En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

06.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 46 min 40 sec
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 1 heure 37 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 4 heures 3 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 4 heures 38 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 15 heures 24 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 18 heures 38 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 19 heures 51 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 21 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 22 heures 32 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 2 heures 48 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 4 heures 52 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 16 heures 20 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 19 heures 19 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 20 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 22 heures 22 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 22 heures 49 min
© wikipédia
Les racines du paritarisme sont issues d'une culture très ancienne, pluriséculaire, de défiance à l’égard de la concurrence et, plus récemment, du libéralisme économique.
© wikipédia
Les racines du paritarisme sont issues d'une culture très ancienne, pluriséculaire, de défiance à l’égard de la concurrence et, plus récemment, du libéralisme économique.
Anachronisme

En finir avec le paritarisme ? Le rapport explosif qui veut traiter le malaise français à la racine

Publié le 07 octobre 2016
Le paritarisme, qui résulte de la méfiance de la population à l'égard du libéralisme économique, constitue un élément majeur des blocages français.
Jean-Charles Simon est économiste et entrepreneur. Chef économiste et directeur des affaires publiques et de la communication de Scor de 2010 à 2013, il a auparavent été successivement trader de produits dérivés, directeur des études du RPR, directeur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Charles Simon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Charles Simon est économiste et entrepreneur. Chef économiste et directeur des affaires publiques et de la communication de Scor de 2010 à 2013, il a auparavent été successivement trader de produits dérivés, directeur des études du RPR, directeur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le paritarisme, qui résulte de la méfiance de la population à l'égard du libéralisme économique, constitue un élément majeur des blocages français.

Atlantico : Vous publiez un rapport intitulé "Faut il en finir avec le paritarisme ?" avec l'Institut de l'entreprise. Comment définir le "paritarisme", quel est son poids et son impact en France, et en quoi est-il une menace pour la démocratie sociale ? 

Jean-Charles Simon : Le paritarisme est, aux niveaux interprofessionnel et des branches, le champ des interactions et prérogatives des partenaires sociaux, c’est-à-dire des syndicats de salariés et du patronat. Ils ont en France des prérogatives considérables, inégalées ailleurs. Notamment la gestion directe et exclusive de plus de 130 milliards d’euros de budgets sociaux par an, dont les retraites complémentaires obligatoires du privé (Agirc-Arrco), l’assurance chômage, une grande partie de la formation professionnelle… Soit environ 6% du PIB ! Ils ont aussi un pouvoir central en matière de droit du travail, avec même une forme de primauté sur le législateur, inscrite depuis 2007 au fronton du code du travail. Ils négocient donc des normes qui s’appliquent à tous ou à chaque secteur d’activité, avec des règles qui viennent s’ajouter à une couche législative pourtant déjà très épaisse. Mais ils sont aussi juges, par exemple aux conseils de prud’hommes ou aux tribunaux de commerce, détenteurs d’un gigantesque parc de logements sociaux, avec le "1% logement", gestionnaires de toute la kyrielle d’organismes de collecte et d’organisation de la formation professionnelle, responsables de la médecine du travail et même assureurs en santé et prévoyance avec des grands groupes comme Malakoff-Médéric, Humanis, Klésia, AG2R La Mondiale et d’autres, dont ils sont les seuls responsables.

A côté de ce champ de responsabilités pleines et entières, ils sont aussi présents dans de très nombreux organismes avec des pouvoirs plus réduits, notamment au sein des caisses de sécurité sociale. Et dans le secteur public, les syndicats cogèrent les services avec l’employeur Etat, collectivité locale, caisse ou hôpital.

Or, ces acteurs sont minés par une très faible représentativité, avec peu d’adhérents et encore moins qui le sont en toute connaissance de cause. Alors qu’ils décident pour tous. Par exemple, avec les mécanismes d’extension des accords, toutes les entreprises d’un secteur doivent respecter une convention collective, même si très peu adhèrent à la fédération professionnelle qui l’a négociée ! Ils sont très divisés, 3 organisations patronales et 5 syndicales, rien que pour ceux qui sont reconnus représentatifs au niveau national. Ils sont de piètres gestionnaires, ayant par exemple accumulé à la fin 2016 déjà 30 milliards de dette à l’assurance chômage, qui serait en faillite sans la garantie de l’Etat. Ils ont surtout la culture du statu quo, justement pour préserver ces pouvoirs considérables dont ils disposent, et parce que structurellement, un accord patronat-syndicats a toujours tendance à être le plus petit dénominateur commun. De ce fait, ils bloquent toutes les réformes structurelles. Et ils ajoutent en permanence des contraintes, comme on a pu le voir récemment avec la complémentaire santé obligatoire en entreprise, le temps partiel minimal de 24 heures par semaine ou les hausses de cotisations pour les retraites complémentaires. Ils ont enfin une culture de notables accrochés à leurs privilèges, dans un système où règne l’opacité et les conflits d’intérêts, quand ce n’est pas pire : qu’on se souvienne de l’affaire de l’UIMM ou de celles liées à la gestion de certains comités d’entreprise…

Quelles sont les racines du paritarisme ? Comment expliquer un tel ancrage du paritarisme dans notre société ? 

