de troubles importants sur la voie publique où des groupes d’énergumènes se servent sans scrupules parce que la police ne pourra pas les interpeller. Toutefois, on s’aperçoit que ce type de vol en masse a tendance à se dissocier de ces mouvements de désordre public, parce qu’il est aisé de se servir, de s’opposer au personnel avec une violence relative mais néanmoins intimidante.

Ce phénomène s’explique par le fait que les cibles présentent une faiblesse certaine et que toute valeur morale a disparu chez ces jeunes. Les seuls repères qu’ils ont sont basés sur un rapport de force, dont ils sont eux-mêmes les générateurs et que la société ne régit pas. Il en découle un sentiment d’impunité total, dans le droit fil de ce qui se produit aujourd’hui au regard de la délinquance de rue des mineurs qui ne sont quasiment pas exposés à une quelconque sanction. Ce sentiment d’impunité est la conséquence d’un laxisme certain des institutions dont les autorités ont fait preuve ces dernières décennies. Les milieux judiciaires n’ont pas pris conscience de la dimension que cette attitude pourrait générer dans le temps. Nous en avons le résultat aujourd’hui. Il faut vraiment que le délit soit d’importance pour qu’une réelle sanction soit prononcée. Quand on place le vol à l’étalage en comparaison d’un vol avec violence qui lui-même est peu réprimé, il ne faut pas s’étonner que nombre de jeunes estiment qu’ils n’encourent aucune répression et ils en profitent. À plus forte raison lorsque ces vols sont commis en bande.

Ces vols de masse donnent rarement lieu à des plaintes ou des poursuites judiciaires. Comment l'expliquer ? Quel rôle peut jouer le sentiment d'impunité qui touche ces délinquants dans le vol qu'ils commettent ? Comment expliquer que les actions nécessaires pour stopper ces vols ne soient pas mises en oeuvre, tant dans le magasin qu'après les faits ?

Les exploitants de magasins ne déposent généralement pas plainte parce qu’elles ne sont pratiquement jamais suivies d’effets et que d’autre part, dans les zones sensibles, il y a tout lieu de craindre des représailles à l’encontre du personnel du magasin. Pour des voleurs isolés, on préfère soit reprendre la marchandise dérobée, soit la faire payer lorsque c’est possible. C’est pourquoi les auteurs de ces faits n’associent plus ce type de vol à délit passible de trois ans de prison, tout de même.

Il s’ensuit un vrai sentiment d’impunité qui devient même incitatif à poursuivre ces actions sans crainte de la sanction. On dit toujours qu’un texte répressif qui ne prévoit pas de sanction est un texte inopérant. C’est le cas pour ces vols menés en groupe, car il n’y aura jamais de sanction.

Il y a bien des moyens techniques et humains qui pourraient être mis en œuvre, mais il y a toujours le facteur économique qui entre en jeu. Les dépenses en personnel et en matériel de sécurité sont d’un coût très important et deviennent excessifs pour l’importance relative de ces commerces de proximité. Aujourd’hui, par nécessité, on économise sur tous les postes de travail. Or un agent de sécurité coûte bien plus au magasin qu’un de ses employés. D’autre part, pour faire face à un phénomène de masse, deux ou trois agents ne seraient d’aucune utilité. Ces jeunes délinquants, lycéens ou non choisissent ces types de commerce précisément du fait que l’on ne peut les protéger efficacement et qu’en cas d’éventuel affrontement ils auraient le dessus.

Quels sont les risques, à moyen long terme, d'une absence de réponse, aussi bien de la part des victimes (les supérettes et leurs vigiles) que de l'Etat ?

Les services de police ne peuvent intervenir qu’avec beaucoup de précautions, car les pouvoirs publics ne veulent avoir en aucun d’un affrontement avec cette population. Si des paroles de fermeté sont prononcées par nos gouvernants, il ne faut pas se voiler la face : ce ne sont que des effets d’annonce, qui ne sont suivis d’aucune mesure. On ne pardonnerait pas à des policiers ou des gendarmes d’avoir malmené des voleurs de bonbons ou de sandwiches. Les autorités judiciaires, suivent également ce que le garde des sceaux recommande et on ne poursuit pas de telles infractions. Tout au plus y a-t-il un rappel à la loi, c’est-à-dire, rien. Nos institutions ont une grande responsabilité dans la dégradation de ces valeurs sociales, précisément parce que la loi n’est pas appliquée.

Il n’en demeure pas moins que ce type de vols, mi-à l’étalage, mi-violence, présente une tendance à se développer de manière importante, précisément par l’absence de risques pris par leurs auteurs.

Je rappelle que près de 60 % des pertes enregistrées par les magasins sont dues aux vols de toute nature.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

06.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

07.

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 13/10/2016 - 14:01
A Carol sur Leucate ou Ganesha
Leucate fait parti des FN qui ont soutenu JMLP et maintenant MLP, ils ne se sont même pas aperçu que le parti est passé de droite à gauche avec le Philipippot , et une politique pro musulmane ( discours de MLP) et pro Melanchon pour l'économie. MLP a bien soutenu plus de 5 ans la politique de son père avant son " élection à 99,9%" . Ou est ce parti politiquement, à gauche toute avec le vrai chef Philippipot.
Camtom
- 13/10/2016 - 11:56
Leucate,voyez vous moi je ne
Leucate,voyez vous moi je ne branle personne et n'ai jamais insulté les électeurs FN, j'ai trop de respect pour mon pere...
Leucate
- 13/10/2016 - 11:15
@Camton
En 2012, les électeurs FN, qui ne sont pas saxo-maso et qui n'aiment guère les insultes contre eux et la présidente qu'ils ont choisi ont décidé, pour beaucoup, de ne pas soutenir Sarkosy, considérant que, de toutes façons, lui et son concurrent ne valaient pas tripette.
Pour vos élections spectacles où la gauche s'invitera sans doute, je suis persuadé que les électeurs FN n'en ont rien à branler, comme le dit Marine Le Pen qui leur déconseille d'y aller, "c'est pas leur problème".
Le pire dans l'histoire, c'est qu'il y en a encore à croire au fameux "Karcher" qui s'est révélé, à l'usage, être un pistolet de plage en plastique ... sans eau.