En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

05.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

06.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

07.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 12 heures 30 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 13 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 15 heures 48 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 17 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 17 heures 52 min
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 18 heures 12 min
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 18 heures 23 min
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 18 heures 33 min
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 20 heures 47 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 22 heures 45 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 12 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 15 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 15 heures 57 min
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 17 heures 33 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 18 heures 4 min
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 18 heures 17 min
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 29 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 23 heures 2 min
© Reuters
© Reuters
Front de bagarre

La baisse d’impôt est beaucoup moins urgente que la baisse des dépenses publiques

Publié le 08 octobre 2016
Tous les candidats à la primaire de la droite promettent des baisses d’impôts. Or, ce dont l’économie a besoin en urgence c’est d'une baisse massive des dépenses publiques.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tous les candidats à la primaire de la droite promettent des baisses d’impôts. Or, ce dont l’économie a besoin en urgence c’est d'une baisse massive des dépenses publiques.

Le débat sur le montant de la dépense publique restera très marginal. Les candidats à la présidentielle préfèrent offrir des baisses d’impôts, plutôt que de se livrer à une refonte globale des dépenses publiques et sociales qui sont pourtant au centre du problème français.

Politiquement, les candidats qui cherchent à être élus ont sans doute raison. La promesse de baisse d’impôts est sans doute plus payante, même si la majorité des contribuables ne paient pas, ou très peu, d’impôts sur le revenu et très peu d’entre eux paient l’impôt sur la fortune.

La moitié des contribuables ne paie pas l'impôt sur le revenu et 80 % de l’impôt est payé par moins de 20% des contribuables.  

Baisser les impôts pour un homme politique c’est faire croire qu’il peut offrir un cadeau à tous les électeurs. Les contribuables très faiblement imposés eux-mêmes sont content de savoir que les impôts vont baisser. Alors que dans la réalité, ils n’en profitent guère... !

La baisse d’impôt sera d’autant plus symbolique que les hommes politiques ne toucheront pas à la TVA, pas à la CSG, et personne ne pourra modifier très rapidement les fiscalités locales que tout le monde paie puisque ça dépend aussi des élus locaux.

En fait, s’ils préfèrent braquer les discours politiques sur la baisse des impôts, c’est bien parce que la baisse des dépenses publiques serait très mal vécue et très mal perçue par la plus grande partie des électeurs.

Toucher aux dépenses publiques, c’est ouvrir un front de bagarre avec les syndicats de l’Education nationale, avec tous les syndicats qui cogèrent les systèmes sociaux, avec tous les militants qui ont sacralisé la fonction publique et les entreprises publiques dans notre pays.

La baisse des dépenses publiques nécessiterait une réforme globale de l'organisation de l'Etat, une redéfinition de ses fonctions et de son périmètre d’action.

Sans ramener l’Etat aux fonctions régaliennes (faut pas rêver), toute réforme de la dépense publique entrainerait un débat sur le système de santé, et même tout le système de protection sociale, sans parler des transports avec la SNCF, de l’aéronautique etc.

Dans la mesure où 95 % des dépenses publiques sont des dépenses de fonctionnement, et principalement des salaires, prévoir de baisser les dépenses publiques, c’est prévoir de toucher aux salaires de la fonction publique, et de toucher aux statuts des personnels.

Aucun homme politique n‘aura la légitimité pour ouvrir un tel chantier. Les risques de blocage (au mieux) ou de guerre civile (au pire) sont évidents.

Jusqu’alors, tous les changements ont été tentés à la marge, et n'ont finalement rien bougé des équilibres macro-économiques et rien engendrer comme bénéfice à moyen terme pour le système.

Or la clef de la reprise est pourtant dans le reflux de la dépense publique. Pas pour des raisons bassement comptables. La maitrise des déficits est importante certes, mais la capacité à investir dans des entreprises de marché de façon à créer de la valeur et de l’activité l’est beaucoup plus.

Tout euro dépensé en moins dans le public le sera mécaniquement en plus dans le privé. D’un côté, on évite une dépense de fonctionnement, de l’autre on gagne une dépense d’investissement correspondant à un besoin de marché.

Cette semaine par exemple, l’Etat a pris la décision la plus aberrante qu’il pouvait prendre pour sauver Alsthom. L’Etat a engagé 500 millions de fonds publics pour acheter des rames de TGV et des locomotives qui resteront dans un parking car le pays n’en a pas l’utilité. 

Ces 500 millions sont perdus. Il aurait mieux valu les distribuer directement aux salariés ou les investir dans des startups avec par exemple une forte incitation à s’installer à Belfort, pour que le site de Belfort en profite. Mais, c’était sans doute trop compliqué intellectuellement à concevoir.

Fermer les robinets de l’argent public revient à obliger les agents de l’économie de marché à s’activer et à investir.

Mais là où c’est difficile pour un politique, c’est qu’il ne doit pas seulement gérer les conséquences sociales de la baisse des dépenses publiques, il doit aussi préparer tout un écosystème favorable pour susciter l’émergence des initiatives privés.