C’est une culture très ancienne, pluriséculaire, de défiance à l’égard de la concurrence et, plus récemment, du libéralisme économique. Sous l’Ancien régime, les corporations notamment régissaient la vie économique et sociale dans ses moindres détails. La Révolution y a mis un terme, et laissé place pendant près d’un siècle à une société basée sur le contrat individuel. Mais l’industrialisation du pays et les revendications ouvrières de la seconde moitié du XIXème siècle ont ramené la dimension collective au premier plan de la vie économique et sociale, et contribué à installer ces nouveaux acteurs, patronat et syndicats, en position de force. La construction d’une protection sociale obligatoire a fait le reste. D’autant qu’avec la crise des années 30, la culture antilibérale française s’est encore renforcée, transcendant les clivages sociaux et politiques. En établissant, de la fin de la IIIème République aux débuts de la IVème, en passant par Vichy, une sorte de curieux continuum propre à la mise en place d’un modèle social dominé par la régulation collective. Un parcours parmi bien d’autres illustre cette culture : René Belin, n° 2 de la CGT avant-guerre, ministre du Travail et père de la "Charte du Travail" sous Vichy, puis figure éminente des cercles patronaux après-guerre… La France d’alors répugne au libéralisme, et le paritarisme en est l’enfant.

Cela peut sembler paradoxal que dans un pays réputé aussi étatiste que la France, autant de prérogatives aient été confiées aux partenaires sociaux. Mais les politiques y trouvent leur compte. Ils ont des interlocuteurs et des leviers, ce qui est beaucoup moins vrai dans une économie plus libérale et atomisée. Ils peuvent jouer de ces acteurs et de leurs oppositions. Et ils peuvent se défausser sur eux quand ils ne veulent ou ne savent réformer, en invoquant un impérieux "dialogue social", ce dont ils ne se privent pas.

Au-delà du constat posé par votre rapport, quelles sont les solutions proposées ?

Le constat incite à une remise en cause radicale du système. Les acteurs actuels ne sont ni crédibles ni en mesure d’assurer les responsabilités qui leur sont confiées. Et le statu quo, c’est l’assurance d’un système social toujours plus lourd au détriment de la compétitivité des entreprises et de l’emploi.

A titre personnel, je crois donc nécessaire de leur retirer l’essentiel de leurs pouvoirs normatifs et de gestion aux niveaux interprofessionnel et sectoriel. En matière de normes, en particulier de droit du travail, c’est la seule façon de redonner un véritable champ à la négociation d’entreprise et au contrat, pour s’adapter au mieux à toutes les réalités. Ce qui donnerait une véritable bouffée d’air frais aux plus petites entreprises, écrasées sous le poids de la législation et des conventions collectives. Et cela stimulerait la concurrence, aujourd’hui bridée par cette hyper-régulation souvent conçue par les grands groupes, qui contrôlent de fait la plupart des branches professionnelles.

En matière de protection sociale, il faudrait défaire méthodiquement les structures paritaires qui pèsent très lourd sur notre compétitivité, contribuant à un niveau de prélèvements obligatoires exorbitant. Et réattribuer ces champs de protection sociale soit à l’Etat, par exemple pour une assurance chômage amincie et rénovée, soit au marché, pour les retraites complémentaires, la formation professionnelle ou encore le logement aujourd’hui géré par les partenaires sociaux.

Il faudrait aussi leur retirer les prud’hommes et les tribunaux de commerce, et les confier à des magistrats professionnels et indépendants, pour avoir des juridictions plus compétentes et efficaces, sans risques de conflits d’intérêts. On pourrait aussi se passer totalement des chambres de commerce et d’industrie, là aussi en distinguant ce qui doit revenir plutôt à l’Etat ou bien au marché. Et enfin supprimer quelques "fromages" inutiles et coûteux, comme le Conseil économique, social et environnemental (CESE) et ses déclinaisons régionales. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

06.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Porcelaine
- 07/10/2016 - 10:52
Il faut casser ce blocage
Le paritarisme est une des sources du blocage Français. Je ne vois pas pourquoi des syndicats de fonctionnaires, hyper politisés, et non représentatifs, devraient être responsables de la gestion de ma retraite de salarié privé. Il faut interdire aux fonctionnaires de décider pour les emplois du secteur privé et abolir le droit de veto de des syndicats dans les entreprises
Wortstein
- 07/10/2016 - 08:55
C'est exactement ça
Exploser tout ce "gouvernement profond" absolument non représentatif qui vit au dépend de tout le système en le paralysant.
Bcp d'économies à la clé. On peut ajoute les tribunaux de sécurité sociale qui sont la honte d'un état de droit tant les "pseudo professionnels" qui vont vous zigouiller sont juges et partie payés par la sécu pour vous enfoncer... J'ai cru comprendre qu'ils étaient sur le point d'être transformés mais pas de disparaitre malheureusement.