En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 8 min 31 sec
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 52 min 36 sec
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 1 heure 22 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 1 heure 55 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 2 heures 22 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 3 heures 18 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 19 heures 35 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 23 heures 25 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 13 min 35 sec
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 2 heures 48 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 19 heures 7 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 21 heures 38 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 23 heures 41 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 1 jour 1 heure
© REUTERS/Benoit Tessier
Emmanuel Macron pense qu’il faut plus flexibiliser le marché du travail, réduire le nombre de fonctionnaires et affaiblir le modèle social pour accorder l’économie française à la mondialisation.
© REUTERS/Benoit Tessier
Emmanuel Macron pense qu’il faut plus flexibiliser le marché du travail, réduire le nombre de fonctionnaires et affaiblir le modèle social pour accorder l’économie française à la mondialisation.
Façade

Grand Meeting d'Emmanuel Macron à Strasbourg : pourquoi le diagnostic de l'ancien ministre ​de l'Economie pourrait être plus proche du conservatisme que de la modernité

Publié le 07 octobre 2016
Alors qu'Emmanuel Macron présente ce mardi soir à Strasbourg son diagnostic de l'état de la France, Thomas Porcher, dont l'ouvrage "Introduction inquiète à la Macron-économie" vient de sortir, nous explique en quoi la pensée de l'ancien ministre de l'Economie, loin d'être moderne, est en réalité conservatrice.
Thomas Porcher
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'Emmanuel Macron présente ce mardi soir à Strasbourg son diagnostic de l'état de la France, Thomas Porcher, dont l'ouvrage "Introduction inquiète à la Macron-économie" vient de sortir, nous explique en quoi la pensée de l'ancien ministre de l'Economie, loin d'être moderne, est en réalité conservatrice.

Atlantico : Vous considérez que le discours d'Emmanuel Macron est loin d'être aussi moderne, jeune, innovant que ce que prétend l'ancien ministre de l'Economie. Pensez-vous qu'il soit suffisant de vous baser sur des "petites phrases" pour élaborer un tel jugement ? En quoi ces phrases seraient-elles le symptôme d'un conservatisme ?

Thomas Porcher : Quand vous êtes ministre de l’Economie, normalement vous connaissez le poids des mots et vous êtes conscients de ce que vous dites. On est en droit de porter un jugement sur quelqu’un qui avance des phrases comme "Si j’étais chômeur, je n’attendrais pas tout de l’autre" ou "L’Etat doit donner plus de souplesse au marché du travail" ou encore "je n’aime pas ce terme de modèle social". Pour nous, ces petites phrases ne sont pas dénuées de sens et sont illustratives de propos convenus qui courent depuis plus de trente ans. En réalité, derrière un libéralisme se voulant 3.0 et portant UBER, une entreprise championne de l’évasion fiscale, en modèle de réussite, se trouve une vision très proche de celle des économistes du 19ème siècle qui stigmatise les chômeurs, réduit les droits sociaux, divise volontairement les Français et porte uniquement les intérêts de quelques-uns.

"Il y a la politique des artisans et la politique des fainéants" avait aussi affirmé Emmanuel Macron. Le volontarisme du leader d'En marche ! semble pourtant séduire de nombreux Français, qui attendent un chef d'Etat capable d'endosser de sérieuses réformes économiques. Quelles sont les politiques "d'artisan" que prépare Emmanuel Macron, et pourquoi vous inquiètent-elles ?

Il suffit de regarder ce qu’il y a dans la loi Macron. Franchement, comment a-t-on pu penser qu’il suffisait d’ouvrir les magasins le dimanche, de dérèglementer les pharmacies ou encore de développer les lignes de cars pour relancer l’économie de la 6ème puissance mondiale ? Et puis honnêtement, la loi Macron n’a rien d’original et ressemble très fortement a ce qui a été fait en Italie et en Espagne. La loi italienne de 2006 intitulée "libéralisation et promotion de la concurrence et de la compétitivité" conduite elle aussi par un gouvernement dit de gauche, celui de Romano Prodi qui a été également président de la Commission européenne, concernait quasiment les mêmes professions réglementées : avocats, pharmaciens, notaires et taxis. Loin d’être un artisan, Emmanuel Macron apparaît surtout comme un "élève modèle" de la Commission européenne.

Ce mardi 4 octobre, Emmanuel Macron dévoilera son diagnostic de l'état de la France, à Strasbourg. Selon vous, quel serait le diagnostic qu'Emmanuel Macron ne voit pas ?

Emmanuel Macron pense qu’il faut plus flexibiliser le marché du travail, réduire le nombre de fonctionnaires et affaiblir le modèle social pour accorder l’économie française à la mondialisation. Mais le problème de la France ne se situe pas là mais plutôt dans le manque d’innovation. Notre ministre devrait se poser les bonnes questions : comment redonner en France et en Europe, une place à la puissance publique en matière de pilotage de l’innovation ? Quelles opportunités d’investissement choisir pour que la France puisse, à l’instar des Etats-Unis avec internet, devenir un leader sur un marché qu’elle aura façonné depuis le début ? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 05/10/2016 - 00:52
Macron, le gauchiste, veut affaiblir le système social
français?....trop tard, c'est déjà fait! Par les gauchistes...
Lafayette 68
- 04/10/2016 - 15:37
Porcher !!!
!!!!!!!
A M A
- 04/10/2016 - 15:14
Il raconte ce qu'il veut.
Il raconte ce qu'il veut. Mais le pense t'il? Le veut 'il? Le pourrait-il? Quoiqu'il prétende aujourd'hui, aurait-il la carrure nécessaire pour affronter les désordres qui se profilent à l'horizon. Certainement non.