Il ne s’agit pas seulement pour le pouvoir politique d’organiser des baisses de charges, de multiplier par deux ou par trois les CICE dont on voit bien qu'ils n’ont que des effets limités. Il ne s’agit pas seulement de gagner en compétitivité par la baisse des coûts, il s’agit aussi de gagner des marchés, de l’activité, des richesses avec tous les outils de la compétitivité hors coût.

L'erreur qui a hypothéqué la performance du CICE, c’est qu'il a été mal ciblé. On ne pouvait pas à la fois viser l’investissement et l’emploi. On a raté les deux cibles. Mais ce n’est pas tout, il aurait fallu accompagner le CICE de vraies réformes de structure.  

Si on a pendant longtemps acheté des voitures allemandes plutôt que des voitures françaises, ça n’est certainement pas parce qu’elles étaient moins chères. On a acheté des voitures allemandes parce qu'elle étaient de meilleure qualité.

Les choses sont en train de changer parce que les constructeurs ont fait un effort sur les coûts (accord de compétitivité) mais aussi des efforts sur la qualité du produit. Ces efforts ont nécessité beaucoup d’investissement.

Notre écosystème n’est pas formaté ni construit pour entrainer des offres produits compétitives hors coût.

Le hors coût commande des efforts de formulation importants. L'offre hors coût a besoin de célébrer le talent, l'imagination, les idées. Ça n’est pas le créneau privilégié par le système français aujourd'hui.

La Californie ou la City à Londres protègent beaucoup mieux les talents, l’imagination, les ambitions individuelles que la France.

Cette compétitivité-là est importante. La France découvre actuellement que les secteurs les plus puissants de l’économie française ne sont plus l’aéronautique avec Airbus, l’armement avec Dassault, ou l’automobile ... les deux secteurs les plus créateurs de richesses, d’emplois et de devises, sont le tourisme et l’industrie du luxe avec pour navire amiral, la mode.

Ces deux secteurs fonctionnent sans aucune subvention, ni baisses d’impôts ou assistance quelconque... ils fonctionnent grâce à l’énergie et au dynamisme de quelques entrepreneurs. Ils rapportent plus à l'économie française et plus d'emplois très bien rémunérés, que les deux grands constructeurs automobile et les industries aéronautiques réunis. Ils pèsent aussi plus lourds que l'agriculture.

Or ce sont des secteurs où l’Etat ne rentre pas, et même dont l’Etat s’est toujours tenu très à l'écart. D’ailleurs, les hommes politiques formés à l'ENA n’ont jamais pris au sérieux les industriels du tourisme, de la mode ou du luxe. Les industriels du luxe ou du tourisme se sont parfois plaints d’être ignorés du pouvoir politique.

Compte tenu de ce qui se passe quand l’Etat intervient, cette indifférence un peu arrogante du pouvoir politique a peut-être été pour ces deux secteurs une aubaine.

Les baisses d’impôts obsèdent les hommes politiques, la forme et la solidité de la baisse des dépenses publique et le retrait de l’Etat devraient les préoccuper davantage. 

Parions que les Français, s’il en avaient le choix, préfèreraient travailler chez Dior parfum, dans un hôtel Sofitel ou au club Med, plutôt qu'à la SNCF ou a l'hôpital.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

05.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

06.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

07.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
OLYTTEUS
- 09/10/2016 - 09:18
Baisse des impôts
Je fais partie des 20% qui paie les impôts. Entre,IR,TF,taxe habitation, je laisse plus de 4mois de salaire partir.
J'ai pris une voiture allemande enLLD:c'était la moins chère.
Il n'y a qu'un moyen de réussir pour le futur gagnant, c'est de d'annoncer des réformes par ordonnances et de le faire!! M. Fillon me parait très engagé dans la réduction des dépenses publiques .il a dit vouloir procéder par ordonnances .
Fran6
- 08/10/2016 - 17:16
baisse des impôts
comme vous le soulignez M Sylvestre, 80% VS 20% qui paient et je suis pour cette baisse des impôts car c'est aussi la clientèle des artisans et commerçants, surtout des artisans, dès 2012, j'ai vu la claque l'année suivante et comme en plus, nous avons pris nous même une augmentation de charges démentielles, je suis pas surpris de la montée du chômage et de l'arrêt des investissements, que beaucoup de petits patrons se payent plus à l’instar des agriculteurs, sans parler du RSI et des détachés, d'ailleurs, en causant de ses derniers, vous pourrez dire et faire ce que vous voulez, si vous réglez pas ce problème des détachés, on prendra le chemin du Brexit dont ce fut la réelle cause en Angleterre!!!! en clair, si ont met en place un énarque en 2017, la France est foutue!!!
Deneziere
- 08/10/2016 - 14:13
Le problème n'est pas tant dans la "dépense"
Le problème est celui de la productivité publique, pas de la dépense stricto sensu. Et il est celui de la confusion entre dépense de fonctionnement et d'investissement. Et enfin, le problème est de faire tenir à l'état un rôle intelligent dans l'économie. Et là, le capitalisme de connivence, MEDEF en tête, est au moins aussi coupable que l'état et ses agents. L'Etat socialiste est tout à fait capable de tenir un rôle intelligent dans l'économie. Exemple : Montebourg qui met une marinière. S'il ne fait QUE ça, ça va.